« Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

La tenue de journées d’études à Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 18 et 19 mai 2017 sur l’action clandestine et l’imaginaire du complot (XXe-XXIe siècle) a permis la comparaison d’approches plurielles autour de ces deux idées. Ce fut en effet l’occasion de confronter les stratégies d’entrées et de sortie de la clandestinité, les représentations des phénomènes de l’ombre ou encore l’attitude des États face aux acteurs du secret. C’est à cette occasion que fut présentée une communication concernant les stratégies de dévoilements du secret à propos du trafic d’armes destiné à la guerre d’Espagne dont les grandes lignes sont décrites ci-dessous (voir le programme ici et la page d’appel à communication ).

La prohibition du trafic d’armes à destination du gouvernement légal espagnol a été une pierre d’achoppement des débats sur la conduite diplomatique du Front Populaire. Le gouvernement du Front populaire a en effet officiellement refusé toutes livraisons d’armes à la République espagnole et participé à la mise en place d’une « non-intervention » dans la guerre d’Espagne (1936-1939). Néanmoins, à partir d’un certain moment, l’appareil d’État français aurait infléchi sa position, allant même jusqu’à organiser la contrebande d’armes sur son territoire.

Le trafic d’armes s’est développé en France dès le début du conflit et s’est maintenu durant toute la période. Cela a provoqué de vives inquiétudes au sein des milieux conservateurs et réactionnaires qui ont tout fait pour le dénoncer. Ces derniers ont même usé d’arguments complotistes pour remettre en question l’attitude du Front populaire qui serait, malgré la neutralité affichée, le principal violateur de la non-intervention. Aussi, l’attitude ambivalente de la France n’a pas manqué d’être assimilée à l’idée qu’un complot communiste serait sur le point de voir le jour en France.

Toutes ces accusations, principalement formulées par la presse, étaient souvent sans fondement. Cependant, certaines pouvaient être en partie basées sur de véritables manquements du gouvernement français. Au lendemain de la guerre d’Espagne, les responsables politiques et les hauts fonctionnaires chargés du « relâchement » de la non-intervention ont eux aussi fourni certaines révélations à propos de la conduite de l’appareil d’État français. Ce sont ces témoins qui ont expliqué comment la France avait secrètement organisé une aide matérielle destinée à l’Espagne républicaine. Cependant, au fil du temps, ces derniers ont eu tendance à reprendre certains poncifs de leurs anciens accusateurs : le gouvernement français a de plus en plus été présenté comme un acteur omnipotent sur la question du trafic d’armes et l’aide à la République espagnole a été perçue comme une œuvre essentiellement soviétique.

Au final, il semble nécessaire de dégager cette question d’enjeux mémoriels forts en confrontant les témoignages d’anciens responsables politiques à l’historiographie étrangère. Et pour cause, celle-ci est beaucoup plus critique à l’encontre de l’attitude de l’État français que l’historiographie française. Alors que le trafic a été présenté comme un complot d’État par les droites françaises durant la guerre d’Espagne, l’historiographie française a eu tendance à la dépeindre comme une des grandes œuvres (secrètes) du Front populaire. La lecture critique des témoignages sur la question invite à regarder la question sous un jour nouveau.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.