Entrevue avec Claire Miot, autour de “La Première armée française”

Pour Plumes de doctorant.e.s, nous nous sommes entretenus avec Claire Miot, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à Sciences Po Aix, au sujet de son ouvrage La Première armée française. Publié chez Perrin (2021), ce travail est tiré de sa thèse de doctorat menée sous la direction d’Olivier Wieviorka et soutenue en 2016.

Pourquoi avez-vous choisi ce sujet pour mener votre de thèse, transformée ensuite en ouvrage ?

Je voulais travailler sur la Seconde Guerre mondiale et j’avais Olivier Wieviorka comme enseignant à l’École Normale Supérieure de Cachan, que j’ai donc contacté. Lui et Julie Le Gac m’ont suggéré de travailler sur cette Première armée, que je connaissais peu. J’avais entendu parler de ce deuxième débarquement en Provence, présenté comme moins important que celui de Normandie, c’est tout ou presque. Je connaissais mal ce sujet mais parallèlement, le film Indigènes de Rachid Bouchareb était sorti en 2006. À l’époque, c’était la première fois que l’on parlait de manière aussi importante et médiatique de la question des soldats colonisés dans la libération de la France. Le film sorti il y a quelques jours avec Omar Sy n’est donc pas la premier à évoquer l’histoire des tirailleurs sénégalais. Cette question coloniale, fondamentale, n’épuise toutefois pas le sujet.

Quelles sources avez-vous mobilisées ? Avez-vous dû faire des choix ?

Je n’ai pas vraiment fait de choix a priori. J’avais envie d’avoir une approche assez exhaustive des archives militaires qui se trouvaient à Vincennes. J’ai aussi utilisé deux fonds d’archives départementales, dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin. En effet, je suis partie de l’hypothèse qui était que jusqu’en Alsace, les armées de libération avancent vite et donc il n’était pas évident qu’elles laissent beaucoup de traces archivistiques. Il existait déjà la thèse de Jean-Arthur Noïque sur la mémoire de la Première armée française qui s’était appuyé sur les archives départementales du grand quart sud-est de la France. En revanche, j’ai trouvé des choses assez intéressantes aux archives alsaciennes, qui m’ont permis de montrer l’ambivalence des relations entre l’armée française et des Alsaciens dont certaines villes ont subi des bombardements pendant plus de trois mois. J’ai aussi dépouillé les rapports de préfets conservés aux Archives nationales. J’ai dû demander une dérogation pour avoir accès à un fonds extraordinaire, malheureusement provisoirement fermé aujourd’hui, celui des archives de la justice militaire conservés au Blanc, et une autre pour consulter les archives du service de santé des armées conservées à Limoges.

Là où j’ai fait des choix, c’est en ce qui concerne les archives allemandes documentant les violences françaises commises en Allemagne en 1945. Je n’ai pas voulu m’intéresser à l’armée française une fois qu’elle était entrée dans le cadre d’une occupation, car pour moi cela constituait une autre logique, une autre temporalité, celle de la sortie de guerre. C’était donc un autre sujet. Donc pour documenter cette période assez courte qui dure de fin mars à juillet 1945, j’ai beaucoup travaillé sur les archives militaires à Vincennes, car l’armée française a en fait documenté elle-même ces crimes de guerre, qui inquiétaient le haut de la hiérarchie militaire et le pouvoir politique. Mais je voulais avoir le point de vue allemand. En épluchant la bibliographie germanophone, j’ai découvert le fonds de l’archiépiscopat de Freiburg-am-Brisgau et des lettres de prêtres qui racontaient les événements de la période entre mars et juillet 1945. Et ces lettres comprennent une rubrique « viol ». Bien sûr, ces archives sont aussi extrêmement biaisées, parce cet archevêque a été plutôt complaisant vis-à-vis du nazisme et parce ce sont des hommes d’Église qui répondent à un homme d’Église, à un moment où l’Église catholique est peut-être encore la seule institution qui tient dans une « Allemagne année zéro ». Les prêtres racontent que les soldats français sont coupables et que les soldats colonisés le sont encore plus, avec tous les stéréotypes sur leur sexualité supposée exacerbée, ainsi qu’un solide fond misogyne vis-à-vis des Allemandes. Ces prêtres tiennent plus ou moins le même discours sur les femmes allemandes que les cadres français. Elles racontent un point de vue sur l’expérience de ces femmes, mais c’est un sujet à part entière qui mériterait d’être davantage creusé.

Quelle fut la réaction des Français libérés face à cette armée, et en particulier des soldats colonisés ?

Ce qui m’a intéressé, c’est que les premiers Français du sud du pays accueillent très bien l’armée française, dont les soldats colonisés, qu’ils prennent parfois pour des Américains. J’ai eu le sentiment qu’effectivement, il y avait eu assez peu d’expressions de racisme, mais je me dois de rester prudente car je ne suis pas sûre d’avoir toutes les sources pour répondre à cette question. Les Alsaciens constituent un cas particulier. Le régime nazi perçoit bien à mesure de l’avancée des troupes alliés que l’opinion alsacienne se retourne, la défiance qui a toujours existé vis-à-vis d’eux se renforce. Les Alsaciens sont aussi très contents de voir les Alliés arriver, mais eux, ils rentrent dans la guerre, avec tout ce que cela suppose : des villes sont quasiment rayées de la carte par les bombardements d’artillerie. Enfin, un troisième et dernier niveau de lecture concerne les Français en général, qui ne sont pas au contact de la Première armée mais qui en entendent parler. Il y a un fossé qui se crée de plus en plus. Chez les soldats naît l’idée qu’au fond, alors que l’essentiel du pays est libéré et fait la fête, eux sont enlisés dans les Vosges pendant l’hiver 1944-1945. C’est un topos – l’arrière qui s’étourdit dans la fête pendant que les soldats souffrent – que l’on retrouve dans tous les témoignages des soldats de l’armée quels qu’ils soient. Je montre que c’est finalement un discours classique, les historiens de la Grande Guerre l’avaient déjà repéré ; la critique de l’arrière fait presque partie de la littérature de guerre, mais cela va sans doute un peu au-delà. Cela permet de créer une forme d’unité par défaut, par la critique de l’arrière, alors que cette armée est traversée de fractures politiques, militaires, sociales. Or, les Français ne s’étourdissent pas dans les bals, ils souffrent : L’hiver 1945 est froid dans les Vosges, mais aussi partout en France, donc les Français sont obsédés par la question du ravitaillement. Ils demeurent encore largement sous alimentés, les taux de mortalités infantile sont très élevés…Un dernier point, c’est que l’armée triomphante, pour les Français, c’est surtout l’Armée Rouge. On a même des préfets un peu agacés de constater que l’armée victorieuse, qui réussit des exploits, c’est cette armée soviétique. Cela dit quelque chose de la fascination qu’a pu exercer cette armée auprès des populations européennes, alors que du reste, on ne parle pas beaucoup des autres armées régulières.

Qui compose cette armée avant son engagement en Provence ?

C’est une armée très hétérogène à laquelle va s’ajouter un autre facteur d’hétérogénéité, celle des hommes venus de la résistance intérieure, et qui vont s’amalgamer à l’armée régulière. C’était un point important de la thèse. Quand la Première armée française (alors armée B) débarque, c’est vraiment une armée coloniale et impériale. La majorité de ses effectifs sont des soldats recrutés dans l’Empire et la majorité y a grandi, qu’elle soit colonisée ou européenne. Ce n’est pas le cas de tout le monde, car il y a une partie de Français libres de métropole avec des parcours d’une extrême complexité. Il y a aussi les évadés par l’Espagne, qui ont passé parfois du temps dans les prisons espagnoles avant de rejoindre l’Afrique du Nord. Puis, il y a des soldats réguliers, métropolitains, qui au début de la guerre se retrouvent pour diverses raisons dans l’Empire. La majorité, ce sont malgré tout, ceux que l’on a longtemps appelé les « Pieds-noirs » et que j’ai décidé d’appeler les « Européens de l’Empire ». Ils sont très nombreux, notamment ceux qui vivaient en Algérie. Effectivement, les taux de mobilisation de la population française d’Algérie, à partir de novembre 1942, sont très élevés, plus de 10%. Puis, le gouvernement se demande même s’il ne va pas faire appel aux Européennes, posant la question de la mobilisation des femmes. À partir de 1942, au moment où le CFLN commence à arriver en Afrique du Nord, il y a un débat. Julie Le Gac le montre bien, il y a des discussions mais la population européenne d’Algérie n’est pas du tout prête à ce qu’on mobilise les femmes et donc on fait plutôt appel à des volontaires. Pour revenir aux mobilisations masculines, on mobilise aussi des colonisés, selon des voies différentes. En Algérie et en Afrique occidentale française, il y a des formes de mobilisations, alors qu’au Maroc et en Tunisie c’est un appel au volontariat, même si c’est plus compliqué que cela. Donc selon des formes complexes et variées, on a globalement une moitié de soldats colonisés dans les effectifs de l’armée B au moment du débarquement.

Vous évoquez le cas des FFI incorporés, vous parlez de « non-engagement ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

L’enjeu de cette Première armée française, quand elle débarque en Provence, c’est qu’elle est confrontée à une autre armée, qui se réclame aussi d’une forte légitimité, sans doute plus forte du point de vue politique : c’est l’Armée des ombres, ce sont les résistants. Cela constitue un vrai sujet politique et militaire pour le général de Gaulle avec évidemment des contradictions entre les deux. Que faire des FFI ? Derrière ce terme, on met diverses choses : des anciens FFI, des FFI « de la dernière heure » (même si ce terme est très contesté par l’historiographie de la résistance intérieure), ou encore des individus qui n’ont pas été FFI mais sont volontaires pour rejoindre l’armée régulière. Tout ce petit monde, qui au fond, au sein même des FFI, a une expérience de guerre extrêmement hétérogène, une partie va rejoindre l’armée mais une autre ne va pas le faire. À partir de janvier 1945, le GPRF déclare une mobilisation partielle d’un certain nombre de classes. Aux archives de Vincennes, j’ai pu mesurer qu’une partie des mobilisés ne se précipite pas la fleur au fusil. . Il n’y a pas de levée en masse pour aller libérer le pays, puis pour conquérir l’Allemagne, car chacun souhaite sortir au plus vite de la guerre et de l’occupation et entrer dans le temps de la Libération. On retrouve cette ambiguïté un petit peu au niveau des FFI et des volontaires. Une fois que le village est libéré, il y a une volonté de retour à la normale qui joue aussi et qui explique qu’on ne réitère par l’engagement. Ce que j’ai surtout voulu montrer, c’est que les engagements ne sont jamais vraiment là où on les attend. Certains cadres de l’armée régulière, comme le général Juin, ont alimenté la thèse selon laquelle les communistes n’ont pas voulu continuer le combat et préféré faire la révolution. C’est un peu faux : déjà car le terme de « communiste » est trop général et regroupe toute une diversité de situation. En plus, effectivement certaines unités FFI d’obédience FTPF se débandent un petit peu et ne réitèrent pas leur engagement, non par manque de patriotisme, mais parce que c’est aussi un « joyeux bazar » et qu’en fait les hommes attendent quelques semaines, désœuvrés, en se demandant ce qui va leur arriver, et ils finissent par rentrer chez eux. Au fond, ce n’est pas linéaire, il n’y a pas de déterminant. Ce qui est sûr, c’est qu’il est faux de dire que les communistes ne se sont pas engagés dans l’armée régulière. Au contraire, il y a une acculturation de ceux-ci à la notion de patriotisme qui s’est faite, notamment, dans la Résistance intérieure. Une partie de ceux-ci disent qu’au fond, la priorité c’était de libérer la France et de battre l’Allemagne, et après faire la révolution, dans cet ordre. Je m’inscris contre une thèse, d’origine gaulliste, postulant que la France a failli basculer dans la guerre civile à la Libération et que les communistes étaient à deux doigts de prendre le pouvoir. En fait mon travail montre que pour la Première armée française, et ce que l’on a appelé l’« amalgame » (ces FFI s’engageant petit à petit) vient corroborer la thèse défendue par Philippe Buton dans son livre sur le Parti communiste à la Libération. La guerre civile était loin, car quand bien même le PCF aurait voulu prendre le pouvoir, tous ces combattants d’obédience communiste étaient plutôt partisans de se concentrer d’abord sur la victoire contre l’Allemagne avant de faire la révolution.

Il y a-t-il des tensions entre ces soldats composant l’armée B ?

Si l’on s’arrête au 15 août 1944, avant l’amalgame des FFI, on a une armée qui est traversée par des tensions et de nombreuses divergences. Julie Le Gac l’avait souligné, cette armée a en fait pour racines, l’armée de Vichy en Afrique du Nord. Robert Paxton l’a montré dans sa thèse de doctorat sur le corps des officiers de Vichy, un travail extraordinaire qui révèle que les racines de l’armée de Libération sont profondément vichyssoises. À l’été 1943, la fusion entre les deux a lieu et il n’y a plus de FFL pour ne faire théoriquement qu’une seule et même armée française. Les tensions sont très fortes, à toutes les strates mais encore faut-il nuancer. Les Français libres ont développé une culture de rebelles, de ceux qui ont dit « non », entrant en dissonance avec la culture militaire, de l’ordre, de l’obéissance, même s’il faut relativiser car ils restent, surtout sur la question coloniale, très conformistes. En revanche, au niveau du corps des officiers et notamment des généraux, le sentiment d’appartenance à un même groupe professionnel, celui des cadres de carrière, l’emporte sur les tensions politiques. Bien sûr qu’il y a les Leclerc, Monsabert, etc. et il y a des tensions, mais ce sont en fait des hommes qui viennent souvent du même monde. Ils ont fréquenté les mêmes écoles militaires et sont parfois des mêmes promotions, ce qui fait que les tensions ne sont en fait pas si fortes que cela puisqu’ils se retrouvent sur la nécessité de continuer le combat. Prenons de Gaulle et Juin comme exemple canonique. Alphonse Juin est un pur produit de l’armée d’Afrique, héros du corps expéditionnaire français en Italie, il est finalement remplacé par de Lattre à la tête de la Première armée française, notamment car il est un peu trop connoté « armée de Vichy ». Il n’empêche qu’il est très proche de De Gaulle et qu’ils se tutoient, car ils sont de la même promotion à Saint-Cyr. En fait, à mesure qu’il y a ces nouveaux venus, ces FFI d’origine diverse, communistes, anciens de l’armée régulière (ceux de l’ORA, où l’on retrouve de nombreux « vichysto-résistants »), les Français libres qui développent une culture très élitiste vont alimenter, parfois avec leurs camarades de l’armée de Vichy, un même mépris pour ces soldats de l’armée des ombres, qui en retour les qualifient souvent de la « caste ». Ils ne les considèrent pas comme de vrais combattants, qui ne savent pas se battre dans une guerre régulière, ce qui n’est par ailleurs, pas totalement faux. Il existe des archives intéressantes dans lesquelles on peut observer le regard porté par un officier, le général Brosset, pur produit des Français libres ; et un général Monsabert, très maréchaliste. Tous deux portent un discours similaire à l’encontre des FFI.

Quelle est la place des femmes dans la Première armée française ?

D’abord, cela vaut pour les populations européennes d’Algérie uniquement. Il n’a jamais été question de faire appel aux femmes colonisées. Ce sont des volontaires qui ne doivent pas avoir d’enfant, de moins de 16 ans, à charge. Elles occupent des fonctions non-combattantes, ce qui est très classique à l’époque si l’on exclue l’armée soviétique qui fait figure d’exception. Ces femmes vont être infirmières, ambulancières et parfois exposées au feu. Les archives montrent qu’elles ont surtout des fonctions de soin. Certains documents donnent à voir le regard, empreint de stéréotypes de genre. Leur effectifs est pourtant important avec à la fin de l’année 1944 et au début de l’année 1945, environ 10 000 femmes dans la Première armée française. Les rapports de préfet montrent qu’il s’agit toutefois d’une situation temporaire. Luc Capdevila a beaucoup travaillé ce fait que la guerre produit une transgression, assez mesurée et temporaire car se refermant après la guerre. Effectivement, on perçoit dans les sources une volonté que ces femmes rentrent à la maison. Certaines veulent continuer l’aventure, notamment en Indochine, mais elles sont très mal vues. Il y a bien cette idée que la parenthèse doit être refermée. C’est un sujet à propos duquel il y a encore beaucoup à dire.

Quelle perception ont les Alliés de cette Première armée française et de ses combattants ?

Je parle peu de ce sujet dans le livre, mais un peu plus dans la thèse. En fait, en novembre 1944, après quelques victoires alliées, le front s’enlise à la suite d’une offensive qui n’a pas lieu et qui serait, sans doute, liée à une faute opérationnelle de De Lattre. À partir de là, côté américain, on voit émerger, des critiques principalement à l’encontre du commandement français. Effectivement, les Américains estiment que si  la poche de Colmar n’est libérée que le 9 février 1945, c’est la faute du général de Lattre qui aurait manqué d’audace au moment où il avait les moyens de continuer sa progression. Les archives américaines montrent bien cette forme de défiance. La critique se situe plus au niveau du haut commandement que sur les soldats. Toutefois, il faut souligner que les Américains n’estiment pas trop les FFI, considérés comme de mauvais combattants dans une guerre régulière. À ce propos, de Gaulle force la main des Américains pour que les résistants soient intégrés dans l’armée régulière. Cette critique tient notamment du fait que la figure du soldat irrégulier fait peur aux armées régulières car jugé incontrôlable et indiscipliné.

Lorsque la Première armée française arrive en Allemagne, observez-vous un rejeu de la « honte noire », rappelant l’occupation de la Rhénanie ?

Oui, tout à fait et c’est impressionnant à quel point ce rejeu a eu lieu. La « honte noire » est cette accusation portée aux troupes coloniales en occupation en Rhénanie, d’avoir massivement agressé sexuellement des Allemandes. Ce fut un grand scandale des années 1920, réactivé par les Nazis et par leur propagande, ce qui peut expliquer, au moins en partie, les violences commises par les troupes de la Wehrmacht contre les tirailleurs sénégalais en 1940. Ce sujet est à l’heure actuelle bien étudié. Effectivement, il y a ce rejeu en 1945. Je le vois à travers la propagande nazie, à laquelle j’ai eu accès dans les archives départementales du Bas-Rhin et Haut-Rhin, datant de la période du Gauleiter Wagner. La bibliothèque de Strasbourg possède un fonds extraordinaire de presse. Celle-ci met en garde les populations alsaciennes contre ces « hordes de noirs et gaullistes » et emploie toute une rhétorique profondément raciste. De même, dans les archives épiscopales évoquées précédemment, ce sont souvent les tirailleurs sénégalais, appelés alors « soldats noirs/soldats nègres », qui seraient les auteurs des viols. C’est d’autant plus surprenant que, du fait d’un retrait des soldats d’Afrique subsaharienne du front de l’armée B dès octobre 1944, ils sont très peu nombreux. Il y en a, mais c’est impossible qu’il y ait autant d’accusations par rapport aux faibles effectifs présents. Il est donc possible de faire le lien avec la propagande nazie qui a martelé le fait qu’allait se reproduire une nouvelle « honte noire » au moment de l’invasion du Reich. Cela se confirme dans certains témoignages recueillis lors d’une enquête menée par le journal allemand Bade Zeitung. Cela veut dire que si les populations allemandes ont « sur-accusé » des soldats d’Afrique subsaharienne, c’est probablement en raison d’une mémoire réactivée, d’un rejeu, de la Rhénanie. C’est également un rejeu de ce qui était connu en Italie, que les soldats marocains étaient accusés d’avoir violé des Italiennes. On le perçoit en Allemagne avec ce titre générique pour les soldats, qualifiés soit de « Marokkaner » soit de tirailleurs sénégalais. Ce qui se passe en Italie en 1944 est donc aussi une forme de rejeu de la mémoire de la « honte noire », en Europe.

Avez-vous utilisé des témoignages tels que des journaux intimes, des lettres ou des publications après-guerre ?

J’en ai utilisé un petit peu, dans la thèse, mais peut-être pas assez. Pour la publication du livre, j’ai voulu remédier à ce manque de « chair et d’os » en utilisant beaucoup la base de données EGO 1939-1945 (http://www.ego.1939-1945.crhq.cnrs.fr/). Il y évidemment un biais de sélection puisqu’il s’agit de ceux qui ont pris la parole après. Pour le livre, j’ai donc eu l’impression de davantage donner la parole à des soldats « anonymes », « du rang », au parcours un peu plus « banal ».

De quelle manière avez-vous remanié la thèse pour le livre ?

Un format de livre c’est environ 800-900 000 signes et ma thèse en faisait le double. Il fallait donc réduire. J’ai dû beaucoup retravailler et cela a pris du temps. Des passages comme ceux sur la question de l’Alsace, sur les relations avec les Américains, ont clairement été mis de côté. J’ai davantage essayé de donner à voir des parcours individuels. Puis j’ai voulu muscler davantage la thèse, ma conclusion est par exemple sans doute plus forte dans le livre. Les années entre la soutenance et la publication ont permis une maturation de la réflexion ainsi qu’un certain recul. En relisant ma thèse, je me suis rendu compte que les premiers chapitres étaient peut-être un peu maladroits, portant encore les échafaudages qu’il a été facile, pour la publication, de retirer. En particulier les choses sur la Résistance intérieure qui alourdissaient le propos et qui me servaient surtout personnellement. Ensuite, alors que j’avais souvent cité trois ou quatre archives dans la thèse pour appuyer le propos, j’en avais retiré deux ou trois pour le livre. J’ai aussi diminué les chapitres sur la sortie de guerre car il fallait faire des choix et je me donc suis centrée au contraire sur les nouveautés, comme la criminalité en Allemagne, une partie que j’ai justement renforcée.



Citer ce billet
Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau (2023, 1 février). Entrevue avec Claire Miot, autour de “La Première armée française” Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u556

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search