Souffrances de campagnes : représentations et témoignages de soldats du 21e Régiment de Marche de Volontaires Étrangers (21e RMVE) sur le front français (mai-juin 1940) – Marion GROS

Communication de Marion GROS (assistante-doctorante en histoire, université de Genève-EHESS) à la journée d’étude : Mondes ruraux en guerre (France, Seconde Guerre mondiale).

Le 21e RMVE est le premier des trois régiments de marche créés dès septembre 1939 au camp du Barcarès, construit à l’origine pour accueillir des réfugiés de la guerre d’Espagne et mué en camp d’instruction. Le régiment compte 2 800 hommes, essentiellement des républicains espagnols, des Juifs d’Europe de l’Est ou d’Allemagne, des Italiens ou des Russes qui ont fui et/ou combattu les régimes autoritaires dans leurs pays. Ceux-ci sont des Engagés Volontaires pour la Durée de la Guerre (EVDG), contrairement aux engagés de la Légion proprement dite dont le contrat dure cinq ans. Mal équipés et entraînés, ils combattent contre le IIIe Reich en mai-juin 1940 dans le Nord de la France. Le régiment perd la moitié à deux tiers de ses effectifs durant les affrontements. Après sa dissolution en juillet, les soldats qui le composaient connaissent des trajectoires diverses : certains sont détenus dans des camps de prisonniers allemands ; d’autres entrent dans la Résistance et/ou quittent l’Europe pour participer à la Libération du continent ; d’autres encore gagnent la zone non occupée puis sont livrés aux nazis par les autorités de Vichy, de nombreux Juifs sont ainsi déportés dans les camps d’extermination en Allemagne et en Europe de l’Est.

Des soldats du 21e RMVE au camp du Barcarès.

Crédits : Mémorial de la Shoah/coll. Henri Zytnicki

Parmi ces engagés, quelques-uns ont laissé des témoignages, sous forme de correspondance et de journal rédigés durant les évènements, ou de récits écrits pendant la guerre et après 1945. Ces documents font figures de sources privilégiées afin d’étudier le vécu et les représentations des soldats du 21e RMVE, dont les campagnes font partie intégrante. Celles-ci n’apparaissent pas seulement, dans ces documents, comme le théâtre dans lequel se déroule l’expérience du front des auteurs, mais deviennent un sujet de description et de réflexion en soi. Les bouleversements paysagers, l’impact sur la faune et le bétail, la destruction de villages sont autant de thèmes venant dépeindre le tableau de mondes ruraux en souffrances, plongés dans la violence de la guerre moderne.

L’impact des conflits sur les espaces des champs de bataille est abordé à partir des années 1990 au sein d’études qui lient histoire environnementale et militaire. Interrogeant le concept d’« environnements militarisés », des historiens tels que Chris Pearson ou Martin Gutmann se penchent sur les modalités des conséquences de la guerre du XIXe au XXIe siècles, avec une forte attention portée au premier conflit mondial[1]. Ils affirment la nécessité d’étudier l’environnement pour penser la guerre : non seulement les conflits ont des effets environnementaux, mais l’environnement en influence la conduite. Ces travaux offrent des clés de compréhension intéressantes pour mon étude, bien que celle-ci concerne plus spécifiquement les campagnes sans toutefois se limiter aux éléments naturels du monde rural comprenant champs, forêts, animaux, mais aussi villages, fermes et habitants. Cette contribution emprunte également aux préoccupations qui sont au cœur de l’histoire militaire depuis les années 1970 et le travail pionnier de John Keegan[2]. Au croisement de l’histoire, de l’anthropologie et de la psychologie, des chercheurs s’attachent à comprendre les conflits comme expérience corporelle, sensorielle et émotionnelle extrême produisant et concentrant des violences spécifiques. Pour des historiennes et historiens tels qu’Annette Becker ou Henri Rousso, les destructions sur le champ de bataille sont de celles-ci. Cette perspective s’inscrit dans le cadre la journée d’étude Mondes ruraux en guerre : vécus et représentations (France, Seconde Guerre mondiale) ; mais aussi de ma thèse, dont l’objectif est d’étudier l’expérience de l’engagement au 21e RMVE replacée au sein des trajectoires individuelles de ses soldats entre 1939 et les années 1950[3].

Cet article reprend les questionnements qui ont guidé ma présentation lors de la journée d’étude tenue au Mémorial de Caen en novembre dernier. Tout d’abord, de quelle manière les combattants du 21e RMVE décrivent-ils l’impact de la guerre sur l’environnement et dans quelle mesure cela influence-t-il leur expérience, leur perception du conflit et de son sens ? En outre, le fait qu’il s’agisse d’étrangers apporte-t-il un point de vue particulier ? Je tente d’y répondre en développant deux éléments : les campagnes comme paysage de guerre et du champ de bataille que les soldats découvrent, dans lequel ils se déplacent, luttent et survivent ; et l’environnement rural en guerre soumis à l’impact de l’armement moderne. Je m’inspire ici de la catégorisation proposée par Pierre-Louis Buzzi, qui écrit que « le paysage constitue le décor de conflits qui le modifient et l’altèrent, partiellement ou totalement. Le paysage de guerre devenant un paysage en guerre » remodelé « aussi bien dans sa matérialité que dans sa perception »[4].

En termes de sources, l’analyse repose sur un ensemble documentaire composé du témoignage de Boris Holban, militant communiste né dans la province roumaine de Bessarabie ; d’une correspondance entre Robert Michon, d’origine turque, et sa fiancée entre septembre 1939 et juillet 1940 ; du carnet de captivité du réfugié originaire de Russie et apatride Léon de Rosen, qu’il fait publier en 2000 ; et du livre A Thousand Shall Fall, sorti en 1941 aux États-Unis et écrit par Hans Habe, János Békessy de son vrai nom, écrivain né à Budapest dans une famille juive[5]. Ce corpus comprend donc des sources hétérogènes du point de vue de la démarche rédactionnelle, de leurs destinataires et de leur temporalité, ce qui constitue une difficulté et à la fois une richesse. Leurs auteurs sont des individus d’origine juive émigrés d’Europe de l’Est dans les années 1930, qui représentent un fort contingent au sein du régiment et sont ceux qui ont livré l’essentiel des sources personnelles émanant des soldats du 21e RMVE. Nous pouvons aussi noter que tous s’engagent à Paris, vivent plutôt dans des zones urbaines et découvrent donc les campagnes françaises lors de leur montée au front. Enfin, ils ont réalisé des études universitaires en France ou dans d’autres pays et ont une certaine aisance avec le procédé d’écriture, particulièrement Hans Habe du fait de son métier d’écrivain.

Les campagnes, paysage de guerre : environnement et découverte  

Paysage de guerre, les campagnes constituent l’environnement du champ de bataille que les soldats découvrent dès leur montée au front. Au début du mois de mai 1940, ils partent du Barcarès pour traverser la France en train jusqu’en Alsace. En route et une fois sur place, la découverte des paysages ruraux est chargée de représentations romantiques. Robert Michon écrit à sa fiancée : « La campagne est très belle ; et il fait un vrai temps de 1er mai. […], j’ai vu les vignes qui commencent à fleurir, les arbres fruitiers aussi. C’est un plaisir d’admirer la nature ; je ne sais pas ce que nous trouverons là-haut »[6]. Et d’évoquer, dans une autre lettre : « Le temps est splendide aujourd’hui, et c’est à travers une campagne de verdure et ensoleillée que nous nous acheminons vers notre destinée. Il fait même chaud. Vers midi nous nous sommes arrêtés en pleine campagne et nous avons déjeuner sur l’herbe »[7]. Une fois arrivé dans le village de Brumath, en Alsace, il poursuit : « En tout cas, notre petit village est très coquet, les maisons jolies et les paysans aimables. Il y a des poules, des coqs, des vaches : la campagne est très belle alentour. Surtout tout ici respire le calme et la tranquillité »[8]. Le soldat dépeint à sa fiancée une nature luxuriante et paisible où tout respire la vie, ce qui est tout autant un moyen d’éviter la censure en se concentrant sur des thématiques non militaires, qu’une façon de la rassurer sur son sort en lui signifiant qu’il ne court aucun danger. Il ajoute même vivre « une petite vie de paysan »[9]. Au-delà de sa beauté, c’est l’aspect authentiquement pittoresque de cet environnement qu’il apprécie, en comparaison avec les environs de Paris qu’il connaît bien. Il convient de noter que cette admiration et l’étonnement devant les campagnes lors de l’arrivée au front ne sont pas l’apanage des étrangers : de nombreux soldats français de la Grande Guerre découvrent également cette ruralité du Nord et insistent sur le cadre bucolique des premiers jours dans leurs courriers et témoignages[10].

Suite à l’offensive allemande, les soldats du 21e RMVE quittent l’Alsace le 22 mai pour prendre la direction des Ardennes. Le régiment longe le flanc ouest de la forêt d’Argonne et monte vers le Nord afin d’atteindre la courbe du Canal des Ardennes au niveau du village de Le Chesne. Entre le 25 mai et le 10 juin, les différentes compagnies du régiment stationnent à tour de rôle sur trois positions : à quelques kilomètres en arrière de la ligne du front au Sud de la ferme Saint-Denis, sur le secteur allant de Le Chesne à la courbe du canal, puis sur une portion de territoire entre le canal et le village des Petites-Armoises. Dans son journal, Léon de Rosen raconte l’épisode d’arrivée sur la ligne de front : « Le 21e RMVE fut disséminé dans les bois environnants. […] Le 24 mai 1940, après une marche de nuit, nous arrivâmes à quelques kilomètres du Canal des Ardennes où nous devions relever les unités françaises. Nous marchions à l’aube, à travers champs »[11]. Dès ce moment, les campagnes ne sont plus uniquement le décor des affrontements mais forment, pour reprendre l’expression de Stéphane Audoin-Rouzeau, « l’entour des corps » combattants[12]. Les villages, les fermes, les champs et les forêts sont à la fois les lieux dans lesquels les hommes prennent leurs repas et du repos, passent la nuit, sociabilisent entre camarades, et sont amenés à combattre. Cet environnement influence alors de façon essentielle leur expérience guerrière en imposant des conditions d’existence et de survie, et en s’imposant comme des terrains hostiles ou salvateurs.

Depuis la Première Guerre mondiale, le champ de bataille devient plus inhospitalier et dangereux que jamais. En raison d’une puissance de feu de plus en plus destructrice de l’armement moderne, les hommes ne combattent plus debout en plaine, mais luttent couchés, s’enterrant dans des tranchées et les aspérités du terrain. Sur les berges du Canal et aux abords boisés des villages, les trous creusés par les affrontements ou les combattants eux-mêmes deviennent des postes pour guetteurs et mitrailleurs ainsi que des abris pour se dissimuler face aux tirs. À ce propos, Léon de Rosen relate : « Le soir venu nous fûmes répartis tout au long du canal des Ardennes. Quelques mètres seulement nous séparaient de l’ennemi qui occupait la berge du canal opposée à la nôtre. Les soldats que nous avions relevés avaient creusé des trous tout au long de la berge que nous occupions et nous pûmes nous y abriter. Il n’était pas question de se promener sur la berge, au-dessus des trous. Un malheureux qui le fit, par distraction, fut immédiatement tué d’une balle dans la tête »[13]. Il arrive souvent que les hommes occupent ces cavités durant plusieurs nuits et jours consécutifs, soumis aux aléas de la température, des intempéries et éprouvés par les assauts de l’artillerie. Robert Michon évoque quant à lui sa « cagna », construite dans les bois. Les forêts en elles-mêmes offrent des couvertures aux avions et aux positions d’artillerie. Lors de la défense des villages, les combattants tentent aussi de tenir la position face à l’ennemi dans des habitations, à l’instar de Léon de Rosen qui prend place avec d’autres hommes dans une maison pour défendre le village d’Allain. Le soldat d’origine russe mentionne en outre l’apport en nourriture offerts par « les fermes et les champs que les habitants avaient abandonnés »[14]. Arrivé fin mai à la ferme de Saint-Denis, Hans Habe raconte que les quelques porcs laissés par les propriétaires sont tués par un soldat boucher pour être consommés. Synonyme d’épreuve et de danger, cet environnement rural offre ainsi des ressources alimentaires, sources de réconfort et compensations face aux difficultés d’approvisionnement.

La quiétude et la luxuriance des campagnes sont donc bouleversées par le début des combats, produisant un choc perceptible au sein des écrits combattants. Hans Habe raconte ainsi son baptême du feu : « Même sous le feu, nous ne réalisions pas encore pleinement ce qui arrivait ; nous étions trop accoutumés à prendre toute chose comme une plaisanterie. Soudain, une femme poussa un hurlement douloureux. Au milieu de la prairie, une voiture d’enfant, que nous apercevions comme une tache blanche au milieu du vert, avait été touchée. La femme, en blanc elle aussi, était penchée sur le berceau et hurlait. Les avions dessinaient des cercles autour de la ville. Cinq minutes trop tard, la sirène commença à meugler dans la tour de l’église, étouffant les cris de la maman. Le soleil brillait toujours, c’était encore dimanche dans les champs. Garai et moi partîmes à courir à travers la prairie. La femme couvrait le bébé de son corps. Une balle avait traversé la capote du landau et frappé l’enfant en pleine tête. Le premier mort de la guerre apparu sous mes yeux était un bébé »[15]. De paysage de guerre, les campagnes deviennent soudain des paysages de souffrances et de destruction – effet particulièrement amplifié dans ce passage car la mort frappe un enfant.

Un monde rural en guerre : de la contemplation à la désolation

Dans leurs écrits, les combattants mettent en avant l’impact de la guerre industrielle sur les paysages, villages et animaux ; offrant des visions d’un monde rural en guerre provocateur de désolation après la contemplation, pour reprendre une nouvelle fois les mots de Pierre-Louis Buzzi[16]. Ces descriptions s’accompagnent de réflexions et de sentiments quant à l’irruption de la guerre et de ses conséquences au sein des mondes ruraux qui deviennent des sujets à part entière et vivent l’expérience du conflit au même titre que les soldats. Le conflit industriel dans lequel prend place la bataille de France se caractérise, comme la Grande Guerre avant lui, par un impact décuplé de la guerre sur l’environnement. Bien que les ravages envers les campagnes soient plus limités qu’entre 1914 et 1918, ils sont évoqués de façon récurrente et s’accompagnent dans les sources d’une prise de conscience des terribles réalités du conflit.

Léon de Rosen s’attarde au jour le jour sur les bombardements, le « bruit des explosions », la traversée de nuit « des villages vides où les maisons bombardées flambaient encore »[17]. Lors de la défense d’Allain, il relate : « Nous descendons tous dans la cave où on couche sur des matelas, cependant qu’au-dessus de nous, les obus éclatent. […] Dehors, des chevaux, blessés et affolés circulent aveuglément. L’église est atteinte. Une maison brûle. […] Ambiance pénible et triste »[18]. Boris Holban livre lui aussi images de désolation et de destruction dans son témoignage : « Nous traversions des villages abandonnés à la hâte ; les portes sont ouvertes et, quelquefois, le couvert est mis et les lits sont défaits. Dans les cours ou les champs erre le bétail »[19]. Dans les villages de Le Chesne et des Petites Armoises, le soldat roumain et ses camarades doivent enjamber « les morts sur le terrain ou dans les tranchées »[20]. En les transformant en champs de bataille, la guerre interrompt et détruit la vie des campagnes, métamorphosant un environnement idyllique en « enfer »[21].

Destructions de bâtiments, 10 mai 1940.

Source : SHD, en ligne sur cheminsdememoire.gouv.fr

À l’instar des écrits produits par des combattants de toutes nationalités de la Première Guerre mondiale, les animaux prennent une place particulière dans les descriptions. Outre les équidés gisant sur les routes et dans les champs, Léon de Rosen parle « des vaches, non traites depuis plusieurs jours [qui] beuglaient lamentablement »[22]. Hans Habe raconte : « Évacuée dans la plus grande hâte, la population avait laissé derrière elle presque tout le bétail. Dans les champs, les vaches couraient en meuglant de tous côtés et par centaines à travers les prés. En l’absence de traites, leurs trayons devenus énormes et douloureux pendaient jusqu’au sol. Elles devenaient agressives et incontrôlables. […] À plusieurs reprises, une vache se coucha directement en face de mon télescope et me dévisagea avec de grands yeux tristes de réprobation. Beaucoup furent tuées par balles ou éclats d’obus, ou moururent d’autres façons »[23]. Ces lignes sont empreintes d’une forme de reconnaissance de la souffrance animale et procèdent d’une individualisation des bêtes tuées. Les deux soldats témoignent de ce que Stéphane Audoin-Rouzeau identifie comme une anthropomorphisation rendue possible par des rapprochements corporels dans le cadre des violences extrêmes du champ de bataille : dans l’imaginaire des combattants, la souffrance des bêtes, leur désorientation, leurs corps blessés et leur mort brutale sont reliés aux épreuves endurées par les hommes.

Rue du Musée à Bailleul, en 1940.

Source : https://www.lavoixdunord.fr/1039391/article/2021-07-02/bailleul-la-rue-du-musee-cimetiere-des-chevaux-et-des-animaux-en-1940

L’écrivain hongrois raconte qu’au moment où le soldat boucher tue les cochons de la ferme Saint-Denis, les hommes ressentent un certain malaise : « Après deux jours de tergiversations, Gomez, le couteau de tranchée à la main, s’élançant à leur poursuite, affronta les cochons. Les pauvres bêtes grognaient et lâchaient des cris aigus. Le sang coulait de leurs blessures, mais elles s’échappaient et couraient dans la cour en tous sens. Notre colonel assistait à la scène. Il détourna les yeux et n’intervint pas ; la faim était plus forte que la question de conscience »[24]. Alors que la guerre consacre une rencontre et une cohabitation avec la souffrance et la mort, l’agonie des animaux est difficile à soutenir, sans doute parce que certains soldats y voient se refléter leur propre destin. D’autant plus que depuis 1914 l’association entre guerre et boucherie domine les écrits combattants dans un processus de déshumanisation. Tuer ces cochons, bien que dans un but alimentaire, semble revenir à en faire des victimes supplémentaires de la souffrance corporelle de la guerre, véritable chaos humain et animal.

Les campagnes impactées par le conflit donnent ainsi l’impression d’une violence totale. De même qu’il est impossible de comprendre le vécu des individus sans prendre en compte la manière dont ceux-ci évoluent dans l’environnement rural, sort des campagnes et sort des combattants semblent intrinsèquement liés. Comme l’indique Annette Becker, les destructions du monde rural transformé en champ de bataille deviennent des « répliques symboliques des blessures et de la mort »[25].

Il est intéressant de s’attarder sur les lettres de Robert Michon, qui se démarquent du reste du corpus. Jusqu’aux environs du 9 juin, sans éclipser totalement les sombres réalités du front, ce ne sont pas les éléments destructeurs qui dominent ses lettres mais plutôt les images réconfortantes associées à la présence d’éléments naturels. « En fait de musique, j’entends le chant du coucou et le son du canon. Ça va très bien ensemble. Il y a même des fleurs ici, et ma foi pour commencer je t’envoie cette marguerite ; ce soir je cueillerai d’autres fleurs pour t’en envoyer »[26]. Il écrit également : « La charmante région où je me trouve est toute boisée, fleurie et les oiseaux ne cessent de siffler tout le temps surtout le coucou. Même le son du canon, si fort et si continuel soit-il n’arrive pas à concurrencer les oiseaux. Et quand nous avons du soleil, l’illusion pourrait être complète qu’on se trouve en vacances, mais les boches se chargent de nous ramener à la triste réalité. Bref passons »[27]. Les oiseaux sont un thème de la nature romantique récurrents chez les combattants de 1914-1918, témoins d’une vie qui persiste au cœur même de la guerre. Les fleurs forment un leitmotiv dans les lettres du soldat d’origine turque, alimentant la relation romantique qui lie l’auteur à la destinataire, tout en reflétant la valeur particulière associée aux campagnes au sein de l’expérience vécue. Mais à mesure que les combats font rage et que la débâcle se précise, bien qu’il ne décrive toujours pas de scènes de combat, Robert Michon laisse davantage transparaître l’horreur de ce qu’il subit : « Mes nerfs sont encore solides, mais il serait temps qu’ils soient un peu éloignés de ce cauchemar épouvantable pour se remettre un peu », puis « j’ai les nerfs brisés », après avoir failli mourir sous une bombe le 9 juin[28].

Bien que cette correspondance se démarque des autres sources étudiées en éludant davantage la violence du front – ce qui peut s’expliquer par le contexte de production et la nature de la source – , les descriptions d’une campagne bucolique et des moments de connexion avec cette dernière ne sont pas l’apanage des lettres de Robert Michon. La présence de représentations paradoxales alimente, dans les autres écrits étudiés, la construction de dichotomies : naturel et artificiel, vie et mort calme et violence. Pour ne citer qu’un exemple tiré du témoignage d’Hans Habe : « Il était six heures vingt. Un silence lourd de menaces s’installa sur la campagne. C’était comme si un chef d’orchestre divin avait d’un geste de sa baguette commandé à tout un orchestre de se taire. Plus rien ne bougeait. Pas un souffle de vent. Chaque chose semblait pétrifiée. La matinée était fraîche, humide de rosée printanière. La nature sortait de son bain. À moins de se forcer, on ne sentait plus la poudre et on n’entendait plus le feu. De tels silences grandioses et subits de la nature surviennent seulement sur les champs de bataille »[29]. Ainsi, c’est la survie parfois infime de la nature, que le soldat rencontre et auquel il est attentif, qui apporte réconfort émotionnel et espoir. D’après Chris Pearson, « comme cela avait été le cas pendant la guerre franco-prussienne et la Première Guerre mondiale, les observateurs ont opposé le calme, l’éternité et la sagesse de la nature à la folie et à l’horreur de la guerre mécanisée »[30]. Oscillant entre ténacité et doute, résignation et espoir, les visions, dichotomies et affects associés aux campagnes détruites ou préservées jouent un rôle important sur le moral des soldats et nourrissent les significations fluctuantes données au conflit. Ces hommes ont subi les persécutions de régimes autoritaires avant de fuir leurs pays pour se réfugier en France. Ils affirment s’être engagés pour lutter contre une invasion lourde de conséquences pour le pays et le monde en cas de victoire allemande ou revendiquent, pour Boris Holban par exemple, un antifascisme découlant d’un militantisme communiste. Même s’il convient de prendre en compte d’autres facteurs d’enrôlement plus matériels et intéressés, il faut constater que malgré le choc provoqué par la guerre industrielle, peu de soldats remettent en cause leur engagement dans le conflit. Une perte de sens temporaire peut néanmoins se manifester lorsque le combattant est submergé par la peur de la mort, qu’il se terre dans un trou pour survivre ou dans les décombres de maisons en ruines. Quand les affrontements semblent trop horribles à surmonter, les bribes de vie trouvées dans la campagne qui les entoure peuvent devenir des éléments immédiats auxquels se raccrocher.

Après l’armistice, alors que les hommes du 21e RMVE sont menés vers des camps de prisonniers après leur capture ou réussissent à gagner les centres de démobilisation, les visions d’une nature intacte et paisible prennent petit à petit le dessus sur celles des « campagnes ravagées » et des villages incendiés[31]. Les témoins se livrent alors à des « contemplations pastorales »[32]. Hans Habe écrit : « Lorsque nous sortions de l’enfer des localités incendiées, le printemps nous frappait soudainement le visage. Les deux minutes d’horreur à traverser une agglomération semblaient alors n’avoir été qu’un cauchemar. Le ciel était bleu et de petits nuages blancs folâtraient dans le ciel. Quand la route était libre de chevaux morts, je respirais un air doux qui sentait la vie. Je pouvais m’imaginer voir un paysan labourant son champ en s’arrêtant de temps à autre pour regarder au loin le clocher de l’église et pour remercier Dieu de ses bontés. Je pouvais sentir l’odeur de la terre, l’odeur de la bonne pluie de juin, l’odeur des chevaux en sueur, l’odeur des blouses blanches amidonnées des jeunes paysannes »[33]. La campagne devient le symbole du retour à la vie, combinant beauté esthétique, valeur de résilience et regain de sens après la défaite. Cela est également visible dans cette description faite par l’écrivain hongrois : « Je sentais que je n’avais pas combattu en vain. La nuit tomba. Je n’avais plus peur du lendemain. La campagne était silencieuse autour de moi. Je joignis les mains et me tut de peur de déranger le calme divin. Dans un village au loin, les cloches se mirent à sonner. Devant moi, la route était belle et libre comme la vie »[34]. Le soldat a alors la sensation d’avoir « échappé à mille enfers, déjoué un millier de diables, fui un million de démons »[35]. Une impression forte se dégage de ces lignes : celle que son auteur est ressuscité d’entre les morts après la terreur de la bataille.

Sur le chemin du camp de prisonnier, où il sera détenu durant plusieurs années, Léon de Rosen affirme lui aussi combien le chemin est « agréable » dans les champs et les bois de la forêt de Haye, « à l’abri de cette fraîche et silencieuse verdure »[36]. Cette impression s’accentue à mesure que le soldat s’éloigne des lieux dévastés des combats : « Sur notre droite, la Moselle s’étire paresseusement, le long de doux vallons couronnés de villages, de forêts et de forts, des champs de vigne et de fraises »[37]. Tout comme les animaux souffrants et gisants pendant les affrontements, le fleuve est ici anthropomorphisé. Mais ce procédé véhicule, pour l’auteur et dans ces lignes, des significations et sentiments différents : loin de représenter l’horreur suprême de la guerre moderne, Léon de Rosen renvoie à un renouveau après les épreuves traversées, s’imposant comme une métaphore de la vie.

Forêt de Haye

Crédits et source : Association de Sauvegarde et de Promotion de la forêt de Haye, https://www.foretdehaye.org/massif-forestier-de-haye/

Conclusion

Paysage de guerre et paysage en guerre, les campagnes sont présentes dans l’ensemble des écrits produits par les soldats étudiés. En tant qu’environnement du champ de bataille, le monde rural découvert sur le front s’impose comme un acteur à part entière de l’expérience combattante des individus, avec lequel ceux-ci interagissent, dans un jeu constant de vécus et de représentations empreintes de brutalité et d’épreuves, de contemplation et d’espoir. En ce qui concerne la seconde question posée au début de cet article – en quoi ces descriptions et représentations de la ruralité faites par des soldats étrangers se démarquent-elles par rapport à des récits produits par des Français ? – il est difficile d’y répondre en ayant accès à un nombre restreint de témoignages. Cependant, malgré le caractère limité de cette brève analyse, il me semble plutôt devoir conclure à une similitude, notamment en comparant avec les écrits des combattants de 1914-1918. Bien que les ravages infligés aux campagnes du Nord de la France entre mai et juin 1940 soient plus restreints que durant la Grande Guerre, et que le second conflit mondial se démarque surtout par un fort impact sur le tissu urbain en raison de l’usage intensif des bombardements aériens, les images de destruction de l’environnement rural marquent de manière durable les combattants du 21e RMVE. Comme l’écrit Annette Becker, « les paysages naturels et urbains transformés par la Seconde Guerre mondiale ont ceci de particulier qu’ils sont tous très différents et renvoient à un récit singulier de la guerre : les bombardements, les débarquements, les combats de la Libération, la Résistance, l’internement, la Déportation, etc. »[38]. Les soldats du 21e RMVE connaissent tous au moins un de ces vécus après la dissolution du régiment au mois de juillet 1940. Leur expérience des campagnes françaises ne s’arrête donc pas à la bataille de France. Par exemple, certains entrent dans un mouvement de résistance et intègrent des maquis dans des espaces ruraux qui deviennent des refuges pour une guerre d’un autre type menée contre l’occupant.


[1] Pearson, Chris, Mobilizing nature: the environmental history of war and militarization in modern France, Manchester, Manchester University Press, 2012 ; Pearson, Chris, “
Researching Militarized Landscapes: A Literature Review on War and the Militarization of the Environment”, Landscape research, 2012, Vol. 37 (1),  p. 115-133 ; Gutmann, Martin, “The Nature of Total War: Grasping the Global Environmental Dimensions of World War II: Nature of Total War”, History compass, 2015, Vol.13 (5), p.251-261; Tucker, Richard, Russell, Edmund (éds.), Natural enemy, natural ally : toward an environmental history of warfare, Corvallis, Oregon State University Press, 2004; Keller, Tait, “The Ecological Edges of Belligerency : Toward a Global Environmental History of the First World War”, Annales, 2016, Vol. 71 (1), p. 61-78.

[2] Keegan, John, The face of battle, London, Jonathan Cape, 1976.

[3] Ma thèse s’intitule : « Les hommes du 21e Régiment de Marche de Volontaires Étrangers : étude micro-historique d’engagements et de trajectoires individuelles (1939-2000) »

[4] Buzzi, Pierre-Louis, « Guerre et paysage », en ligne : https://ehne.fr/fr/encyclopedie/thématiques/guerres-traces-mémoires/objets-et-aspects-matériels/guerres-et-paysages (dernière consultation le 31 janvier 2023 à 19h33). Voir également « Paysages en guerre – Paysages de guerre », Les Chemins de la Mémoire, en ligne : https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/paysages-en-guerre-paysages-de-guerre (dernière consultation le 31 janvier 2023 à 19h36).

[5] Holban, Boris, Testament : après quarante-cinq ans de silence, le chef militaire des FTP-MOI de Paris parle, Paris, Calmann-Lévy, 1989 ; Michon, Didier, Du Barcarès aux Ardennes, Correspondance entre un engagé volontaire et sa fiancée durant la « drôle de guerre » (juillet 1939-décembre 1940), Paris, L’Harmattan, 2018 ; De Rosen, Léon, Une captivité singulière à Metz sous l’occupation allemande (1939-1940), Paris, L’Harmattan, 2000 ; Habe, Hans, A Thousand Shall Fall, New York, Harcourt, Brace and Co, 1941. L’extrait cité, comme tous ceux cités dans la suite de l’article, provient de l’adaptation française réalisée par André Blitte en 2014 : Hans Habe, Mes jeunes années, en ligne : https://www.quatrea.com/files/HABE–01–MES-JEUNES-ANNEES.pdf ;

[6] Michon, Du Barcarès aux Ardennes, op.cit., p. 351.

[7] Ibid., p. 353.

[8] Ibid., p. 355.

[9] Ibid., p. 357.

[10] Caron, Jean-Claude, Chauvaud, Frédéric, Les campagnes dans les sociétés européennes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 162.

[11] De Rosen, Une captivité singulière à Metz sous l’occupation allemande, op.cit., p. 10-11.

[12] Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre : une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXe siècle), Paris, Seuil, 2008, p. 243.

[13] De Rosen, Une captivité singulière à Metz sous l’occupation allemande, op.cit., p. 11.

[14] Idem.

[15] Habe, Mes jeunes années, op.cit., p. 306.

[16] Buzzi, Pierre-Louis, « Guerre et paysage », en ligne : https://ehne.fr/fr/encyclopedie/thématiques/guerres-traces-mémoires/objets-et-aspects-matériels/guerres-et-paysages (dernière consultation le 31 janvier 2023 à 19h33).

[17] De Rosen, Une captivité singulière à Metz sous l’occupation allemande, op.cit., p. 10-11.

[18] Ibid., p. 14.

[19] Holban, Testament, op. cit., p. 61.

[20] Idem.

[21] Idem.

[22] De Rosen, Une captivité singulière à Metz sous l’occupation allemande, op.cit., p. 10-11.

[23] Habe, Mes jeunes années, op.cit., p. 349-350.

[24] Ibid., p. 349.

[25] « Paysages en guerre – Paysages de guerre », Les Chemins de la Mémoire, en ligne : https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/paysages-en-guerre-paysages-de-guerre (dernière consultation le 31 janvier 2023 à 19h36).

[26] Michon, Du Barcarès aux Ardennes, op.cit., p. 384.

[27] Ibid., p398.

[28] Ibid., p. 403 et p. 417.

[29] Habe, Mes jeunes années, op.cit., p. 364.

[30] Pearson, Mobilizing nature, op.ci., p. 154.

[31] Habe, Mes jeunes années, op.cit., p. 462.

[32] Pearson, Mobilizing nature, op.ci., p. 100.

[33] Habe, Mes jeunes années, op.cit., p. 451.

[34] Ibid., p. 662.

[35] Idem.

[36] De Rosen, Une captivité singulière à Metz sous l’occupation allemande, op.cit., p. 31.

[37] Idem.

[38] « Paysages en guerre – Paysages de guerre », Les Chemins de la Mémoire, en ligne : https://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/paysages-en-guerre-paysages-de-guerre (dernière consultation le 31 janvier 2023 à 19h36).



Citer ce billet
Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau (2023, 6 mars). Souffrances de campagnes : représentations et témoignages de soldats du 21e Régiment de Marche de Volontaires Étrangers (21e RMVE) sur le front français (mai-juin 1940) – Marion GROS. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55b

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search