Vichy au village : les Chantiers de jeunesse et le monde rural – Christophe PÉCOUT

Communication de Christophe PÉCOUT (MCF en STAPS, Université de Rouen-Normandie) à la journée d’études : Mondes ruraux en guerre (France, Seconde Guerre mondiale)

Ce sujet a été peu voire pas du tout abordé dans l’historiographie des Chantiers. En effet, la majorité des travaux scientifiques (qui apparaissent dans les années 1960) a surtout privilégié une vue d’en haut à savoir une histoire institutionnelle et politique de l’organisation. Travaux historiques qui viennent se heurter à la mémoire résistancialiste des Chantiers défendue par l’Amicale Nationale des Anciens des Chantiers (1968). Ce qui est donc pertinent dans cette question des relations entre les Chantiers et le monde rural, c’est la possibilité d’une analyse locale, plus fine, illustrant ainsi la complexité à appréhender de manière globale cette organisation des Chantiers. Car leur histoire, si elle est en partie liée aux directives de Vichy, elle est également dictée par l’attitudes des chefs, aux comportements des jeunes et bien sûr aux relations entretenues avec leur environnement proche et avec la population locale majoritairement rurale. La question centrale est donc celle de l’accueil de ces Chantiers par ce monde rural. Quelles relations vont entretenir les chefs des chantiers avec les autorités locales ? Quels rôles ont-ils tenu au sein de ces territoires/terroirs ruraux ? Comment ce monde rural s’accommode-t-il de cette présence soudaine de centaine de jeunes gens ?

Par cette présentation, l’objectif est de démontrer que si l’implantation rurale des Chantiers répond à des finalités éducative, politique et économique, les relations avec la population locale rurale sont loin d’être idylliques jusqu’à leur rejet complet à partir de l’année 1943. Si des généralités peuvent ressortir sur cette question, j’illustrerai avec l’exemple du groupement 11, basé à Villars-de Lans dans le Vercors. Enfin, précisons qu’ici nous nous plaçons du point de vue des Chantiers, il serait donc nécessaire pour compléter l’analyse de se placer du côté des villages notamment en analysant les délibérations municipales.

La ruralité comme idéal éducatif de la jeunesse

Nés au lendemain de la démobilisation, les Chantiers deviennent un service civil obligatoire, suppléant la conscription militaire supprimée, officialisés par la loi du 31 juillet 1940 puis celle du 18 janvier 1941. Cette loi mobilise pendant huit mois tous les citoyens masculins français âgés de vingt ans. Présent uniquement en zone libre, l’organisation se structure autour d’un commissariat général basé à Chatel Guyon (Puy-de-Dôme) dirigé par le général Joseph de la Porte du Theil, un fidèle de Pétain. Elle se découpe en six provinces (Alpes-Jura, Languedoc, Auvergne, Pyrénées-Gascogne, Provence et Afrique du Nord) composée chacune d’un nombre de groupements numérotés comprenant environ 1500 personnes. Leur mission se veut double : former physiquement et moralement la jeunesse et participer à des travaux d’intérêt général. Ces missions vont d’ailleurs déterminer leur implantation rurale.

(Source : Leleu, Passera, Quellien, Daeffler, La France pendant la Seconde guerre mondiale, atlas historique, 2010, p.79.)

En effet le choix des lieux est dicté par le Commissaire Général lui-même qui, en partisan de Pétain, défend l’idéologie terrienne et paysanne du Régime. En même temps en tant qu’ancien scout, il est partisan d’une formation des jeunes par la nature et le plein air c’est pourquoi il souhaite avant tout que les Chantiers s’installent loin des villes dans les mœurs sont stigmatisées par la propagande vichyste. D’ailleurs pour le Commissaire général « on n’a presque toujours que des avantages à fréquenter les familles paysannes, c’est là que la tradition française s’est encore conservée la plus pure » (Bulletin périodique officiel des Chantiers, septembre 1940). Ce choix de l’implantation rurale répond donc à une finalité éducative. N’oublions pas que la propagande vichyste fait de l’éducation de la jeunesse une des causes de la défaite de juin 1940, d’où sa volonté de l’encadrer pour la redresser et la régénérer (Halls, 1988 ; Giolitto, 1991 ; Pécout, 2007). Le choix de faire vivre à ces jeunes une vie rudimentaire dans des camps isolés, avec la pratique quotidienne d’exercices physiques (hébertisme) ainsi qu’un travail manuel répond au projet éducatif vichyste. À ce titre les Chantiers sont rattachés au ministère de l’Éducation Nationale jusqu’en mars 1943. En parallèle, dès l’origine du projet, les Chantiers envisagent de participer à des travaux d’intérêt général mais toujours dans une optique formatrice c’est pourquoi, De La Porte du Theil demande aux Eaux et Forêts, des coupes de bois à effectuer d’où leur installation proche des forêts et en région montagneuse (50% des groupements).

D’un point de vue organisationnel, l’implantation administrative du groupement se porte le plus souvent sur une petite ville permettant une facilité logistique pour le commandement (transports, communications, logement du personnel administratif et médical). Le Groupement 11 s’installe à Villars de Lans, (commune de 2500 habitants) qui a l’avantage d’être une station d’hiver touristique d’où la présence de nombreux hôtels. Ensuite le groupement est divisé en 10 à 12 groupes d’une centaine d’individus repartis géographiquement autour du groupement et donc au plus près des villages avoisinants. Pour le G11 : groupes 1 et 9 à Méaudre (600 habitants), groupe 4 à Corrençon-en-Vercors, (170 habitants), groupes 5 et 6 à Autrans (900 habitants), Valchevrière (groupe 2), Lans-en-Vercors (groupe 3), Peuil (groupe 7), Bois-Barbu (groupe 8), La Fauge (groupe 10). C’est donc au niveau du groupe que les relations avec ce monde rural s’opèrent.

S’il existe une volonté de faire vivre les groupements en autarcie, les chefs entrent en relation avec les autorités locales ainsi qu’avec la population locale, ce qui n’est pas, comme nous allons le voir, sans poser de problème. Il faut dire que l’arrivée de ces centaines de jeunes, la création et l’installation des camps proches des fermes et des terres cultivées, la lourde logistique mise en œuvre, la présence de chefs (majorité d’officiers) suscitent selon, de la distance, de l’interrogation, de la crainte voire du rejet. Les compte-rendu mensuels des groupements, qui paraissent à partir de septembre 1940 dont il existe une rubrique « « relations avec l’extérieur » en témoignent :

« Les rapports avec les municipalités, avec les curés, les instituteurs ont été en général assez vagues et distants au début : on se méfiait de cette nouveauté. Dans deux communes, il y a eu de l’obstruction et de la mauvaise volonté pour ne pas dire de l’hostilité mesquine ou tendancieuse. (Rapport mensuel groupement 33, Drôme, novembre 1940)

 « Rapports avec les autorités locales pratiquement inexistantes en raison de l’apathie du maire et du président de la section locale de la Légion qui ne font rien pour la Révolution Nationale » (Rapport mensuel groupement 23, Hérault, décembre 1941)

 Si d’un côté l’on parle des groupements comme des gêneurs, une charge voire des pillards, d’un autre côté, on note des relations correctes voire satisfaisantes avec les locaux. Dans tous les cas, il faut comprendre que les Chantiers incarnent physiquement et idéologiquement Vichy au sein des villages.

Un représentant de Vichy au village 

Effectivement, les Chantiers sont une organisation de jeunesse au service de la Révolution nationale. Au sein des groupes, la propagande pétainiste est diffusée quotidiennement. Cela passe par les veillées au cours desquelles les chefs exaltent le Maréchal et fustigent De Gaulle, les Anglais, les communistes ; la presse interne loue le régionalisme (« petite patrie ») ; des conférences sont données sur la paysannerie. D’ailleurs un des objectifs affichés des Chantiers est de faire des jeunes mobilisés, pour la plupart des locaux, des futurs propagandistes de la Révolution Nationale auprès de leur famille et dans leurs villages. Ce qui constituera un échec tant les jeunes rejettent ce stage.

Cette représentation de Vichy au village s’incarne principalement lors des cérémonies ou fêtes. Ainsi, les jeunes des Chantiers participent à toutes les commémorations ainsi qu’aux fêtes de propagande du régime comme la Fête Jeanne d’arc. Celle de 1943 a permis de « resserrer les liens avec les autorités locales » (compte-rendu du G11, avril-mai 1943). Ajoutons les cérémonies propres aux Chantiers (fête du drapeau, anniversaire du groupement, visite du Commissaire Général voire visite de Pétain). Cela occasionne des défilés dans les villages, des rencontres avec les autorités politiques locales (maires, élus). Par ce moyen les Chantiers se montrent à la population locale en affichant leur soutien à Pétain. En ce qui concerne le G11, la plus impressionnante fêtes est celle des Jeux d’hiver des Chantiers en janvier 1942 qui rassemblent près de cinq cents skieurs à Villard. Les Chantiers entendent, par ces jeux, faire la propagande auprès des locaux en montrant aux habitants les bienfaits physique et morale de l’institution sur la jeunesse. Ces fêtes et cérémonies témoignent donc aux yeux de la population rurale du dévouement et du soutien de ces jeunes et chefs à Pétain.  Soutien qui nous le verrons engendrera des tensions notamment avec le STO.

Cérémonie d’ouverture des jeux Hiver, janvier 1942

Des jeunes travaillent pour l’économie locale 

Les Chantiers ont dès leur origine une mission de travaux d’intérêt général. Ces travaux concernent principalement l’exploitation forestière : fabrication de charbon de bois, production de stères de bois pour le chauffage et la papèterie, plantations d’arbres. Si cette production est à destination du Régime, néanmoins, dans certains cas les groupes proposent leur service afin de remplacer le manque de main d’œuvre du aux milliers de paysans prisonniers de guerre. Ainsi, pour l’année 1941, 7 000 jeunes ont travaillé aux moissons et aux fenaisons et 15 000 ont participé aux vendanges, certains ont même aussi fabriqué des jouets de Noël pour les enfants des villages, enfin les jeunes sont aussi intervenus lors d’incendies ou d’inondations. Comme l’écrit le rapport de synthèse des préfets zone libre, en aout 1941 « le monde rural s’est montré en général satisfait de l’utilisation dans les fermes des jeunes des camps de jeunesse ». Effectivement, si nous prenons l’exemple du G11, dans le village de Méaudre, le déneigement des routes est exécuté par les jeunes des groupes 1 et 9.  Toujours à Méaudre, les jeunes des groupes 1 et 9 participent à l’aménagement d’un terrain de sport pour l’école du village. Enfin, n’oublions pas non plus que les jeunes participent à l’économie locale (dimanche et permissions) en fréquentant les cafés.

Les Chantiers deviennent l’ennemi

Si les relations avec ce monde rural existent et demeurent correctes, elles vont pourtant se dégrader et se durcir avec les décisions vichystes et principalement celle sur le STO. Effectivement, le STO bouleverse la vie des groupements et des groupes puisqu’en mars 1943, ils sont dorénavant rattachés à la Production Industrielle. Cela entraine plusieurs conséquences pour l’organisation : la fin de leur entreprise éducative, une baisse du nombre de mobilisés, la dissolution de groupements, une délocalisation pour certains. Pour les jeunes mobilisés (classe 1922) présents, c’est un véritable choc car ils sont désormais réquisitionnés pour partir en Allemagne (16 500 jeunes des Chantiers seront envoyés en Allemagne au titre du STO). Cette loi déclenche un véritable traumatisme pour les jeunes qui pour beaucoup refusent de partir d’où l’explosion des absences illégales dans les groupements et groupes. Les jeunes profitent le plus souvent d’une permission pour s’enfuir. En juillet 1943, les statistiques pour le groupement 11 dénombrent 364 absences illégales, soit environ 25 % de l’effectif : « En un mois, j’ai constaté 8 départs en absences illégales. Il y a lieu de supposer qu’ils se sont joints à une des bandes de dissidents qui évoluent non loin du groupement » (rapport mensuel, Groupement 18, Cantal, octobre 1943).

Cette clandestinité est facilitée par une population locale qui hostile à cette loi conseille l’insoumission au STO et aide les jeunes à disparaitre. Certains jeunes se camouflent dans les bois et rejoignent quelquefois les maquis qui s’organisent aux alentours des groupes. Maquis aidés, ravitaillés par une population locale de plus en plus défavorable à Vichy et Pétain. La présence de ces maquis d’ailleurs inquiète les chefs qui fustigent ces groupes dissidents : « Les temps troublés où nous vivons ont forcément leurs répercussions sur les jeunes. A celles-ci vient s’ajouter la présence de plus en plus fréquente de gens du maquis à proximité immédiate des camps » (Rapport mensuel, Groupement 5, Puy-de-Dôme, septembre 1943). Les mouvements de résistance exhortent les jeunes mobilisés à se soustraire au STO et à s’engager à travers la diffusion clandestine de tracts dans les groupes : « A bas les Chantiers, centres d’esclaves pour Hitler. Partir aux Chantiers, c’est partir en Bochie. Chefs et jeunes des Chantiers, vous brûlez depuis longtemps du désir de servir la France. Echappez au déshonneur et à la mort, restez en France et devenez des combattants de la libération de notre patrie martyre ». (Tract des Forces Unies de la Jeunesse, septembre 1943)

Les chefs de groupement et de groupe, au nom de leur fidélité à Pétain, participent au maintien de l’ordre en n’hésitant pas à dénoncer leurs réfractaires et les résistants auprès de la Gendarmerie. Par leurs comportements contre les jeunes et par leur participation au STO, la présence des groupements et des groupes devient critique tant ils incarnent Vichy. Désormais regardés par la population locale et par les maquis comme un ennemi, les incidents entre jeunes des Chantiers et civils, ou avec les paysans s’intensifient. Ainsi sur le même territoire rural cantonnent deux « organisations » au dessein opposé. Les maquis de plus en plus influent et présent d’ailleurs n’hésitent pas à mener des attaques à mains armées dans les différents groupes pour réquisitionnés du matériel et des vivres. Dans le G11, dans la nuit du 4 mai 1943 une cinquantaine de francs-tireurs fait irruption dans le camp :

« Vers 22 h, à proximité du cantonnement, j’ai été assailli par 4 ou 5 personnes armées de revolvers. Ces personnes m’ont bâillonné et m’ont gardé revolvers au poing. Peu après j’ai entendu de nombreuses personnes marcher autour de mon cantonnement ». (Rapport mensuel groupement 11, juin 1943)

Ces attaques se multiplient témoignant de l’opposition de plus en plus forte entre une organisation qui se veut fidèle jusqu’au-boutiste à Vichy et une population locale acquise aux maquis et rejetant Vichy.

Au final, cette question entre les Chantiers et le monde rural montre d’une manière générale la difficulté et l’échec, paradoxalement, d’une organisation vantant la ruralité, la culture de la terre, la nature éducatrice à s’intégrer dans un monde rural plutôt sceptique quant à la présence d’une organisation travaillant principalement pour le Régime.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau (6 mars 2023). Vichy au village : les Chantiers de jeunesse et le monde rural – Christophe PÉCOUT. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55c


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search