Vivre sur la ligne de démarcation : un monde rural divisé ? – Éric ALARY

Communication d’Éric ALARY (professeur d’histoire de chaire supérieure en classes préparatoires littéraires aux grandes écoles à Tours ; docteur en histoire de Sciences Po Paris) à la journée d’études : Mondes ruraux en guerre (France, Seconde Guerre mondiale).

Depuis la fin des années 1990, nos recherches sur la Seconde Guerre mondiale – et plus particulièrement sur les 13 départements traversés par la ligne de démarcation[1] – et sur des sujets plus catégoriels – l’histoire des paysans, l’histoire des gendarmes et l’histoire des enfants – nous ont conduit à étudier de près le monde rural français en guerre, le monde rural occupé et non occupé, vivant en lisière de la ligne de démarcation. Mais cela a permis aussi de réfléchir aux mondes ruraux – car le pluriel s’impose effectivement- dans un temps plus long que celui de la guerre, mais aussi à l’échelle du pays ; on remarque des disparités géographiques fortes. La rencontre avec la ruralité est donc centrale pour comprendre la vie des Français sous l’Occupation.

Avant la guerre, les vécus des paysans qui seront autour de la ligne de démarcation sont assez semblables. Mais des contraintes nouvelles sont imposées par le vainqueur de juin 1940. Entre 1945 et les années 1980, les mondes ruraux de la ligne de démarcation sont entrevus, entre autres, à travers les travaux du colonel Rémy, dans le cadre de publications très nombreuses et volumineuses. Parfois, la fiction l’emporte et l’appareil critique est absent, car il ne s’agit pas de recherches historiques comme nous l’entendons dans notre propre travail. Et puis, même si Rémy a participé à l’organisation de passages clandestins sur la Lidoire – une très petite rivière sinuant en Dordogne et en Gironde – avec une équipe dirigée par Louis de la Bardonnie, on sait aussi ses positions très ambivalentes sur la défense du régime de Vichy dans l’immédiat d’après-guerre, défendant le mythe d’un Pétain protecteur jouant sur deux tableaux, ce qu’ a rappelé Henry Rousso[2]. La saga de Rémy ne s’intéresse nullement aux activités rurales et sociales des terroirs traversés.

Claude Chabrol a réalisé un film sur le passage clandestin de la ligne de démarcation situé entre Doubs et Jura, en 1966. Le film cumule les poncifs sur la guerre. Notre thèse, nos travaux menés dans les années suivantes et les monographies de plusieurs collègues (Cher, Gironde, Indre, Indre-et-Loire, Jura, Saône-et-Loire, Vienne, entre autres) permettent d’y voir plus clair sur la vie quotidienne des ruraux aux abords de la ligne de démarcation. Ce qui est évident, c’est que les témoins ont en grande partie disparu depuis ces dernières années et que leur parole n’a pas toujours été livrée pendant la rédaction des travaux doctoraux, mais bien après, parfois deux décennies plus tard. Nombre de riverains de la ligne de démarcation pensaient que leur vie avait été banale et souffrante. Sans plus. Après la guerre, des passeurs clandestins réguliers croyaient que leur action n’avait rien de « résistant » et que d’autres avaient fait bien plus qu’eux-mêmes contre les Allemands. On voit donc une distorsion claire entre le vécu et les représentations de ceux qui ont subi – parfois joué avec – la ligne de démarcation. Le vécu des riverains de la Demarkationslinie n’a pas toujours été simple, de juin 1940 jusqu’à novembre 1942, et même au-delà de cette date. Rappelons que la ligne de démarcation a été supprimée le 1er mars 1943 et non le 11 novembre 1942, date de l’occupation totale du pays.

On le verra, le monde rural de la ligne de démarcation est un monde digne d’intérêt pour les historiens, même si l’historiographie a longtemps concentré ses études sur l’histoire politique et idéologique de l’occupation (résistance, collaboration), entre autres. Le monde des habitants de la ligne a vécu parfois paisiblement, malgré des contraintes fortes et souvent sous-estimées. Certes, les paysans ont mieux mangé, dans bien des cas, que les citadins, mais le régime de Vichy a aussi lourdement prélevé les producteurs dans le cadre de la politique de rationnement, un domaine bien étudié par ailleurs (cf. Fabrice Grenard).

Ce qui est sûr c’est que la ligne de démarcation a eu des conséquences plus ou moins fortes sur la vie de ses habitants riverains, pour la plupart petits paysans, dans une France agricole en retard, repliée sur un protectionnisme enraciné et encouragé par les dirigeants politiques de la IIIe République. La topographie et le tracé de la ligne ont eu également leur importance dans l’organisation de la clandestinité des passages interzones. Mais les paysans ont continué à cultiver de part et d’autre de la ligne, grâce à des « facilités » allemandes. L’occupant a dû aussi manger en se servant sur le pays.

Notre intervention est organisée autour de quatre temps forts qui permettent d’observer de plus près ces lieux mal étudiés pendant des décennies après la guerre :

  • L’irruption brutale de la ligne de démarcation dans la vie quotidienne des ruraux de treize départements français ;
  • La réorganisation de la vie agricole et rurale au gré des circonstances ;
  • Le refus d’un terroir fragmenté et les risques encourus ;
  • La distorsion entre histoire et mémoire du monde rural divisé par la ligne.

L’irruption brutale de la ligne de démarcation dans la vie quotidienne des ruraux de treize départements français

La convention d’armistice franco-allemande du 24 juin 1940 donne un tracé très général de la ligne de démarcation qui doit compartimenter le pays entre une zone occupée et une zone non occupée. C’est sans compter sur les autres zones arbitrairement imposées après l’armistice par les occupants à l’est du pays, car les zones annexée, interdite et rattachée au MBH de Belgique ont été tracées en-dehors des articles officiels de la convention. La ligne de démarcation « officielle » mesure environ 1200 kilomètres et découpe treize départements, tous ruraux ; certains sont dotés de villes moyennes et petites de mines ou d’usines (Saône-et-Loire et Cher principalement) : la ligne s’étire du pays de Gex au Jura, puis file vers la Saône-et-Loire, l’Allier, le Cher, entre autres, faisant un virage à l’équerre en Indre-et-Loire, avant de sinuer vers la frontière franco-espagnole, passant par la Vienne, la Dordogne, entre autres. Autant dire que le problème de la surveillance a été permanent pour les Allemands, mais aussi pour les Français. Ajoutons que, initialement, les occupants ne pensent certainement pas maintenir la ligne de démarcation en place très longtemps, Hitler demandant à l’état-major de l’armée allemande de préparer un plan d’occupation totale de la France, dans les semaines qui suivent l’instauration de la séparation en plein cœur du pays.

En attendant, le monde rural de la zone libre, proche de la ligne de démarcation, a plusieurs problèmes urgents à régler, au second semestre de 1940 : aider et nourrir les centaines de milliers de réfugiés de l’exode – français et belges – en attendant leur départ dans une migration de retour vers la zone occupée ; ce qui ne se fait pas sans tensions. Un autre souci taraude les ruraux de la ligne : connaître le tracé de cette dernière et savoir ce que les proches sont devenus dans l’exode ou les combats. Les premières contraintes concernent aussi le passage du courrier interzone. Les réfugiés quittent les départements divisés entre juillet et fin septembre 1940 ; la partie libre de l’Allier a été sans doute la région la plus contrainte par la présence de plusieurs centaines de milliers de réfugiés en attente. Notons le cas particulier du Jura, découpé par deux lignes de démarcation : celle de la convention d’armistice et celle, arbitrairement décidée par les occupants, de la zone interdite. Dans ce dernier cas, les réfugiés ont dû attendre plus longtemps l’autorisation de revenir en zone interdite, mais des raisons économiques évidentes ont obligé les nazis à les faire rentrer progressivement de la fin de 1940 jusqu’au second semestre de 1941. Faute de surveillants en nombre suffisant, les 500 kilomètres de la ligne dite du nord-est sont supprimés le 18 décembre 1941. Et puis, il faut faire « fonctionner » l’économie d’une région industrielle forte.

Dans les premières semaines de l’installation allemande sur la ligne de démarcation, les riverains de cette dernière méconnaissent souvent son tracé précis. En juillet 1940, en Indre-et-Loire, dans le Jura, la Haute-Savoie – qui ne sera finalement pas divisée – et le Doubs, par exemple, beaucoup se demandent où passe la ligne. Les rivières servent souvent à matérialiser le tracé, mais parfois, les chefs locaux allemands jouent avec les nerfs des préfets et des maires, en reculant ou en avançant les poteaux de démarcation aux couleurs nazies de quelques mètres à quelques centaines de mètres. Il s’agit de la loi du vainqueur, mais pas seulement, car les Allemands qui arrivent dans les campagnes françaises ne connaissent pas celles-ci ; il faut trouver des planches pour construire des guérites, mais aussi du bois pour les poteaux, ainsi que du fil barbelé pour délimiter la ligne dans les villages et en quelques carrefours routiers. Les scieries fournissent gratuitement es planches. Cela est un choc pour la population qui doit non seulement subir le trauma de la défaite et l’absence de nouvelles des soldats faits prisonniers, mais aussi le choc de voir dans leur propre village ou champ une signalétique aux couleurs nazies. L’Allemand est bien en vue dans les rues, aux carrefours, dans les gares de démarcation et sur les ponts, autant de points de passage officiels imposés par les vainqueurs. La ligne est progressivement surveillée comme une véritable frontière avec des guérites, des gardiens militaires puis des douaniers professionnels et leurs chiens (à partir de février 1941). Enfin, souvent, il existe un no man’s land entre les deux lignes de postes de surveillance français et allemands. Nombre d’habitants et les autorités locales sont déroutés par une telle situation. La crise identitaire du monde rural se trouve confrontée à la mobilisation, au départ des hommes au front et pour certains à leur captivité après la débâcle en juin 1940. Il faut endurer l’installation d’une signalétique nazie, des réquisitions d’animaux et de vivres dans une économie rurale fragile depuis la crise économique des années 1930.

La réorganisation de la vie agricole et rurale au gré des circonstances 

Les passages aux postes officiels et autorisés entre les deux zones ont lieu principalement du Nord vers le Sud, entre la frontière franco-suisse et la Touraine. Mais le courant migratoire existe aussi dans l’autre sens, le plus souvent de façon clandestine, ce dès juillet 1940. En Touraine et dans les Pyrénées, les passages semblent moins nombreux et surtout effectués dans le sens zone occupée / zone non occupée.

Les ruraux sont confrontés aussi à la mise en place de plusieurs types de laissez-passer (ausweis) pour pouvoir se déplacer d’une zone à l’autre dans un rayon plus ou moins large, de part et d’autre. Les laissez-passer « petite frontière » (les laissez-passer « grande frontière » ou dits « permanents » concernent très rarement les habitants de la ligne de démarcation) permettent aux riverains de la ligne de démarcation de se déplacer presque comme ils le souhaitent d’une zone à l’autre, mais dans un rayon de 10 kilomètres seulement, de part et d’autre de la démarcation. Dans le Jura, cet espace est ramené presque partout à 5 kilomètres, car la frontière franco-suisse est proche et la surveillance allemande plus sévère. Pour autant, si les agriculteurs bénéficient particulièrement des LP dits « petite frontière », ceux-ci sont provisoires et une demande de renouvellement doit être effectuée tous les trois mois, en passant par la mairie et les services allemands de la région (les Feldkommandanturen ou Kreiskommandanturen proches de la ligne notamment). Ce processus s’avère très contraignant. Les demandes obtiennent des réponses souvent très tardives ; certains offrent quelques victuailles aux responsables de la surveillance sur la ligne pour accélérer la diffusion de la nouvelle demande vers les autorités compétentes.

Il faut donc une raison professionnelle pour pouvoir bénéficier d’un laissez-passer quasi permanent à l’échelle locale. Pour un mariage et des obsèques dans une autre zone que celle de la résidence, les Allemands délivrent des laissez-passer « spéciaux » pour quelques heures ou quelques jours. En revanche, des familles séparées peuvent se saluer de loin, près des points de passage officiels. Mais nombre d’habitants savent aussi que la connaissance du terrain local leur est favorable et que la ligne n’est pas un mur infranchissable. Le passage clandestin des ruraux frontaliers se fait alors facilement.

Ces facteurs contraignants changent la vie des ruraux et sont restés dans la plupart des mémoires des témoins comme des faits liberticides inacceptables, cassant l’unité et l’identité de leur terroir. Sur le moment, ils ont subi la ligne, en grande majorité, obnubilés par le rationnement et le travail quotidien interzone des champs, entre autres.

Tout devient plus lent : le courrier est très contrôlé tout comme les transferts de fonds bancaires interzones, ou encore les télégrammes. Les bureaux de poste ruraux de la ligne de démarcation sont submergés de demandes et de courriers en retard. Les maires ruraux ne savent plus comment faire pour satisfaire des demandes, afin de faire passer du courrier, s’informer sur des réfugiés restés au village, mais souhaitant rentrer chez eux. Des passeurs clandestins se spécialisent alors dans le franchissement nocturne interzone de sacs de courrier, un peu partout sur le tracé de la ligne.

Refus d’un terroir fragmenté et risques encourus

Le monde rural de la ligne de démarcation ne fait donc pas que subir la loi du vainqueur. D’aucuns ne laissent pas errer une famille perdue le long d’une voie ferrée ou d’une rivière, à la recherche d’un passage vers la zone non occupée, qui n’est pas une zone de liberté pour tous, rappelons-le. Chaque région a sa chronologie précise et sa sociologie des « passagers » clandestins, en fonction de la situation géographique, notamment par rapport aux frontières franco-suisse et franco-espagnole, où il est plus dangereux de passer en raison de la topographie et du climat montagneux.

Les passeurs clandestins sont des paysans, des facteurs, des cheminots, des gardes-barrières de la SNCF ou de compagnies ferroviaires privées, des gendarmes, des prêtres, des instituteurs, des éclusiers, des médecins, des vétérinaires, des bergers, des bûcherons, des gardes-forestiers, des fabricants de fromages, des aubergistes et autres restaurateurs, des vignerons et des tonneliers… Les passeurs sont de tous les âges quand ils agissent individuellement. En revanche, quand des filières d’évasion se mettent en place – à rayon d’action plus ou moins long par rapport à la ligne de démarcation : on peut penser à la « filière de Saint-Lô organisée entre le Cotentin, Vierzon et le sud de la ligne -, ce sont des hommes et des femmes d’un certain âge qui organisent et dirigent des équipes de jeunes gens. Certains profitent de leur laissez-passer professionnel pour cacher des passagers : des vignerons utilisent leurs barriques, des prêtres les cortèges funèbres ! À Bléré (Indre-et-Loire), l’éclusier organise des passages la nuit, avec des barques qu’il noie sous l’eau du Cher dans la journée. Des gendarmes prêtent leurs uniformes et leur laissez-passer.

Que risquent tous ces gens s’ils sont pris ? Pas grand-chose, s’ils agissent en faveur de soldats évadés, d’hommes et de femmes qui ne passent pas du renseignement pour les résistants ; ils sont alors conduits dans les prisons de Tours, Chalon-sur-Saône, de Vierzon, qui sont vite surchargées. Mais ils risquent beaucoup plus quand ils aident des Juifs, ou des résistants, des anciens hommes politiques de la IIIe République, et quand ils passent des renseignements – dans ce dernier cas, c’est la déportation ou l’exécution qui les attend. Nombre de ruraux n’effectuent que des passages très rares, logeant et nourrissant les fugitifs. Ce sont des passeurs occasionnels qui vivent le plus souvent en zone occupée alors que les passeurs plus « professionnels » ou plus aguerris vivent plutôt en zone non occupée. Le passage clandestin est donc motivé soit par un souci « humanitaire » ou charitable, soit par provocation, afin de braver l’ordre allemand, mal accepté dans un terroir « national » et ancien. Le paysan n’aime guère que des règles lui soient imposées, chez lui ! L’Allemand, parfois combattu dans les tranchées de 14-18, n’est évidemment pas le bienvenu, même si des relations amicales entre gardiens allemands de la ligne et fermiers existent dans les fermes limitrophes des points de passage. Certains jouent même aux cartes ensemble, le temps d’une pause. Cela permet aussi parfois de déjouer la surveillance nocturne de la ligne en obtenant les horaires de passage des patrouilles de douaniers équipés de chiens. Les passeurs clandestins passent aussi du courrier d’une zone à l’autre, car s’écrire devient difficile en-dehors des cartes postales interzones où il faut biffer des mentions pré-imprimées. Certes, progressivement, les Français pourront écrire du texte, mais très surveillé par le service du contrôle technique dirigé depuis Vichy, pour espionner l’opinion publique. Des terrains d’atterrissage clandestins, nombreux, sont aussi aménagés par des habitants demeurant dans les fermes voisines. Les avions Lysander et Hudson, venant de nuit depuis l’Angleterre, effectuent des picks up de courrier et transportent parfois des résistants.

Dans ces temps troublés, tout le monde n’a pas une attitude irréprochable : on sait que des familles juives sont prises en mains par de faux-passeurs installés en certains points des villages de la ligne de démarcation, qui leur indiquent de mauvais endroits pour traverser la Ligne, ce qui les fait tomber sur leurs ennemis mortels. Des passeurs attirés par le gain, sans trahir les passagers clandestins, effectuent des passages « honnêtes » en faisant payer les candidats. Une sorte d’économie clandestine (souterraine) de la ligne de démarcation sur fond de détresse s’établit. On sait aussi que des sommes exorbitantes sont versées par les candidats au passage, surtout par les familles juives, là encore. Mais combien ? Quelles sommes ? Une estimation est impossible, mais les prix deviennent élevés à partir des rafles de la seconde partie de l’année 1941. Cela peut monter à 2 – 3000 francs par personne. Certains Juifs sont envoyés directement dans les griffes nazies, par des chemins faux indiqués de loin. Rappelons tout de même que les comportements nobles sont beaucoup plus fréquents : les Juifs pourchassés sont souvent aidés par des familles rurales, alors que Vichy les traque dans le cadre des mesures antijuives prises avec les nazis. Quelques dizaines de ruraux ont perdu la vie lors de passages interrompus par des tirs ou des arrestations, mais des milliers de passagers clandestins leur doivent la vie.

Ainsi les passagers clandestins font le lien entre les zones de leur terroir partagées par la ligne de démarcation ; le monde rural n’est donc divisé que par la ligne de démarcation, seulement en pointillés, pourrait-on dire. Les passages sont possibles officiellement et clandestinement. Les ruraux utilisent les deux modes. Le travail se poursuit et les relations commerciales locales subsistent, car les Allemands y ont intérêt tout comme ils organisent en grande partie le marché noir interzone local ; ils le pratiquent à une échelle qui dépasse largement la zone de démarcation. Le monde rural de la ligne de démarcation vit ainsi sa guerre jusqu’au début de 1943, retrouvant une forme de liberté de circuler – encore très surveillée cependant – dans son propre terroir, après le 1er mars 1943. Car dans les parties anciennement occupées des territoires ruraux, la surveillance allemande reste exigeante. Les parties libres de 1940 à 1943, doivent désormais apprendre à vivre avec l’Allemand, mais les ruraux des espaces libres des cantons séparés par la ligne ont connu avant 1943 les mêmes désagréments quotidiens – sans drapeaux nazis certes – que leurs voisins habitant dans la partie occupée.

La distorsion entre histoire et mémoire du monde rural divisé par la ligne

La ligne de démarcation a surtout été décrite comme un espace d’ombres, de mystères, une sorte de salmigondis propice à l’héroïsation de ses passeurs clandestins. Le roman suggère et livre des expériences que le fait clandestin ne donne pas par des archives recoupées. Seules les sources de la répression permettent de sonder en certains points de la ligne de démarcation des phases chronologiques, des comportements et des flux. La mémoire officielle ne s’est pas beaucoup emparée des passeurs et des passagers sacrifiés, du moins jusqu’aux années 1990. Le verbe gaullien a consacré quelques rares propos[3], comme à Moulins – sur – Allier, le 18 avril 1959, lors d’un voyage officiel. Le geste gaullien de Moulins a complété un ensemble de déplacements à thèmes du libérateur de la France. Chaque type de résistant devait être commémoré. Le passage de la ligne de démarcation est souvent considéré comme une résistance de second plan par les résistants rencontrés au cours de nos enquêtes orales. Depuis des années, il ne se passe pas de mois où l’on ne rappelle aux Français « l’obligation du devoir de mémoire ». Or, la ligne de démarcation paraît échapper à la sphère ambiguë des mémoires. A ce sujet, que peuvent commémorer les autorités officielles à l’échelle nationale ? Les communes limitrophes de la ligne de démarcation n’ont pas vraiment cherché à faire systématiquement de la frontière d’occupation et de ses victimes un objet de commémoration.

De leur côté, les historiens ont été davantage attirés par les grandes mémoires qui ont structuré le champ politique telles que la mémoire gaulliste et la mémoire communiste. La mémoire nationale ou officielle, c’est-à-dire celle qui se forme au nom de l’État, ainsi que les mémoires partisanes, les mémoires associatives et la mémoire savante font peu de cas du passage clandestin de la ligne de démarcation. La mémoire diffuse y a attaché plus d’importance, mais dans une proportion très limitée dans le temps et dans l’espace. La ligne de démarcation n’intéresse seulement que quelques rares communes riveraines. Sommes-nous en présence d’une mémoire composite et inclassable dans une typologie ou bien s’agit-il d’une mémoire qui se rattache à toutes les autres, par un jeu complexe d’imbrications ? Quelles sont alors les formes du souvenir, lorsqu’il existe ?

Nombre de passeurs ou de Français, liés de près ou de loin à l’activité du passage clandestin de la ligne de démarcation, appartiennent sans conteste à l’ensemble de ceux que Pierre Brossolette appelait les « soutiers de la gloire ». Bien que très présente dans la littérature, la ligne de démarcation relève de la mémoire diffuse, mais de sa partie la plus fluctuante et la plus indéfinissable. Certes, la ligne de démarcation reste dans les écrits une étape permanente de l’évasion et de la volonté de rétablir, par la mobilité, l’unité entre deux zones, créées par la force occupante. Le discours officiel est souvent calqué sur l’imagerie populaire, édifiée notamment par l’œuvre du colonel Rémy, et appliquée à l’ensemble des cérémonies qui entourent le souvenir des résistants. Celui-ci a renvoyé l’image d’un modèle civique figé et gaullien. Cette vision est pour le moins réductrice. La retrouve-t-on dans les différentes commémorations organisées depuis 1945 ? Les lieux du souvenir sont-ils devenus au final des lieux de mémoire[4] ? Il faut dire que dès 1941, les ruraux de la ligne de démarcation ont bien appris à la connaître et que leurs préoccupations sont orientées vers d’autres soucis : le retour des prisonniers de guerre et le rationnement, notamment.

Cela dit, l’étude des mémoires de la ligne et de passeurs permet d’entrevoir des représentations a posteriori de la vie du monde rural traversé par une frontière artificielle. À vrai dire, les passeurs sont mis en évidence, mais le reste de l’histoire de la vie quotidienne des frontaliers de la démarcation a été très longtemps oublié. Or, on l’a vu, il y a bien eu des spécificités dans le monde rural divisé par la ligne, propres à chaque région ou en lien avec le type d’activités économiques locales. La ligne a été vécue par beaucoup – on retrouve cela avec l’Exode – comme une honte ou une cicatrice à vite oubliée. Une fois la Libération venue, les campagnes françaises, ont repris une activité « normale » ou presque. Car en fait, elles doivent rattraper un retard considérable, déjà entrevu dans les années 1930. Les paysans connaissent un peu partout des tensions intergénérationnelles sur l’avenir de la nature de l’agriculture, celle-ci très gênée par des modes de pensée encore archaïques alors que la carte de  rationnement du pain n’est supprimée qu’en 1949.


[1] Notre thèse a été soutenue en décembre 2001, sous la direction de Jean-Pierre Azéma, à l’Institut d’Études Politiques de Paris sous le titre La Ligne de démarcation ; publication extraite de la thèse publiée chez Perrin, en 2003 et rééditée en poche, dans la collection « Tempus », en 2010.

[2] Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Le Seuil, collection « Points – Histoire », 1987.

[3] Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, op. cit., page 90.

[4] C’est une question qui est posée dans l’exorde de l’ouvrage de Serge Barcellini, Annette Wierviorka, Passant, souviens-toi ! : les lieux du souvenir de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Plon, 1995.



Citer ce billet
Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau (2023, 6 mars). Vivre sur la ligne de démarcation : un monde rural divisé ? – Éric ALARY. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search