Expériences de la Résistance, sociabilités rurales et citoyenneté en guerre – Cécile VAST

Communication de Cécile VAST (Docteure en histoire, Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon), à la journée d’études : Mondes ruraux en guerre (France, Seconde Guerre mondiale).

Les voix du monde rural

L’étude des liens entre sociabilités rurales et expérience de la Résistance n’est pas neuve. Sous couvert d’inventaire exhaustif, quelques travaux majeurs ont exploré le sujet de longue date, le plus souvent dans une approche d’histoire sociale du politique de l’univers maquisard. On peut ainsi indiquer ceux de Jacques Canaud (Morvan)[1], de Paul et Suzanne Silvestre (Isère)[2], de Gérard Monédiaire (Limousin)[3], de Pierre Laborie (Lot) avec un article qui offre en 1984 une réflexion d’ensemble sur la question[4], de François Marcot (Jura), concepteur du « Colloque sur les maquis » et auteur d’une mise en perspective sur « Les maquis dans la Résistance »[5] ou de Rod Kedward qui emprunte pour les maquis du sud de la France les outils de l’anthropologie historique[6].

Cette historiographie, engagée et développée à partir des années 1970, s’appuie notamment et presque sans exception sur des enquêtes orales, tantôt clairement affirmées tantôt simplement mentionnées. Pour Rod Kedward ou Jacques Canaud, elles sont au cœur de la démarche. Pour d’autres, comme François Marcot, Pierre Laborie, Jean-Marie Guillon ou Laurent Douzou, le recueil de témoignages oraux vient compléter ou compenser comme source secondaire des archives écrites parfois lacunaires. Pour tous, une part de leurs analyses se fait parfois l’écho du dialogue avec les acteurs-témoins de la Résistance issus du monde rural. L’exemple de cet échange de l’été 1973 entre l’historien François Marcot et un groupe de résistants de Beaufort (Jura) qui racontent un épisode de parachutage d’armes en 1942 est à cet égard éclairant.

  • Robert Mathieu [RM] : On a mis des chaussettes aux pattes du cheval pour ne pas que ça s’entende.
  • François Marcot [FM] : Excellent !
  • RM : Et le type qui avait le cheval, il est toujours à Beaufort [Jura]. C’est un monsieur Ponard, Paul, et on est allé chercher l’essence dans une charrette et on en a distribué aux maquisards. […]
  • Thibert [T] : Seulement, il y a une chose aussi qu’il faut voir quand on fait quelque chose comme ça sur la Résistance, c’est qu’il y a des gens qui sont plus résistants que nous et de qui on ne parle pas.
  • FM : Oui.
  • T : Ça, ça me dégoûte, ça m’écœure et… […] vous avez une famille, comme les Berthet qui habite dans la commune de Cuisia, canton de Beaufort, ça c’est des résistants.
  • Victor Gros : Tu m’excuses Robert, mais ça peut peut-être faire partie d’une virée si Monsieur Marcot vient, ces gens-là on les mettra et ça peut peut-être faire partie d’une tournée qu’on ira voir.[7]

La discussion révèle ici à la fois la démarche d’enquête propre à l’historien, trace d’un savoir spécifique en train de se construire au contact des témoins (« ça peut faire partie d’une virée si monsieur Marcot vient, ces gens-là… »), et l’élaboration d’un questionnement historique centré sur la place des sociabilités rurales dans l’appréhension du phénomène de la Résistance. Leur invisibilité choque et il s’agit bien de leur donner une place, dans un contexte intellectuel —celui des années post-1968 — marqué par la volonté d’écouter les « sans voix » de l’histoire[8].

Les lignes qui suivent s’appuient sur un travail de recherche en cours et prospectif portant sur l’analyse et la « revisite »[9] d’une longue enquête réalisée par François Marcot entre 1970 et 2007 auprès de près de 250 témoins et acteurs de la Résistance, soit 400 heures d’enregistrement. S’ils n’échappent pas aux phénomènes désormais bien connus des reconstructions mémorielles[10], nous considérons ces récits confiés comme des sources d’histoire à part entière. Ils peuvent en partie donner accès aux manières d’être, aux imaginaires et aux modes de présence au monde des acteurs-témoins. Parmi les 175 témoignages exploitables — c’est-à-dire présentant un récit cohérent et complet — 28 concernent des agriculteurs ou des forestiers, soit 16% de l’ensemble. Autour de ces derniers gravitent des métiers issus du monde rural, commerçants et artisans notamment, ce qui porte la proportion à 20%, une population sollicitée à diverses occasions pendant les années d’Occupation : passages clandestins de la ligne de démarcation entre 1940 et 1942, cache et hébergement d’aviateurs abattus de 1940 à 1944, récupération et planques d’armes parachutés à partir de 1942, hébergement, ravitaillement et logistique des maquis dans leur diversité entre 1943 et 1944.

Ces archives orales reflètent et traduisent les préoccupations scientifiques de l’enquêteur, en particulier celle de replacer la Résistance dans son environnement social[11]. Rien d’étonnant à ce que l’on retrouve évoqués plus longuement dans ces récits des gestes de solidarité et des faits sociaux de « faible intensité »[12]. Que nous apprend l’étude de ces témoignages sur la place des sociabilités rurales dans le développement de la Résistance ? Que nous disent-ils sur le rôle de la Résistance comme révélateur et incubateur d’une forme de politisation et d’une citoyenneté en guerre ?[13]

Solidarités rurales et actions de résistance

            Les travaux récents de Claire Andrieu le montrent – et l’affiche choisie de la journée d’étude l’illustre : largement répandue sur une portion du territoire national occupé, le plus souvent dans des zones en pleine campagne éloignées des villes, la chute des aviateurs alliés abattus entraîne une prise en charge au sol qui implique de nombreuses complicités dans le milieu rural[14]. Encadrées et organisées par des groupes de la Résistance, elles mobilisent toute une chaîne de solidarités, gestes en apparence ponctuels et anodins, parfois sans lendemains, que les témoignages recueillis permettent de rendre visibles. Elles participent des multiples formes d’aides qui contribuent autant à la survie de personnes pourchassées qu’à l’enracinement de la Résistance. Tout ce qui « tombe du ciel » (pilotes alliés, agents, parachutages) oblige à déployer une logistique extrêmement fine : repérage et délimitation de terrains d’atterrissages, récupération, circulations, déplacements, caches d’armes, accueil et hébergement de personnes, etc. On retrouve ces gestes pour de multiples soutiens apportés aux personnes engagées dans la Résistance. Ces quelques exemples de témoignages contribuent à leur visibilité.

  • Accueil au sol.

« On a été mal parachutés. L’avion a manqué les lumières, il nous a lâchés dans un secteur à 3 heures du matin avec un tas de containers partout dans les champs. Un petit toutou est venu vers moi puis un paysan qui m’a fait une belle réception. »[15]

  • Hébergement, planques de réfractaires, sauvetage.

« Lors de cette attaque par les GMR [Groupes mobiles de réserve] j’ai pu m’échapper mais je n’ai pas retrouvé mes camarades. Je suis resté dans les bois caché pendant trois jours, j’étais trempé, tellement affaibli, je me sentais malade, je n’ai pas pu attendre du secours de mon groupe qui voulait m’apporter des vêtements secs, je suis allé chez les Durand qui m’ont recueilli et hébergé. J’ai attrapé une grave maladie pulmonaire, je suis resté trois semaines entre la vie et la mort et c’est de là que l’on m’a appelé “squelette”. Le nom m’est resté. »[16]

« Le docteur [docteur Pierre Cahen] était gentil, serviable, tout le monde savait qu’il était juif, les paysans lui donnaient du ravitaillement en échange de ses soins. Il a soigné nos petits jeunes blessés au maquis. On a hébergé un mois en 1944 des parents à lui qui s’étaient réfugiés ici. »[17]

  • Ravitaillement, logistique et prêt de matériel.

« Ferlet, mon frère et moi, on risquait moins parce qu’on était jeunes. On sortait au ravitaillement. On allait chez l’épicier à Beaurepaire que l’on payait et qui nous donnait du chocolat et du sucre. On allait chez la Berthe à Saillenard chercher le pain, c’est son neveu qui faisait le pain. La Berthe, elle rigolait tout le temps. On sortait beaucoup pour le ravitaillement, un peu partout, et on était bien accueillis par la population, les gens étaient gentils, on les payait. Je suis aussi allé acheter des casquettes chez le chapelier de Beaurepaire qui savait que c’était pour le maquis. Ce n’était plus la mode des bérets, à l’époque les gars voulaient des casquettes. »[18]

« Pour le ravitaillement, il y a des gens qui n’ont aucun titre de résistance, qui sont restés dans l’ombre comme le chauffeur d’une régie de transport de Lons-le-Saunier qui utilisait son camion pour nous apporter les denrées collectées auprès des paysans qui les donnaient. »[19]

  • Silence et complicité tacite.

« Dans le maquis, pour fabriquer la cabane, on utilisait des fougères et de la paille comme isolants. Les gens du coin étaient bien gentils, ils nous apportaient des bottes de paille. Un jeune voisin nous cherchait la fougère, il était gentil. Pour Noël, j’avais commandé à la mère Gauthier, qui avait une ferme à côté, des petites pintades, elle nous en avait préparé beaucoup. Mais on a eu une alerte et on a dû partir. On a pris le car du soir, à 20 heures, on était une dizaine, on a chargé les fusils au-dessus du car et on avait des sacs avec nos armes. Il y avait deux gendarmes dans le car, ils nous ont accompagnés, ils ont bien vu qu’on chargeait les armes, mais ils n’ont rien dit, les gens dans le bus non plus. »[20]

On pourrait ainsi multiplier les anecdotes particulièrement révélatrices d’aides tantôt ponctuelles, tantôt plus systématiques, qualifiées par Pierre Laborie de « solidarités objectives »[21] et qui traduisent une adhésion à l’entité clandestine alors perçue comme légitime. Ces gestes répétés amènent ainsi certains chefs de maquis à utiliser dans leur témoignage l’expression « comme des poissons dans l’eau », empruntée à Mao Tse Toung, pour appuyer leur analyse sur le rôle des solidarités rurales dans la survie de la Résistance.

« À Noël, on a fait une fête fantastique avec la population. Il y avait des décorations qui provenait de notre coup à Crotenay. On était comme des poissons dans l’eau. Tout le monde du village savait qu’il y avait un maquis. On a fait un réveillon de Noël somptueux, on avait des bouteilles de vin, du pâté, toutes les mères de famille nous faisaient des gâteaux. »[22]

Ces quelques exemples de solidarités rurales effectives invitent à interroger plus largement le sens qu’elles prennent en temps de guerre dans un pays occupé : par le biais des sociabilités ordinaires se construit un processus de politisation[23] qui se traduit ici par l’affirmation d’une citoyenneté en guerre.

Voies et chemins dune citoyenneté en guerre

Les sociabilités préexistantes ne suffisent pas seules à créer les conditions de ce processus : il faut des éléments déclencheurs, la guerre, ses contraintes, ses atteintes à des valeurs fortes, ses violences, il faut aussi une entité légitime, la Résistance, pour que se cristallise et s’exprime cette conscience politique. Elle passe notamment par un certain nombre de vecteurs et par l’expression des émotions.

« Les gens qui amenaient du ravitaillement, il fallait qu’ils soient courageux, c’était dangereux pour eux, nous on était relativement peinards dans le maquis. »[24]

« J’avais 17 ans, mon père s’occupait du SAP [service atterrissages-parachutages] dans le secteur. Une nuit d’atterrissage, mon père ne rentrait pas, on attendait avec ma mère… on était crispées. Notre jeunesse était dans la guerre. »[25]

Certes la défiance, voire le rejet, peut parfois aussi animer les attitudes des populations rurales à l’égard de la Résistance lorsqu’elles sont victimes de représailles menées par les Allemands, comme dans la région de Saint-Claude en avril 1944. Les témoignages n’ignorent pas ces sentiments ambivalents.

« À Chassal, le secrétaire de mairie nous faisait les cartes d’identité, c’était l’instituteur. Tous les jours nous avions poste restante à la Poste. Je recevais de l’argent, la postière me donnait la lettre sans problème. À la gare, des réfractaires qui arrivaient étaient dirigés directement vers la Fraternelle qui les récupérait. Si on voulait bouffer dans une maison, on était reçus, tout le monde savait ce que l’on faisait. Au cours des représailles d’avril, les gens ont eu peur et c’est normal. Mais cela n’a rien changé dans leurs rapports avec nous. »[26]

La proximité géographique et communautaire des zones de maquis avec son milieu environnant peut parfois questionner les limites et le cadre des solidarités effectives. La familiarité, le fait que le maquis soit formé des enfants du pays, contribuent sans doute à renforcer les liens avec le monde rural tout proche.

« On était le maquis des gens du pays, il pouvait nous arriver n’importe quoi, les gens venaient nous le dire, nous étions leur fierté, nous étions leur honneur. Mao Tse Toung l’a très bien défini ! »[27]

Ces gestes s’ancrent parfois également dans une conscience historique plus profonde, rappellent des habitudes solidaires et un patriotisme qui remontent à d’autres occupations. Ainsi lorsque surgit le souvenir rapporté des solidarités villageoises de la guerre de 1870 avec des francs-tireurs poursuivis par les Prussiens pour expliquer celles dont ont bénéficié les résistants traqués sous l’Occupation (1940-1944).

« Ce n’était pas difficile de trouver des planques. On parle toujours de la résistance active, mais il y a eu des gens qui étaient pro-Résistance et pas mal d’entre eux rendaient service. Il y avait presque tout le temps un ou deux résistants planqués chez des paysans. Pendant la guerre de 70, les gars qui étaient francs-tireurs ne manquaient de rien car ils étaient ravitaillés et ils savaient où aller. »[28]

En cherchant à restituer des gestes simples répétés et organisés (ravitaillement, hébergement, soins) – gestes perçus alors et a posteriori comme anodins et de faible intensité au regard d’actions plus spectaculaires — il est possible de retracer les multiples cheminements qui mènent peu à peu à l’affirmation d’une conscience résistante. Pris en charge par des gens ordinaires qui agissent à la marge des formations structurées, ces actions de faible intensité sont cependant essentielles à leur survie. Les exemples présentés ici permettent également de découvrir et de reconstituer de manière très fine le recours aux sociabilités rurales comme l’ampleur des chaînes de complicité et le soutien logistique indispensables à la survie des groupes et au développement des actions de résistance : fournitures, ravitaillement, hébergement, transports divers, signes, silences ou regards détournés, faux-papiers, soins, assistances et aide aux familles, etc. Ils donnent à voir, ou du moins laissent entrevoir dans les interstices du tissu social, ce que d’autres archives ne montrent pas toujours, une manière de présence au monde, l’infra-ordinaire[29] des affaires de la Cité.

Cécile Vast


[1] « Les maquis du Morvan : évolution d’ensemble et aspects sociologiques », Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale, n°123, juillet 1981, p. 51-74.

[2] Chronique des maquis de l’Isère. 1943-1944, Grenoble, Éditions des Quatre Seigneurs, 1978.

[3] Avec Georges Guingouin : Georges Guingouin : premier maquisard de France, Limoges, Souny, 1983.

[4] « Les maquis dans la population » in Colloque sur les maquis, Institut d’histoire des conflits contemporains, 1984 republié dans : Penser l’événement, Gallimard (Folio), 2019.

[5] « Les maquis dans la Résistance » in Colloque sur les maquis, Institut d’histoire des conflits contemporains, 1984.

[6] Harry Roderick Kedward, À la recherche du Maquis. La Résistance dans la France du Sud 1942-1944, Éditions du Cerf, 1999 (In search of the Maquis. Rural Resistance in Southern France 1942-1944, Oxford, Clarendon Press, 1993).

[7] Entretien avec un groupe de résistants de Beaufort (Jura), été 1973. Archives privées François Marcot. Les quelques exemples de témoignages oraux mentionnés dans la suite de cet article sont issus de l’enquête orale réalisée par François Marcot entre 1970 et 2007 auprès de plus de 250 témoins de la Résistance, enregistrés sur des cassettes audios. Ils ont été numérisés et pour partie retranscrits par nos soins. Ce corpus d’archives orales est destiné à rejoindre les fonds du Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

[8] Voir à ce sujet, Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Éditions EHESS, 2019, 216 pages.

[9] Florence Descamps, op. cit.

[10] Jean-Marie Guillon, « Les choix de mémoire. Construction du récit de Résistance » in Georges Comet et alii [dir.], Mémoire individuelle, mémoire collective et histoire, Marseille, Solal, coll. Résiliences, 2008, pp. 107-118.

[11] Les liens entre la Résistance et la population forment le questionnement central de ses recherches. Voir par exemple son habilitation à diriger des recherches : François Marcot, Résistance et population (1940-1944), Université de Franche-Comté, 1994.

Consultable en ligne ici :

http://museedelaresistanceenligne.org/musee/doc/pdf/ressource_bibliographique/12867.pdf

Voir également du même auteur : « Comment écrire l’histoire de la Résistance ? » in Le débat, novembre-décembre 2013.

[12] L’expression « faible intensité » est de Paul Veyne. Elle est reprise et discutée par Arlette Farge pour désigner les gestes ordinaires et souvent invisibles, laissant peu de traces dans les archives et néanmoins porteurs de sens. Arlette Farge, Le bracelet de parchemin. L’écrit sur soi au XVIII° siècle, Bayard, 2003.

[13] Cette dialectique entre aspects fonctionnels et intentionnels s’inspire des deux principes avancés par François Marcot dans son article « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité » in Antoine Prost [dir.], Pour une histoire sociale de la Résistance, in Le Mouvement social n°180, Éditions de l’Atelier, juillet-septembre 1997, p. 21-41.

[14] Claire Andrieu, Tombés du ciel. Le sort des pilotes abattus en Europe. 1939-1945, Tallandier, 2021.

[15] Harry Rée (alias César, agent du Special Operations Excutive), 13 février 1991. Archives privées François Marcot.

[16] Bernard Verrier, 17 novembre 1983. Archives privées François Marcot.

[17] Albert Georgeot, 1er mars 1984, à propos du docteur Pierre Cahen. Ce dernier a publié un livre de souvenirs : Le médecin malgré eux, Paris, Librairie Arnette, 1972. Archives privées François Marcot.

[18] René Pelletier, 29 septembre 1983. Archives privées François Marcot.

[19] Victor Gros, été 1973. Archives privées François Marcot.

[20] René Pelletier, 29 septembre 1983. Archives privées François Marcot.

[21] « Les maquis dans la population » in Colloque sur les maquis, Institut d’histoire des conflits contemporains, 1984 republié dans : Penser l’événement, Gallimard (Folio), 2019, p. 196-198.

[22] Jean-Marie Vauchy, 16 octobre 1984. Archives privées François Marcot.

[23] Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var, de la Révolution à la IIè République, Seuil, 1979.

[24] Victor Gros, été 1973. Archives privées François Marcot.

[25] Eliane Bertin, 1983. Archives privées François Marcot.

[26] André Magnon, 15 juillet 1983. Archives privées François Marcot.

[27] Témoignage choral des membres du maquis Tito (Doubs), 24 octobre 1986. Archives privées François Marcot.

[28] Roger Monge, 27 avril 1983. Archives privées François Marcot.

[29] Georges Perec, L’infra-ordinaire, Seuil, 1989.



Citer ce billet
Charlotte Barnabé et Guillaume Yverneau (2023, 6 mars). Expériences de la Résistance, sociabilités rurales et citoyenneté en guerre – Cécile VAST. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search