29.03.2023 : Réfugiés au XXe siècle : récits, objets et mémoires ordinaires

Cette journée d’études associe notamment des chercheurs et chercheuses de l’Institut Convergences Migrations (ICM-Collège de France), du Comité d’Histoire de l’Office français pour les réfugiés et apatrides, du Musée national de l’histoire de l’immigration et des laboratoires CERCEC – IMAF – EHESS/IRIS – ISP.

L’objectif de cette journée d’études est de proposer une réflexion partagée sur une approche ordinaire des exils et refuges au XXe siècle centrée sur une histoire sociale attentive aux décompositions-recompositions familiales, aux transmissions, silences et constructions mémorielles de l’intime, comme aux formes de parentalités. Les enfances en exil comme les liens amoureux et le quotidien anodin, trivial ou ritualisé s’inscrivent dans la thématique. Une approche pluridisciplinaire comme les outils ordinaires des sciences sociales sont mobilisés en deçà et au-delà d’une approche par l’extraordinaire, l’approche institutionnelle des agents étatiques, l’intervention des acteurs humanitaires privés ou celle des cadres communautaires de l”exil. Une attention particulière est accordée aux objets de la vie quotidienne, traces infimes, précaires ou anodines, photographies, correspondances, documents de famille, journaux intimes, comme à la question des enjeux de patrimonialisation des mémoires d’exil entre institutions publiques, associations et médiations documentaires. Les rituels familiaux, les pratiques linguistiques, l’alimentation quotidienne et l’art culinaire, les rapports à la nature et à la terre d’origine, les croyances et cultures populaires, sont partie intégrante du questionnement. Les silences de famille, les ruptures et séparations, les rapports de domination et les déviances, les recompositions-reconstructions des appartenances intéressent également le sujet. Cette approche large amène à échanger ensemble sur tout ce qui échappe aux politiques de mémoires, aux mémoires instituées, au récit des institutions de l’exil ou à la production médiatisée des élites intellectuelles et/ou artistiques. L’intraduisible dans la langue du pays d’asile, mots, gestes ou pratiques intéresse notre échange réflexif car il fait partie de tout ce qui se dévalorise le plus dans le réagencement post-migratoire et dont les traces sont les plus ténues.

Le camp Oddo à Marseille, avec des Arméniens réfugiés, vers 1945 (Wikicommons)

En savoir plus

> Consultez le programme de la Journée d’études_Réfugiés au XXe siècle_29 03 2023



Citer ce billet
Françoise Passera (2023, 28 mars). 29.03.2023 : Réfugiés au XXe siècle : récits, objets et mémoires ordinaires. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55f

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search