Urbex et Seconde Guerre mondiale

« Château nazi »[1], bunkers et souterrains : sur les réseaux sociaux, les explorations d’anciens lieux rattachés à la Seconde Guerre mondiale sont pléthore. Ces derniers fascinent autant qu’ils intriguent. Comme si le fait d’accoler l’adjectif « nazi » au descriptif d’un lieu lui conférait un plus grand d’intérêt, et augmentait l’audience de la publication. De nombreux urbexeurs diffusent leurs photographies et vidéos d’explorations de lieux liés au conflit. Cela témoigne de plusieurs éléments. D’abord, un intérêt pour l’histoire, à fortiori celle du second conflit mondial, chez ces explorateurs contemporains. Le pseudonyme adopté par un groupe d’urbexeurs, « Monument Men Urbex »[2] montre à la fois cette inspiration du conflit, ainsi que l’intérêt patrimonial suscité par les explorations et les motivant. Deuxièmement, cela montre un attrait du grand public pour cette période qui est déjà bien connu. Urbex et Seconde Guerre mondiale ont donc un lien important.

Avant de développer l’objet de ce billet, proposons une définition de ce qu’est l’urbex. Selon l’historien Nicolas Offenstadt, l’exploration urbaine (urbex) correspond à la « visite approfondie, et sans autorisation le plus souvent, d’un lieu marginal, délaissé ou abandonné »[3]. Passer une clôture pour prendre rapidement deux photos de bunkers au milieu d’un champ ne constitue donc pas vraiment une urbex. Pour répondre aux critères, il faut que la découverte soit « approfondie », et c’est cette exploration minutieuse qui permet la mise en lumière de vestiges liés à différentes périodes du passé.  Cet intérêt est un élément qui semble assez partagé par la communauté des urbexeurs, qui, présente sur les réseaux sociaux à travers le monde, diffuse photographies, vidéos, voire histoire des lieux abandonnés. Un net intérêt pour des vestiges perçus comme un patrimoine commun est alors à souligner.  Si l’on suit l’adage utilisé par les urbexeurs, « take only photos, leave only footprints »[4], leur volonté est donc de protéger du pillage ces lieux, mais aussi de les faire connaître, et donc par la diffusion d’images, les sauvegarder d’une certaine manière. Aussi, leur attrait pour l’histoire, ou au moins pour le patrimoine, est variable même si cela semble être un critère assez commun. Au-delà, beaucoup se lancent dans l’exploration urbaine pour l’intérêt esthétique des « ruines » ainsi que pour une impression d’escapade temporelle comme échappatoire à l’environnement urbain du quotidien. Cette fascination pour l’abandon et le déclin se nourrit d’un vertige du futur, parfois envisagé comme postapocalyptique. Dès lors, c’est la ruine qui est au cœur de tout[5]. Pourtant, entre les murs délabrés d’une forteresse médiévale et les ateliers d’une usine fermée il y a quelques années, le degré de déclin varie mais la situation d’abandon reste la même. L’objet de cet article n’est pas de revenir sur ce que représente l’urbex, ni ses usages possibles par les sciences sociales, plusieurs personnes l’ayant déjà fait avec brio, nous renvoyons à leurs références en bibliographie. Ici, il s’agit plutôt de montrer la manière dont l’exploration urbaine peut venir alimenter la recherche sur la Seconde Guerre mondiale, une période pour laquelle les archives ne manquent pas.

Quels urbex pour la Seconde Guerre mondiale ?

            Premièrement, s’il faut le rappeler, l’abondance d’archives ne doit pas empêcher d’élargir le corpus des sources possibles pour documenter un sujet. Les colloques dédiés à l’archéologie des conflits contemporains et les publications à ce sujet montrent que d’autres sources, matérielles notamment, peuvent venir s’ajouter à celles plus classiques des historiens[6]. D’ailleurs, l’exploration urbaine est souvent rapprochée à une forme d’archéologie contemporaine. Les uns se reconnaissant en partie dans les pratiques des autres. 

Il convient dorénavant d’essayer de proposer un inventaire de lieux propices à étudier la Seconde Guerre mondiale par l’urbex :

D’abord et classiquement, on trouve les édifices militaires : casernes et fortifications. Des blockhaus du Mur de l’Atlantique aux anciennes bases de l’armée, nombreux sont les lieux à vocation purement militaire. Plusieurs raisons peuvent expliquer leur situation d’abandon. La fin du conflit explique que des structures militaires telles que les ouvrages du littoral mais aussi de la ligne Maginot à l’est soient dans une situation de délaissement. En fait, on observe un processus de démilitarisation des terrains militaires dès 1918 et, essentiellement, jusqu’aux années 1960. C’est dans les années 1970 que les ouvrages de la ligne Maginot, progressivement délaissés depuis 1945, cessent d’être entretenus par l’Armée et sont cédés à l’administration des Domaines qui les vend, notamment aux communes[7]. Pour ces ouvrages, leur récupération par l’autorité civile conduit, avec les années, soit à l’abandon total des lieux, soit à leur réhabilitation[8]. Philippe Diest rappelle bien pour le cas de Lille, mais la réflexion est valable partout, que « la redistribution des espaces militaires est par ailleurs une question d’actualité avec la réduction des effectifs et par conséquent la suppression de nombreuses infrastructures »[9]. Ils ne répondent plus à la désignation de « terrain militaire », et leur perte d’utilité conduit à l’apparition de ruines plus ou moins marquée selon les lieux. Progressivement, les casernes sont abandonnées et retombent aux mains des communes qui ne leur trouvent pas un usage systématique, comme le montre la vente récente sur le site « Le Bon Coin », du mess de la caserne Abbatucci à Volgelsheim, à l’abandon depuis le départ du 9e génie en 1992[10]. Parfois, leur vocation a été détournée, à l’image des locaux de cette caserne du Calvados, récupérés en partie par une entreprise de transformation de bois combustible, par un garage et par la commune comme espaces de stockage.  D’autre fois, ils sont restés à l’état d’abandon depuis la fin de leur usage militaire. La caserne de Krampnitz au sud-ouest de Berlin, ayant servi d’abord pour la cavalerie allemande, pour la Wehrmacht puis à l’armée soviétique, en est un exemple.

Ensuite, des lieux civils, construits à cause de de la guerre ou dans sa prévision. Nous pensons aux abris destinés aux civils, construits notamment par la Défense Passive. En Grande-Bretagne, de multiples souterrains ont servi d’abri. Certains se visitent et sont une grande attraction touristique, comme le Churchill War Rooms, alors que d’autres aussi importants sont abandonnés depuis plus de cinquante ans, à l’instar des war rooms à Dollis Hill[11].

Puis, les lieux civils également, publics, antérieurs au conflit, et dont l’histoire fut traversée de manière plus ou moins forte par celui-ci. Par exemple, la gare de Drancy, aujourd’hui totalement abandonnée, qui fut le témoin de la déportation de milliers de Juifs vers les centres de mise à mort et les camps de concentration à l’est. Les cliniques, hôpitaux et sanatoriums peuvent aussi témoigner d’une utilisation temporaire en temps de guerre, pour soigner les blessés, civils et militaires.

Enfin, des habitations particulières, réquisitionnées pendant le conflit, à l’image de nombreux manoirs ou châteaux occupés tantôt par l’armée d’occupation allemande dès juin 1940, tantôt par les troupes libératrices à partir de l’été 1944.

            Ces lieux, quels qu’ils soient, ont majoritairement continué à être utilisés après la guerre. Une usine allemande ayant continué sa production sous le régime national-socialiste ne stoppe pas forcément son activité en 1945. Elle peut continuer des années après. Il en est de même pour une demeure réquisitionnée, qui, après le départ des militaires, est retournée à un usage purement civil, jusqu’à son abandon. Pour ces édifices, il est aisément imaginable que les traces liées au conflit ont progressivement disparu. C’est parfois l’abandon de ces lieux qui sauvent les traces. Effectivement, un lieu abandonné connaît, en général, moins de réhabilitations et d’aménagements qui auraient pu conduire à l’enlèvement des documents ou matériel présents sur place, le recouvrement d’inscriptions voire la destruction d’espaces spécifiques. La question se pose moins pour des constructions purement militaires, comme les bunkers, construits pendant la guerre et dont l’usage y est donc lié. Une fois la guerre terminée, beaucoup ont été abandonnés, et le sont encore maintenant.

            Des vestiges découverts in situ par l’urbex

Après avoir dressé un panorama des lieux concernés, que peut-on y trouver, grâce à l’exploration urbaine, lié à la Seconde Guerre mondiale ? Il faut d’abord distinguer ce que l’on cherche, de ce que l’on trouve. Un des avantages de l’urbex est qu’elle fait découvrir des éléments dont nous n’aurions pas eu connaissance avant de s’y rendre et cela oriente donc notre regard. Par exemple, c’est en explorant les annexes abandonnées d’un château du Calvados, notamment ses anciennes écuries, que j’ai pu découvrir des inscriptions laissées par des soldats allemands en 1941, témoignant ainsi de l’occupation du lieu. Aucun autre élément n’est visible sur place pour attester de leur présence, et les archives (municipales et départementales) sont peu bavardes sur le sujet. Si la visite de bunkers abandonnés sur le littoral de la Manche est clairement motivée par l’intention de découvrir de vestiges du second conflit mondial, la confrontation à ces reliquats peut être inattendue comme le montre cet exemple.

Quels éléments, visibles par l’urbex, sont rattachables à la guerre ? Les plus communs sont sans doute les inscriptions, graffitis et autres fresques, qui ne sont pas systématiquement détruits. Rappelons à ce propos que la pratique de l’urbex permet en fait de visiter des espaces, inaccessibles en théorie, dans lesquels on peut découvrir des traces qui auraient sans doute échappé à un recensement plus classique du fait de cette accessibilité restreinte. L’immense caserne de Krampnitz évoquée précédemment abrite de nombreuses fresques dont la plupart témoigne de l’occupation soviétique des lieux. Toutefois, une immense mosaïque représentant un aigle à croix gammée est la « picture to have » de beaucoup d’explorateurs qui visitent le lieu. L’exemple nous permet de souligner, encore une fois, que c’est l’état d’abandon du lieu qui a permis notamment la préservation de cette fresque. L’intérêt est d’autant plus fort, que lorsqu’il s’agit d’inscriptions laissées par l’armée allemande en France, si le lieu a connu de multiples usages depuis le conflit (et encore actuellement), sauf dans le cas d’un monument historique, il y a peu de chance pour que ces inscriptions aient survécu au temps. En revanche, dans le cas d’un lieu abandonné, cela est plus probable. Un château en Haute Normandie totalement abandonné, abrite de multiples inscriptions laissées, entre autres, par des soldats allemands, mais aussi par des soldats américains en 1944-1945. Par l’inscription, le soldat laisse une trace pérenne dans la pierre, une marque de son passage, a fortiori lorsque ce passage n’est que bref. Inscriptions personnelles, il peut aussi y en avoir des plus officielles, à l’instar des caves d’un château normand dont les portes sont flanquées d’une rondache verte, et parfois d’un numéro de section, laissés par ses occupants, libérateurs britanniques, à l’été 1944.

Deux inscriptions laissées en 1941 (à gauche) et 1944 (à droite) dans un château en Haute-Normandie.

A gauche : inscription laissée par l’artilleur (Kan. : Kanonier) allemand Kosse en 1941. On peut voir que son nom a été rayé, sans doute après la guerre, et le 1 de la date, réutilisé pour écrire le nom d’une femme : « Suzanne »

A droite : inscription laissée par un soldat américain, Alex Nemeth, le jour de Noël 1944.

Ensuite, on peut aussi y trouver des objets liés à la guerre : un masque à gaz de la défense passive dans un grenier ardennais, des caisses à munitions de l’armée allemande dans les caves d’un château, ou tout le dispositif électrique dans un bunker sur le littoral, autant d’éléments découverts par l’exploration et permettant de documenter davantage l’histoire du lieu.

Caisse à munitions de mitrailleuse allemande dans un château normand réquisitionné par l’armée allemande en 1940-1944.

Parfois, plus rarement peut-être, des archives remontant à cette époque font surface par l’exploration. Un explorateur découvert sur Facebook a par exemple mis au jour dans une maison d’habitation en ruines, les correspondances d’un ancien officier de la France Libre[12]. Nicolas Offenstadt raconte que dans ses explorations en ex-RDA, il lui a été parfois possible de retrouver des éléments évoquant la période nazie dans des archives datant de la Guerre froide. Par exemple, avec des documents d’une ancienne usine, comme des questionnaires d’employés, qui révèlent des anciennes appartenances au NSDAP, ou encore le destin de soldats de la Wehrmacht devenus de « simples citoyens » de la RDA.

Un autre matériau, moins évident et pourtant très pertinent lorsque l’on pratique l’urbex, est celui apporté par le déclenchement de paroles. L’exploration urbaine permet par la visite des environs, la réactivation de souvenirs liés à la mémoire locale du lieu. La découverte suscite des discussions, et réactive des mémoires. Par exemple, les habitants du Coudray-en-Thelle (Oise) sont porteurs d’un discours autour de l’installation du « QG de Goering » dans la commune, dont les quelques bunkers épars dans les bois environnant seraient les preuves ultimes. C’est un ensemble de découvertes possibles qui s’offrent alors à l’historien, permettant de compléter les informations déjà disponibles et dont la pratique du terrain apporte de la précision.

L’ensemble de ces éléments se combinent parfois. Assez récemment, nous menions une expédition vers un ancien moulin abandonné dans le Calvados. Arrivés sur place, parmi les vestiges présents dans le moulin gisait au sol une caisse pour mines anti-char de l’armée allemande et une caisse pour obus de l’armée britannique. Aussi, en explorant les environs du moulin, situé en pleine forêt, nous trouvions sur des arbres plusieurs inscriptions, dont une laissée par un soldat de la Waffen-SS. En retournant à la voiture garée dans le hameau le plus proche, nous avons pu discuter avec un habitant assez âgé du village, qui nous expliqua qu’au moment de la Bataille de Normandie (juin-août 1944), une unité blindée SS y stationnait. Cela s’est confirmé lorsque nous avons ensuite pu nous rendre aux archives départementales et consulter la littérature secondaire à ce sujet. Cet exemple démontre encore une fois la manière dont l’urbex peut mettre au jour des éléments liés au conflit.

À gauche : le moulin abandonné

À droite : l’inscription laissée par le soldat. Il s’agit vraisemblablement de son grade (en haut) et de son nom (en bas).

Enfin, nous pouvons évoquer que l’urbex suscite des émotions. Trouver un lieu, d’apparence figé par le temps, abritant des artefacts ou inscriptions, affecte les sentiments de son explorateur (à des degrés variables). Cela ajoute une dimension sensorielle à l’étude de l’histoire du lieu abandonné. L’impression d’être le premier à passer depuis les événements. En réalité, les lieux abandonnés sont très souvent visités, et les objets qui s’y trouvent sont rarement restés immobiles depuis plus de 80 ans. Néanmoins, une certaine émotion envahit l’urbexeur qui découvre ces traces.

L’intérêt patrimonial et historique comme moteur pour l’urbex

Bien que l’histoire soit une motivation pour certains urbexeurs, ce n’est pas toujours le cas et pourtant, les traces de ce passé sont reçues et parfois approfondies. Prenons l’exemple des cataphiles[13] qui ne parcourent pas forcément les souterrains parisiens pour des raisons patrimoniales. Ceux-ci peuvent être amenés à croiser dans leurs explorations, des abris civils ou allemands, construits et/ou utilisés lors du conflit. Au sujet de ces abris, le livre de Gille Thomas et Diane Dufraisy-Couraud détaille assez largement leur diversité[14]. Une petite partie de ceux qui y sont présentés ont été visités en urbex par la photographe, qui se qualifie d’ailleurs d’« exploratrice et photographe passionnée d’histoire ». Au cours d’une discussion, elle m’expliquait que, formée initialement en arts appliqués et histoire de l’art, sa motivation à faire de l’urbex était premièrement esthétique.  L’intérêt historique, et notamment pour la Seconde Guerre mondiale, est venu par la pratique de l’urbex. Cela souligne un autre point, qui n’est certes pas l’objet de ce billet, mais doit être souligné : la manière dont l’urbex peut susciter un intérêt historique qui était absent à l’origine. Dès lors, intérêt pour le passé et explorations se croisent et s’entretiennent.

Évoquons maintenant la visite motivée d’emblée par l’intérêt historique du lieu. En ce qui nous concerne, le cas le plus évident est celui de la « bunker archéologie »[15]. L’exploration des blockhaus, notamment pour les personnes ayant grandi sur le littoral, peut sembler éloignée de la pratique de l’urbex, au premier regard. Effectivement, dès la fin de la guerre, des pas juvéniles ont foulé les abris bétonnés de l’armée allemande, pour jouer, se retrouver, faire des soirées, etc. Aujourd’hui encore, les fêtes sur la plage avec un feu de camp à l’abri du béton sont fréquentes dans la jeunesse locale, mais elles ne rentrent pas dans notre étude. Toutefois, à partir du moment où l’exploration du bunker est approfondie, sans autorisation du propriétaire du terrain, on peut parler d’urbex. Un des spécialistes britanniques de bunker archéologie, Luke Bennett, a étudié la manière dont l’exploration des blockhaus pouvait être le fait des urbexeurs[16]. Il montre à travers son article que l’urbex n’est en fait qu’une des facettes prétexte à l’exploration de ces structures bétonnées à l’abandon (avec le défi physique, la balade romantique en pleine nature, et d’autres encore). Cependant, est-ce que la visite de vestiges du Mur de l’Atlantique (par exemple), peut apporter des éléments au travail de l’historien ? La réponse est évidemment positive. L’historien explorateur arpentant les dédales bétonnés est à la recherche de traces pouvant documenter l’histoire du lieu. Le repérage préalable à l’exploration, à l’aide d’anciennes cartes ou photographies aériennes, permet d’ailleurs de découvrir des lieux absorbés par la végétation, à moitié enterrés, et donc peu visités, pouvant abriter des vestiges mieux conservés. L’exploration d’un abri faisant partie d’un complexe de fortifications le long du littoral de la Manche, m’a permis par exemple d’y trouver les installations encore en place (aération, câbles et éclairages) mais aussi des traces de ses usages par les artilleurs allemands (caisses à munitions, équipements) presque figés depuis plus de 70 ans. C’est l’exploration qui permet alors de faire ces découvertes. Un explorateur, Monsieur Kurtis, explique qu’il lui arrive souvent de visiter des ouvrages militaires et d’y découvrir des vestiges inattendus au départ, des fresques notamment[17].  

Éclairage d’un bunker encore à son emplacement à proximité du littoral de la Manche.

La mise au jour d’objets relatifs au conflit est, pour certains individus, un moteur de la visite de lieux abandonnés, notamment les édifices militaires. Cette perspective motive notamment les collectionneurs d’artefacts militaires, dans le but d’agrémenter les vitrines de leurs musées privés, ou dans un objectif mercantile (à travers le marché du « militaria »). Cette pratique entraîne le prélèvement de souvenirs matériels des lieux, cela s’apparentant à un pillage pour les uns, à un sauvetage pour les autres.

Plus que la découverte d’objets liés à cette histoire, la pratique de l’urbex permet d’ajouter

un élément essentiel au travail en sciences sociales : le terrain. Parcourir et explorer les lieux que l’on étudie permet de mieux comprendre certains enjeux. Le travail en archives est évidemment primordial, mais, lorsque cela est possible, il peut se coupler d’une étude sur le terrain qui ne peut qu’être bénéfique à la recherche en cours, pour l’enquête que mène l’historien.

Le but de ce billet était d’ouvrir des pistes de réflexion et de montrer la manière dont l’urbex peut venir accompagner les sources habituellement utilisées par les chercheurs travaillant sur la Seconde Guerre mondiale. Cette réflexion fonctionne pour d’autres périodes historiques.  La pratique de l’urbex est encore en plein essor, et sa percée dans le monde des sciences sociales, comme outil à disposition des chercheurs, est en plein développement (en attestent les différents travaux cités précédemment). Si les découvertes effectuées par l’urbex autour du second conflit mondial ne changent pas radicalement son étude, elles peuvent apporter leur pierre à l’édifice historiographique. L’apport d’une pratique du terrain, l’étude des matériaux, « objets témoins », mis au jour peuvent renseigner davantage certains aspects de la période. Pour cela, il convient de mettre en place un protocole d’étude, préalable à la visite des lieux et une méthodologie spécifique une fois sur place et de retour d’exploration. Ce billet n’entend pas présenter ici les méthodologies employées mais cela pourrait faire l’objet d’un travail plus approfondi.

Chez un public non initié à la discipline historique, l’urbex est enfin un vecteur d’intérêt pour l’histoire. Ce dernier, plus précisément pour la Seconde Guerre mondiale peut aussi être facteur de la mise en tourisme de certains « hauts lieux » d’urbex, comme le souligne Aude Le Gallou à propos de la caserne de Krampnitz[18]. Attrait pour l’exploration urbaine et étude du second conflit mondial sont donc deux éléments qui dialoguent, apportant des bénéfices réciproques.

Nous précisons que les photographies présentes dans ce billet sont celles prises par l’auteur.


[1] Nom d’un lieu présenté sur le blog du photographe Olivier Cretin. CRETIN Olivier, « Le Château nazi », Olivier Cretin Photographie & Urbex, 3 mai 2020, [en ligne] https://www.oliviercretinphotographie.com/urbex/chateaux/chateau-nazi/, (13 juillet 2023)

[2] Nom d’un groupe d’urbexeurs sur les réseaux sociaux, inspiré du film de George Clooney (2014) retraçant l’histoire de Monuments, Fine Arts, and Archives program. Page Facebook :  https://www.facebook.com/MonumentMenUrbex/ (13 juillet 2023)

[3] OFFENSTADT Nicolas, Urbex. Le phénomène de l’exploration urbaine décrypté, Paris, Albin Michel, 2022, p. 11.

[4] Traduction : « Ne prenez que des photos, ne laissez que des empreintes ».

[5] Lire à ce propos SCHNAPP Alain, Une histoire universelle des ruines. Des origines aux Lumières, Paris, Seuil, 2020, 774 p.

[6] Nous pensons notamment au colloque international « De Verdun à Caen : L’archéologie des conflits contemporains », tenu en octobre 2018 à Verdun et en mars 2019 à Caen.

[7] Pour plus de détails sur le devenir de la ligne Maginot après 1945, lire SERAMOUR Michaël, « Histoire de la ligne Maginot de 1945 à nos jours », Revue historique des armées, n°247 ,2007, pp. 86-97.

[8] C’est ce que montre Christophe Pommier au sujet de Versailles. POMMIER Christophe, « Cet autre Versailles : de Louis XIV au Grand Paris, une ville militaire », in.  ORGEIX Émilie d’, MEYNEN Nicolas, L’armée dans la ville : forces en présence, architectures et espaces urbains partagés (XVIe – XXIe siècle), Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2022, pp. 93-111.

[9] DIEST Philippe, « La prise de conscience de la valeur patrimoniale des bâtiments militaires de la place de Lille depuis 1880 », Revue du Nord, 2013/1 (n° 399), p. 165.

[10] COTARD Jean-Luc, « Le patrimoine architectural militaire, symbole de la place du soldat dans la cité ? », in. Inflexions, 2019/1 (n° 40), p. 126 ; « La vente de la dernière chance sur Le Bon Coin pour la caserne Abbatucci », Dernières Nouvelles d’Alsace, 24 mars 2021.

[11] DOBRASZCZYK Paul, « Undergrounds at War: London’s Second World War Bunkers », in. DOBRASZCZYK Paul, LOPEZ GALVIZ Carlos, GARRETT Bradley L., Global Undergrounds. Exploring Cities Within, London, Reaktion Books, pp.133-134.

[12] Alex Urbex50, « Les lettres du Commandant », Facebook, 15 janvier 2023. [en ligne], https://www.facebook.com/100083340932422/posts/pfbid0BDfoFQ4yvm1gGxP9wtwAk68U8AZnuipfDAM5Diuh94HuDRoqwju33GhZUGnugkFBl/?_rdc=1&_rdr (15 juillet 2023)

[13] Individus explorant les catacombes et autres souterrains parisiens.

[14] THOMAS Gilles, DUFRAISY-COURAUD Diane, Abris souterrains de Paris. Refuges oubliés de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Parigramme, 2017, 144 p.

[15] Terme qui apparaît pour la première fois en 1975 avec le livre de l’urbaniste VIRILIO Paul, Bunker archéologie. Étude sur l’espace militaire européen de la Seconde Guerre mondiale, Paris, éd. CCI, 1975.

[16] Lire à ce sujet BENNETT Luke, « Bunkerology a case study in the theory and practice of urban exploration », in. Environment and Planning D: Society and Space  volume 29, 2011, pp. 421-434.

[17] Échanges avec Monsieur Kurtis, 22 août 2023.

[18] LE GALLOU Aude, Géographie des lieux abandonnés. De l’urbex au tourisme de l’abandon : perspectives croisées à partir de Berlin et Détroit, thèse de géographie, université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, 2021, p. 90.



Citer ce billet
Guillaume Yverneau (2023, 6 septembre). Urbex et Seconde Guerre mondiale. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search