Appel à communication

Les ruines de guerre européennes

et leurs usages (XIXe-XXIe s.)

Mémorial de Caen, 25-26-27 septembre 2024

Aujourd’hui, le spectacle terrible des destructions de l’Ukraine réveille dans toute l’Europe le souvenir des paysages de guerre des conflits antérieurs des guerres napoléoniennes à la guerre de l’ex-Yougoslavie, etc. La Normandie fut l’une de ces régions particulièrement dévastées par la guerre – Caen, Falaise, Saint-Lô « capitale des ruines » en 1945-, mais où le souvenir du Débarquement a masqué celui des destructions alliées, soulignant par la même que le rapport aux ruines est variable et historiquement construit.

Le colloque se propose d’explorer le rapport que les sociétés d’après-guerre entretiennent avec les vestiges du conflit et les marques de la violence guerrière. À travers les usages politiques, sociaux, économiques, culturels mais aussi mémoriels de ces vestiges particuliers, c’est la relation à un passé traumatique qui est visée.  Nous émettons l’hypothèse que les ruines de guerre ne précèdent pas l’expression d’un traumatisme intériorisé mais en permettent la formulation en en balisant les modalités d’expression.

Pendant quatre ans, le programme de recherche Ruines (ANR 2019) a rassemblé une vingtaine de chercheurs aux horizons disciplinaires divers, autour de quatre laboratoires dont Histémé de l’université de Caen. Si la Normandie de l’été 1944 a constitué un terrain de recherche privilégié, il ne fut pas le seul (Oradour-sur-Glane, plateau du Vercors, Lorraine, ruines de la Première Guerre mondiale dans le Nord). La comparaison établie principalement entre les cas français s’est d’emblée efforcée d’établir des liens avec des chercheurs étrangers. Ainsi, le congrès se propose d’une part de présenter les principaux résultats du programme Ruines et d’autre part, d’élargir la réflexion dans une perspective résolument transnationale, prélude – nous l’espérons – à de nouvelles initiatives de recherche.

D’une part, la notion de ruines de guerre qui semble évidente demande à être interrogée : d’une part, ces ruines ont des origines diverses liées aux conditions et aux circonstances de la destruction, elles-mêmes liées à l’évolution des formes de la guerre. Elles sont des vestiges de guerre mais tous les vestiges de guerre ne sont pas nécessairement des ruines (blockhaus, citadelles militaires, tranchées, trous de mines, postes d’observation, etc.), même si ces derniers peuvent le devenir avec le temps : on peut alors parler d’enruinement.

D’autre part, les ruines de guerre présentent des similitudes avec d’autres édifices du même genre : ruines archéologiques, ruines de catastrophes naturelles, ruines reconstituées des jardins romantiques, etc. Il s’agira donc de cerner cette notion sans chercher à naturaliser les ruines par leur taille ou leur origine mais en historicisant leurs contenus par le biais d’une analyse des usages sociaux et des pratiques auxquelles elles donnent lieu. Enfin, on peut considérer que les ruines sont l’envers des entreprises de reconstruction qui tendent à en effacer la présence : en fait, les reconstructions sont fortement déterminées par les ruines et entretiennent avec ces dernières des rapports ambigus (réemploi, conservation, intégration des ruines dans le bâti, etc.). Quelle place et quel rôle sont ainsi assignés à ces traces du passé dans les reconstructions et les remises en ordre succédant aux conflits ?

Le colloque est articulé en 3+1 parties qui articuleront chacune état des acquis et perspectives de recherche.

  1. L’expérience des ruines et de la destruction
  2. Les usages des ruines de guerre dans la guerre et l’après-guerre
  3. La patrimonialisation et la mise en tourisme des ruines de guerre.
  4. Acteurs et actualité : Une dernière partie est réservée à la prise de parole d’acteurs engagés dans les divers usages des vestiges ruineux. Il portera une attention spécifique au cas ukrainien.

Durée : 2,5 jours

Conseil scientifique :
Annette Becker (U. Nanterre)
Patrizia Dogliani (U. Bologne)
Gaël Eismann (Univ. Caen-Normandie)
Anne-Marie Granet (U. Grenoble-Alpes)
Jérôme Grévy (Univ. de Poitiers)
Anne Hertzog (CYU)
Gilles Malandain (UVSQ)
Denis Mathis (U. Lorraine)
Stéphane Michoneau (UPEC)
Carolina Rodríguez Pérez (Univ. Complutense de Madrid)
François Rouquet (Univ. Caen-Normandie)
Danièle Voldman (CNRS)

Une proposition d’environ 3000 signes est à envoyer avant le le 5 février 2024 à :
François Rouquet : francois.rouquet@unicaen.fr
et Stéphane Michonneau : stephane.michonneau@u-pec.fr
Pour une sélection définitive par le Comité scientifique le 15 février



Citer ce billet
Françoise Passera (2023, 6 décembre). Appel à communication. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u55v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search