17 janvier 2018 : Éditer Hitler, Éditer Himmler

ATTENTION ! La séance a lieu sur le campus 1, à la MRSH, Salle des thèses (SH28)

Le séminaire « Traces de guerre » est heureux d’accueillir pour son séminaire de rentrée 2018 (Bonne année !) deux chercheurs impliqués dans la publication de sources historiques.

Florent Brayard, directeur de recherches à l’EHESS, Paris, responsable scientifique de la publication en langue française de Mein Kampf.

Édition originale en langue allemande de « Mein Kampf » par Adolf Hitler, 1926

Il nous présente son intervention :

Mein Kampf est tombé dans le domaine public en janvier 2016. N’importe qui, dans l’absolu, peut le publier sans encourir les foudres de la loi. Pour contrer une diffusion anarchique et problématique de cette source fondamentale de l’histoire du XXe siècle, qui est aussi un brûlot antisémite et antidémocratique, l’Institut für Zeitgeschichte de Munich a fait paraître une édition critique, la première, qui triple le volume du texte par son imposant appareil critique et permet de le saisir avec toutes les informations nécessaires. Une adaptation de cette édition est en cours, pour le compte des éditions Fayard, avec une équipe d’une dizaine d’historiens et germanistes français et allemands. C’est ce chantier éditorial que le co-directeur de la publication, Florent Brayard (CRH, EHESS-CNRS), viendra présenter.

En complément, vous trouverez l’article de Andreas Wirsching, président de l’Institut d’Histoire contemporaine de Munich : « Pour une édition critique de Mein Kampf« , Esprit, 01/2016, p. 102-111.

Jean-Luc Leleu, ingénieur de recherches à la MRSH de Caen, présentera le projet collectif d’édition critique des agendas de service de Heinrich Himmler, janvier 1943-mars 1945.

Heinrich Himmler, janvier 1942. (Bundesarchiv_Bild_183-S72707)

« Dans la brève histoire du IIIe Reich, Himmler joue un rôle déterminant. Chef de la SS depuis 1929, à qui il a donné une idéologie propre et une ambition élitiste, il a cumulé de nombreuses fonctions au fil des années : chef de la police allemande au sein du ministère de l’Intérieur en juin 1936, Commissaire pour la consolidation de la nation allemande en octobre 1939, ministre de l’Intérieur  en juin 1943, commandant de l’Armée de réserve et de l’Armement en juillet 1944, avant de se voir parallèlement confier des commandements militaires opérationnels à partir de la fin 1944 (groupe d’armées « Haut-Rhin » puis « Vistule »). Finalement capturé par les Britanniques, il se suicide en mai 1945.
Au-delà des titres et des fonctions, Heinrich Himmler passe pour être le « meurtrier du siècle ». Ce sont en effet les organisations et institutions qui, sous sa direction, ont mis en œuvre la Shoah, sans compter la mise en place du système de répression, de persécution et de terreur à travers toute l’Europe occupée.
Cette brève présentation révèle toute l’importance de Himmler en tant qu’exécuteur des basses œuvres du IIIe Reich. Cette fonction déterminante ne saurait toutefois occulter la place prépondérante du « Reichsführer-SS » au sein de l’oligarchie nazie. L’accélération de son parcours politique au cours des deux dernières années du conflit, avec un contrôle de toutes les forces administratives, policières et militaires au sein du Reich à l’été 1944, est à cet égard remarquable, au sens premier terme. C’est précisément cette période de 27 mois d’activités que couvrent ses agendas de service. »

En complément de sa présentation,  vous pouvez lire :

Longerich (Peter), Himmler, H. d’Ormesson, 2010, disponible à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *