Le « douloureux anniversaire » de la Libération : les victimes civiles et les commémorations du 6 juin 1945 en Basse-Normandie, à travers le journal Ouest-France

Archives du Ouest-France, Service solennel à la mémoire des Saint-Lois victime de la guerre, célébré à Saint-Lô, le 7 juin 1945.

Le 80e anniversaire du Débarquement et de la Libération est la 79e cérémonie commémorative de ces évènements. Comme chaque année décennale (et dans une moindre mesure quinquennale), les commémorations, et l’afflux touristique qui les accompagne, s’annoncent considérables. Toutefois, comme toutes « politiques de mémoire1 », les commémorations du « D-Day » ont une histoire. Leur forme actuelle par exemple s’inscrit dans la continuité des cérémonies de 1984 lorsque la présidence de la République française décide de faire du 40e anniversaire du Débarquement allié « un sommet commémoratif international2 ». Le discours de Ronald Reagan à la Pointe du Hoc lors de cette cérémonie marque un tournant majeur dans l’américanisation et la médiatisation de ces commémorations devenues internationales3. De même, l’hommage national prévu à Saint-Lô le 5 juin 2024 pour les victimes civiles de la bataille de Normandie en la présence du président de la République n’a pas toujours été d’usage. Ce n’est qu’en 2014 que les victimes civiles ont reçu, pour la première fois, un hommage national avec le discours de François Hollande au Mémorial de Caen4, reprenant ainsi les études scientifiques des historiennes et des historiens du CRHQ (Centre de Recherche en Histoire Quantitative, aujourd’hui laboratoire HisTeMé – Histoire, Territoires et  Mémoires) qui travaillent sur ces questions depuis les années 19905

C’est ainsi qu’à la veille du 80e anniversaire du Débarquement allié, où la mémoire de cet évènement est de plus en plus festive6, nous vous proposons de revenir sur la place des victimes civiles dans les toutes premières commémorations du 6 juin, en 1945, à travers des articles du Ouest-France.

Commémorer sur les plages et dans les villes en ruines

Si la Normandie est libérée dans son intégralité au début du mois de septembre 1944, à la date du 6 juin 1945, l’Allemagne nazie n’a capitulé que depuis un mois, les 7 et 8 mai 1945 (le 9 mai à 00h43 à l’heure de Moscou pour l’URSS). Néanmoins, la Seconde Guerre mondiale n’est pas achevée car les combats se poursuivent en Asie où le Japon impérial refuse toute capitulation. En mai 1945, les premières commémorations du Débarquement allié en Normandie se structurent avec la création, par le sous-préfet de Bayeux, Raymond Triboulet, du Comité du Débarquement. Ce dernier se donne pour objectifs l’organisation des commémorations et le développement du tourisme autour du 6 juin 1944. 

C’est ainsi que le 6 juin 1945, les premières commémorations du Débarquement allié en Normandie sont organisées. S’il est prévu « de grandes fêtes [qui] marqueront ce glorieux anniversaire7 », aucun dirigeant des pays alliés n’est présent. Seuls des militaires, les ambassadeurs des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada et le ministre français de la Guerre, de la Marine et de l’Air, André Diethelm, participent à ce premier anniversaire. Loin des « grandes fêtes » annoncées sur les plages du Débarquement, le général de Gaulle, absent le 6 juin, « visitera les villes martyres de Basse-Normandie […] Saint-Lô, Coutances, Saint-Hilaire-du-Harcouët, Flers, Alençon8 », le 10 juin. 

Ainsi, si sur les plages se déroulent les premières commémorations militaires du Débarquement, ce sont dans les villes normandes, détruites par les bombardements anglo-américains et les combats, que se concentrent les principales commémorations en hommage aux victimes civiles. En effet, un an après la Bataille de Normandie, les traces de guerre sont encore omniprésentes dans le quotidien des populations, qu’il s’agisse des victimes civiles – dont certaines sont encore enfouies dans les décombres – ou des ruines. Les toutes premières commémorations du « D-Day » en Normandie oscillent donc entre le fait de fêter le premier anniversaire du Débarquement allié et le souvenir « des victimes des bombardements9 », qui occupe une place prépondérante dans les manifestations se déroulant dans les villes détruites par les Anglo-Américains.

À Lisieux, « l’anniversaire du débarquement des troupes alliées sur nos côtes ramène le triste souvenir des douloureux évènements dont notre ville fut le tragique théâtre et qui coûta la vie à près de 1.200 de nos concitoyens10. » Si nous estimons aujourd’hui à environ 863 victimes causées par les bombardements anglo-américains des 6 et 7 juin à Lisieux11, l’évocation du Débarquement pour les Lexoviennes et les Lexoviens est intrinsèquement lié au douloureux souvenir des morts et de la destruction de leur ville. Il en est de même dans de nombreuses villes normandes où le fait de commémorer « l’événement le plus important de la guerre12 » avec le Débarquement se fait en rendant hommage aux victimes civiles. Il s’agit ainsi d’un « douloureux anniversaire13 ». À Vire par exemple, le journaliste, lorsqu’il évoque la destruction de la cité, use de la prétérition pour faire référence aux bombardements et aux traumatismes qu’ils ont engendrés : « Visions d’horreur que nous refusons de traduire tellement elles sont encore présentes à nos yeux et qui se perpétuèrent toute la nuit14 ! », exposant bien l’importance de ce souvenir dans le quotidien des contemporains. 

Les cérémonies en hommage aux victimes civiles des bombardements anglo-américains

Les manifestations du 6 juin 1944 en 1945, se structurant autour du souvenir des victimes civiles des bombardements alliés dans les villes normandes, prennent alors principalement la forme de veillées funèbres et/ou de messes. Des veillées funèbres se déroulent, en effet, à Saint-Lô, Lisieux et Caen. La plus importante a lieu à Saint-Lô où elle dure plus d’une quinzaine d’heures regroupant tous les corps de la société pour rendre hommage aux 400 victimes15 de la ville : 

« Mercredi 6 et jeudi 7 juin, Saint-Lô célèbrera avec ferveur l’anniversaire du débarquement et de sa destruction. Voici le programme des manifestations : 

Mercredi 6 juin – Au Cénotaphe, à partir de 20h, veillée funèbre assurée par une garde d’honneur : de 20h à 21h, délégation du Conseil municipal : 21 à 22h., Anciens Combattants, Médaillés Militaires, Poilus d’Orient, Souvenir Français : 22 à 23h., Association des Prisonniers, Déportés et Requis ; Association des Familles de Prisonniers ; 23 à 24h., Association de Sinistrés ; 24 à 1h., Défense Passive et Sapeur-Pompiers ; 1 à 2h., Sociétés sportives ; 2 à 3h., S.N.C.F. et P.T.T., 3 à 4h., Sociétés de Secours Mutuels ; 4 à 5h., C.G.T., C.F.T.C. ; 5 à 6h., Croix-Rouge et Scouts ; 6 à 7h., La Résistance ; 7 à 8h., Association des parents d’élèves du collège municipal ; 8 à 9h., Famille française ; 9 à 10h. Association des commerçants ; 10 à 11h30, pendant le service, la gendarmerie et la police en armée […]. 

Jeudi 7 juin – A 10 heures, place Gambetta, devant la cathédrale, service solennel à la mémoire des Saint-Lois victime de la guerre, sous la présidence de M. Lebas, préfet de la Manche16. »

À Lisieux, la cérémonie est moins importante mais elle mêle également tous les corps de la société lors d’une veillée devant « les tombes des victimes du bombardements17 » : « Toute la population, les corps constitués, les sociétés locales, les grands élèves de toutes nos écoles se rassembleront à 23 heures sur le terre-plein de l’ancienne église St-Désir pour la cérémonie officielle au cours de laquelle, dans la plus grande simplicité, sera évoqué le souvenir de la nuit tragique18 » avant de rejoindre la cathédrale Saint-Pierre pour une messe de minuit19.

À Caen, une « veillée funèbre pour les victimes du bombardement20 » se tient également dans l’église Saint-Étienne en la présence, à nouveau, des différents corps de la société avec les personnalités politiques locales, des associations comme les Sociétés Patriotiques, la Croix-Rouge, la Défense Passive et surtout Monseigneur des Hameaux curé-doyen de l’église Saint-Étienne, lorsqu’elle était occupée par de nombreux réfugié·es lors de la bataille de Caen. Monseigneur des Hameaux énonçait le nom des victimes connues pour lesquelles des enfants répondaient « Mort pour la France » avant que ne soit joué Aux morts et La Marseillaise. Ces chants, lors des messes ou des cérémonies dans les cimetières, reviennent très régulièrement afin de marquer le caractère sacrificiel, dans le cadre de la libération de la France, des victimes civiles. 

Dans la continuité des veillées funèbres, les messes et diverses cérémonies religieuses en hommage aux victimes civiles occupent une place centrale dans les commémorations du 6 juin 1944 en 1945. Des messes à Caen, à Lisieux ou à encore Coutances où une messe se déroule à l’église de Courey afin de remercier cette paroisse de son accueil lors des bombardements de la ville21 ainsi qu’un « service solennel à la mémoire des victimes des bombardements22 » à la cathédrale Notre-Dame le 6 juin. Il en est de même à Vire23 puis à Avranches « pour inaugurer la mémoire des victimes du 7 juin 194424 » et à Isigny-sur-Mer « en souvenir des victimes du 8 juin 194425 ». À Falaise, le 7 juin 1945, à 12h15 place Belle-Croix, se déroule un appel aux morts suivi d’une minute de recueillement26

Ainsi, les commémorations du Débarquement allié en juin 1945 sont marquées par leur caractère paradoxal entre l’hommage au « glorieux évènement stratégique du débarquement, puis l’image impérissable de la réalité sanglante de cette nuit anniversaire27 » où le souvenir des victimes des bombardements anglo-américains occupe une place prépondérante loin des plages. L’usage politique de ces commémorations construit alors un premier récit autour des victimes civiles afin de marquer le « sacrifice de leur vie28 » pour la libération de la France29 vers un avenir meilleur avec l’espoir d’une reconstruction rapide. 



Citer ce billet
Octave Moreau (2024, 25 mars). Le « douloureux anniversaire » de la Libération : les victimes civiles et les commémorations du 6 juin 1945 en Basse-Normandie, à travers le journal Ouest-France. Autour de la Seconde Guerre mondiale. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w31q

  1. Sarah GENSBURGER, Sandrine LEFRANC, À quoi servent les politiques de mémoires ?, Paris, Presses de Science-Po, 2017. []
  2. Serge BARCELLINI, « Diplomatie et commémoration. Les commémorations du 6 juin 1984 : une bataille de mémoire », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°186, avril 1997, p. 129. []
  3. Hélène HARTIER, « 1984, la force d’un symbole. Le discours de Ronald Reagan à la Pointe du Hoc », dans Jean-Luc LELEU (dir.), Le Débarquement, de l’évènement à l’épopée, Rennes, PUR, 2018, p. 199. []
  4. Déclaration de François HOLLANDE, en hommage aux victimes civiles de la Bataille de Normandie, à Caen, le 6 juin 2014, URL : https://www.vie-publique.fr/discours/191335-francois-hollande-06062014-hommages-victimes-civiles-bataille-normandie, [consulté le 22/03/2024]. []
  5. Voici une liste non-exhaustive d’articles et d’ouvrages publiés, par ordre chronologique, par des historiens et des historiennes du CRHQ/HisTeMé : 

    -Étienne FOUILLOUX, Dominique VEILLON. « “Mémoires” du Débarquement en Normandie », dans Annales de Normandie, 36e année, n°2, 1986, « Les Normands, la guerre et la politique », pp. 105-119.

    -Michel BOIVIN, Gérard BOURDIN, Jean QUELLIEN, Villes normandes sous les bombes (juin 1944), Caen, PUC – Mémorial de Caen, 1994.

    -Michel BOIVIN, Gérard BOURDIN. Bernard GARNIER, Jean QUELLIEN, Les victimes civiles de la Basse-Normandie dans la Bataille de Normandie, Caen, Lys, 1996.

    -Bernard GARNIER, Michel PIGENET (dir.), Les Victimes Civiles des bombardements en Haute-Normandie, Caen, CRHQ-IRED-La Mandragore, 1997.

    -Étienne MARIE-ORLEACH, Les Témoignages des civils bas-normands traitant du Débarquement et de la Bataille de Normandie, thèse de doctorat en histoire, (dir.) J. QUELLIEN, Caen, Université Caen- Normandie, 2013. 

    -Françoise PASSERA, Jean QUELLIEN, Les civils dans la bataille de Normandie, Bayeux, OREP Éditions, 2014. 

    -Françoise PASSERA, Jean QUELLIEN, Les Normands dans la guerre, le temps des épreuves, 1939-1945, Paris, Tallandier, 2021. []

  6. Jean-Luc LELEU (dir.), Le Débarquement, de l’évènement à l’épopée, Rennes, PUR, 2018, p. 294-297. []
  7. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de la Manche-Nord, p. 1. []
  8. Ibid. []
  9. Ouest-France, 5 juin 1945, n°251, édition de Lisieux, p. 2. []
  10. Ibid. []
  11. Le 6 juin à partir de 20h30 sur la gare (environ 40 victimes), le 7 juin à partir de 1h20 jusqu’à 1h50 (environ 700 victimes) et le 7 juin dans la journée à 14h puis 17h (environ 123 victimes). []
  12. Ouest-France, 5 juin 1945, n°251, édition de Lisieux, p. 2. []
  13. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de Bayeux-Vire, p. 2. []
  14. Ibid. []
  15. La carte interactive recensant les victimes civiles de la Bataille de Normandie, réalisée par les historiens et les historiennes du CRHQ, est disponible ici : https://mrsh.unicaen.fr/vc1944/carte.html. []
  16. Ouest-France, 4 juin 1945, n°250, édition de la Manche-Nord, p. 2. []
  17. Ouest-France, 5 juin 1945, n°251, édition de Lisieux, p. 2. []
  18. Ibid. []
  19. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de Lisieux, p. 2. []
  20. Ouest-France, 9 et 10 juin 1945, n°255, édition de Caen, p. 2. []
  21. Ouest-France, 4 juin 1945, n°250, édition de la Manche-Nord, p. 2. []
  22. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de la Manche-Nord, p. 2. []
  23. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de Bayeux-Vire, p. 2. []
  24. Ouest-France, 8 juin 1945, n°253, édition de la Manche-Sud, p. 2. []
  25. Ouest-France, 13 juin 1945, n°258, édition de Bayeux-Vire, p. 2. []
  26. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de Bayeux-Vire, p. 2. []
  27. Ouest-France, 8 juin 1945, n°254, édition de Lisieux, p. 2. []
  28. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de Bayeux-Vire, p. 2. []
  29. Ouest-France, 6 juin 1945, n°252, édition de Bayeux-Vire, p. 2. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search