[Annonce – Participation à un colloque] « Le scandales des commissions d’achats à l’étranger  » : bonnes et mauvaises fortunes parisiennes dans les achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne

Du 28 au 30 mai 2018, un colloque international sera consacré à la thématique de l’argent immoral et des profiteurs de la guerre (1870-1945). A cette occasion, une communication sera réalisée sur les scandales liés aux commissions d’achats républicaines à Paris durant la guerre d’Espagne (1936-1939).

Le programme intégral du colloque, dont une publication des actes est envisagée, est consultable ici.

Ci-dessous, le résumé de la communication :

« Le scandale des commissions d’achats à l’étranger » : Bonnes et mauvaises fortunes parisiennes des achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre civile qui oppose les franquistes à la République espagnole (1936-1939), un embargo sur les armes et le matériel militaire a été promulgué par un comité international afin d’empêcher les deux camps de s’en procurer. Dans ce contexte, la capitale française est devenue un lieu dédié à la mise en place de commissions d’achats devant permettre à la République espagnole de conclure illégalement des contrats d’armement. Au sein de ces dernières, de multiples scandales ont fait croître le spectre des profiteurs de la guerre.

Les commissions d’achats ont fait l’objet de sévères critiques à l’intérieur même du camp républicain (I). D’abord blâmés par les anarchistes espagnols pour leur malhonnêteté et leur avidité supposées, les membres des commissions d’achats républicaines l’ont ensuite été par les communistes français qui soulignent l’incompétence qui les aurait mis à la merci de trafiquants sans scrupule. Ces attaques, justifiées par des scandales liés à des achats d’armes à l’étranger, ont un mobile politique car il s’agit aussi de dessaisir les commissions de ses prérogatives. Ces critiques produisent un effet de source car il devient par conséquent difficile de savoir qui des trafiquants ou des membres des commissions a réellement tiré profit des achats illégaux à des fins personnelles.

Confronter ces critiques à la documentation interne des commissions et à celle des services de surveillance français permet de mieux comprendre les pratiques des acteurs du trafic illégal et ses résultats (II). Réseaux personnels, stratégies de démarchage et de négociation entrent alors en jeu et décident de la réussite ou de l’infortune de chacun.

Les achats menés par les commissions d’achats républicaines semblent donc avoir été l’objet de querelles politiques et de luttes d’influence qui tendent à complexifier la lecture que l’on peut en faire a posteriori. Le travail réalisé par les républicains en vue des achats d’armes, en dépit de son lot d’infortunes et de sa persistante désorganisation, mérite donc d’être regardé sous un jour nouveau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.