Tous les articles par François Rouquet

Parution de « Les Françaises, les Français et l’Épuration »

Comme suite au séminaire organisé par Fabrice Virgili et moi-même, voici la présentation de notre ouvrage parue en folio histoire.

 

« Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. » Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

Découvrez :

Réédition de « Une épuration ordinaire »

 Une épuration ordinaire, 1944-1949.  Petits et grands collaborateurs de l’administration française parue aux éditions cnrs en 2011 est rééditée en version poche dans la collection Biblis. 

La quatrième de couverture :
Avec cette étude nourrie d’archives inédites, François Rouquet signe
une histoire radicalement nouvelle de l’épuration, enfin racontée à
« hauteur d’homme ». L’histoire d’une désignation collective, marquée de larmes, parfois de sang, dont les conséquences sur la société française furent immenses. Car le « châtiment des traîtres » a concerné tout le corps social, marqué du sceau d’infamie des dizaines de milliers de personnes, entraînant autant de drames intimes à l’échelle de la famille, du village, de l’administration. C’est en analysant l’épuration des petits et grands agents de l’État, instituteurs, postiers, chefs  de bureau, commis, ingénieurs, administrateurs, ministres, que François Rouquet fait revivre cet envers tragique de la Libération.
Femmes tondues pour avoir entretenu des relations intimes avec
l’occupant, profiteurs du marché noir, délateurs, membres de la Milice, travailleurs volontaires en Allemagne, Alsaciens, mais aussi victimes de la rumeur publique et des vengeances personnelles: l’épuration des fonctionnaires offre un condensé saisissant des convulsions qui agitent la société française au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

Les Français(es) et l’épuration

Les trente dernières années ont apporté d’incontestables avancées dans la connaissance du phénomène de l’épuration. Profitant de l’ouverture des archives, de l’apaisement mémoriel, une nouvelle génération de chercheurs décomplexés a multiplié les points de vue et croisé les regards dans une démarche générale dont il s’agit de montrer les principaux apports. L’émergence des approches d’histoire sociale et culturelle ainsi que l’apport décisif des études liées aux rapports de genre ont renouvelé l’historiographie sur un sujet qui a longtemps été privilégié dans sa dimension politique. L’étude en cours a pour objet de rendre compte de ces avancées.
  À la dimension politique surdéveloppée dans les synthèses existantes, l’épuration « vue d’en haut », elle oppose une problématique neuve privilégiant « une vue d’en bas » : la dimension sociale du phénomène, ses enjeux patriotiques, sa forte symbolique, ses multiples irrationalités, sa dimension mémorielle, l’aspiration populaire au renouveau, l’importance des rapports sociaux de sexe, etc. Autant d’éléments qui permettent de comprendre que l’épuration se mesure moins par la sécheresse des chiffres en valeur absolue que par l’analyse de sources élargies montrant la forte proportion de Françaises et de Français concernés par l’épuration. Mais ce jeu d’échelle ne consiste pas uniquement à revisiter ce qui est connu.
  Ainsi, la dimension économique du phénomène, l’épuration dans l’Empire, l’analyse globale et comparée des épurations européennes, l’étude du jugement des crimes de guerre commis en France, dans l’Empire, ou sur des ressortissants français partout ailleurs constitueront des versants inédits. Les années 1980-1990 avec le procès Barbie et les affaires Touvier, Bousquet, Papon, montrent l’interdépendance des logiques de l’épuration et du jugement des crimes ennemis réunis alors comme crimes contre l’humanité. En réfléchissant à l’actualité de l’épuration depuis la guerre, on se proposera de dépasser le simple questionnement mémoriel pour faire le point sur le phénomène considéré le plus largement et les traces qu’il en reste aujourd’hui.
Ces travaux font l’objet d’un ouvrage en préparation de François Rouquet et Fabrice Virgili, à paraître chez Gallimard (coll Folio inédit) en 2017

 

22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »