Archives de catégorie : Actualités

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème « Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy ».

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet « L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui » et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

Journée d’étude à la BDIC du 23 novembre 2016 : « Brigadistes et volontaires étrangers dans la Guerre d’Espagne : retour aux sources »

Programme

Rares sont les historien-nes défendant l’idée d’une histoire finie, close, sur laquelle les perspectives de recherche sont réduites au néant. C’est pourtant une idée qui fut partagée à l’issue de la publication des travaux de Rémi Skoutelsky sur les volontaires français au sein des Brigades internationales durant la guerre d’Espagne[1]. Après l’édition de cette thèse fondatrice, de nombreux historien-nes ont défendu cette vue d’esprit, bien que le principal intéressé ne l’ait jamais fait. Par conséquent, peut-être était-il nécessaire de réunir les chercheurs afin de montrer la diversité des sources et des approches sur un tel sujet. À cette fin, la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) a profité du 80ème anniversaire du début de la guerre civile espagnole – et du départ des volontaires ! – pour organiser une journée d’étude. Organisée en partenariat avec les Archives nationales, elle avait comme objectif de « repérer ces archives, et de réfléchir à leurs différents usages – pour en proposer de nouvelles lectures ». Ce fut l’occasion de dégager les grands champs de recherche sur l’engagement international, sujet pour lequel les sources forment un ensemble composite et éclaté.

La rencontre était organisée autour de deux thématiques relativement proches. La matinée donnait l’occasion de faire un retour sur le contenu des fonds d’archives russes, espagnols, étatsuniens, et français. L’après-midi était quant à lui consacré aux retours sur expériences de chercheurs. Ainsi, des acteurs institutionnels et scientifiques étaient réunis pour discuter de la communication, de la mise en valeur et de l’exploitation d’archives multilingues. Un véritable « retour aux sources ».  Si plusieurs communicants – notamment les membres des centres d’archives – se devaient de passer par des détours techniques et pratiques pour l’utilisation de catalogues en ligne, ils furent nombreux à mettre en valeur des séries documentaires parfois mal connues des spécialistes.

En premier lieu, on observe une véritable dispersion des sources dans des fonds nationaux publics ou tenus par des associations mémorielles. C’est la conséquence logique – mais regrettable – de la nature de ce phénomène historique qui était par essence transnational. Cela n’est pas sans provoquer des difficultés matérielles et pratiques pour les chercheurs qui font face à un manque d’harmonisation quant aux règles de consultation. L’accessibilité des fonds résulte en effet des institutions ou des associations desquels ils dépendent. Beaucoup de ces derniers ont politique d’ouverture à l’image des fonds du CEDOBI (Centro de Estudios y Documentación de las Brigadas Internaciones ; Albacete, Espagne), de l’ALBA (Abraham Lincoln Brigades Archives ; New-York City, États-Unis), des Archives nationales françaises ou de celles de la BDIC. Mais l’accès aux fonds reste parfois complexe malgré les politiques d’ouverture, comme c’est encore le cas aux archives d’Etats russes du RGASPI (Moscou). Une tendance inverse existe également. En effet, nombreux furent ceux qui remarquèrent que les débats mémoriels en Espagne ont pu complexifier le travail des historiens[2].

Cela nous amène à un second constat, très utile pour qui travaille simultanément sur la guerre civile espagnole et la France : si les travaux sur ce conflit amènent d’houleux débats en Espagne, certaines associations mémorielles se plaignent au contraire d’une indifférence en France. Pourtant, les publications et les communications scientifiques ont été nombreuses en 2016 et les chercheurs ont su profiter des dates anniversaires du conflit pour mettre en valeur leurs recherches sur des fonds peu connus. C’est autant le cas pour Édouard Sill sur le volontariat international et la guerre d’Espagne que pour Hervé Lemesle et ses travaux sur les volontaires yougoslaves engagés dans ce même conflit. Il reste à espérer que ce type d’événement, en plus de sa capacité à mettre en lumière cette thématique de recherche, puisse mettre en œuvre une harmonisation des centres d’archives internationaux pour ainsi faciliter le travail des historiens.

En somme, il ressort de ces échanges que les ouvertures autour de ce sujet sont nombreuses, tant les archives inexploitées et les approches le sont. Il est dommage que la nature plurielle des sources évoquées n’ait été évoquée que superficiellement (on sait pourtant à quel point cela impacte les productions scientifiques !). En outre, la libre communication de nombreuses archives en ligne permet de limiter les contraintes dues aux déplacements dans les centres d’archives. Certains fonds sont même mis en valeur par des historiens, comme l’exposition en ligne organisée par le Centre d’Histoire Sociale (C.H.S.) autour des fonds André Marty, entreprise de valorisation qui réunit pas moins de douze historien-nes. Les ouvertures sont aussi historiographiques comme a bien voulu le rappeler Serge Wolikow lors de la table ronde organisée en fin de journée. Les engagements, volontaires ou non, dans la lutte armée en Espagne constituent un sujet qui fait preuve d’un véritable renouveau depuis le début des années 1990. Encore faudrait-il, comme le rappelle Rémi Skoutelsky, pouvoir établir une histoire comparative avec des engagements durant d’autres conflits, comme la Deuxième Guerre mondiale durant laquelle certains firent le choix d’entrer en Résistance ou dans la collaboration (un exemple connu est celui de la Légion des Volontaires Français – ou L.V.F.). Cette histoire comparative, voulue par Rémi Skoutelsky, devrait permettre d’engager plusieurs grands champs de recherche encore peu explorés. Il cite ainsi le départ des Espagnols depuis la France comme volontaires, axe de recherche qui doit emprunter à l’histoire de l’immigration. Il en va de même pour une analyse qui puise dans les méthodes de la micro-histoire, afin de mieux comprendre les traits saillants de la vie sur place. On pourrait y ajouter, dans une dimension plus large, un questionnement sur les engagements qui ne concernent pas l’expérience combattante et ne répondent pas à un quelconque idéal mais plutôt à un pragmatisme des acteurs concernés. Comment expliquer, pour eux comme pour les volontaires, le choix de leurs « engagements », aussi variés soient-ils ? Derrière tout cela, c’est une histoire des anonymes, histoire véritablement sociale, qui se dessine et qui esquisse un tableau des engagements durant la riche, incertaine et complexe histoire du XXe siècle. Et même au-delà.

Pour aller plus loin :

Les catalogues en ligne :

  • Site de l’ALBA (en anglais).
  • Site de la BDIC et ses riches collections sur l’histoire du XXe siècle.
  • Site du CEDOBI (en espagnol, également disponible en langue française ou anglaise).
  • Pour les archives russes du RGASPI : le carnet de recherche de l’ANR Paprika, qui a publié des archives du communisme et réalise un travail de valorisation sur des archives encore conservées en Russie. Tous les conseils à suivre sont consultables sur cette page.

Divers :

[1]  R. Skoutelsky, L’espoir guidait leurs pas. Les volontaires français en Espagne républicaine. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998, 410 p.

[2] Élodie Richard, Charlotte Vorms, « Les historiens pris dans les conflits de mémoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2015/3 (N° 127), p. 3-12.

22 mars : La résistance en Europe occidentale

Monument commémoratif à la résistance italienne, place Pilotta à Parme. CC-BY-SA-3.0

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »

 

 

22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme

7 février : Au Ciné-Histoire : La Guerre froide

Le mardi 7 février, en collaboration avec le Mémorial de Caen et le Café des images, projection du documentaire :

Red Army de Gabe Polsky

Le film retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « L’Armée Rouge ». L’ancien capitaine de l’équipe Slava Fetisov revient sur son parcours hors du commun. D’abord adulé en héros national, il est ensuite condamné comme ennemi politique. Red Army raconte l’histoire de la Guerre Froide menée sur la glace et la vie d’un homme qui a tenu tête au système soviétique.

La soirée a été organisée par les étudiants du Master professionnel « Métiers du patrimoine culturel et historique » de l’UFR HSS de l’université de Caen.

Informations pratiques : cine-histoire-red-army-1

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3

Les Mémoriales 2016

17

Le Centre de Recherches d’Histoire Quantitative et le Mémorial de Caen se sont associés pour organiser, le 30 novembre et 1er décembre 2016  deux journées d’études, ouvertes au public, sur l’actualité de la recherche autour de la Seconde Guerre mondiale.

Le mercredi 30 novembre, 14 h-17 h
Le séminaire « Traces de guerre » est consacré au Sport à l’ère totalitaire. Il est ouvert au public et accueille exceptionnellement trois conférences :
Contrôle des corps ou quête de liberté?  Le sport derrière les barbelés
par Doriane Gomet, maître de conférences à l’université Rennes II.
La politique sportive du Gouvernement de Vichy : quelles réalités ?
Par Christophe Pécout, maître de conférences à l’université de Lille  2.
Sport et éducation physique en Zone interdite (1940/1944) : une culture d’évasion ? 
Par Olivier Chovaux, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois

 Le jeudi 1er décembre : colloque « Jeunes chercheurs »
10h : S’engager,  Sous la présidence de Alya Aglan, professeure à l’Université de Paris 1 (CIRICE)
La Légion française des combattants
Par Anne Sophie Anglaret, Université de Paris 1
Résister en Haute-Normandie, une histoire politique d’en bas
Par Mason Norton, Université de Edge Hill, Royaume-Uni
Les réseaux de résistance de la France combattante (1940-1945
Par Guillaume Pollack, Université de Paris1

14h30 : Écrire le quotidien, Sous la présidence de François Rouquet, professeur à l’université de Caen, CRHQ
Tenir son journal sous l’Occupation : essai d’histoire culturelle
Par Hakim Rezgui, Université de Paris 1
La conduite pas si « korrekt ». La vie quotidienne des troupes d’occupation en France pendant la Deuxième Guerre mondiale par Byron Schirbock, Université de Cologne, Allemagne

15h45 : Écrire l’histoire, Sous la présidence de Gaël Eismann, maître de conférences à l’université de Caen, CRHQ
Jacques Desoubrie et Robert Alesch : histoire de deux espions
Par Benedetta Carnaghi, Université de Cornell, USA
Appréhensions du présent, compréhensions du passé : écrire l’histoire en France pendant la seconde guerre mondiale
Par Jean-François Bonhoure, Université de Paris 1

Séminaire du 11 janvier 2017 : Le Mont-Valérien

En collaboration avec l’université de Paris I et le séminaire Traces de guerre, les étudiants  de l’université de Caen se rendent au Mont-Valérien. Cette forteresse militaire du XIXe siècle a été le principal lieu d’exécution de résistants et d’otages pendant l’Occupation. La visite du site permettra de revenir sur les politiques de répression allemande et française à travers les parcours muséographiques.
Et, à l’occasion du centenaire de la participation américaine à la Première Guerre mondiale, nous visiterons le cimetière américain de Suresnes et le musée de la colombophilie militaire où repose « Vaillant », pigeon voyageur cité à l’ordre de la Nation, comme un soldat.

Voir ci-dessous le déroulement de la journée Continuer la lecture de Séminaire du 11 janvier 2017 : Le Mont-Valérien

23 janvier 2017 : Histoire des femmes juives en France, 1939-fin des années 1950

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah organise le 23 janvier prochain une journée d’étude sur l’histoire des femmes juives en France, pendant la Seconde Guerre mondiale et dans le long après-guerre.

Françoise Passera y présentera l’instrument de recherche Ego 39-45, Écrits de guerre et d’occupation qui permet à la fois d’identifier les témoignages de femmes juives et de situer  leurs prises de parole dans le temps.

Pour de plus amples informations, consulter le programme : bb_flyer_pour_web