Archives de catégorie : Appels à communication

Appel À communication : faire la paix

Nous sommes heureux de vous inviter au colloque « Faire paix » qui se tiendra au Mémorial de Caen du 13 au 15 novembre 2019. Il invite à une réflexion transdisciplinaire sur les processus d’élaboration de la paix, sur les modalités, les acteurs et les situations, les rituels, les effets, les discours et les concepts. Il s’adresse aux représentants de toutes les disciplines, ainsi qu’aux praticiens, pour dresser un état des recherches sur la paix en France. 
 
Vous trouverez le texte complet de l’appel à contributions ici: https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/4590/files/2019/05/AAC-Paix.pdf 
 
Les propositions pour contributions individuelles (une dizaine de lignes accompagnées d’informations biblio-biographiques) ou pour ateliers thématiques sont à adresser par courriel à l’adresse colloque.paix@gmail.com pour le 15 juin 2019 au plus tard. 
 
Bien cordialement
 
Grey Anderson (Université de Caen, projet PEACE), Jean-Numa Ducange (Université de Rouen), Thomas Hippler (Université de Caen), Ludovic Jeanne (EM Normandie), Elisa Marcobelli (Université de Rouen, projet PEACE) et François Rouquet (Université de Caen) 
 

Appel à communication : LE FRANQUISME, SON IMAGE ET SES POLITIQUES D’INFLUENCE EN FRANCE (1936-1975)

Date : le vendredi 8 novembre 2019

Lieu : Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) de l’Université de Caen, Campus 1.

Laboratoire d’accueil :

HisTéMé (Histoire – Territoires – Mémoires | EA  7455)

Argumentaire :

Cette journée d’étude entend interroger la politique d’influence du régime franquiste en France de la guerre civile jusqu’à la fin du régime, en 1975. Il s’agit de s’intéresser à la construction de son image publique destinée à traverser la frontière pyrénéenne et à sa réception sur le sol français. En effet, le régime franquiste, dont la longévité exceptionnelle peut s’expliquer par sa capacité d’adaptation au contexte politique international, tente de se rallier l’opinion bien au-delà de ses propres frontières. Après les années de guerre civile, puis son isolement politique durant la posguerra, l’Espagne franquiste parvient progressivement à intégrer les organismes internationaux dont elle avait été exclue par les Alliés en 1945 (ONU, UNESCO, etc.). L’image du régime évolue grâce à la mise en place d’une politique d’influence pensée depuis les sommets du Nuevo Estado. Ainsi, l’objectif de cette journée est de s’intéresser aux multiples facettes (économique, politique, culturelle, diplomatique, etc.) qui caractérisent cette politique, et de saisir la façon dont le régime a pu l’exercer à l’étranger, et plus particulièrement en France.

Si le régime est parvenu à valoriser son image auprès de certains États occidentaux et à s’attirer des soutiens en dehors de ses frontières, des acteurs isolés et/ou des organisation se sont mobilisées – publiquement ou secrètement – pour défaire cette politique d’influence et contester la légitimité du régime. Dès la guerre civile, ces acteurs et ces organisations semblent avoir joué un rôle d’importance. C’est en tenant compte de leurs actions que le régime franquiste semble avoir parfois orienté les siennes pour tenter de préserver son influence. Dès lors, il s’agit de comprendre comment le régime franquiste s’adapte et tient compte de l’évolution de l’opinion française, des actions de certains partis ou associations pro-républicaines. Si les évolutions internes du régime franquiste (guerre civile, premier et second franquisme) ont joué un rôle déterminant dans sa politique menée en France, les évolutions sur le territoire français ont joué un rôle tout aussi important. C’est ce phénomène d’interdépendance, ce jeu de miroir entre France et Espagne, que cette journée d’étude souhaite mettre en lumière.

Questionner les modalités d’application de la politique d’influence franquiste, ainsi que son efficacité auprès de l’opinion française, nécessite de se centrer sur les notions de circulation et de réseau. Les moyens de persuasion déployés par les franquistes ou par leurs détracteurs circulent par le biais de différents supports et canaux de diffusion ; cela revient aussi à étudier la place occupée par certains acteurs à différentes échelles. La circulation des individus, les pratiques et les comportements militants sur le sol français feront l’objet d’une attention particulière.

Les intervenants seront appelés à analyser la manière dont le franquisme s’est exporté en France, quelles ont été les mobilisations pour ou contre le régime, et les réceptions dont il a fait l’objet en hexagone. Cependant, l’approche de cette journée d’étude demeure ouverte. En ce sens, il est entendu qu’on ne peut réduire la politique d’influence à un processus linéaire allant du sud au nord des Pyrénées. C’est le phénomène dans toute sa complexité qui doit être étudié par les intervenants.

Axes de recherche envisagés

  • Des stratégies : la politique d’influence en France du régime franquiste sur le plan culturel, économique, politique, diplomatique ;
  • Des circulations : les acteurs de cette politique d’influence, les moyens dont ils disposent et les obstacles auxquels ils font face.
  • Des contextes : l’évolution de cette politique au regard des évolutions internes au régime franquiste (guerre civile, premier franquisme, second franquisme) et des évolutions propres au territoire français.

Modalités :

Cette journée d’étude est ouverte aussi bien aux doctorants qu’aux jeunes chercheurs.

Les propositions de contributions doivent comporter un titre et un bref résumé de 250 mots au maximum. Les propositions de contribution et les interventions pourront être réalisées aussi bien en français qu’en castillan.

Elles sont à adresser par courriel, avant le 20 juin 2019, aux organisateurs de la journée d’étude :

lea.goret@unicaen.fr

pierre.salmon@unicaen.fr

Comité scientifique :

Jordi Guixé, professeur des universités à l’Université de Barcelone et directeur de l’European observatory on memories (EUROM)

Célia Keren, maîtresse de conférence à l’IEP de Toulouse (LasSSP, EA4175)

José Luis Ledesma, profesor ayudante doctor à l’Université Complutense de Madrid

Nicolas Sesma Landrin, maître de conférence à l’Université Grenoble Alpes (ILCEA4)

Bruno Vargas, maître de conférence à l’Institut National Universitaire Champollion (UMR 5136 FRAMESPA)

Mercedes Yusta, professeure des universités à l’Université Vincennes-Saint-Denis – Paris 8 (LER, EA 4385)

18-06/8-07.2018, appel à communication : L’archéologie des conflits contemporains

APPEL À COMMUNICATION

 L’archéologie des conflits contemporains :
méthodes, apports,  enjeux

Colloque international
Session des 27-29 mars 2019 à Caen (14) – Mémorial de Caen
organisée par DRAC Normandie, Inrap, HisTeMé et MRSH (Université de Caen)

Depuis plus d’une décennie, l’archéologie contemporaine s’est appropriée ce nouvel objet d’étude que sont les conflits de l’ère contemporaine. Ce champ de recherche encore jeune, dont la pertinence est de moins en moins disputée à mesure que se succèdent les découvertes, a vu l’émergence de questions spécifiques auxquelles les archéologues n’avaient que peu ou pas été confrontés jusqu’alors.
Dix ans après le colloque du Mémorial de Caen, à l’occasion duquel avait été  posées les premières pierres d’un dialogue interdisciplinaire réunissant notamment archéologues et historiens, il apparaît aujourd’hui nécessaire de porter plus avant nos questionnements en vue de mieux cerner la nature et les limites des apports de l’archéologie à l’étude des conflits contemporains, en particulier des guerres de masse de l’ère industrielle qui, à deux reprises au cours du XXe siècle, ont affecté le territoire national comme l’international, et aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Cette contribution est néanmoins réelle, ainsi qu’en témoignent les recherches déjà menées, achevées ou en cours dans ce domaine. C’est à la lumière de ces expériences acquises et des développements méthodologiques qu’elles suscitent, qu’il est proposé de mettre l’accent sur les approches les plus fructueuses et novatrices en termes d’apports à la connaissance des conflits.

Un colloque tenu en deux temps et en deux lieux chacun marqués par l’un des deux conflits mondiaux, le premier à Verdun, en 2018, et le second à Caen, en 2019, fournira l’opportunité aux chercheurs investis dans ces recherches d’aborder à travers des communications synthétiques un large panel de problématiques portant aussi bien sur des aspects réglementaires que sur des thématiques scientifiques ou sociétales, en rapport avec l’histoire des grands conflits contemporains.

La première session, qui se tiendra à Verdun à l’automne 2018, abordera les questions spécifiques à l’archéologie, dans ses pratiques d’investigation comme dans les méthodes de conservation des objets dégagés.

La seconde session, organisée à Caen au printemps 2019, sera consacrée au dialogue interdisciplinaire en déterminant les apports possibles de l’archéologie aux autres champs de la recherche, de la Révolution française à nos jours, à l’échelle internationale. Cette dimension très large permettra ainsi d’éclairer les enjeux spécifiques des guerres de masse de l’ère industrielle qui se sont déroulées au XXe siècle, aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Entre l’abondance de documentation administrative ou privée d’un côté, et de l’autre la standardisation croissante des équipements de guerre qui font souvent perdre intrinsèquement à l’objet dégagé des fouilles tout intérêt significatif, la fenêtre est étroite sur les apports de l’archéologie aux sciences humaines pour la période contemporaine. Elle est pourtant réelle, au vu d’études déjà menées et de projets en cours dans ce domaine. C’est précisément à la lumière de ces expériences qu’il est proposé de dégager les approches qui paraissent les plus fructueuses.

Plus que jamais, l’interdisciplinarité s’impose ici. Si l’histoire paraît le champ disciplinaire naturel dans ce dialogue, elle n’est pas seule en lice : la sociologie, l’anthropologie biologique ou sociale et la géographie y ont, entre autres, tout autant leur place. L’archéologue ne peut en effet prétendre faire émerger une documentation se suffisant à elle-même, en particulier sur la période la plus récente, déjà labourée par d’autres disciplines grâce à une multitude de sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles. Pour autant, ces archives traditionnelles sur lesquelles se basent la plupart des travaux académiques n’ont rien d’absolu, d’abord parce qu’une infime partie de la documentation produite à l’époque parvient aux chercheurs, ensuite parce que cette documentation n’est pas exempte de biais qu’il est parfois utile de corriger. L’archéologie peut dès lors permettre de faire émerger une documentation alternative complémentaire.

Attendus des communications

À chaque fois, il s’agira d’abord de s’interroger sur la philosophie générale, la fonction et les finalités possibles d’une intervention archéologique pertinente au regard des travaux de recherche liés aux conflits contemporains, généralement bien documentés. À quoi bon en effet faire ressurgir tout ou partie d’un cantonnement militaire ou d’un champ de bataille ? Quel apport significatif la démarche archéologique peut-elle apporter dans la compréhension du passé ? Autrement dit, quelle(s) source(s) complémentaire(s) peut-elle faire émerger, qui ne relève(nt) pas de l’anecdotique ?

Ces apports sont relativement nombreux. Encore faut-il les présenter, non pas à travers une juxtaposition de cas d’étude dont la portée est presque à chaque fois limitée à leur sujet spécifique, mais par de larges synthèses thématiques, à la fois nationales et internationales, qui permettent de décliner dans une démarche comparative les perspectives ouvertes par l’approche archéologique, mais aussi ses limites. Une douzaine de thématiques – sans exclusive – paraissent d’emblée susceptibles de faire l’objet de retours d’expérience.

Les pratiques funéraires comme l’archéologie des corps de militaires décédés s’imposent presque naturellement ici (De quoi meurt-on ? Comment enterre-t-on ?).

Quels éléments de connaissance pertinents peut apporter l’archéologie à l’histoire des opérations militaires, à la fois sur terre et sur mer ?

Quelles contributions peut apporter l’archéologie à la connaissance du quotidien du soldat, tant au combat qu’en marge des opérations, par exemple son alimentation (avec ce que cela implique sur son approvisionnement), ses maladies et son hygiène, ou encore son univers culturel à travers les traces collectives ou individuelles qu’il a laissées (peintures murales, graffitis etc.) ?

Comment l’archéologie peut-elle documenter la vie et la survie des civils en temps de guerre et dans l’immédiat après-guerre, ou encore éclairer la privation de liberté, aussi bien dans les camps de prisonniers, les camps d’internement ou les camps de concentration ?

Comment et dans quelle mesure peut-elle documenter les crimes, que ce soit dans les fosses communes ou  les camps d’extermination ?

Comment l’archéologie, en lien avec la géomorphologie, peut-elle renseigner les méthodes et matériaux de construction des ouvrages militaires, ou encore déterminer le niveau de destructions des villes et les bouleversements induits par les opérations sur les paysages ?

Il s’agit ensuite de déterminer quels éclairages spécifiques l’archéologie peut apporter en s’insérant dans les questionnements liés aux nombreux enjeux sociétaux liés à la mémoire de ces conflits, mais aussi à leur gestion au quotidien. En même temps, il s’agit de réfléchir sur les problématiques que l’archéologue peut soulever à travers son travail sur des périodes récentes, à la fois d’un point de vue patrimonial, mais aussi parce qu’ils représentent autant d’enjeux de mémoire potentiels. Qu’il s’agisse de la mémoire des crimes (camps, massacres), des formes d’appropriation ou de rejet mémoriels, d’enjeux de connaissance appliqués à la gestion de patrimoine (et donc intégrant une politique de tourisme de mémoire), l’archéologue se trouve en effet confronté à des problématiques qui ne lui étaient pas forcément familières en travaillant sur des temps plus reculés. Dans le même temps, son travail lui permet d’apporter des réponses sur des enjeux environnementaux, notamment en lien avec la pollution des sols et la transformation des paysages.

L’archéologue participe à un mouvement structurel qui tend à appréhender de manière de plus en plus extensive le patrimoine, dans sa diversité comme dans son ancienneté. En 1945, les Services des Monuments Historiques concevaient ainsi difficilement d’appliquer la sauvegarde d’un patrimoine de moins d’un siècle, qui plus est militaire. Désormais, la politique de sauvegarde s’est largement étendue au fait guerrier sur des biens mobiliers et immobiliers beaucoup plus proches de nous. Toutefois, les moyens de la puissance publique n’étant pas illimités, cela suppose des choix, et donc des renoncements sur ce qui est digne d’être « mémorialisé » pour la postérité, en l’intégrant dans des politiques d’aménagement du territoire et de valorisation touristique. Quand intervenir ? Avec quels moyens ? Quelles protections émettre ? Dans quels buts ?

Dans ce cadre, il s’agit aussi de s’interroger sur la place de l’objet issu des fouilles. La production massive d’équipements militaires tout comme la conservation de ces équipements dans les espaces muséographiques doivent conduire à s’affranchir de toute fascination pour l’objet de guerre. Pour autant, les objets détournés de leur usage ou les créations artistiques (on pense bien évidemment ici à l’artisanat dans les tranchées pendant la Grande Guerre) sont des sources qu’il est impensable de négliger, tant ils permettent de documenter une réalité difficilement saisissable autrement.

Peut-être davantage que pour d’autres périodes historiques, l’archéologue est confronté, lorsqu’il aborde les vestiges des conflits contemporains, à la fascination que leur portent certains collectionneurs de militaria. La passion pour l’Histoire comme la marchandisation de ces objets parfois « à haute valeur ajoutée » conduisent à des opérations de fouille « sauvages ». Loin d’être toutes clandestines, certaines sont, à défaut d’être autorisées, menées avec des moyens conséquents, tant par des associations culturelles, des collectivités territoriales ou de simples particuliers qui n’hésitent pas à communiquer sur leur action dans la presse ou sur le web. Ces pratiques démontrent que la réglementation en vigueur n’est pas connue, et plus encore révèlent les approches désormais décalées entre, d’un côté, une administration qui a très récemment intégré ces vestiges dans le patrimoine et, de l’autre, une population qui s’affranchit de la réglementation en vigueur, fréquemment par habitude et méconnaissance. Dès lors, il y aurait lieu de réfléchir sur les meilleurs moyens de diffuser ces règles et de canaliser ces pratiques.

Les propositions de communications (2000 signes maximum) doivent être envoyées au plus tard le 8 juillet 2018. Elles doivent être accompagnées d’un CV et d’une liste de publications.

Contact : Vincent Carpentier (vincent.carpentier@inrap.fr)

22-24 novembre 2017 “Mémoires des massacres du XXe siècle”


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 “Mémoires des massacres du XXe siècle”