Archives de catégorie : Colloques & journées d’étude

18-06/8-07.2018, appel à communication : L’archéologie des conflits contemporains

APPEL À COMMUNICATION

 L’archéologie des conflits contemporains :
méthodes, apports,  enjeux

Colloque international
Session des 27-29 mars 2019 à Caen (14) – Mémorial de Caen
organisée par DRAC Normandie, Inrap, HisTeMé et MRSH (Université de Caen)

Depuis plus d’une décennie, l’archéologie contemporaine s’est appropriée ce nouvel objet d’étude que sont les conflits de l’ère contemporaine. Ce champ de recherche encore jeune, dont la pertinence est de moins en moins disputée à mesure que se succèdent les découvertes, a vu l’émergence de questions spécifiques auxquelles les archéologues n’avaient que peu ou pas été confrontés jusqu’alors.
Dix ans après le colloque du Mémorial de Caen, à l’occasion duquel avait été  posées les premières pierres d’un dialogue interdisciplinaire réunissant notamment archéologues et historiens, il apparaît aujourd’hui nécessaire de porter plus avant nos questionnements en vue de mieux cerner la nature et les limites des apports de l’archéologie à l’étude des conflits contemporains, en particulier des guerres de masse de l’ère industrielle qui, à deux reprises au cours du XXe siècle, ont affecté le territoire national comme l’international, et aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Cette contribution est néanmoins réelle, ainsi qu’en témoignent les recherches déjà menées, achevées ou en cours dans ce domaine. C’est à la lumière de ces expériences acquises et des développements méthodologiques qu’elles suscitent, qu’il est proposé de mettre l’accent sur les approches les plus fructueuses et novatrices en termes d’apports à la connaissance des conflits.

Un colloque tenu en deux temps et en deux lieux chacun marqués par l’un des deux conflits mondiaux, le premier à Verdun, en 2018, et le second à Caen, en 2019, fournira l’opportunité aux chercheurs investis dans ces recherches d’aborder à travers des communications synthétiques un large panel de problématiques portant aussi bien sur des aspects réglementaires que sur des thématiques scientifiques ou sociétales, en rapport avec l’histoire des grands conflits contemporains.

La première session, qui se tiendra à Verdun à l’automne 2018, abordera les questions spécifiques à l’archéologie, dans ses pratiques d’investigation comme dans les méthodes de conservation des objets dégagés.

La seconde session, organisée à Caen au printemps 2019, sera consacrée au dialogue interdisciplinaire en déterminant les apports possibles de l’archéologie aux autres champs de la recherche, de la Révolution française à nos jours, à l’échelle internationale. Cette dimension très large permettra ainsi d’éclairer les enjeux spécifiques des guerres de masse de l’ère industrielle qui se sont déroulées au XXe siècle, aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Entre l’abondance de documentation administrative ou privée d’un côté, et de l’autre la standardisation croissante des équipements de guerre qui font souvent perdre intrinsèquement à l’objet dégagé des fouilles tout intérêt significatif, la fenêtre est étroite sur les apports de l’archéologie aux sciences humaines pour la période contemporaine. Elle est pourtant réelle, au vu d’études déjà menées et de projets en cours dans ce domaine. C’est précisément à la lumière de ces expériences qu’il est proposé de dégager les approches qui paraissent les plus fructueuses.

Plus que jamais, l’interdisciplinarité s’impose ici. Si l’histoire paraît le champ disciplinaire naturel dans ce dialogue, elle n’est pas seule en lice : la sociologie, l’anthropologie biologique ou sociale et la géographie y ont, entre autres, tout autant leur place. L’archéologue ne peut en effet prétendre faire émerger une documentation se suffisant à elle-même, en particulier sur la période la plus récente, déjà labourée par d’autres disciplines grâce à une multitude de sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles. Pour autant, ces archives traditionnelles sur lesquelles se basent la plupart des travaux académiques n’ont rien d’absolu, d’abord parce qu’une infime partie de la documentation produite à l’époque parvient aux chercheurs, ensuite parce que cette documentation n’est pas exempte de biais qu’il est parfois utile de corriger. L’archéologie peut dès lors permettre de faire émerger une documentation alternative complémentaire.

Attendus des communications

À chaque fois, il s’agira d’abord de s’interroger sur la philosophie générale, la fonction et les finalités possibles d’une intervention archéologique pertinente au regard des travaux de recherche liés aux conflits contemporains, généralement bien documentés. À quoi bon en effet faire ressurgir tout ou partie d’un cantonnement militaire ou d’un champ de bataille ? Quel apport significatif la démarche archéologique peut-elle apporter dans la compréhension du passé ? Autrement dit, quelle(s) source(s) complémentaire(s) peut-elle faire émerger, qui ne relève(nt) pas de l’anecdotique ?

Ces apports sont relativement nombreux. Encore faut-il les présenter, non pas à travers une juxtaposition de cas d’étude dont la portée est presque à chaque fois limitée à leur sujet spécifique, mais par de larges synthèses thématiques, à la fois nationales et internationales, qui permettent de décliner dans une démarche comparative les perspectives ouvertes par l’approche archéologique, mais aussi ses limites. Une douzaine de thématiques – sans exclusive – paraissent d’emblée susceptibles de faire l’objet de retours d’expérience.

Les pratiques funéraires comme l’archéologie des corps de militaires décédés s’imposent presque naturellement ici (De quoi meurt-on ? Comment enterre-t-on ?).

Quels éléments de connaissance pertinents peut apporter l’archéologie à l’histoire des opérations militaires, à la fois sur terre et sur mer ?

Quelles contributions peut apporter l’archéologie à la connaissance du quotidien du soldat, tant au combat qu’en marge des opérations, par exemple son alimentation (avec ce que cela implique sur son approvisionnement), ses maladies et son hygiène, ou encore son univers culturel à travers les traces collectives ou individuelles qu’il a laissées (peintures murales, graffitis etc.) ?

Comment l’archéologie peut-elle documenter la vie et la survie des civils en temps de guerre et dans l’immédiat après-guerre, ou encore éclairer la privation de liberté, aussi bien dans les camps de prisonniers, les camps d’internement ou les camps de concentration ?

Comment et dans quelle mesure peut-elle documenter les crimes, que ce soit dans les fosses communes ou  les camps d’extermination ?

Comment l’archéologie, en lien avec la géomorphologie, peut-elle renseigner les méthodes et matériaux de construction des ouvrages militaires, ou encore déterminer le niveau de destructions des villes et les bouleversements induits par les opérations sur les paysages ?

Il s’agit ensuite de déterminer quels éclairages spécifiques l’archéologie peut apporter en s’insérant dans les questionnements liés aux nombreux enjeux sociétaux liés à la mémoire de ces conflits, mais aussi à leur gestion au quotidien. En même temps, il s’agit de réfléchir sur les problématiques que l’archéologue peut soulever à travers son travail sur des périodes récentes, à la fois d’un point de vue patrimonial, mais aussi parce qu’ils représentent autant d’enjeux de mémoire potentiels. Qu’il s’agisse de la mémoire des crimes (camps, massacres), des formes d’appropriation ou de rejet mémoriels, d’enjeux de connaissance appliqués à la gestion de patrimoine (et donc intégrant une politique de tourisme de mémoire), l’archéologue se trouve en effet confronté à des problématiques qui ne lui étaient pas forcément familières en travaillant sur des temps plus reculés. Dans le même temps, son travail lui permet d’apporter des réponses sur des enjeux environnementaux, notamment en lien avec la pollution des sols et la transformation des paysages.

L’archéologue participe à un mouvement structurel qui tend à appréhender de manière de plus en plus extensive le patrimoine, dans sa diversité comme dans son ancienneté. En 1945, les Services des Monuments Historiques concevaient ainsi difficilement d’appliquer la sauvegarde d’un patrimoine de moins d’un siècle, qui plus est militaire. Désormais, la politique de sauvegarde s’est largement étendue au fait guerrier sur des biens mobiliers et immobiliers beaucoup plus proches de nous. Toutefois, les moyens de la puissance publique n’étant pas illimités, cela suppose des choix, et donc des renoncements sur ce qui est digne d’être « mémorialisé » pour la postérité, en l’intégrant dans des politiques d’aménagement du territoire et de valorisation touristique. Quand intervenir ? Avec quels moyens ? Quelles protections émettre ? Dans quels buts ?

Dans ce cadre, il s’agit aussi de s’interroger sur la place de l’objet issu des fouilles. La production massive d’équipements militaires tout comme la conservation de ces équipements dans les espaces muséographiques doivent conduire à s’affranchir de toute fascination pour l’objet de guerre. Pour autant, les objets détournés de leur usage ou les créations artistiques (on pense bien évidemment ici à l’artisanat dans les tranchées pendant la Grande Guerre) sont des sources qu’il est impensable de négliger, tant ils permettent de documenter une réalité difficilement saisissable autrement.

Peut-être davantage que pour d’autres périodes historiques, l’archéologue est confronté, lorsqu’il aborde les vestiges des conflits contemporains, à la fascination que leur portent certains collectionneurs de militaria. La passion pour l’Histoire comme la marchandisation de ces objets parfois « à haute valeur ajoutée » conduisent à des opérations de fouille « sauvages ». Loin d’être toutes clandestines, certaines sont, à défaut d’être autorisées, menées avec des moyens conséquents, tant par des associations culturelles, des collectivités territoriales ou de simples particuliers qui n’hésitent pas à communiquer sur leur action dans la presse ou sur le web. Ces pratiques démontrent que la réglementation en vigueur n’est pas connue, et plus encore révèlent les approches désormais décalées entre, d’un côté, une administration qui a très récemment intégré ces vestiges dans le patrimoine et, de l’autre, une population qui s’affranchit de la réglementation en vigueur, fréquemment par habitude et méconnaissance. Dès lors, il y aurait lieu de réfléchir sur les meilleurs moyens de diffuser ces règles et de canaliser ces pratiques.

Les propositions de communications (2000 signes maximum) doivent être envoyées au plus tard le 8 juillet 2018. Elles doivent être accompagnées d’un CV et d’une liste de publications.

Contact : Vincent Carpentier (vincent.carpentier@inrap.fr)

[Annonce – Participation à un colloque] « Le scandales des commissions d’achats à l’étranger  » : bonnes et mauvaises fortunes parisiennes dans les achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne

Du 28 au 30 mai 2018, un colloque international sera consacré à la thématique de l’argent immoral et des profiteurs de la guerre (1870-1945). A cette occasion, une communication sera réalisée sur les scandales liés aux commissions d’achats républicaines à Paris durant la guerre d’Espagne (1936-1939).

Le programme intégral du colloque, dont une publication des actes est envisagée, est consultable ici.

Ci-dessous, le résumé de la communication :

« Le scandale des commissions d’achats à l’étranger » : Bonnes et mauvaises fortunes parisiennes des achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre civile qui oppose les franquistes à la République espagnole (1936-1939), un embargo sur les armes et le matériel militaire a été promulgué par un comité international afin d’empêcher les deux camps de s’en procurer. Dans ce contexte, la capitale française est devenue un lieu dédié à la mise en place de commissions d’achats devant permettre à la République espagnole de conclure illégalement des contrats d’armement. Au sein de ces dernières, de multiples scandales ont fait croître le spectre des profiteurs de la guerre.

Les commissions d’achats ont fait l’objet de sévères critiques à l’intérieur même du camp républicain (I). D’abord blâmés par les anarchistes espagnols pour leur malhonnêteté et leur avidité supposées, les membres des commissions d’achats républicaines l’ont ensuite été par les communistes français qui soulignent l’incompétence qui les aurait mis à la merci de trafiquants sans scrupule. Ces attaques, justifiées par des scandales liés à des achats d’armes à l’étranger, ont un mobile politique car il s’agit aussi de dessaisir les commissions de ses prérogatives. Ces critiques produisent un effet de source car il devient par conséquent difficile de savoir qui des trafiquants ou des membres des commissions a réellement tiré profit des achats illégaux à des fins personnelles.

Confronter ces critiques à la documentation interne des commissions et à celle des services de surveillance français permet de mieux comprendre les pratiques des acteurs du trafic illégal et ses résultats (II). Réseaux personnels, stratégies de démarchage et de négociation entrent alors en jeu et décident de la réussite ou de l’infortune de chacun.

Les achats menés par les commissions d’achats républicaines semblent donc avoir été l’objet de querelles politiques et de luttes d’influence qui tendent à complexifier la lecture que l’on peut en faire a posteriori. Le travail réalisé par les républicains en vue des achats d’armes, en dépit de son lot d’infortunes et de sa persistante désorganisation, mérite donc d’être regardé sous un jour nouveau.

« Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

La tenue de journées d’études à Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 18 et 19 mai 2017 sur l’action clandestine et l’imaginaire du complot (XXe-XXIe siècle) a permis la comparaison d’approches plurielles autour de ces deux idées. Ce fut en effet l’occasion de confronter les stratégies d’entrées et de sortie de la clandestinité, les représentations des phénomènes de l’ombre ou encore l’attitude des États face aux acteurs du secret. C’est à cette occasion que fut présentée une communication concernant les stratégies de dévoilements du secret à propos du trafic d’armes destiné à la guerre d’Espagne dont les grandes lignes sont décrites ci-dessous (voir le programme ici et la page d’appel à communication ).

La prohibition du trafic d’armes à destination du gouvernement légal espagnol a été une pierre d’achoppement des débats sur la conduite diplomatique du Front Populaire. Le gouvernement du Front populaire a en effet officiellement refusé toutes livraisons d’armes à la République espagnole et participé à la mise en place d’une « non-intervention » dans la guerre d’Espagne (1936-1939). Néanmoins, à partir d’un certain moment, Continuer la lecture de « Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème « Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy ».

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet « L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui » et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme

Les Mémoriales 2016

17

Le Centre de Recherches d’Histoire Quantitative et le Mémorial de Caen se sont associés pour organiser, le 30 novembre et 1er décembre 2016  deux journées d’études, ouvertes au public, sur l’actualité de la recherche autour de la Seconde Guerre mondiale.

Le mercredi 30 novembre, 14 h-17 h
Le séminaire « Traces de guerre » est consacré au Sport à l’ère totalitaire. Il est ouvert au public et accueille exceptionnellement trois conférences :
Contrôle des corps ou quête de liberté?  Le sport derrière les barbelés
par Doriane Gomet, maître de conférences à l’université Rennes II.
La politique sportive du Gouvernement de Vichy : quelles réalités ?
Par Christophe Pécout, maître de conférences à l’université de Lille  2.
Sport et éducation physique en Zone interdite (1940/1944) : une culture d’évasion ? 
Par Olivier Chovaux, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois

 Le jeudi 1er décembre : colloque « Jeunes chercheurs »
10h : S’engager,  Sous la présidence de Alya Aglan, professeure à l’Université de Paris 1 (CIRICE)
La Légion française des combattants
Par Anne Sophie Anglaret, Université de Paris 1
Résister en Haute-Normandie, une histoire politique d’en bas
Par Mason Norton, Université de Edge Hill, Royaume-Uni
Les réseaux de résistance de la France combattante (1940-1945
Par Guillaume Pollack, Université de Paris1

14h30 : Écrire le quotidien, Sous la présidence de François Rouquet, professeur à l’université de Caen, CRHQ
Tenir son journal sous l’Occupation : essai d’histoire culturelle
Par Hakim Rezgui, Université de Paris 1
La conduite pas si « korrekt ». La vie quotidienne des troupes d’occupation en France pendant la Deuxième Guerre mondiale par Byron Schirbock, Université de Cologne, Allemagne

15h45 : Écrire l’histoire, Sous la présidence de Gaël Eismann, maître de conférences à l’université de Caen, CRHQ
Jacques Desoubrie et Robert Alesch : histoire de deux espions
Par Benedetta Carnaghi, Université de Cornell, USA
Appréhensions du présent, compréhensions du passé : écrire l’histoire en France pendant la seconde guerre mondiale
Par Jean-François Bonhoure, Université de Paris 1

23 janvier 2017 : Histoire des femmes juives en France, 1939-fin des années 1950

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah organise le 23 janvier prochain une journée d’étude sur l’histoire des femmes juives en France, pendant la Seconde Guerre mondiale et dans le long après-guerre.

Françoise Passera y présentera l’instrument de recherche Ego 39-45, Écrits de guerre et d’occupation qui permet à la fois d’identifier les témoignages de femmes juives et de situer  leurs prises de parole dans le temps.

Pour de plus amples informations, consulter le programme : bb_flyer_pour_web