Archives de catégorie : Colloques & journées d’étude

Retour sur le colloque Autour de Patrice Arnaud

Les Mémoriales 2018

Les Français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale,travail forcé, captivité, répression.
Journée d’étude autour de Patrice Arnaud (1972-2017)
Le Mémorial de Caen, 14 novembre 2018

Cette journée coordonnée par Laurent Joly, était dédiée à la mémoire de Patrice Arnaud et au sujet de recherche auquel il a consacré 10 ans de sa vie. S’intéressant aux requis en Allemagne, ou plus exactement aux travailleurs civils français en Allemagne qu’ils soient volontaires, requis ou prisonniers transformés, le travail de Patrice Arnaud, comme l’ont montré, chacune à leur manière, les communications,a été un socle indispensable à notre connaissance  actuelle de cette population dans sa dimension plurielle. 
Faut-il rappeler l’importance de cette population exilée, qui illustre deux données fondamentales dans l’étude de la France durant la Seconde Guerre mondiale ?
-Il s’agit de la plus importante émigration du territoire national dans un délai aussi réduit. En effet, en intégrant les « volontaires » partis pour certains dès 1940, les effectifs de travailleurs requis outre-Rhin représentent plus de 700 000 individus
– Par ailleurs, cette masse humaine incarne la politique de Vichy et le zèle du gouvernement et de l’administration Laval qui rend légale cette ponction humaine et, partant, montre la contradiction fondamentale qui caractérise le régime. L’organisation de ces réquisitions demaind’œuvre,de l’aveu même de l’amiral Auphan (qualifié pourtant dans le cénacle militaire d’« amiral de Vichy »), « polonise la France » au prétexte de ne pas subir le sort de la Pologne.

Dans cette perspective, le travail de Patrice analysait la politique de réquisition allemande pour l’économie du Reich, la politique allemande d’encadrement de cette main-d’œuvre par l’État nazi, mais également par les entreprises allemandes auxquelles elle profitait, ainsi que les diverses logiques répressives permettant à la fois de stimuler la productivité des travailleurs et de maintenir la discipline. 
Dans son approche d’histoire sociale, Patrice avait donc mesuré à partir de sources inédites — Archives Nationales, BAMC de Caen, Bundesarchiv, Staatarchich de  Düsseldorf,München, Würzburg— mais aussi des sources orales auxquelles s’ajoutaient environ 150 témoignages dont Françoise Passera a rappelé la richesse (cf la base Écrits de Guerre et d’Occupation en ligne : http://www.ego.1939-1945.crhq.cnrs.fr/
Bref à partir de ces sources croisées, Patrice Arnaud a décrit et analysé finement la réalité de la vie en Allemagne de ces jeunes gens. À commencer par le processus de départ des jeunes requis au titre du STO  jusqu’à leur arrivée en Allemagne et, corollaire en contre-champ, des conditions dans lesquelles l’alternative majeure s’était posée aux intéressés : partir ou ne pas partir ? 
« Je dois en convenir. Le train de l’héroïsme est passé devant moi sans s’arrêter(…) Je pleurais d’abord sur ma faiblesse : n’est pas héros qui veut ! » écrit une jeune requis cité dans la version publiée de sa thèse (p445).  Ensuite, Patrice Arnaud avait exploré dans tous ses détails ce que représentait le travail en Allemagne, les conditions de vie, les modalités selon lesquelles chacun s’accommodait de la situation, se préservait, nouait des relations dans ce contexte inédit.
Il avait notamment montré que les comportements dans les usines obéissaient à des logiques complexes où se mêlait l’aigreur et la culpabilité d’avoir à travailler et produire au bénéfice d’un pays ennemi. Il analysait les modalités selon lesquelles chacun s’arrangeait des multiples contraintes, tentait de se prémunir personnellement face au système répressif, ou collectivement en scrutant les solidarités ouvrières…

Les travailleurs libres français comme les Allemands se trouvaient touchés par des difficultés communes. Entre les restrictions alimentaires et les bombardements alliés, les uns et les autres étaient pris des mêmes peurs. Dans les camps, leur vie était difficile, du fait de la surpopulation et de la promiscuité qu’elle entraînait,des conditions d’hygiène, du froid,  des rythmes de repos.  Bref Patrice avait su raconter et analyser ce que le séjour en Allemagne avait représenté pour ces jeunes gens : vie quotidienne, logement,loisirs, amours et sexualité, déviances amoureuses transgressant les nationalismes,… sujet encore peu défloré à l’aube des années 2000. Partant ils’était également intéressé dans cette thèse magistrale (5 vols, 1942 pages !) à la délinquance des requis dans le Reich, délinquance motivée tant par les nécessités contingentes, que par ce qu’il pointait comme l’affaiblissement moral liés à leurs conditions d’existence dans le Reich.

Cette journée a donc permis de faire le point et de montrer la continuité avec les différents thèmes abordés il y a près d’une quinzaine d’années par Patrice Arnaud.

1 – Tout d’abord la confirmation ou l’enrichissement de notre connaissance du sujet

– Notre compréhension du phénomène s’enrichit par des études départementales ou régionales. Sébastien Beuchet en donne un bel exemple et confirme, en étudiant le département de l’Orne, les taux de mortalité établis (autour de 4%dans l’Orne conformément à l’évaluation généralement admise). Cette proportion sans commune mesure avec les estimations revendiquées par la  Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé (FNVRCNTF), atteste que celles-ci étaient biaisées par les enjeux d’après-guerre et assujetties à un discours victimaire qui fut d’ailleurs contre-productif. Importance de la maladie,usure des corps, morts violentes liées aux bombardements, répression dont Sébastien Beuchet nous dit, au moins pour l’Orne, qu’il faut sans doute la minorer dans le bilan humain qu’il établit selon une chronologie fine. 
– L’étude de cas individuel, comme celle du commissaire Louit proposée par Laurent Joly, illustre le système de contrôle et de répression tout comme d’originales et savantes tactiques de retournement et de « navigation politique ». 
– Cette journée a mis en valeur également l’importance de la catégorisation pour les Allemands —notamment la différence des statuts entre requis et prisonniers— ainsi que le montre Christophe Woehrle, mais aussi et surtout aux enjeux mémoriaux qui y sont liés. Après-guerre en effet, selon la catégorie dans laquelle chacun se trouve affecté et selon l’intitulé, pour ne pas dire l’étiquette et ce qu’elle sous-entend, ces catégories induisent une place différente dans la morale nationale, et en ordonnent la hiérarchie (cf. infra 3/la mémoire). Signalons également la singularité et la diversité de destin des prisonniers de guerre juifs dans les cas abordés par le même Christophe Woerhle. 
– Autre dimension mise en valeur : l’importance de l’opinion et des comportements. Car la soumission importante qui caractérise les départs au STO, même si les mouvements d’opposition et de désobéissance ne sont pas à négliger, demeure une caractéristique propre du système de réquisition. Raphaël Spina a rappelé et a éclairci,notamment dans sa propre thèse les mécanismes d’acceptation des départs et ce concept de “refusance” consistant à partir contre son gré mais sans savoir (ou se donner) les moyens de ne pas le faire. Il faut en effet se souvenir dans cette perspective, de la faible fraction du réfractariat —de l’ordre de 30 000 à 50 000 réfractaires sur 250 000 résistants— qu’on retrouve au maquis bien que ces mêmes réfractaires aient constitué l’ossature des premiers maquis de 1942-1943.

2/ L’évolution de l’historiographiedes requis comme des prisonniers de guerre.
L’historiographie des travailleurs en Allemagne a été nourrie dans un premier temps par des travaux inédits, mais parcellaires, à partir des années 1970 (J. Evrard, La déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich en 1972 ;Jean-Pierre Harbulot, Le S. T. O. Dans la région de Nancy : une administration régionale face aux exigences allemandes en matière de main-d’œuvre,en 1997 pour la Lorraine), jusqu’au colloque de 2001 établissant une synthèse nationale, colloque organisé par le CRHQ.
Trois thèses pionnières cependant ont marqué notre connaissance du sujet : celle de HelgaBories-Sawala, soutenu en 1996,sur Brême et ses 5700 civils français et publiée en 2010 en langue française aux éditions Septentrion, suivie par deux autres travaux à la fois remarquables et complémentaires, illustrant deux chemins historiographiques différents :la thèse de Patrice Arnaud (Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945, soutenue en 2006 et publiée aux Éditions du CNRS en 2010), centrée sur l’Allemagne ; et celle de Raphaël Spina (soutenue en 2012 et publiée en 2017 chez Perrin sous le titre Histoire du STO), centrée sur la France. Mais si ces travaux sont aujourd’hui mieux connus du public, le moins que l’on puisse dire est que le sujet du travail forcé a été peu médiatisé. Raphaël Spina en a donné un exemple : le STO n’a été l’objet en tout et pour tout que de deux articles dans la revue L’Histoireen 40 ans. 
Alors que les enquêtes du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiales (1973-1982) ne disposaient que de sources parcellaires, elles  s’avèrent aujourd’hui bien plus riches comme l’a rappelé Alain Alexandra de la DAVCC (Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service Historique de la Défense). Exemple de leur ampleur, proportionnée au nombre d’individus touchés par le phénomène  que ces 3 000 dossiers individuels pour le seul département de l’Orne étudiés par Sébastien Beuchet.

–  Par ailleurs, l’historiographie des prisonniers a, selon Fabien Théofilakis, été marqué par ce qu’il appelle le« moment Durand », c’est-à-dire par les travaux d’Yves Durand sur les prisonniers, jusque dans les années 1990, puis par des nouveaux travaux dont la thèse du même F. Théofialkis (2010) marque le renouveau.
Ce renouvellement historiographique s’est opéré dans une perspective élargie, européenne, selon une évolution favorisée par différents facteurs : demande sociale différente liée notamment à la disparition des témoins, effets du rapprochement franco-allemand, décentrement du regard privilégiant la captivité plutôt que les captifs. Ainsi, on observe, parmi les problématiques émergentes, l’importance réévaluée de la sexualité des captifs et la notion de« sortie de guerre », autant de postures scientifiques ré-envisageant cette phase intérimaire entre entropie et retour à la norme. L’apparition des prisonniers comme nouveaux objets d’étude est également due à l’accès à de nouvelles archives, comme par exemple les enregistrements britanniques des prisonniers allemands et l’étude pionnière qu’en ont fait Sönkel Neizel et Harald  Welzer dans Soldats, combattre, tuer,mourir : Procès-verbaux de récits de soldats allemands (Gallimard,2011).

3/ La mémoire collective et individuelle

– La mémoire collective ou institutionnelle
Les exemples de mise en mémoire cités par Helga Bories-Sawala (les fresques murales dans le port de Brême, le Stalag XB de Sandbostel ou encore le mémorial du Bunker Valentin), invitent à réfléchir sur la dimension mémorielle (tardive en Allemagne), mais également à la mémoire du STO telle qu’elle se construit en France. Ce travail mémoriel est à la fois produit d’initiatives citoyennes et de résistances à sa constitution.En France, la polémique suscitée par l’amalgame lié à l’usage du terme« déportation » (raciale, de répression, du travail) en dit long sur la sensibilité mémorielle. Cette sensibilité est traduite en quatre mots-clés par Helga Bories-Sawala : mémoire partielle, tardive, controversée,inachevée. 
C’est ce qu’illustre également, tant du point de vue institutionnel que mémoriel, ce que Camille Fauroux  appelle« L’étiquette infamante de volontaire », à propos de cette catégorie qui ne trouve pas sa place dans le paramètre admissible de la mémoire nationale. L’approche socio-historique réalisée à propos de ces femmes ne manque pas de s’interroger sur le rôle de ces catégories. Les volontaires d’avant le 19 juin 1942 (soit le début de la Relève), ne le sont plus après, ou si les femmes prouvent qu’elles ont cherché à joindre leur mari, avant que la catégorie « volontaire »soit élargie en 1946.

-La mémoire individuelle ou le témoignage
Raphael Spina estime dans son ouvrage que le STO est “l’inconnu célèbre des années noires : la mémoire collective sait ce qu’il est, mais néglige de le commémorer ou de s’y intéresser pour lui-même”.
La richesse et la grande diversité des 120 témoignages étudiés par Françoise Passera s’avère fortement réduite si l’on s’en tient au seul nombre de ceux qui ont écrit à ceux qui n’ont pas écrit : 120 témoignages de requis sur 620 000 rentrants, de même pour les prisonniers : 469 récits pour 950000 prisonniers revenus en 1945. De ces textes publiés on entend la régularité des tons, le « je » individuel ou le « nous »militant ; on remarque la revendication victimaire et le rôle qu’y tient la Fédération, la lutte jamais aboutie pour la reconnaissance. 
En effet, la divergence de ton est flagrante dans la mémoire STO.  D’une part,  la mémoire« officielle » portée par la Fédération , centrée autour du combat pour le titre de « déporté du travail », tend à sur-représenter les phénomènes de déportation et de résistance ; et d’autre part, le témoignage individuel, moins revendicatif, plus intimiste, met en exergue une certaine culpabilité et l’idée de n’avoir été ni martyr ni héros . Il fallait sans doute le talent introspectif et l’objectivation de l’expérience de François Cavanna, incarnée dans ses Russkofs,pour faire de cette littérature un succès de librairie en même temps qu’une porte de sortie pour s’affranchir du passé. À l’évidence, ces témoignages sont un point d’observation indispensable pour faire « une histoire d’en bas », une histoire populaire de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Enfin, dans ce même registre mémoriel, il faut citer les réactions des enfants (les fils et les filles de…), réactions souvent encore vives et à travers lesquelles transparaît en eux le fort investissement dans une histoire familiale fragile.

4/ La dimension genrée :les travailleuses volontaires féminines demeuraient méconnues voire inconnues, jusqu’à la thèse de Camille Fauroux (Les travailleuses civiles de France : des femmes dans la production de guerre de l’Allemagne national-socialiste (1940-1945), soutenue en 2016.Leur parole ne l’était pas moins tant était grande la difficulté (l’impossibilité)de témoigner, affublée de l’adjectif infamant de « volontaires ». Face à cette impasse, on reconsidère l’importance des mots et on lui préfère celui« travailleuses civiles » restituant mieux la complexité des comportements. Dans son système complexe et évolutif des catégories d’exilés, l’État laisse cependant aux femmes volontaires la possibilité de se faire oublier dès lorsqu’elles ne sont pas visées par un autre chef d’inculpation (dénonciation,propagande, …). Car leur rôle et leur personne sont toujours dépréciés. On associe la femme volontaire à la prostituée jusque dans les rangs de ses frères d’exil. À travers la volontaire du travail, se construit cette sorte de Grand Autre lacanien associant compromission politique et sexualité débridée. En effet, cette sexualisation de la collaboration féminines’accorde avec la construction masculine d’une mémoire virile des exilés de tout poil (STO, prisonniers), s’arrangeant des souvenirs de Casanova pour mieux digérer leur honte. Qu’il s’agisse des prisonniers, des requis ou des volontaires, cet exil, forcé ou non, concrétise la défaite des hommes et du modèle viril déjà bien écorné par la Première Guerre mondiale et ses séquelles.

Pour conclure
D’autres recherches pourraient étudier les mots et les trajectoires afin de mieux connaître les traumatismes mémoriels liés à cette expérience forcée du travail en exil. Pourrait également être multiplier les travaux de micro-histoire pour mieux évaluer la place des requis dans la société durant et après la guerre. Enfin, il manque toujours un travail d’ensemble sur  les réfractaires. 
L’étude des requis du STO, des travailleurs volontaires, des prisonniers transformés et des exilés en général, nous montre que le phénomène est aussi à envisager comme une opportunité de brassage et de rapprochement entre des peuples qui ne se connaissaient pas. Leurs statuts et leurs destins mettent en lumière les rapports très différents qu’entretiennent les nations, après-guerre,notamment avec leurs « volontaires » qui ne subissent pas le même traitement mémoriel en Italie par exemple, lieu d’un fort héritage d’émigration volontaire, et en France où ils sont bannis de la mémoire nationale.
Rappelons enfin que les différents éléments rapidement évoqués ici, illustrent le paradoxe fondamental de l’Allemagne hitlérienne et de son projet de purification nationalo-ethnique : jamais autant d’éléments exogènes n’ont été présents en Allemagne à rebours de la doxaidéologique du Reich. 
Serait-ce une leçon pour la classe politique d’aujourd’hui ?
Finissons par une représentation positive de la réalité morose renvoyée par le sort de ces populations qui ont subi un exil forcé si long, une lueur d’espoir offerte par cette belle image puisée dans les archives par Helga Bories-Sawala : l’ardent baiser à sa fiancée envoyé au dos d’un billet de transport par un prisonnier pour déjouer la censure.

François Rouquet.
HisTeMé (ex crhq)


 [FP(1]

Retour sur le colloque « Jeunes chercheurs » : les travaux d’Aliénor Cadot

Aliénor Cadot est doctorante de l’EHESS (CRH) à Paris sous la direction de Nancy Green. Elle nous propose le résumé de son intervention.
Sa thèse porte sur l’immigration nord-africaine en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Résumé : 

            À la fin des années 1930, la population originaire des trois pays d’Afrique du Nord colonisés par la France(Algérie, Maroc, Tunisie) présente en France est estimée à environ 100 000 individus, principalement des hommes venus en métropole pour travailler et envoyer leur salaire dans leur village d’origine. Entre la fin des années 1920 et le début des années 1940, deux services voient le jour au sein de deux ministères différents afin d’administrer la présence de ces personnes en métropole :le service de la main-d’œuvre nord-africaine (MONA) du ministère du Travail, et le service des affaires indigènes nord-africaines (SAINA), sous tutelle du ministère de l’Intérieur. La MONA a pour mission de veiller au recrutement d’une main-d’œuvre « utile » à l’économie du pays (surtout en période de guerre et d’occupation) et à sa répartition sur le territoire. Le fonctionnement du service est articulé via des mandataires choisis pour recruter dans les pays d’origine des travailleurs bon marché (comme la SGI (société générale d’immigration), avait été créée à la fin des années 1920 pour recruter notamment en Italie et en Pologne), mais également, sous Vichy, via les comités d’organisation (CO), regroupant par branche des entreprises dans les domaines prioritaires de l’économie sous l’occupation. Le débarquement allié en Afrique du Nord et l’invasion de la zone sud en novembre 1942, en modifiant radicalement le territoire à administrer, changent brutalement la mission de la MONA, qui ne peut plus recruter en Afrique du Nord. À partir de l’instauration du STO, son rôle dans la gestion territoriale nationale de la main-d’œuvre se transforme de nouveau.

Carte d’identité de M. A. Mohammed, Algérien établie par les autorités d’occupation en 1942. Source : DAVCC, SHD, Caen

            Le SAINA, quant à lui, est à la fois en charge de l’émission de documents officiels, de l’’aide matérielle et de la surveillance morale et politique. Originairement et théoriquement dédié spécifiquement aux Algériens (de nationalité française), ses missions sont en réalité définies de manière très large pour toute la population « nord-africaine »,catégorie aux contours poreux. Affilié aux préfectures, ce service existe à Paris, Marseille, Lyon, Saint-Étienne et Bordeaux. Les variations de pratiques d’un service local à l’autre donnent à voir un fonctionnement administratif laissant la voie libre à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire au sein de services très petits et souvent soumis à la volonté d’un seul ou de deux individus (même si, malheureusement, peu d’archives subsistent).
            L’articulation des deux organismes évolue au fil des années de guerre. À partir de 1942, et plus encore après novembre, l’un des rôles principaux du SAINA est la récolte d’informations sur les travailleurs nord-africains ayant fui leur travail, alors que les bureaux de la MONA s’occupent de trouver du travail aux chômeurs. Par ailleurs, ils existe,depuis le début du conflit, les soupçons de collaborationnisme qui pèsent sur les militants nationalistes nord-africains s’accentuent,  la surveillance se fait alors plus étroite.

14 novembre : Hommage à Patrice Arnaud (1972-2017)

Dans le cadre des Mémoriales organisées en partenariat avec le Mémorial de Caen, la première journée est consacrée à la recherche sur l’utilisation de la main-d’oeuvre française pour le Reich, sujet qui avait suscité l’intérêt de Patrice Arnaud et notamment, son sujet de sa thèse.

Télécharger le programme des 14 et 15 novembre ici

15 novembre : colloque jeunes chercheurs

Dans le cadre des Mémoriales, HisTeMé accueille, comme tous les ans, les jeunes doctorants et chercheurs qui travaillent « autour de la Seconde Guerre mondiale.

Télécharger le programme ici

Le programme de la journée :

 

« Jeunes chercheurs-es nouvelles recherches
sur la Seconde Guerre mondiale

Les Mémoriales,  jeudi 15 novembre 2018

Accueil: S. Grimaldi (Directeur du Mémorial) & F. Rouquet (HisTeMé-UNC)

Introduction
Léa Goret (doctorante HisTeMé)

Combattants et  engagés : nouvelles perspectives
Présidence : Françoise Passera (HisTeMé-UNC)

Morgane Barey
Thèse : La formation des officiers français pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction d’ Olivier Wieviorka (ENS Cachan)
Communication : Former des officiers, un enjeu pour les gouvernements français (Vichy, Londres, Alger) ? 1940-1944

Jean-Arthur Noïque
Thèse :  L’image et la mémoire de la Ire Armée française (de 1943 à nos jours), sous la direction de Jean-François Muracciole (Université de Montpellier)
Communication : La construction de l’image de la 1re Armée française par les médias durant le conflit 

Marilyne Andreo
Thèse : Sociologie des résistants de la basse vallée du Rhône (Bouches du Rhône, Vaucluse, Gard), sous la direction de Jean-François Muracciole (Université de Montpellier)
Communication : Sociologie des résistants étrangers dans les Bouches-du-Rhône, le Gard et le Vaucluse 

Colonisation, germanisation et transnationalité
Présidence : Gaël Eismann (HisTeMé-UNC) 

Anne François
Thèse : l’Ostland(W.O.L) dans les Ardennes, sous la direction de F. Rouquet (Université de Caen Normandie). 
Communication : Les prisonniers de guerre nord-africains en zone interdite : l’exemple du Frontstalag des Ardennes.

Cadiot Alienor
Thèse  L’immigration nord-africaine en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Nancy L. Green (EHESS)
Communication : Requis, sous contrat, libres: travailleurs nord-africains en métropole sous Vichy et sous l’occupation

Gwendoline Cicottini
Thèse : Les enfants franco-allemands de la Seconde Guerre mondiale. Acteurs, représentations, mémoires sous la direction de Jean-Francois Muracciole (Université de Montpellier
Communication : Relations interdites, enfants oubliés ? Les relations entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale

Conclusion
Laurent Joly (directeur de recherche CNRS-EHESS) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18-06/8-07.2018, appel à communication : L’archéologie des conflits contemporains

APPEL À COMMUNICATION

 L’archéologie des conflits contemporains :
méthodes, apports,  enjeux

Colloque international
Session des 27-29 mars 2019 à Caen (14) – Mémorial de Caen
organisée par DRAC Normandie, Inrap, HisTeMé et MRSH (Université de Caen)

Depuis plus d’une décennie, l’archéologie contemporaine s’est appropriée ce nouvel objet d’étude que sont les conflits de l’ère contemporaine. Ce champ de recherche encore jeune, dont la pertinence est de moins en moins disputée à mesure que se succèdent les découvertes, a vu l’émergence de questions spécifiques auxquelles les archéologues n’avaient que peu ou pas été confrontés jusqu’alors.
Dix ans après le colloque du Mémorial de Caen, à l’occasion duquel avait été  posées les premières pierres d’un dialogue interdisciplinaire réunissant notamment archéologues et historiens, il apparaît aujourd’hui nécessaire de porter plus avant nos questionnements en vue de mieux cerner la nature et les limites des apports de l’archéologie à l’étude des conflits contemporains, en particulier des guerres de masse de l’ère industrielle qui, à deux reprises au cours du XXe siècle, ont affecté le territoire national comme l’international, et aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Cette contribution est néanmoins réelle, ainsi qu’en témoignent les recherches déjà menées, achevées ou en cours dans ce domaine. C’est à la lumière de ces expériences acquises et des développements méthodologiques qu’elles suscitent, qu’il est proposé de mettre l’accent sur les approches les plus fructueuses et novatrices en termes d’apports à la connaissance des conflits.

Un colloque tenu en deux temps et en deux lieux chacun marqués par l’un des deux conflits mondiaux, le premier à Verdun, en 2018, et le second à Caen, en 2019, fournira l’opportunité aux chercheurs investis dans ces recherches d’aborder à travers des communications synthétiques un large panel de problématiques portant aussi bien sur des aspects réglementaires que sur des thématiques scientifiques ou sociétales, en rapport avec l’histoire des grands conflits contemporains.

La première session, qui se tiendra à Verdun à l’automne 2018, abordera les questions spécifiques à l’archéologie, dans ses pratiques d’investigation comme dans les méthodes de conservation des objets dégagés.

La seconde session, organisée à Caen au printemps 2019, sera consacrée au dialogue interdisciplinaire en déterminant les apports possibles de l’archéologie aux autres champs de la recherche, de la Révolution française à nos jours, à l’échelle internationale. Cette dimension très large permettra ainsi d’éclairer les enjeux spécifiques des guerres de masse de l’ère industrielle qui se sont déroulées au XXe siècle, aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Entre l’abondance de documentation administrative ou privée d’un côté, et de l’autre la standardisation croissante des équipements de guerre qui font souvent perdre intrinsèquement à l’objet dégagé des fouilles tout intérêt significatif, la fenêtre est étroite sur les apports de l’archéologie aux sciences humaines pour la période contemporaine. Elle est pourtant réelle, au vu d’études déjà menées et de projets en cours dans ce domaine. C’est précisément à la lumière de ces expériences qu’il est proposé de dégager les approches qui paraissent les plus fructueuses.

Plus que jamais, l’interdisciplinarité s’impose ici. Si l’histoire paraît le champ disciplinaire naturel dans ce dialogue, elle n’est pas seule en lice : la sociologie, l’anthropologie biologique ou sociale et la géographie y ont, entre autres, tout autant leur place. L’archéologue ne peut en effet prétendre faire émerger une documentation se suffisant à elle-même, en particulier sur la période la plus récente, déjà labourée par d’autres disciplines grâce à une multitude de sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles. Pour autant, ces archives traditionnelles sur lesquelles se basent la plupart des travaux académiques n’ont rien d’absolu, d’abord parce qu’une infime partie de la documentation produite à l’époque parvient aux chercheurs, ensuite parce que cette documentation n’est pas exempte de biais qu’il est parfois utile de corriger. L’archéologie peut dès lors permettre de faire émerger une documentation alternative complémentaire.

Attendus des communications

À chaque fois, il s’agira d’abord de s’interroger sur la philosophie générale, la fonction et les finalités possibles d’une intervention archéologique pertinente au regard des travaux de recherche liés aux conflits contemporains, généralement bien documentés. À quoi bon en effet faire ressurgir tout ou partie d’un cantonnement militaire ou d’un champ de bataille ? Quel apport significatif la démarche archéologique peut-elle apporter dans la compréhension du passé ? Autrement dit, quelle(s) source(s) complémentaire(s) peut-elle faire émerger, qui ne relève(nt) pas de l’anecdotique ?

Ces apports sont relativement nombreux. Encore faut-il les présenter, non pas à travers une juxtaposition de cas d’étude dont la portée est presque à chaque fois limitée à leur sujet spécifique, mais par de larges synthèses thématiques, à la fois nationales et internationales, qui permettent de décliner dans une démarche comparative les perspectives ouvertes par l’approche archéologique, mais aussi ses limites. Une douzaine de thématiques – sans exclusive – paraissent d’emblée susceptibles de faire l’objet de retours d’expérience.

Les pratiques funéraires comme l’archéologie des corps de militaires décédés s’imposent presque naturellement ici (De quoi meurt-on ? Comment enterre-t-on ?).

Quels éléments de connaissance pertinents peut apporter l’archéologie à l’histoire des opérations militaires, à la fois sur terre et sur mer ?

Quelles contributions peut apporter l’archéologie à la connaissance du quotidien du soldat, tant au combat qu’en marge des opérations, par exemple son alimentation (avec ce que cela implique sur son approvisionnement), ses maladies et son hygiène, ou encore son univers culturel à travers les traces collectives ou individuelles qu’il a laissées (peintures murales, graffitis etc.) ?

Comment l’archéologie peut-elle documenter la vie et la survie des civils en temps de guerre et dans l’immédiat après-guerre, ou encore éclairer la privation de liberté, aussi bien dans les camps de prisonniers, les camps d’internement ou les camps de concentration ?

Comment et dans quelle mesure peut-elle documenter les crimes, que ce soit dans les fosses communes ou  les camps d’extermination ?

Comment l’archéologie, en lien avec la géomorphologie, peut-elle renseigner les méthodes et matériaux de construction des ouvrages militaires, ou encore déterminer le niveau de destructions des villes et les bouleversements induits par les opérations sur les paysages ?

Il s’agit ensuite de déterminer quels éclairages spécifiques l’archéologie peut apporter en s’insérant dans les questionnements liés aux nombreux enjeux sociétaux liés à la mémoire de ces conflits, mais aussi à leur gestion au quotidien. En même temps, il s’agit de réfléchir sur les problématiques que l’archéologue peut soulever à travers son travail sur des périodes récentes, à la fois d’un point de vue patrimonial, mais aussi parce qu’ils représentent autant d’enjeux de mémoire potentiels. Qu’il s’agisse de la mémoire des crimes (camps, massacres), des formes d’appropriation ou de rejet mémoriels, d’enjeux de connaissance appliqués à la gestion de patrimoine (et donc intégrant une politique de tourisme de mémoire), l’archéologue se trouve en effet confronté à des problématiques qui ne lui étaient pas forcément familières en travaillant sur des temps plus reculés. Dans le même temps, son travail lui permet d’apporter des réponses sur des enjeux environnementaux, notamment en lien avec la pollution des sols et la transformation des paysages.

L’archéologue participe à un mouvement structurel qui tend à appréhender de manière de plus en plus extensive le patrimoine, dans sa diversité comme dans son ancienneté. En 1945, les Services des Monuments Historiques concevaient ainsi difficilement d’appliquer la sauvegarde d’un patrimoine de moins d’un siècle, qui plus est militaire. Désormais, la politique de sauvegarde s’est largement étendue au fait guerrier sur des biens mobiliers et immobiliers beaucoup plus proches de nous. Toutefois, les moyens de la puissance publique n’étant pas illimités, cela suppose des choix, et donc des renoncements sur ce qui est digne d’être « mémorialisé » pour la postérité, en l’intégrant dans des politiques d’aménagement du territoire et de valorisation touristique. Quand intervenir ? Avec quels moyens ? Quelles protections émettre ? Dans quels buts ?

Dans ce cadre, il s’agit aussi de s’interroger sur la place de l’objet issu des fouilles. La production massive d’équipements militaires tout comme la conservation de ces équipements dans les espaces muséographiques doivent conduire à s’affranchir de toute fascination pour l’objet de guerre. Pour autant, les objets détournés de leur usage ou les créations artistiques (on pense bien évidemment ici à l’artisanat dans les tranchées pendant la Grande Guerre) sont des sources qu’il est impensable de négliger, tant ils permettent de documenter une réalité difficilement saisissable autrement.

Peut-être davantage que pour d’autres périodes historiques, l’archéologue est confronté, lorsqu’il aborde les vestiges des conflits contemporains, à la fascination que leur portent certains collectionneurs de militaria. La passion pour l’Histoire comme la marchandisation de ces objets parfois « à haute valeur ajoutée » conduisent à des opérations de fouille « sauvages ». Loin d’être toutes clandestines, certaines sont, à défaut d’être autorisées, menées avec des moyens conséquents, tant par des associations culturelles, des collectivités territoriales ou de simples particuliers qui n’hésitent pas à communiquer sur leur action dans la presse ou sur le web. Ces pratiques démontrent que la réglementation en vigueur n’est pas connue, et plus encore révèlent les approches désormais décalées entre, d’un côté, une administration qui a très récemment intégré ces vestiges dans le patrimoine et, de l’autre, une population qui s’affranchit de la réglementation en vigueur, fréquemment par habitude et méconnaissance. Dès lors, il y aurait lieu de réfléchir sur les meilleurs moyens de diffuser ces règles et de canaliser ces pratiques.

Les propositions de communications (2000 signes maximum) doivent être envoyées au plus tard le 8 juillet 2018. Elles doivent être accompagnées d’un CV et d’une liste de publications.

Contact : Vincent Carpentier (vincent.carpentier@inrap.fr)

[Annonce – Participation à un colloque] « Le scandales des commissions d’achats à l’étranger  » : bonnes et mauvaises fortunes parisiennes dans les achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne

Du 28 au 30 mai 2018, un colloque international sera consacré à la thématique de l’argent immoral et des profiteurs de la guerre (1870-1945). A cette occasion, une communication sera réalisée sur les scandales liés aux commissions d’achats républicaines à Paris durant la guerre d’Espagne (1936-1939).

Le programme intégral du colloque, dont une publication des actes est envisagée, est consultable ici.

Ci-dessous, le résumé de la communication :

« Le scandale des commissions d’achats à l’étranger » : Bonnes et mauvaises fortunes parisiennes des achats d’armes illégaux destinés à la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre civile qui oppose les franquistes à la République espagnole (1936-1939), un embargo sur les armes et le matériel militaire a été promulgué par un comité international afin d’empêcher les deux camps de s’en procurer. Dans ce contexte, la capitale française est devenue un lieu dédié à la mise en place de commissions d’achats devant permettre à la République espagnole de conclure illégalement des contrats d’armement. Au sein de ces dernières, de multiples scandales ont fait croître le spectre des profiteurs de la guerre.

Les commissions d’achats ont fait l’objet de sévères critiques à l’intérieur même du camp républicain (I). D’abord blâmés par les anarchistes espagnols pour leur malhonnêteté et leur avidité supposées, les membres des commissions d’achats républicaines l’ont ensuite été par les communistes français qui soulignent l’incompétence qui les aurait mis à la merci de trafiquants sans scrupule. Ces attaques, justifiées par des scandales liés à des achats d’armes à l’étranger, ont un mobile politique car il s’agit aussi de dessaisir les commissions de ses prérogatives. Ces critiques produisent un effet de source car il devient par conséquent difficile de savoir qui des trafiquants ou des membres des commissions a réellement tiré profit des achats illégaux à des fins personnelles.

Confronter ces critiques à la documentation interne des commissions et à celle des services de surveillance français permet de mieux comprendre les pratiques des acteurs du trafic illégal et ses résultats (II). Réseaux personnels, stratégies de démarchage et de négociation entrent alors en jeu et décident de la réussite ou de l’infortune de chacun.

Les achats menés par les commissions d’achats républicaines semblent donc avoir été l’objet de querelles politiques et de luttes d’influence qui tendent à complexifier la lecture que l’on peut en faire a posteriori. Le travail réalisé par les républicains en vue des achats d’armes, en dépit de son lot d’infortunes et de sa persistante désorganisation, mérite donc d’être regardé sous un jour nouveau.

« Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

La tenue de journées d’études à Paris 1 Panthéon-Sorbonne les 18 et 19 mai 2017 sur l’action clandestine et l’imaginaire du complot (XXe-XXIe siècle) a permis la comparaison d’approches plurielles autour de ces deux idées. Ce fut en effet l’occasion de confronter les stratégies d’entrées et de sortie de la clandestinité, les représentations des phénomènes de l’ombre ou encore l’attitude des États face aux acteurs du secret. C’est à cette occasion que fut présentée une communication concernant les stratégies de dévoilements du secret à propos du trafic d’armes destiné à la guerre d’Espagne dont les grandes lignes sont décrites ci-dessous (voir le programme ici et la page d’appel à communication ).

La prohibition du trafic d’armes à destination du gouvernement légal espagnol a été une pierre d’achoppement des débats sur la conduite diplomatique du Front Populaire. Le gouvernement du Front populaire a en effet officiellement refusé toutes livraisons d’armes à la République espagnole et participé à la mise en place d’une « non-intervention » dans la guerre d’Espagne (1936-1939). Néanmoins, à partir d’un certain moment, Continuer la lecture de « Des armes pour l’Espagne : un complot d’État ? Dévoilements d’une pratique clandestine (1936-1939) » – Résumé de la communication

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème « Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy ».

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet « L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui » et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »


Voir la version en langue anglaise

Le CRHQ et le Mémorial de Caen organisent en novembre 2017 un colloque international intitulé « Mémoires des massacres (ou crimes de masse) au XXe siècle ». Il s’agit de poser la question des différentes postures/situations mémorielles et de leurs enjeux et usages sociaux et politiques dans les sociétés concernées, notamment chez les anciens belligérants – déni, négation, oubli, aveu, pardon, concurrence mémorielle… -, en prenant en compte l’ensemble des protagonistes (bourreaux, victimes, témoins).

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande à ceux des années 1990, des Tutsis au Rwanda par les Hutus ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, l’horreur de la mort de masse innerve le XXe siècle. Récurrence des massacres des Balkans depuis 1913, extermination des Arméniens durant la Première Guerre mondiale ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes, terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi nettoyages ethniques ou crimes des guerres civiles qui suivirent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Continuer la lecture de 22-24 novembre 2017 « Mémoires des massacres du XXe siècle »

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme

Les Mémoriales 2016

17

Le Centre de Recherches d’Histoire Quantitative et le Mémorial de Caen se sont associés pour organiser, le 30 novembre et 1er décembre 2016  deux journées d’études, ouvertes au public, sur l’actualité de la recherche autour de la Seconde Guerre mondiale.

Le mercredi 30 novembre, 14 h-17 h
Le séminaire « Traces de guerre » est consacré au Sport à l’ère totalitaire. Il est ouvert au public et accueille exceptionnellement trois conférences :
Contrôle des corps ou quête de liberté?  Le sport derrière les barbelés
par Doriane Gomet, maître de conférences à l’université Rennes II.
La politique sportive du Gouvernement de Vichy : quelles réalités ?
Par Christophe Pécout, maître de conférences à l’université de Lille  2.
Sport et éducation physique en Zone interdite (1940/1944) : une culture d’évasion ? 
Par Olivier Chovaux, professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Artois

 Le jeudi 1er décembre : colloque « Jeunes chercheurs »
10h : S’engager,  Sous la présidence de Alya Aglan, professeure à l’Université de Paris 1 (CIRICE)
La Légion française des combattants
Par Anne Sophie Anglaret, Université de Paris 1
Résister en Haute-Normandie, une histoire politique d’en bas
Par Mason Norton, Université de Edge Hill, Royaume-Uni
Les réseaux de résistance de la France combattante (1940-1945
Par Guillaume Pollack, Université de Paris1

14h30 : Écrire le quotidien, Sous la présidence de François Rouquet, professeur à l’université de Caen, CRHQ
Tenir son journal sous l’Occupation : essai d’histoire culturelle
Par Hakim Rezgui, Université de Paris 1
La conduite pas si « korrekt ». La vie quotidienne des troupes d’occupation en France pendant la Deuxième Guerre mondiale par Byron Schirbock, Université de Cologne, Allemagne

15h45 : Écrire l’histoire, Sous la présidence de Gaël Eismann, maître de conférences à l’université de Caen, CRHQ
Jacques Desoubrie et Robert Alesch : histoire de deux espions
Par Benedetta Carnaghi, Université de Cornell, USA
Appréhensions du présent, compréhensions du passé : écrire l’histoire en France pendant la seconde guerre mondiale
Par Jean-François Bonhoure, Université de Paris 1

23 janvier 2017 : Histoire des femmes juives en France, 1939-fin des années 1950

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah organise le 23 janvier prochain une journée d’étude sur l’histoire des femmes juives en France, pendant la Seconde Guerre mondiale et dans le long après-guerre.

Françoise Passera y présentera l’instrument de recherche Ego 39-45, Écrits de guerre et d’occupation qui permet à la fois d’identifier les témoignages de femmes juives et de situer  leurs prises de parole dans le temps.

Pour de plus amples informations, consulter le programme : bb_flyer_pour_web