Archives de catégorie : Billets

23 janvier 2019 : Séminaire Traces de guerre

Vanessa Voisin, est post-doctorante au Cercec (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen), en charge d’une ANR sur « Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe centrale et orientale, 1943-1991 ».

Attention la séance aura lieu à l’université de Caen, salle des actes de la MRSH, salle 027 en rez-de-chaussée

Elle interviendra sur les thèmes suivants : 

Justice d’épuration et publicité en Europe de l’Est, 1943-1989

Afin de préparer au mieux son intervention et vos questions, il est recommandé de lire son ouvrage :

L’URSS contre ses traîtres, L’épuration soviétique, 1941-1955, publié aux éditions de la Sorbonne. L’ouvrage est disponible en prêt à la bibliothèque d’HisTeMé.

 

Elle recommande notamment le chapitre suivant : 
Une publicité calculée, des châtiments éloquents, 1942-1943 que vous pouvez télécharger.
Pour des questions techniques , il a été numérisé en trois volets : 

L’Urss contre ses traîtres ch 6-1 

L’Urss contre ses traîtres ch 6-2

L’Urss contre ses traîtres ch 6-3

 

Légende de la photographie : La salle d’audience du procès de Kharkov. RGAKFD/Collection Kapoustinski

 

L’archéologie des conflits contemporains : Le programme du colloque

Colloque international

27-28 mars 2019 à Caen (Calvados, Normandie)
Auditorium du Mémorial de Caen
Entrée libre

De Verdun à Caen
L’archéologie des conflits contemporains : méthodes, apports, enjeu
x

Colloque international

27-28 mars 2019 à Caen (14) – Mémorial de Caen

Colloque organisé par
DRAC Normandie, DRAC Grand-Est, Inrap et Université de Caen (MRSH-HisTeMé)

avec le partenariat de
la Région Normandie, du Département du Calvados, de la Ville de Caen
et du Groupe de recherches archéologiques du Cotentin

Voir l’appel à communications pour la présentation des problématiques

PROGRAMME PROVISOIRE

MERCREDI 27 MARS
9h15, Accueil, discours
9h45, Introduction au colloque, Vincent CARPENTIER

Paysages de guerre (1 – Champs de bataille)
10h00, Eric ALLART, Archéologie et mémoire du Front d’Orient
10h25, Vincent CARPENTIER, Benoît LABBEY, Vincent TESSIER et collab., Quelle contribution de l’archéologie à l’histoire du champ de bataille contemporain ?Quelques exemples et réflexions autour de la bataille de Normandie (6 juin-29 août 1944)
10h50, Cécile SAUVAGE, Thomas MATHIEU, Vers un inventaire exhaustif des vestiges maritimes du débarquement de Normandie
Pause
11h10, Romain STEPKOW, Que reste-t-il du Caen d’avant-guerre ? Une étude inédite des quantifications des bombardements de 1944 et du renouvellement urbain d’après-guerre.
11h35, Alexis GORGUES, Alexandre BERTAUD, L’archéologie des champs de bataille : une mémoire recomposée.
Débat


Paysages de guerre (2 – Fortifications / Logistique)
14h00, Alexandre COULAUD, Manon MARIETTE, Robin PERARNAU, Apports de l’Archéologie à la connaissance du réseau logistique américain de la Grande Guerre en France(1917-1919) Une approche pluridisciplinaire
14h25, Gwénaël MERCE, Cécile DARDIGNAC, Mehdi BELARBI, Guillaume BENAILY, SophieDAVID, Nicolas GIRAULT, Fanny GOSSELIN-TROUVE, Sandrine LEFEVRE, PatriceRODRIGUES, Méthodologies et premiers résultats de l’archéologie des conflits contemporains en Île-de-France : propositions autour d’objets d’étude en construction.
14h50,Stéphane LAMACHE, Benoît LABBEY, Michel BESNARD, Cyrille BILLARD, DavidCAPPS-TUNWELL, Jean-Luc LELEU, Marie-Laure LOIZEAU, Anne ROPARS, Objectifs,méthodes et premiers résultats d’un inventaire des vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie
15h15, David CAPPS-TUNWELL, David G. PASSMORE, StephanHARRISON, WW2 conflict archaeology in the forests of Normandy
Pause


Vie quotidienne
16h00, Michaël LANDOLT, Jean-Pierre LEGENDRE, Tous aux abris ! Les vestiges oubliés de la défense passive de la Seconde Guerre Mondiale en France(1935-1945) 
16h25, Albane BURENS, Vincent CARPENTIER, Laurent DUJARDIN, Pierre GRUSSENMEYER, CyrilMARCIGNY, Sylvain MAZET, Laurent VIPARD, Les archéologues peuvent-ils produire de nouvelles sources pour les historiens des conflits récents ? L’exemple de la carrière-refuge de la Brasserie Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados).
16h50,Jérôme BRENOT, Yves DESFOSSES, Alain DEVOS, Bruno DUCHENE, Nicolas GARMOND,Fabrice LAUDRIN, Yoann RABASTE, Pierre TABORELLI, « 15 ans d’archéologie de la Grande Guerre en Champagne ; Archéologie de la vie quotidienne au Front »
Débat
18h00, visite ouvrage souterrain et Mémorial

JEUDI 28 MARS

Vestiges humains et mobiliers
9h00, Frédéric ADAM, « De l’Entrevue de Saint-Ail (1870-1883) aux cimetière soubliés de Spincourt (1914-1924) ; Le transfert des sépultures militaires après les conflits. »
9h25, Nathalie HUET, Cécile SAUVAGE, Jean-Bernard MEMET, Quelle politique pour les vestiges sous-marins des conflits contemporains ?
9h50, Olivier DUTOUR, Alexandra BUZHILOVA, Réflexions sur la gestion des vestiges de militaires français morts et enterrés en terre étrangère avant 1914: exemple d’une collaboration franco-russe pour l’étude d’un charnier du Premier Empire(1812) découvert en Fédération de Russie
Pause
10h35, Yves DESFOSSES, Michel SIGNOLI, « 15 ans d’archéologie de la Grande Guerre en Champagne ; Archéologie de la mort quotidienne au Front. » 
11h00, Gadea CABANILLAS DE LA TORRE, L’archéologie des corps des combattants de la Seconde Guerre mondiale : problématiques juridiques et enjeux patrimoniaux en Normandie
Débat


La question des épaves d’engins de guerre
13h45, Ph. DE VIVIES, A. CORROS, Le sous-marin HUNLEY, 1864, Épave ancienne mais techniques modernes dans l’archéologie des conflits armées.
14h10, Richard OSGOOD, Les Chars de Bullecourt


L’archéologie des lieux de détention et d’extermination
14h30, Gilles DESPLANQUE, Nicolas GARMOND, Frédéric LEMAIRE, Les camps de prisonniers allemands de la fin de la Seconde Guerre mondiale (1944-1948) : bilan des opérations réalisées et perspectives de recherche
14h55, Jean-Pierre LEGENDRE, Michaël LANDOLT, De la Retirada à l’OAS : les vestiges des camps d’internement en France (1939-1965)
15h20, Vincent CARPENTIER, François FICHET de CLAIRFONTAINE, L’archéologie des camps nazis et de la Shoah, un tour d’horizon.
15h45, LE BOULAIRE Antoine, L’archéologie de la Seconde Guerre mondiale en Pays de la Loire : état de la question et étude de cas sur le site du Frontstalag de Savenay (Loire-Atlantique)

Débat

Informations pratiques

Inscriptions

Retour sur le colloque « Jeunes chercheurs » : les travaux de Gwendoline Cicottini

Aujourd’hui, Gwendoline Cicottini nous présente le sujet de sa thèse   Relations interdites, enfants oubliés ? Les relations entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale
Elle travaille sous la direction d’Isabelle Renaudet (Aix-Marseille Université) et de Johannes Großmann (Tübingen Universität)

 

La Seconde Guerre mondiale a entraîné d’énormes déplacements de population menant des femmes et des hommes à se côtoyer dans un contexte exceptionnel. Parmi eux, les prisonniers de guerre français se retrouvent au sein du Reich dans lequel restent principalement des femmes allemandes. Imposées par le travail, et la vie quotidienne les rencontres sont inévitables et des contacts se nouent, contacts interdits, mais pas moindres pour autant. Dans la pratique ces actes sont banals : échange de denrées alimentaires, discussions,partage d’intimité, mais interprétés comme un danger politique, un affront aux idées raciales du Reich, ou portant atteinte aux mœurs allemandes. Cette étude tente d’analyser la place que tiennent les relations humaines pendant la Seconde Guerre mondiale, d’aborder la guerre sous un angle social, intime. Les femmes allemandes travaillent et côtoient des millions d’étrangers tout au long de cette guerre[1]. Les prisonniers de guerre français, et prisonniers transformés à partir de 1943,disposent, par rapport aux prisonniers d’autres nationalités, d’une liberté de mouvement relative et grâce aux colis envoyés depuis la France, de denrées d’échanges,tels que le chocolat qui séduira ces dames. Néanmoins tout contact avec la population locale est strictement interdit, fixé par le décret relatif aux relations avec les prisonniers de guerre dès novembre 1939[2].


Hakenkreuzbanner, NS-Tageszeitung für Mannheim u. Nordbaden,  édition du 22 octobre 1942, p 295, disponible en ligne sur www.digital.blb-karlsruhe.de, consulté le 06/12/2018

 

De nombreuses femmes ont ainsi été condamnées par les tribunaux allemands laissant une masse importante de sources. L’analyse d’environ 2000 dossiers révèle que 50% des « contacts » impliquent au moins un rapport sexuel[3].Ces dossiers judiciaires permettent à la fois de donner des informations sur la justice allemande et les procédures pénales, mais aussi sur le quotidien et l’intimité entre les femmes et les prisonniers pendant la guerre grâce aux dépositions très détaillées. Ainsi on en apprend plus sur les circonstances des premières rencontres, puis sur les lieux de retrouvailles qui vont des toilettes de l’entreprise aux lits conjugaux en passant par les parcs ou forêts. Force est de constater que les femmes allemandes, au-delà d’être condamnées pour un délit, sont avant tout jugées pour leur sexualité hors-norme se soustrayant ainsi à la Volksgemeinschaft. Pourtant malgré l’interdiction et la répression ces relations ne cessent d’augmenter. Il semblerait presque que le contexte soit propice à ces rencontres. En effet, les français bénéficient d’un contrôle beaucoup moins stricts que les prisonniers d’autres nationalités, s’expliquant en partie par un contexte politique mouvant en France, mais aussi par une politique raciale au sein du Reich aux zones grises envers les Français. Néanmoins les autorités n’encouragent en aucun cas ces relations et les directives restent claires : Le prisonnier de guerre français reste l’ennemi du peuple allemand. Il est difficile de reconstruire une histoire de l’intime, des sentiments, mais ces sources sont néanmoins révélateurs de comportements : Des femmes allemandes ont ouvert leur porte à des prisonniers de guerre français en ayant conscience des risques encourus. Ces sources sont une entrée dans l’histoire massive qu’est celle de la justice sous le IIIe Reich et ouvrent des pistes de réflexion plus qu’actuelles sur le traitement des femmes par l’appareil judiciaire, sur la sexualité, la sexualité comme pouvoir, mais aussi sur la notion de consentement dans les années 1940.


[1] 7,6 millions d’étrangers sur le territoire du Reich dans Herbert Ulrich, Fremdarbeiter : Politik und Praxis des « Ausländer-einsatzes »  in der Kriegswirtschaft des Dritten Reiches, Berlin, J.HW. Dietz Nachf., 1985, p. 11.
[2] Verordnung zur Ergänzung der Strafvorschriften zum Schutz der Wehrkraft des Deutschen Volkes vom 25. November 1939 (RGBI). I, p.2319.
[3] Etude de 1785 dossiers concernant des français dont 908 dossiers impliquent au moins un rapport sexuel

 

 

 

 

 

 

Retour sur le colloque Autour de Patrice Arnaud

Retrouvez les entretiens des différents intervenants sur RCF Calvados-Manche

Les Mémoriales 2018

Les Français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale,travail forcé, captivité, répression.
Journée d’étude autour de Patrice Arnaud (1972-2017)
Le Mémorial de Caen, 14 novembre 2018

Cette journée coordonnée par Laurent Joly, était dédiée à la mémoire de Patrice Arnaud et au sujet de recherche auquel il a consacré 10 ans de sa vie. S’intéressant aux requis en Allemagne, ou plus exactement aux travailleurs civils français en Allemagne qu’ils soient volontaires, requis ou prisonniers transformés, le travail de Patrice Arnaud, comme l’ont montré, chacune à leur manière, les communications,a été un socle indispensable à notre connaissance  actuelle de cette population dans sa dimension plurielle. 
Faut-il rappeler l’importance de cette population exilée, qui illustre deux données fondamentales dans l’étude de la France durant la Seconde Guerre mondiale ?
-Il s’agit de la plus importante émigration du territoire national dans un délai aussi réduit. En effet, en intégrant les « volontaires » partis pour certains dès 1940, les effectifs de travailleurs requis outre-Rhin représentent plus de 700 000 individus
– Par ailleurs, cette masse humaine incarne la politique de Vichy et le zèle du gouvernement et de l’administration Laval qui rend légale cette ponction humaine et, partant, montre la contradiction fondamentale qui caractérise le régime. L’organisation de ces réquisitions demaind’œuvre,de l’aveu même de l’amiral Auphan (qualifié pourtant dans le cénacle militaire d’« amiral de Vichy »), « polonise la France » au prétexte de ne pas subir le sort de la Pologne.

Dans cette perspective, le travail de Patrice analysait la politique de réquisition allemande pour l’économie du Reich, la politique allemande d’encadrement de cette main-d’œuvre par l’État nazi, mais également par les entreprises allemandes auxquelles elle profitait, ainsi que les diverses logiques répressives permettant à la fois de stimuler la productivité des travailleurs et de maintenir la discipline. 
Dans son approche d’histoire sociale, Patrice avait donc mesuré à partir de sources inédites — Archives Nationales, BAMC de Caen, Bundesarchiv, Staatarchich de  Düsseldorf,München, Würzburg— mais aussi des sources orales auxquelles s’ajoutaient environ 150 témoignages dont Françoise Passera a rappelé la richesse (cf la base Écrits de Guerre et d’Occupation en ligne : http://www.ego.1939-1945.crhq.cnrs.fr/
Bref à partir de ces sources croisées, Patrice Arnaud a décrit et analysé finement la réalité de la vie en Allemagne de ces jeunes gens. À commencer par le processus de départ des jeunes requis au titre du STO  jusqu’à leur arrivée en Allemagne et, corollaire en contre-champ, des conditions dans lesquelles l’alternative majeure s’était posée aux intéressés : partir ou ne pas partir ? 
« Je dois en convenir. Le train de l’héroïsme est passé devant moi sans s’arrêter(…) Je pleurais d’abord sur ma faiblesse : n’est pas héros qui veut ! » écrit une jeune requis cité dans la version publiée de sa thèse (p445).  Ensuite, Patrice Arnaud avait exploré dans tous ses détails ce que représentait le travail en Allemagne, les conditions de vie, les modalités selon lesquelles chacun s’accommodait de la situation, se préservait, nouait des relations dans ce contexte inédit.
Il avait notamment montré que les comportements dans les usines obéissaient à des logiques complexes où se mêlait l’aigreur et la culpabilité d’avoir à travailler et produire au bénéfice d’un pays ennemi. Il analysait les modalités selon lesquelles chacun s’arrangeait des multiples contraintes, tentait de se prémunir personnellement face au système répressif, ou collectivement en scrutant les solidarités ouvrières…

Les travailleurs libres français comme les Allemands se trouvaient touchés par des difficultés communes. Entre les restrictions alimentaires et les bombardements alliés, les uns et les autres étaient pris des mêmes peurs. Dans les camps, leur vie était difficile, du fait de la surpopulation et de la promiscuité qu’elle entraînait,des conditions d’hygiène, du froid,  des rythmes de repos.  Bref Patrice avait su raconter et analyser ce que le séjour en Allemagne avait représenté pour ces jeunes gens : vie quotidienne, logement,loisirs, amours et sexualité, déviances amoureuses transgressant les nationalismes,… sujet encore peu défloré à l’aube des années 2000. Partant ils’était également intéressé dans cette thèse magistrale (5 vols, 1942 pages !) à la délinquance des requis dans le Reich, délinquance motivée tant par les nécessités contingentes, que par ce qu’il pointait comme l’affaiblissement moral liés à leurs conditions d’existence dans le Reich.

Cette journée a donc permis de faire le point et de montrer la continuité avec les différents thèmes abordés il y a près d’une quinzaine d’années par Patrice Arnaud.

1 – Tout d’abord la confirmation ou l’enrichissement de notre connaissance du sujet

– Notre compréhension du phénomène s’enrichit par des études départementales ou régionales. Sébastien Beuchet en donne un bel exemple et confirme, en étudiant le département de l’Orne, les taux de mortalité établis (autour de 4%dans l’Orne conformément à l’évaluation généralement admise). Cette proportion sans commune mesure avec les estimations revendiquées par la  Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé (FNVRCNTF), atteste que celles-ci étaient biaisées par les enjeux d’après-guerre et assujetties à un discours victimaire qui fut d’ailleurs contre-productif. Importance de la maladie,usure des corps, morts violentes liées aux bombardements, répression dont Sébastien Beuchet nous dit, au moins pour l’Orne, qu’il faut sans doute la minorer dans le bilan humain qu’il établit selon une chronologie fine. 
– L’étude de cas individuel, comme celle du commissaire Louit proposée par Laurent Joly, illustre le système de contrôle et de répression tout comme d’originales et savantes tactiques de retournement et de « navigation politique ». 
– Cette journée a mis en valeur également l’importance de la catégorisation pour les Allemands —notamment la différence des statuts entre requis et prisonniers— ainsi que le montre Christophe Woehrle, mais aussi et surtout aux enjeux mémoriaux qui y sont liés. Après-guerre en effet, selon la catégorie dans laquelle chacun se trouve affecté et selon l’intitulé, pour ne pas dire l’étiquette et ce qu’elle sous-entend, ces catégories induisent une place différente dans la morale nationale, et en ordonnent la hiérarchie (cf. infra 3/la mémoire). Signalons également la singularité et la diversité de destin des prisonniers de guerre juifs dans les cas abordés par le même Christophe Woerhle. 
– Autre dimension mise en valeur : l’importance de l’opinion et des comportements. Car la soumission importante qui caractérise les départs au STO, même si les mouvements d’opposition et de désobéissance ne sont pas à négliger, demeure une caractéristique propre du système de réquisition. Raphaël Spina a rappelé et a éclairci,notamment dans sa propre thèse les mécanismes d’acceptation des départs et ce concept de “refusance” consistant à partir contre son gré mais sans savoir (ou se donner) les moyens de ne pas le faire. Il faut en effet se souvenir dans cette perspective, de la faible fraction du réfractariat —de l’ordre de 30 000 à 50 000 réfractaires sur 250 000 résistants— qu’on retrouve au maquis bien que ces mêmes réfractaires aient constitué l’ossature des premiers maquis de 1942-1943.

2/ L’évolution de l’historiographiedes requis comme des prisonniers de guerre.
L’historiographie des travailleurs en Allemagne a été nourrie dans un premier temps par des travaux inédits, mais parcellaires, à partir des années 1970 (J. Evrard, La déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich en 1972 ;Jean-Pierre Harbulot, Le S. T. O. Dans la région de Nancy : une administration régionale face aux exigences allemandes en matière de main-d’œuvre,en 1997 pour la Lorraine), jusqu’au colloque de 2001 établissant une synthèse nationale, colloque organisé par le CRHQ.
Trois thèses pionnières cependant ont marqué notre connaissance du sujet : celle de HelgaBories-Sawala, soutenu en 1996,sur Brême et ses 5700 civils français et publiée en 2010 en langue française aux éditions Septentrion, suivie par deux autres travaux à la fois remarquables et complémentaires, illustrant deux chemins historiographiques différents :la thèse de Patrice Arnaud (Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945, soutenue en 2006 et publiée aux Éditions du CNRS en 2010), centrée sur l’Allemagne ; et celle de Raphaël Spina (soutenue en 2012 et publiée en 2017 chez Perrin sous le titre Histoire du STO), centrée sur la France. Mais si ces travaux sont aujourd’hui mieux connus du public, le moins que l’on puisse dire est que le sujet du travail forcé a été peu médiatisé. Raphaël Spina en a donné un exemple : le STO n’a été l’objet en tout et pour tout que de deux articles dans la revue L’Histoireen 40 ans. 
Alors que les enquêtes du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiales (1973-1982) ne disposaient que de sources parcellaires, elles  s’avèrent aujourd’hui bien plus riches comme l’a rappelé Alain Alexandra de la DAVCC (Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service Historique de la Défense). Exemple de leur ampleur, proportionnée au nombre d’individus touchés par le phénomène  que ces 3 000 dossiers individuels pour le seul département de l’Orne étudiés par Sébastien Beuchet.

–  Par ailleurs, l’historiographie des prisonniers a, selon Fabien Théofilakis, été marqué par ce qu’il appelle le« moment Durand », c’est-à-dire par les travaux d’Yves Durand sur les prisonniers, jusque dans les années 1990, puis par des nouveaux travaux dont la thèse du même F. Théofialkis (2010) marque le renouveau.
Ce renouvellement historiographique s’est opéré dans une perspective élargie, européenne, selon une évolution favorisée par différents facteurs : demande sociale différente liée notamment à la disparition des témoins, effets du rapprochement franco-allemand, décentrement du regard privilégiant la captivité plutôt que les captifs. Ainsi, on observe, parmi les problématiques émergentes, l’importance réévaluée de la sexualité des captifs et la notion de« sortie de guerre », autant de postures scientifiques ré-envisageant cette phase intérimaire entre entropie et retour à la norme. L’apparition des prisonniers comme nouveaux objets d’étude est également due à l’accès à de nouvelles archives, comme par exemple les enregistrements britanniques des prisonniers allemands et l’étude pionnière qu’en ont fait Sönkel Neizel et Harald  Welzer dans Soldats, combattre, tuer,mourir : Procès-verbaux de récits de soldats allemands (Gallimard,2011).

3/ La mémoire collective et individuelle

– La mémoire collective ou institutionnelle
Les exemples de mise en mémoire cités par Helga Bories-Sawala (les fresques murales dans le port de Brême, le Stalag XB de Sandbostel ou encore le mémorial du Bunker Valentin), invitent à réfléchir sur la dimension mémorielle (tardive en Allemagne), mais également à la mémoire du STO telle qu’elle se construit en France. Ce travail mémoriel est à la fois produit d’initiatives citoyennes et de résistances à sa constitution.En France, la polémique suscitée par l’amalgame lié à l’usage du terme« déportation » (raciale, de répression, du travail) en dit long sur la sensibilité mémorielle. Cette sensibilité est traduite en quatre mots-clés par Helga Bories-Sawala : mémoire partielle, tardive, controversée,inachevée. 
C’est ce qu’illustre également, tant du point de vue institutionnel que mémoriel, ce que Camille Fauroux  appelle« L’étiquette infamante de volontaire », à propos de cette catégorie qui ne trouve pas sa place dans le paramètre admissible de la mémoire nationale. L’approche socio-historique réalisée à propos de ces femmes ne manque pas de s’interroger sur le rôle de ces catégories. Les volontaires d’avant le 19 juin 1942 (soit le début de la Relève), ne le sont plus après, ou si les femmes prouvent qu’elles ont cherché à joindre leur mari, avant que la catégorie « volontaire »soit élargie en 1946.

-La mémoire individuelle ou le témoignage
Raphael Spina estime dans son ouvrage que le STO est “l’inconnu célèbre des années noires : la mémoire collective sait ce qu’il est, mais néglige de le commémorer ou de s’y intéresser pour lui-même”.
La richesse et la grande diversité des 120 témoignages étudiés par Françoise Passera s’avère fortement réduite si l’on s’en tient au seul nombre de ceux qui ont écrit à ceux qui n’ont pas écrit : 120 témoignages de requis sur 620 000 rentrants, de même pour les prisonniers : 469 récits pour 950000 prisonniers revenus en 1945. De ces textes publiés on entend la régularité des tons, le « je » individuel ou le « nous »militant ; on remarque la revendication victimaire et le rôle qu’y tient la Fédération, la lutte jamais aboutie pour la reconnaissance. 
En effet, la divergence de ton est flagrante dans la mémoire STO.  D’une part,  la mémoire« officielle » portée par la Fédération , centrée autour du combat pour le titre de « déporté du travail », tend à sur-représenter les phénomènes de déportation et de résistance ; et d’autre part, le témoignage individuel, moins revendicatif, plus intimiste, met en exergue une certaine culpabilité et l’idée de n’avoir été ni martyr ni héros . Il fallait sans doute le talent introspectif et l’objectivation de l’expérience de François Cavanna, incarnée dans ses Russkofs,pour faire de cette littérature un succès de librairie en même temps qu’une porte de sortie pour s’affranchir du passé. À l’évidence, ces témoignages sont un point d’observation indispensable pour faire « une histoire d’en bas », une histoire populaire de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Enfin, dans ce même registre mémoriel, il faut citer les réactions des enfants (les fils et les filles de…), réactions souvent encore vives et à travers lesquelles transparaît en eux le fort investissement dans une histoire familiale fragile.

4/ La dimension genrée :les travailleuses volontaires féminines demeuraient méconnues voire inconnues, jusqu’à la thèse de Camille Fauroux (Les travailleuses civiles de France : des femmes dans la production de guerre de l’Allemagne national-socialiste (1940-1945), soutenue en 2016.Leur parole ne l’était pas moins tant était grande la difficulté (l’impossibilité)de témoigner, affublée de l’adjectif infamant de « volontaires ». Face à cette impasse, on reconsidère l’importance des mots et on lui préfère celui« travailleuses civiles » restituant mieux la complexité des comportements. Dans son système complexe et évolutif des catégories d’exilés, l’État laisse cependant aux femmes volontaires la possibilité de se faire oublier dès lorsqu’elles ne sont pas visées par un autre chef d’inculpation (dénonciation,propagande, …). Car leur rôle et leur personne sont toujours dépréciés. On associe la femme volontaire à la prostituée jusque dans les rangs de ses frères d’exil. À travers la volontaire du travail, se construit cette sorte de Grand Autre lacanien associant compromission politique et sexualité débridée. En effet, cette sexualisation de la collaboration féminines’accorde avec la construction masculine d’une mémoire virile des exilés de tout poil (STO, prisonniers), s’arrangeant des souvenirs de Casanova pour mieux digérer leur honte. Qu’il s’agisse des prisonniers, des requis ou des volontaires, cet exil, forcé ou non, concrétise la défaite des hommes et du modèle viril déjà bien écorné par la Première Guerre mondiale et ses séquelles.

Pour conclure
D’autres recherches pourraient étudier les mots et les trajectoires afin de mieux connaître les traumatismes mémoriels liés à cette expérience forcée du travail en exil. Pourrait également être multiplier les travaux de micro-histoire pour mieux évaluer la place des requis dans la société durant et après la guerre. Enfin, il manque toujours un travail d’ensemble sur  les réfractaires. 
L’étude des requis du STO, des travailleurs volontaires, des prisonniers transformés et des exilés en général, nous montre que le phénomène est aussi à envisager comme une opportunité de brassage et de rapprochement entre des peuples qui ne se connaissaient pas. Leurs statuts et leurs destins mettent en lumière les rapports très différents qu’entretiennent les nations, après-guerre,notamment avec leurs « volontaires » qui ne subissent pas le même traitement mémoriel en Italie par exemple, lieu d’un fort héritage d’émigration volontaire, et en France où ils sont bannis de la mémoire nationale.
Rappelons enfin que les différents éléments rapidement évoqués ici, illustrent le paradoxe fondamental de l’Allemagne hitlérienne et de son projet de purification nationalo-ethnique : jamais autant d’éléments exogènes n’ont été présents en Allemagne à rebours de la doxaidéologique du Reich. 
Serait-ce une leçon pour la classe politique d’aujourd’hui ?
Finissons par une représentation positive de la réalité morose renvoyée par le sort de ces populations qui ont subi un exil forcé si long, une lueur d’espoir offerte par cette belle image puisée dans les archives par Helga Bories-Sawala : l’ardent baiser à sa fiancée envoyé au dos d’un billet de transport par un prisonnier pour déjouer la censure.

François Rouquet.
HisTeMé (ex crhq)


 [

Retour sur le colloque « Jeunes chercheurs » : les travaux d’Aliénor Cadot

Aliénor Cadot est doctorante de l’EHESS (CRH) à Paris sous la direction de Nancy Green. Elle nous propose le résumé de son intervention.
Sa thèse porte sur l’immigration nord-africaine en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Résumé : 

            À la fin des années 1930, la population originaire des trois pays d’Afrique du Nord colonisés par la France(Algérie, Maroc, Tunisie) présente en France est estimée à environ 100 000 individus, principalement des hommes venus en métropole pour travailler et envoyer leur salaire dans leur village d’origine. Entre la fin des années 1920 et le début des années 1940, deux services voient le jour au sein de deux ministères différents afin d’administrer la présence de ces personnes en métropole :le service de la main-d’œuvre nord-africaine (MONA) du ministère du Travail, et le service des affaires indigènes nord-africaines (SAINA), sous tutelle du ministère de l’Intérieur. La MONA a pour mission de veiller au recrutement d’une main-d’œuvre « utile » à l’économie du pays (surtout en période de guerre et d’occupation) et à sa répartition sur le territoire. Le fonctionnement du service est articulé via des mandataires choisis pour recruter dans les pays d’origine des travailleurs bon marché (comme la SGI (société générale d’immigration), avait été créée à la fin des années 1920 pour recruter notamment en Italie et en Pologne), mais également, sous Vichy, via les comités d’organisation (CO), regroupant par branche des entreprises dans les domaines prioritaires de l’économie sous l’occupation. Le débarquement allié en Afrique du Nord et l’invasion de la zone sud en novembre 1942, en modifiant radicalement le territoire à administrer, changent brutalement la mission de la MONA, qui ne peut plus recruter en Afrique du Nord. À partir de l’instauration du STO, son rôle dans la gestion territoriale nationale de la main-d’œuvre se transforme de nouveau.

Carte d’identité de M. A. Mohammed, Algérien établie par les autorités d’occupation en 1942. Source : DAVCC, SHD, Caen

            Le SAINA, quant à lui, est à la fois en charge de l’émission de documents officiels, de l’’aide matérielle et de la surveillance morale et politique. Originairement et théoriquement dédié spécifiquement aux Algériens (de nationalité française), ses missions sont en réalité définies de manière très large pour toute la population « nord-africaine »,catégorie aux contours poreux. Affilié aux préfectures, ce service existe à Paris, Marseille, Lyon, Saint-Étienne et Bordeaux. Les variations de pratiques d’un service local à l’autre donnent à voir un fonctionnement administratif laissant la voie libre à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire au sein de services très petits et souvent soumis à la volonté d’un seul ou de deux individus (même si, malheureusement, peu d’archives subsistent).
            L’articulation des deux organismes évolue au fil des années de guerre. À partir de 1942, et plus encore après novembre, l’un des rôles principaux du SAINA est la récolte d’informations sur les travailleurs nord-africains ayant fui leur travail, alors que les bureaux de la MONA s’occupent de trouver du travail aux chômeurs. Par ailleurs, ils existe,depuis le début du conflit, les soupçons de collaborationnisme qui pèsent sur les militants nationalistes nord-africains s’accentuent,  la surveillance se fait alors plus étroite.

22 novembre : Publication

 

Bonjour,
Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie de l’ouvrage collectif « Les homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort. Histoire et mémoire d’une répression » dirigé par Arnaud Boulligny et préfacé par Serge Wolikow, président du conseil scientifique de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Il est disponible à partir du 22 novembre en librairie et dès à présent auprès des éditions Tirésias (bon de commande en pièce attachée).N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous.
Bien cordialement
Arnaud Boulligny Responsable de l’équipe FMD-Caen

Télécharger le bulletin d’inscription et le résumé de l’ouvrage

 

16 octobre : Les villes à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale

Première séance du séminaire Villes 

Déconstructions et reconstructions des villes à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale. Autour de l’exemple de Caen et d’autres villes.

Intervenants : Mickäel Babiaud (Cadomus 3D), Aurélie Bourbonnais (Ville de Caen),  Romain Stepkow (géographe)

Mardi 16 octobre, 14h00, amphithéâtre de la MRSH

Réservez vos dates !

Nous avons le plaisir de vous communiquer le pré-programme de notre séminaire « Traces de guerre » pour l’année 2018-2019. Attention ! Le programme définitif sera publié à la rentrée.

10 octobre 2018 : Laurent Joly, directeur de recherches à l’EHESS, viendra présenter la synthèse sur Vichy et les Juifs qui sera prochainement publiée.

14 novembre : En mémoire de Patrice Arnaud, chercheur associé à HisTeMé, une journée d’études est organisée au Mémorial de Caen afin de nous rappeler sa contribution essentielle à la recherche scientifique sur la Seconde Guerre mondiale.

23 janvier 2019 : Vanessa Voisin, post-doctorante au Cercec (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen), en charge d’une ANR sur « Les crimes de guerre nazis dans le prétoire, Europe centrale et orientale, 1943-1991 ».

6 février  : Alain Hugon, professeur de l’Université de Caen, organise un colloque autour de l’apport de Pierre Chaunu, fondateur du Centre de Recherches d’Histoire Quantitative, (désormais laboratoire HisTeMé) à la recherche actuelle.

27 mars : A l’occasion de l’important recensement entrepris par la Direction régionale des Affaires culturelles en collaboration avec le laboratoire HisteMé et les services d’archéologie, un colloque transdisciplinaire est organisé autour de l’archéologie des conflits contemporains au Mémorial de Caen.

10 avril : Présentation des travaux des étudiants de master 1 et master 2.

Parution de « Les Françaises, les Français et l’Épuration »

Comme suite au séminaire organisé par Fabrice Virgili et moi-même, voici la présentation de notre ouvrage parue en folio histoire.

 

« Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. » Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

Découvrez :

1er février 2018 : Les guichets du Louvre

Le film s’inspire d’un des premiers témoignages publiés en 1960,  au titre éponyme, évoquant  la rafle du Vél d’Hiv . Son auteur, Roger Boussinot, est alors jeune étudiant de philosophie à Paris durant l’été 1942. Toute la journée du  16 (ou 17 ?) juillet, il tente désespérément de venir au secours des Juifs raflés dans le Marais et de les faire passer au-delà du musée du Louvre, au-delà des « Guichets », pour rejoindre la rive droite de la Seine.

Presque trente ans après les événements, le réalisateur, Michel Mitrani, adapte  le témoignage à l’écran. Il  est, lui aussi, en 1974, l’un des premiers à  évoquer la persécution des Juifs au cinéma. S’il n’a pas rencontré, à l’époque, l’intérêt de la critique ni celle du public, ce film méconnu n’en reste pas moins l’un des documents cinématographiques les plus intéressants d’un point de vue historique.

Le département Histoire de l’UFR HSS de l’Université de Caen-Normandie a le plaisir d’accueillir pour nous en parler, Laurent Joly, historien, directeur de recherches à l’EHESS, spécialiste de l’histoire des Juifs en France sous l’Occupation. Il nous offrira ainsi une lecture critique, tant du point de vue historique que mémoriel,  qui ne manquera pas de susciter votre intérêt. Venez nombreux !!

Au nouvel amphi de la MRSH (bâtiment F) , à 20h,   le 1er février 2018

Cette manifestation a été organisée par les étudiants du master « Histoire et Patrimoine » , avec le soutien de nos fidèles partenaires  :  Le Café des images et le Mémorial de Caen.

Les tickets de cinéma sont en pré-vente au tarif préférentiel de 3,50€ au bureau de l’association d’histoire (au département de l’UFR HSS), sinon au tarif de 4,50 € au Café des images et aussi avant la projection.

Bonne année 2018 avec HisTeMé !

L’équipe Seconde Guerre mondiale vous adresse une très belle et heureuse année 2018, qu’elle vous apporte de beaux projets (financés…) pour de belles recherches !

Depuis le 1er janvier, le laboratoire de recherche auquel nous sommes rattachés a changé de nom … Le CRHQ n’est plus (snif !)

Mais ce n’est que pour mieux renaître  au sein d’une équipe toujours plus dynamique !
L’équipe d’accueil EA 7455 de l’UFR HSS s’appelle désormais :

HisTeMé
Histoire, Territoires & Mémoires

Longue vie à HisTeMé !!

25 janvier 2018 : La douleur

Dans le cadre de ses partenariats avec le Mémorial de Caen et le Café des images, le département Histoire de l’UFR HSS participe à la soirée de projection du film de Emmanuel Finkiel qui est à l’affiche depuis hier, mercredi 17 janvier.

Les film s’inspire du roman autobiographique et éponyme de Marguerite Duras « La Douleur ». Publié en 1983 chez POL, il raconte un épisode douloureux de sa vie : l’arrestation, la déportation et le retour des camps de son mari Robert Antelme.
À l’issue de la projection, François Rouquet, professeur d’histoire contemporaine, reviendra sur le contexte historique du film : le retour des déportés et l’épuration.

La bande annonce 

Le roman est paru en édition de poche :
La Douleur, Paris, Gallimard, 2011 (Folioplus classiques, 212).

Il est disponible dans nos bibliothèques :
– Bibliothèque Pierre Barbéris (Sciences de l’Homme), Salle 1 XXE DUR D
– Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres), cote 167806 et dans ses « Oeuvres complètes » , PLEIADE DUR

La projection et le débat auront lieu au Café des images, le jeudi 25 janvier 2018, à 20h, au tarif habituel du cinéma.

Venez nombreux !

 

Succès pour le séminaire « Histoire et représentations du Débarquement de Normandie »

Le colonel Noulens, professeur à l’école militaire, explique la prise de la Pointe du Hoc par les Rangers du colonel Rudder, le 6 juin 1944.

Benoit Labbey, ingénieur au CRHQ, est en charge du recensement des vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans le département du Calvados.

Françoise Passera présente les différents cimetières alliés et allemands en Normandie.

Les étudiants des séminaires de Paris I, de Rouen et de Caen ont été nombreux à participer au périple sur les plages de Normandie.

Merci à eux et à leurs professeurs pour l’intérêt qu’ils ont porté à l’histoire du Débarquement de Normandie, de sa représentation dans les musées ainsi qu’aux différences culturelles dans la gestion des morts de la guerre.

Merci à Benoît Labbey, Jean-Luc Leleu, Françoise Passera  et au colonel Noulens pour leurs interventions.
Merci à Delphine Leneveu pour l’organisation de la journée.

 

 

Compte-rendu : Guerre et mouvements de population, 1939-1949, séminaire de Juliette Denis

    Compte-rendu réalisé par Betty Mauquet (étudiante de master 1)

       Juliette Denis, associée au Centre d’étude des mondes russe, caucasien et est-européen, a réalisé en 2015 une thèse sur  la fabrique de la Lettonie soviétique, de 1939 à 1949, et  la soviétisation en temps de guerre. Elle nous expose ici le sujet de la guerre et des mouvements de population à l’Est, une approche de   l’«  Europe de l’entre deux », entre 1939 et 1946. Ce sujet raisonne avec des thèmes évoqués lors de conflits mondiaux antérieurs mais aussi actuels. La zone étudiée s’étend de la mer Baltique à la mer Noire, intégrant ainsi les trois Pays Baltes, une partie de la Pologne mais aussi de la Roumanie. Bref c’est une bande étroite de territoires qui est au cœur des querelles expansionnistes des États germanique et russe. Les débats qui construisent aujourd’hui les querelles frontalières de l’Europe ont une étroite correspondance avec ces changements de frontières et ces créations d’États. La situation sur le terrain se traduit par une multiethnicité, une mosaïque de peuples, d’opinions, de cultures et de religions. Le sujet pose alors des difficultés comme la catégorisation et l’utilisation des termes d’ethnie ou de nationalité. Ici, la nationalité, soit l’appartenance à un peuple, est distinguée de la citoyenneté . Notre intervenante utilise le mot de nationalité, à l’inverse du mode de pensée nazie qui utilise l’ethnie, car ce dernier mot suppose une hiérarchisation . Or en URSS la nationalité n’est pas censée apporter de hiérarchie. Enfin cette zone de l’entre deux permet de voir les déplacements d’Est en Ouest, les déplacements en profondeur dans le territoire que représente l’URSS , c’est-à-dire 1/6e des terres émergées. L’exil dans ces terres s’accompagne d’ un choc culturel et social profond, du fait des milliers de kilomètres parcourus, du changement de langue ou encore de paysage. Comment les exilés trouvent un chemin dans ce pays inconnu ? Mais aussi quel est l’après ? Une zone étroite entraîne ainsi une étude sur un large territoire, mais la question principale étudiée ici est la suivante : En quoi ces déplacements de population reflètent cette partie de l’Europe écartelée entre deux espaces ?

       Tout d’abord, de 1939 à 1941, cette zone est face à une « drôle de Paix ». C’est une zone hors de la guerre mais il y a une impression de future guerre. Tout ceci débute par le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, les protocoles «  secrets » prévoyant la division entre annexions soviétiques et allemandes se traduisent en premier lieu par la division de la Pologne. Lors de l’été 1940, les Pays Baltes et la Moldavie sont annexés. Tout ceci se poursuit par une expérimentation de la gestion des déplacements, qui débute par le rapatriement des Allemands de l’Est. Ces communautés germanophones installées depuis le XIIIe siècle en Europe de l’Est, volksdeutsche, exercent une certaine domination sociale, ayant un rôle de relais entre locaux et pouvoirs et la possession les terres. Dans un contexte de politique de conservation de la race aryenne, ils sont « rapatriés » par Hitler en 1939- 1940 vers le IIIE Reich, mais ce rapatriement n’est que de nom, ces communautés n’ayant jamais vécu en Allemagne. Ce rapatriement prend aussi la forme d’échanges entre Russes se retrouvant dans la partie nazie polonaise et Allemands des pays de l’Est. Ceci est nouveau, toute une négociation juridique se met en place. Ainsi naissent les premières formes de déportation, entre rapatriement unilatéral et échange.

     En outre, dès 1939- 1940, quand les pays sont définitivement rattachés à l ‘URSS, le pouvoir stalinien impose en quelques jours une accélération des purges et déportations sur le modèle mis en place dans les années 1930, les massacres en moins. Pour résumer brièvement, il y a eu quatre déportations différentes en Pologne touchant d’abord les militaires polonais, les officiers étant massacrés à côté de la ville de Katyn, puis les grands propriétaires terriens dans la veine de la volonté de collectivisation des terres, puis les réfugiés venant de la Pologne nazie, en général des juifs. Enfin du 12 au 16 juin 1941 la déportation des élites politique, économique est organisée. De plus, les familles de ces hommes sont aussi déportées, soit un total de deux- cent cinquante à trois cent mille personnes, n’ayant pour certains d’élite que le nom n’étant parfois que de simples petits commerçants mais l’élite d’une commune. Les chefs de famille sont condamnés par les tribunaux révolutionnaires, les femmes et les enfants envoyés dans les villages de Sibérie, pour éviter toute vengeance des descendants et une hausse de la criminalité. Ils sont souvent déportés dans des colonies spéciales. Ainsi, il existe deux types d’exils sous Staline: les camps de travail et les colonies spéciales, ce dernier type d’exil étant un exode sans barbelé, où les personnes arrivent dans des villages où la culture est différente. Même si l’accueil est méfiant, au final les témoignages révèlent une entraide. Ainsi la politique de gestion de Staline favorise l’éloignement de l’  « ennemi », caractéristique de sa dictature dans un État à la taille importante, permettant un exil lointain. Staline use du déplacement comme gestion du territoire, comme outil de pouvoir, mais le déplacement représente aussi un soupçon permanent : ce sont des gens déracinés, l’aire du soupçon s’installe. Ainsi, de par cette période avant la guerre, les populations ont un sentiment de violence politique à venir.                                                     

      Puis, du 22 juin 1941, entrée en guerre de l’URSS, au 9 mai 1945, il y a de nouveau des déplacements de masse. L’offensive « inattendue » d’Hitler, qui souhaite détruire l’URSS en trois mois, est facilitée par la mauvaise gestion de la protection des nouvelles frontières annexées. Malgré cela, il y a une évacuation organisée des autorités et de certaines entreprises. Ceci est doublé d’une auto-évacuation des personnes elles-même, cherchant à échapper aux griffes nazies. Ceci concerne entre cinq-cent mille et deux millions de personnes sur les dix-sept millions d’habitants de l’URSS. C’est donc un mouvement de masse, de repli vers l’Est, une fuite en avant rattrapée sans cesse par l’avancée rapide de l’armée nazie. Au final si quatorze mille personnes sont déportées le 14 juin 1941, quarante mille environ s’enfuient de leur propre volonté le 22 juin. Une proximité chronologique et une reprise des mêmes trajets sont perceptibles ici, remettant en question l’idée d’un exil libre et volontaire. Seul le statut distingue ces personnes, mais elles ont les mêmes conditions d’émigration: elles ne parlent pas russe, viennent des mêmes pays et manquent de tout. Les uns sont réprimés par Staline, les autres fuient face à Hitler, mais tous empruntent les uniques voies que représentent le transsibérien, le seul élément structurant cet immense pays. L’État stalinien définit au final des « zones poubelles » où les déportés et les évacués sont soumis à une méfiance, ne parlant pas russe, étant étranger.                                                        

     À l’inverse des considérations de l’Europe de l’Ouest sur le sort des juifs et la Shoah dans les camps, pour l’URSS la Shoah est locale et se traduit par des assassinats par balle à l’endroit même où habitaient les juifs, comme ce fut le cas dans la forêt de Babiyar, où trente-cinq à quarante mille juifs de Kiev furent exterminés en l’espace de deux jours. En zone occupée, les mobilités continuent, les collaborateurs et victimes se déplacent du fait de la présence nazie, les partisans se cachant des nazis et finissant par être poursuivis par la police allemande. Cependant la mobilité n’est pas juive, ces personnes étant immédiatement massacrées. De ce fait, les déportés juifs sous Staline en tant que réfugiés et les évacués juifs qui ont fui Hitler sont reconnaissant envers Staline car selon eux ils ont survécu en ayant pu se réfugier à l’Est, posant ici un débat historiographique nouveau.                                         

Puis l’année 1944 se traduit par la reconquête de l’Armée rouge qui entraîne une panique totale dans les populations civiles, par milliers des Lettons, Polonais et autres nationalités fuient l’armée rouge, du fait de leur statut d’ancien collaborateur ou ayant en tête la répression stalinienne. Entre deux-cent mille et un million sept-cent mille Lettons fuient l’armée rouge par exemple.           

     Enfin, il est étudié les migrations de l’après guerre, entre retours multiples et exils multiples.                                                                                  

     Les imbrications se résolvent, ceux ayant survécus reviennent, les évacués rentrent de l’Est et les déportés nazis de l’Ouest, deux mouvements officiels appelés « ré-évacuation » et rapatriement. Or les territoires sont détruits, les capacités productives réduites, les autorités ne savent où replacer ces populations du fait des destructions. Certains tentent de fuir l’armée rouge en s’exilant à l’ Ouest, pour certains ce sera un exil définitif aux États- Unis, en Allemagne ou encore au Canada. Puis les frontières à la création des deux blocs se referment, il n’y a plus d’ exodes de masse.

     Pour conclure, nous voyons avec cet exposé la multiplicité des cas de figures individuels et surtout l’enchevêtrement des mémoires, la difficulté de représenter cet événement de déplacement de masse qui se définit par de nombreux termes : rapatriement, échange de population, déportation, évacuation, fuite, rapatriement, « ré- évacuation », exil, émigration. La mémoire actuelle des déplacements reste ambiguë, les rescapés juifs considèrent que la déportation stalinienne a été une protection, et ces personnes ne s’identifient pas dans la mémoire de la Shoah européenne ni dans celle des déportations staliniennes. 20% des personnes déportées par Staline ne sont jamais rentrées chez elles, ce qui donne lieu notamment à la désertion de villages entiers. Les sources délaissent cette histoire du vide, posant la question de comment mesurer le vide en histoire ? Bref, cet exposé soulève de nombreuses questions et révèle une histoire perçue du point de vue des populations.