Archives de catégorie : Billets

Inventaire des ouvrages de la Seconde Guerre mondiale en Normandie – Les réalités du terrain

Retour d’expérience : le contact avec les propriétaires sur le terrain

Le fait de reconnaître et de spatialiser les différents sites en amont de la réalisation de la base de données nous amène inévitablement à rencontrer les nombreux propriétaires des terrains concernés. Si, dans la plupart des cas, les choses se passent pour le mieux, il appert que certaines « réticences » peuvent aussi émaner des propriétaires. La raison essentielle tient le plus souvent à leur volonté de préserver leur tranquillité. En effet, il n’est pas rare que des amateurs de « bunkerarchéologie » s’introduisent sur leurs terrains sans y avoir été autorisés au préalable. Une explication des finalités scientifiques et patrimoniales de notre démarche suffit généralement à lever ces inquiétudes. Mais d’autres facteurs plus originaux rentrent parfois en jeu : le premier tient au fait que nombre de ces personnes s’interrogent sur l’origine et le droit de propriété actuel de ces ouvrages allemands. Plus précisément, elles ignorent si elles en sont réellement les propriétaires en titre. Cette méconnaissance les amène à vouloir préserver une sorte d’anonymat, d’autant plus que nombre de ces ouvrages échappent aux plans réalisés par les services du cadastre. L’inventaire de la DRAC est donc parfois perçu comme une menace éventuelle qui, à terme, prendrait la forme d’une prise en compte de ces biens immeubles par l’administration fiscale. Là encore, Il revient aux enquêteurs de rassurer les propriétaires de ces ouvrages sur la finalité de notre travail.

Au final, il faut souligner l’accueil souvent aimable qui est réservé aux enquêteurs de terrain de la DRAC. À de rares exceptions près, la plupart des propriétaires ne demandent qu’à en savoir davantage. Ils s’étonnent souvent que cet inventaire n’ait pas déjà été effectué. Certains pensent même qu’il est trop tard pour ce faire. Un travail de pédagogie est donc nécessaire. Il revient ainsi aux enquêteurs de terrain de leur apporter une meilleure connaissance sur ce patrimoine, et cela au sens large du mot.

Compte-rendu du séminaire d’Olivier Wierviorka – Histoire de la Résistance en Europe Occidentale

BARNABE Charlotte
MASTER 1

Depuis sa thèse soutenue en 1992, jusque son plus récent ouvrage, Olivier Wierviorka a fait de la résistance un de ses thèmes de prédilection, devenant par la même un éminent spécialiste du sujet. Professeur à l’ENS de Cachan, il vient de publier le résultat de ses toutes dernières recherches, sous le titre Histoire de la Résistance en Europe occidentale. Partant des sources anglo-américaines, il a beaucoup travaillé à partir des fonds du Special Operations Executive, du Political Warfare Executive, de la BBC, des ministères des Affaires étrangères, de l’Office of Strategic Services et de l’Office of War Information, laissant à plus tard l’étude des sources nationales. L’avancée historiographique que constitue cet ouvrage est déjà perceptible dans le titre lui-même : l’histoire de la résistance n’est plus nationale, mais concerne ici six pays de l’Ouest savamment choisis puisque tous en dehors du champ d’aide directe de l’URSS : la France, l’Italie, la Norvège, les Pays-Bas, le Danemark et la Belgique. C’est par ce prisme transational innovant que l’historien entend mieux saisir la contribution de la résistance à la libération de leur pays, en synergie avec les troupes régulières alliées, et en correspondance avec la stratégie d’ensemble anglo-américaine.

 

L’ouvrage d’Olivier Wierviorka permet de faire émerger de grandes dynamiques communes au sein des différentes résistances qualifiées    »d’autochtones ». Au moment des défaites, spontanément, sans l’aide des Alliés, des actes résistants, conscients ou non, émergent au sein de la population. Des plus discrets aux plus éclatants, de la collecte de renseignements (Belgique) et des exfiltrations de parachutistes tombés (France, Danemark) aux impressionnantes grèves dans l’Europe du Nord d’avril 1941,  ces actions naissent librement et sans encouragement. Cependant, aux idées se confrontent les réalités matérielles. Pour Olivier Wierviorka, sans l’aide protéiforme des Alliés, aucune résistance de d’aucun pays n’aurait pu se développer durablement et mener à bien le but qu’elle s’était donné. Ainsi est remise en cause la vieille idée que certains pays, comme la France ou le Danemark se sont libérés pour beaucoup  par eux-mêmes : les troupes anglo-américaines ont assuré le gros des combats, reléguant les résistants à un rôle combattant mineur, et les commandements ont fourni argent, transmissions (liaisons radio vers Londres et entre les réseaux, BBC pour donner les ordres), et surtout, stratégie. Une fois encore, l’historien revient sur des présupposés : l’action de la résistance était moins efficace par les destructions opérées, spécialement d’infrastructures de transport, qu’elle visait aussi à leur préservation.

Un des apports majeurs  de cette étude relève de la perception deq forces résistantes par les Alliés. Quelle foi avaient-ils en elles ? Quel sérieux leur attribuaient-ils ? L’historien s’est plongé dans l’histoire culturelle du peuple anglais et décèle plusieurs facteurs éclairants. À l’image de Colin Gubbins, patron du SOE, les différentes confrontations à la guerre subversive, en Afrique du Sud, en Irlande, en Russie, associées à l’idée romantique, ancrée dans les esprits de gauche du gouvernement d’union nationale, d’un soulèvement des peuples opprimés, favorisent la prise au sérieux des forces de la résistance. En réalité, confrontés à leurs faibles effectifs et à la répression allemande des révoltes populaires, le commandement anglais n’avait semble-t-il pas réellement d’autre choix. Si l’optimisme des Anglais, après l’échec de l’opération allemande Seelöwe, ne fait que renforcer ce constat, l’historien lui-même le nuance en précisant que certains membres de l’armée, spécifiquement les aviateurs, rejettent en bloc l’idée de s’appuyer sur des forces locales inconnues et non militaires.
Olivier Wieviorka établit des bornes chronologiques marquant les évolutions de cette perception. Quand les cartes des forces militaires se redistribuent, après l’année 1941 et l’entrée en guerre de l’URSS et des USA, l’intérêt de la guerre subversive pour les Anglais diminue. Les dirigeants alliés ne croient pas beaucoup aux capacités de la résistance. Les tâches confiées aux résistants évoluent elles aussi. Après l’échec des révoltes populaires, on cherche à toucher, par des sabotages notamment, la puissance militaire et industrielle allemande, grâce à l’encadrement des agents spécialisés du SOE, les organisors. Si la résistance se renforce pendant l’occupation, Olivier Wieviorka précise bien qu’elle manque toujours de moyens, par réticence à armer les résistants, mais aussi du fait de la difficulté des opérations de livraisons des ressources. Pendant et après le débarquement, les opérations se multiplient et se diversifient qu’il s’agisse de sabotage des lignes de communication, ou de petite guérilla tout en évitant le bain de sang.

La population non résistante est également mise à contribution, par les campagnes de la BBC qui l’enjoignent au  »Go slow » dans les usines et à l’indifférence dans les rues. Sans prendre les armes, il existerait alors comme une sorte de  »résistance d’esprit », non violente, passive, qui se heurte moins au problème de légitimité qu’impose le fait d’entrer en résistance, problème qui se pose tant aux autorités alliées, qu’aux potentiels résistants eux-mêmes. Plusieurs pays de la zone étudiée entrent dans ce cas de figure, la France, la Belgique, l’Italie, le Danemark, dont une partie des membres du pouvoir sont restés en place, malgré l’exil possible de ministres ou plus généralement d’hommes d’Etat. Dès lors, entrer en résistance peut rimer avec trahison patriotique et désobéissance au chef de l’Etat ; c’est en partie comme cela qu’Olivier Wieviorka explique les difficultés anglaises à recruter des volontaires italiens. Cette situation est d’autant plus délicate au Danemark où le roi Christian mène une politique de simple accommodation, en accord avec son penchant pro-allié, ce qui a pu décourager les résistants, du moins jusqu’en 1943. Ces situations sont aussi délicates pour les autorités alliées, à qui se pose le problème de la reconnaissance. Vaut-il mieux garder une administration compromise mais maintenant l’ordre, ou la supprimer et provoquer le désordre ? Ce genre de dilemme se pose en des termes parfois plutôt prosaïques, notamment en matière de censure des émissions étrangères de la BBC, laquelle doit trouver une sorte d’équilibre, ou une échappatoire par le biais des radio units, permettant d’émettre des messages à des auditorats spécifiques que la radio officielle anglaise n’aurait pu diffuser.
Le travail d’Olivier Wierwioka est d’autant plus riche qu’il explore tous les points de vue. Après les Alliés, après les résistants, il tourne son regard vers les pouvoirs en exil, tiraillés entre les intérêts alliés et les intérêts de la nation qu’ils entendent représenter, en dépit des hésitations alliées quant à leur reconnaissance. L’affaire des îles Lofoten est particulièrement représentative de ce genre de dilemme. La vision transnationale de la résistance remet en lumière les enjeux qui lui sont inhérents. Si les pouvoirs en exil se pensent comme chefs des pays qu’ils ont quittés, ils pensent pouvoir revendiquer le commandement de leurs résistances nationales, au grand dam des Alliés. Cette question crée des tensions internes  en Angleterre, notamment entre l’Intelligence Service, proche des conservateurs anglais, et le SOE, créé afin de réduire les craintes travaillistes et de pallier les faiblesses de l’IS. Les résistants de l’intérieur entendraient aussi commander leurs forces. Dans un premier temps, pour des motifs opérationnels et, de plus en plus, pour des raisons politiques, augmentant dès lors le risque de double pouvoir ou de prise de pouvoir communiste à la libération, ce que les Alliés tentent d’enrayer, par des mécanismes d’intégration par exemple (c’est le cas du CNR). Olivier Wieviorka rend ainsi compte des tensions et délicatesses presque diplomatiques entre les différentes forces, puisque la situation rend les uns et les autres interdépendants. Les Britanniques ont besoin de personnel qui parle la langue nationale par exemple, d’où des phénomènes de coopération, comme le comité anglais et norvégien mis en place dès 1942. La situation se complique parfois à cause de tensions internes, comme c’est le cas en Belgique, entre la Sûreté, soutenant l’espionnage, et la Deuxième Section préférant le sabotage. L’union entre les forces régulières et subversives,  si compliquée soit-elle,  a tout de même facilité la défaite nazie.

L’apport de cet ouvrage est multiple : il renouvelle l’historiographie de la résistance par ce prisme transnational, qui permet de mieux comprendre le phénomène résistant dans sa globalité, extrait des particularités singulières à chaque pays. Il permet de rendre compte des grandes dynamiques transcendant les résistances nationales, et de mieux appréhender le problème général que posait la résistance aux Alliés, en termes politiques, en termes de gestion, en termes de confiance et donc de moyens. Olivier Wieviorka rend compte également de  »l’enjeu résistant » au sein du conflit, pour les Alliés, pour les pouvoirs en exils, et pour les résistants eux-mêmes. Il remet en cause l’image d’Épinal d’une coalition d’alliés, de résistants et de pouvoirs exilés tous unis, sans dissension et traduit les  rapports de force issus de visions parfois totalement opposées. Il pose un regard plus pragmatique sur les actions de la résistance et du SOE, plus nuancées et moins héroiques que la vision qui en est traditionnellement donnée. Enfin, cet ouvrage a le mérite de répondre au vide mémoriel lié jusqu’ici à l’importance de l’action du SOE et de l’aide qu’il apporta aux forces résistantes.

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème « Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy ».

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet « L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui » et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

Journée d’études sur les femmes juives du 23 janvier : disponible en ligne

Akadem, le campus numérique juif vient de mettre en ligne l’ensemble des différentes interventions de la journée d’études consacrée aux sources de l’histoire des femmes juives en France pendant et après la Seconde Guerre mondiale 

La très stimulante et enrichissante journée organisée, sous l’égide de Annette Wieviorka et Dominique Trimbur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah avait pour but de susciter des recherches sur les femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans l’après-guerre. Après l’introduction de Annette Wieviorka, la matinée a été consacrée aux divers fonds d’archives susceptibles d’être utilisés, présentés par des chercheurs (Alexandre Doulut et Laurent Joly) et des archivistes (Karen Taiëb, Laure Politis, Catherine Thion et Monique Leblois-Péchon) de différentes institutions. L’après-midi était consacré à la présentation de corpus et d’études de témoignages. Emmanuel Debono a présenté la collection de sources orales de l’USC Shoah Foundation et, moi-même, le corpus EGO 39-45. La présentation de l’instrument de recherche a permis de faire le point sur les témoignages de femmes en général et de femmes juives en particulier publiés depuis la fin de la guerre jusqu’à nos jours. Les communications de Christine Planté et Anny Dayan-Rosenman ont éclairé l’objet d’étude : le témoignage comme objet littéraire.

 

 

 

Mon projet de recherche actuel entend réexaminer les politiques judiciaires allemandes à l’encontre des Français pendant la Seconde Guerre mondiale sur la base de fonds d’archives récemment exhumés au SHD à Caen et à Vincennes, ainsi qu’aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Le point de départ de cette réflexion renouvelée sur la complexité des outils et aiguillages répressifs de l’appareil militaire allemand mise au jour dans le cadre de ma thèse (Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010) a initialement été l’exhumation, au PAVCC (Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains, antenne du SHD) à Caen, de plusieurs milliers de dossiers judiciaires établis par les tribunaux militaires allemands à l’encontre de Français pendant la guerre, des dossiers que l’on pensait jusqu’ici détruits à la suite des attaques aériennes des Alliés sur le Heeresarchiv de Potsdam, où les documents étaient déposés après clôture des procédures. Depuis, des fonds de même nature ont été repérés aux Archives nationales, mais aussi et surtout au SHD à Vincennes.

Grâce à une collaboration de recherche entre le CRHQ et l’IHA de Paris (Institut Historique Allemand de Paris), plusieurs bases de données ont pu être élaborées permettant de procéder à une interrogation et à une exploitation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands conservés en France, des fonds qui, faute d’inventorisation et donc de visibilité, étaient jusqu’ici restés largement inexploités. Ces bases de données qui comprennent aujourd’hui plus de 22 000 entrées individuelles intègrent des renseignements liés au traitement des archives à caractère individuel – cote au dossier et état-civil complet – mais également des données sociologiques et juridiques (qualification des actes poursuivis, nature des sanctions, noms des juges et procureurs, parcours carcéral, etc.).

L’exploitation de ces bases de données s’inscrit aujourd’hui dans un projet de recherche à la fois personnel et collectif.

À titre personnel, mon projet de recherche vise à réexaminer, sur la base de ces fonds d’archives inédits, les pratiques de l’appareil judiciaire allemand en France occupée que ma thèse avait seulement permis d’éclairer de façon partielle et embryonnaire sur la base d’archives alors très lacunaires. A travers l’exemple de la répression judiciaire allemande et plus précisément de l’étude des dossiers judiciaires nominatifs, l’objectif est de rendre compte de façon renouvelée du fonctionnement des politiques de répression allemandes par le « bas », à l’échelle des pratiques institutionnelles, des acteurs ordinaires et de leur impact sur les individus ; mais aussi d’examiner plus précisément comment les poursuites judiciaires françaises et allemandes s’entrecroisent en France pendant l’Occupation. En creux, l’exploitation de ces sources judiciaires allemandes permettra également de d’alimenter les questionnements historiographiques concernant certaines réalités sociales de la guerre et de l’Occupation ayant laissé peu de traces dans les archives du fait de leur nature clandestine. Elle permettra notamment d’interroger le concept de « réactivité sociale » (J. Semelin) qui, sans occulter la spécificité de la Résistance, rassemble en un seul terme les comportements marqués par le refus (adaptation contrainte, non consentement, désobéissance, opposition, etc.) en posant la question des passerelles entre ces divers types de comportements caractérisés par leur fluidité.

Ce projet de recherche a ensuite vocation à déboucher à moyen terme, dans le cadre d’une coopération scientifique impliquant des chercheurs allemands de l’université Humboldt de Berlin, sur une étude transnationale des pratiques des tribunaux militaires allemands en France et sur le territoire du Reich du Reich à l’encontre des Français qui s’y trouvaient pendant la guerre, que ce soit comme travailleurs civils ou comme prisonniers de guerre, à Berlin notamment.

Enfin, même si toute diffusion par voie électronique de ces bases de données est à ce jour inenvisageable au regard de la réglementation en vigueur quant à la mise en ligne de données personnelles sensibles, il est quand même prévu de mettre les instruments de recherche simplifiés réalisés dans le cadre de ce projet à disposition des institutions de conservation et de recherche françaises et allemandes intéressées par ces fonds d’archives (PAVCC à Caen, SHD à Vincennes, AN à Pierrefitte-sur-Seine, mais aussi Bundes-Militärarchiv à Freiburg, etc.), de sorte qu’ils puissent y être consultables sur place, ce qui pourrait permettre à terme de procéder à une interrogation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands de la Seconde Guerre mondiale impliquant des Français, qu’ils soient conservés en France ou en Allemagne. Les instruments de recherche portant sur les fonds du BAVCC sont d’ores et déjà mis à la disposition des lecteurs sur place à Caen.

 

 

 

Les Français(es) et l’épuration

Les trente dernières années ont apporté d’incontestables avancées dans la connaissance du phénomène de l’épuration. Profitant de l’ouverture des archives, de l’apaisement mémoriel, une nouvelle génération de chercheurs décomplexés a multiplié les points de vue et croisé les regards dans une démarche générale dont il s’agit de montrer les principaux apports. L’émergence des approches d’histoire sociale et culturelle ainsi que l’apport décisif des études liées aux rapports de genre ont renouvelé l’historiographie sur un sujet qui a longtemps été privilégié dans sa dimension politique. L’étude en cours a pour objet de rendre compte de ces avancées.
  À la dimension politique surdéveloppée dans les synthèses existantes, l’épuration « vue d’en haut », elle oppose une problématique neuve privilégiant « une vue d’en bas » : la dimension sociale du phénomène, ses enjeux patriotiques, sa forte symbolique, ses multiples irrationalités, sa dimension mémorielle, l’aspiration populaire au renouveau, l’importance des rapports sociaux de sexe, etc. Autant d’éléments qui permettent de comprendre que l’épuration se mesure moins par la sécheresse des chiffres en valeur absolue que par l’analyse de sources élargies montrant la forte proportion de Françaises et de Français concernés par l’épuration. Mais ce jeu d’échelle ne consiste pas uniquement à revisiter ce qui est connu.
  Ainsi, la dimension économique du phénomène, l’épuration dans l’Empire, l’analyse globale et comparée des épurations européennes, l’étude du jugement des crimes de guerre commis en France, dans l’Empire, ou sur des ressortissants français partout ailleurs constitueront des versants inédits. Les années 1980-1990 avec le procès Barbie et les affaires Touvier, Bousquet, Papon, montrent l’interdépendance des logiques de l’épuration et du jugement des crimes ennemis réunis alors comme crimes contre l’humanité. En réfléchissant à l’actualité de l’épuration depuis la guerre, on se proposera de dépasser le simple questionnement mémoriel pour faire le point sur le phénomène considéré le plus largement et les traces qu’il en reste aujourd’hui.
Ces travaux font l’objet d’un ouvrage en préparation de François Rouquet et Fabrice Virgili, à paraître chez Gallimard (coll Folio inédit) en 2017

 

7 février : Au Ciné-Histoire : La Guerre froide

Le mardi 7 février, en collaboration avec le Mémorial de Caen et le Café des images, projection du documentaire :

Red Army de Gabe Polsky

Le film retrace le destin croisé de l’Union Soviétique et de l’équipe de hockey sur glace surnommée « L’Armée Rouge ». L’ancien capitaine de l’équipe Slava Fetisov revient sur son parcours hors du commun. D’abord adulé en héros national, il est ensuite condamné comme ennemi politique. Red Army raconte l’histoire de la Guerre Froide menée sur la glace et la vie d’un homme qui a tenu tête au système soviétique.

La soirée a été organisée par les étudiants du Master professionnel « Métiers du patrimoine culturel et historique » de l’UFR HSS de l’université de Caen.

Informations pratiques : cine-histoire-red-army-1

La Résistance au Havre

Si l’histoire de la Résistance dans le département de la Seine-Inférieure semble méconnue, il n’en reste pas moins que l’action résistante y fut prolifique à l’instar du réseau fondé au Havre (Seine-Maritime) par Jean Morpain (dit Gérard Morpain).

 Gérard Morpain (1897-1942)    © Olivier Pringard, collection privée de Pierre Garreau

 

 

 

 

Genèse du réseau

Professeur  d’histoire au lycée François 1er  du Havre, Gérard Morpain réunit autour de lui, dès l’été 1940, un petit noyau d’opposants et organise dès le mois de septembre l’un des tous premiers réseaux de résistance en France. Les spécificités du groupement sont sa précocité, son emprunte franc-maçonne et le    caractère juvénile d’une partie de ses membres.  In fine, le groupe Morpain rassemble près d’une centaine de personnes aux horizons et fonctions divers répartie en une vingtaine de « sous-groupes » chargés du renseignement, de la récupération et de la cache d’armes et de munitions et du sauvetage d’aviateurs alliés tombés dans la région. Démantelé l’été suivant, au mois de juin 1941, le bilan est lourd : un-tiers des membres est arrêté, quatorze résistants sont jugés et parmi eux, quatre sont condamnés à mort et fusillés (dont Gérard Morpain) et six déportés. Néanmoins, le professeur a jeté les bases d’un réseau qui lui survivra, devenant tour à tour « L’Heure H » en 1942 puis « Hamlet-Salesman-Buckmaster » en 1943.

Tour d’horizon méthodologique

Le travail de recherche sur le groupe Morpain s’appuie sur les dossiers-statut et d’état-civil de la Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service historique de la Défense (DAVCC-SHD) conservés à Caen, les dossiers du Bureau Résistance conservés à Vincennes, les dossiers de demande de carte de Combattant volontaire de la Résistance de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime ou encore les rapports préfectoraux et les dossiers d’arrestation. D’autres fonds d’archives ont également été consultés comme les Archives municipales du Havre, les Archives de la Grande Loge de France, les Archives nationales britanniques de Kew et enfin les quelques rares déclarations orales des témoins de l’époque. Toutes les informations issues du dépouillement des archives ont enrichi une base de données.

Bilan et premières conclusions

Désormais en mesure d’apporter des éléments statistiques et chiffrés de réponses concernant l’histoire de ce groupement, nous avons donc pu réaliser une étude sociologique des membres du groupe Morpain. « Que nous apprend cette étude sur l’identité du réseau et ses fondements ? Quels réseaux d’affinités sont activés ? La sociologie du groupement est-elle représentative de la sociologie des résistants au niveau national, départemental ou au sein des réseaux ? ». Les premières conclusions de l’article à venir l’affirment : le groupe Morpain reste « assez représentatif des réseaux de la Résistance normande et nationale des premières années d’Occupation » tout en gardant, toutefois, quelques spécificités…   

L’article à paraître prochainement détaille la sociologie de ces résistants de la première heure : « Le groupe Morpain : approche sociologique d’une proto-résistance en Normandie » cosigné par Delphine Leneveu (AI CNRS , MRSH-USR 3486) et Thomas Piéplu (IE CNRS, MRSH-USR 3486). Il s’inscrit dans le cadre de la journée d’étude organisée par le GRHis de l’université du Havre à Mont-Saint-Aignan le 9 décembre 2015 :  « Histoire et mémoire de la Résistance en Seine-Inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale ».
La publication des actes de cette journée aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre (PURH) réunira « les contributions des dernières recherches récentes ou en cours, en France comme en Grande-Bretagne ».

Delphine Leneveu

Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie. Un projet de recherche

Initié par des chercheurs de la direction régionale des affaires culturelles de Normandie, du CNRS, de l’Université de Caen et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, et soutenu par les Départements du Calvados et de la Manche, ainsi que par le Conseil Régional de Normandie, le programme collectif de recherche (PCR) vise à inventorier de manière exhaustive les vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie. Si les ouvrages allemands du Mur de l’Atlantique font prioritairement l’objet d’un travail intensif, ce programme vise aussi à relever les traces des infrastructures laissées par les Alliés lors de la libération de la Normandie, mais aussi celles qui témoignent de la vie des civils lors de cette sombre période.

Buts et enjeux du projet

Plus que toute autre région de France, la Normandie est étroitement associée à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en raison du débarquement du 6 juin 1944 et des opérations militaires qui ont permis la libération de l’Europe occidentale, au prix de lourdes pertes humaines et matérielles. Au-delà des commémorations et des infrastructures de médiation culturelle et pédagogique, le tournant générationnel qui voit disparaître les témoins de ces événements nous conduit à mesurer toute l’importance des vestiges de cette période, dont la valeur patrimoniale s’impose désormais à tous. Le projet d’inscription des Plages au patrimoine de l’Humanité, porté par la Région Normandie, ne le démontre que trop clairement.

La gestion de ce patrimoine suppose sa connaissance précise et fait partie à part entière d’une politique globale permettant, entre autres, sa valorisation culturelle et touristique. Le projet intervient donc à une période charnière qui voit la patrimonialisation pleine et entière de ces vestiges qui sont intégrés progressivement dans les procédures administratives : à la fois par des protections au titre de l’urbanisme et par la mise en œuvre de procédures de suivi scientifique des projets de fouille ou de valorisation des vestiges. Ce travail passe par une importante action de pédagogie auprès des acteurs (collectivités territoriales, musées, associations, bénévoles) dans lequel le PCR est un catalyseur. En témoignent les projets menés localement, à l’exemple de celui mené à la fin de 2016 à l’échelle de la communauté de communes de Saint-Pierre-Église (Manche).

Le programme collectif de recherche pluriannuel vise à inventorier de manière exhaustive les vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans les trois départements bas-normands. Ces vestiges peuvent tout aussi bien témoigner de l’occupation allemande, des infrastructures alliées mises en place lors des combats de la Libération, ou encore du sort des populations civiles pendant la guerre.

Le « Mur de l’Atlantique »

Mur antichar d'Arromanches (Calvados). L'ancienne cale des pêcheurs du petit village d'Arromanches offrait une véritable brèche dans le système défensif allemand. Pour bloquer l'accès au village depuis la plage, un large mur antichar fut construit. Haute de plus de 3 mètres, cette muraille était surmontée d'une rangée de barbelés. De nos jours, ce mur existe toujours et fait office de digue, mais passe presque inaperçu. (B. Labbey/CRHQ)
Mur antichar d’Arromanches (Calvados). L’ancienne cale des pêcheurs du petit village d’Arromanches offrait une véritable brèche dans le système défensif allemand. Pour bloquer l’accès au village depuis la plage, un large mur antichar fut construit. Haute de plus de 3 mètres, cette muraille était surmontée d’une rangée de barbelés. De nos jours, ce mur existe toujours et fait office de digue, mais passe presque inaperçu. (B. Labbey/CRHQ)

En 1942, une grande partie de l’Europe est occupée par les Allemands engagés dans une guerre d’anéantissement contre l’URSS. Après la déclaration de guerre aux États-Unis en décembre 1941, Hitler fait édifier une ligne de défense, bientôt promue par la propagande nazie sous le terme de « Mur de l’Atlantique ». Son but est d’empêcher un débarquement anglo-américain sur le continent, et donc la création d’un « second front » à l’Ouest. Cet ensemble défensif est édifié jusqu’en juillet 1944, les travaux étant inachevés au moment du Débarquement mais se poursuivant dans d’autres secteurs. La construction des ouvrages a mobilisé une main-d’œuvre aussi nombreuse qu’hétéroclite, constituée aussi bien de travailleurs volontaires ou requis, de prisonniers de guerre, mais aussi des personnels d’entreprises françaises du bâtiment. Elle a entraîné la mise en œuvre de moyens colossaux en termes de matériaux et a eu un fort impact sur le quotidien des populations locales (réquisition de terres agricoles ou d’habitations, destruction de villas de bord de mer, réquisition des habitants et de charrois hippomobiles, etc.). La particularité de ces ouvrages réside dans leur forte standardisation, mais aussi dans la mise en œuvre d’innovations technologiques (radars, fusées V1, V2, béton). Le projet permet néanmoins de déterminer les différentes phases de construction ainsi que les adaptations effectuées localement  en fonction des besoins et surtout des moyens disponibles.

Loin de se borner aux franges littorales, les vestiges s’étendent sur l’ensemble du territoire bas-normands, la logistique allemande ayant établi de nombreux dépôts dans les massifs boisés situés très en arrière de la côte. C’est ainsi que les forêts de la Manche et de l’Orne présentent des traces étonnamment  bien préservées de cette implantation logistique.

À l’issue du conflit qui les avait parfois endommagés, l’intégrité de ces ouvrages militaires du Mur de l’Atlantique commençaient déjà à être atteinte : récupération précoce des matériaux (ferraillage qui a permis de financer le musée d’Arromanches ou qui est à l’origine de la collection exposée dans le Musée des épaves du Débarquement à Port-en-Bessin), réaffectation des ouvrages, destructions ou enfouissement d’ouvrages posant des problèmes de sécurité ou nuisant à l’image des stations balnéaires de la Côte de Nacre.

À terme, le PCR permettra de mieux appréhender les phénomènes de patrimonialisation et d’appropriation mémorielle des vestiges allemands au fil des décennies. Les phénomènes illustrant cette évolution ont pris diverses formes au fil du temps, qu’il s’agisse de la  démarche guerrière d’en faire les symboles de la défaite ennemie en les utilisant comme socles aux monuments à la gloire des forces alliées, la volonté d’effacer ou de masquer ces « verrues » dans les secteurs balnéaires dans l’immédiat après-guerre, leur valorisation dans le cadre du tourisme mémoriel, enfin le recyclage de certains bâtiments pour des activités économiques ou à des fins privées (résidences secondaires, activités de loisir, etc.).

Les vestiges des armées alliées

Bitte d’amarrage sur le port de Barfleur (Manche). Dans le ciment frais, les soldats américains ont signé de leur nom. Pour assurer leur progression, les armées alliées ont mis en place à leur tour de nombreuses infrastructures logistiques. Le port de Barfleur constitue un élément majeur de ce dispositif. (Photo : S. Lamache/CRHQ)
Bitte d’amarrage sur le port de Barfleur (Manche).
Dans le ciment frais, les soldats américains ont signé de leur nom. Pour assurer leur progression, les armées alliées ont mis en place à leur tour de nombreuses infrastructures logistiques. Le port de Barfleur constitue un élément majeur de ce dispositif. (Photo : S. Lamache/CRHQ)

En comparaison des vestiges allemands, les vestiges des armées alliées sont bien moins nombreux. Rien d’étonnant à cela, et pour deux raisons. D’abord le temps de présence des Alliés dans la région au moment de la Libération  s’est étendue essentiellement à quelques mois, à comparer aux quatre années de l’Occupation. Par ailleurs, les nombreuses infrastructures alliées étaient celles d’une armée en campagne (aérodromes provisoires, camps et dépôts démontables etc.) à l’inverse des constructions fortifiées édifiées sur le littoral par l’armée allemande.

Les vestiges sont donc moins nombreux, et surtout plus discrets dans le paysage (indications routières peintes sur les murs, routes nouvelles, bittes d’amarrage comme ici à Barfleur, etc.). À cet égard, le port artificiel d’Arromanches, tout comme les épaves de blindés alliés transformés en monuments, font figure d’exceptions.

Les vestiges civils

Carrières Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados). Les combats de la Libération en Normandie provoquent l’exode des populations qui cherchent à fuir les bombardements aériens et les tirs d’artillerie. Certains trouveront refuge dans les carrières de la région caennaise. (Yvette Lethimonnier/INRAP)
Carrières Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados). Les combats de la Libération en Normandie provoquent l’exode des populations qui cherchent à fuir les bombardements aériens et les tirs d’artillerie. Certains trouveront refuge dans les carrières de la région caennaise. (Yvette Lethimonnier/INRAP)

Les destructions immobilières causées par les bombardements alliés et les combats de l’été 1944 ont ravagé la région et ont fatalement conduit à détruire les traces précédentes de la guerre (par exemple les installations de la Défense passive).

La période qui correspond au Débarquement et lors de la Bataille de Normandie a par contre engendré le déplacement de populations, notamment des réfugiés qui ont occupé certains lieux abrités. Rares sont cependant les vestiges qui témoignent encore de nos jours de leur vécu. Parmi ceux-ci figurent les carrières-refuge de Fleury-sur-Orne. Celles des brasseries Saingt ont ainsi la particularité d’avoir été fermées dans l’immédiat après-guerre et d’avoir ainsi été « cristallisées », ce qui a permis des investigations précises de l’Inrap.

L’enquête

Les enquêtes s’appuient à la fois sur des études documentaires, des recherches de terrain ainsi que sur une base de données couplée à un logiciel de cartographie (SIG) permettant une localisation très fine sur une base cadastrale. Ce projet répond en effet à un besoin impérieux de gestion de ce patrimoine rencontré quotidiennement par les archéologues de l’Inrap. Il accompagne également la démarche portée par la Région Normandie visant à obtenir l’inscription des Plages du Débarquement au Patrimoine mondial, dans la mesure où il permet de constituer un outil inégalé de connaissance et de gestion de ce patrimoine.

Relevé topographique d’un ouvrage allemand à Audouville-la-Hubert (Manche). (S. Lamache/CRHQ)
Relevé topographique d’un ouvrage allemand à Audouville-la-Hubert (Manche). (S. Lamache/CRHQ)

Le travail se décompose en plusieurs tâches :

  • un dépouillement bibliographique et archivistique, notamment des rapports de Pinczon du Sel, officier de la Marine nationale en charge après la guerre de l’inventaire des ouvrages militaires côtiers et den l’inventaire des sources cartographiques,
  • des missions de terrain (relevés topographiques, constat sur l’état de conservation des ouvrages, prises de vue photographiques…),
  • alimentation de la base de données,
  • géo-référencement des vestiges et ouvrages inventoriés et élaboration de la cartographie (SIG)

Le projet est sous la responsabilité scientifique de Cyrille Billard (DRAC-Service régional d’archéologie), Jean-Luc Leleu (CNRS/Maison de la Recherche en Sciences Humaine de Caen) et de Marie-Laure Loizeau (DRAC-Commission Régionale des Monuments Historiques). Le travail d’enquête est mis en œuvre par Stéphane Lamache et Benoît Labbey (Université de Caen – Centre de Recherche en Histoire Quantitative).