Archives de catégorie : Les projets de recherche

Censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955)

Dès le début du XXe siècle, le cinéma devient un des médias privilégiés pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. Comme d’autres régimes autoritaires, l’Espagne franquiste (1939-1975) prend conscience de la nécessité de contrôler ce mode de communication. Elle se dote d’un organe de censure efficace afin de prévenir les effets potentiellement néfastes de certaines images, susceptibles de menacer l’imaginaire idéologique du régime. Au-delà de leurs interventions sur le processus même de création (modifications ou coupes de certaines scènes), les censeurs franquistes s’assurent que les spectateurs ont correctement interprété les œuvres qu’ils ont censurées. Tous les mois, les délégués provinciaux – l’équivalent de nos préfets français – leurs fournissent des rapports détaillant l’accueil des films par le public de leur province. A travers l’étude de ces sources originales, mon projet de doctorat ambitionne de renouveler l’approche traditionnelle de la censure franquiste. Il vise à intégrer dans une même analyse deux sphères abordées généralement de façon séparée : celle de la réception cinématographique et celle de la censure, en montrant les liens circulaires qui unissent ces deux notions. Autrement dit, cette étude aborde le processus censorial à travers la mission principale qui incombe aux censeurs : évaluer les effets qu’un film peut produire lorsqu’il touche le public. Il s’agira donc d’étudier la place que les censeurs accordent au public lors de leurs sessions de travail et la façon dont le corps censorial construit son imaginaire réceptif à travers les rapports que leur transmettent les délégués provinciaux.

Doctorante allocataire d’Etat (Université de Caen-Normandie et Universidad de Salamanca)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (C.R.H.Q.)

« Produire et voir du cinéma en régime autoritaire : censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955) » sous la direction de François Rouquet & Fernando González García.

Projet de recherche – Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne (1936-1939)

Durant la guerre d’Espagne (1936-1939), l’attitude ambivalente du gouvernement français a rendu complexe l’étude du trafic d’armes à destination de ce conflit. La France aurait d’abord défendu et appliqué la politique européenne de « non-intervention » qui interdisait tout envoi d’armes en Espagne, puis aurait relâché celle-ci en 1937 en fermant les yeux sur le trafic. Elle l’aurait même encouragé. Pourtant, celui-ci est repérable dès le début du conflit, et ne semble pas avoir attendu une quelconque aide de l’appareil d’État pour se ramifier. La clandestinité qui entoure le trafic a longtemps laissé croire que les sources sur ce dernier étaient insuffisantes pour en faire l’histoire. Pourtant, plusieurs surveillances – officielles ou officieuses, françaises et étrangères – s’intéressent de près au trafic sans toujours donner lieu à une répression. Comprendre ces surveillances est un des enjeux de cette recherche. Aussi, il semble nécessaire d’étudier le monde des trafiquants en interrogeant leur degré de politisation en lien avec leur profil sociologique. Il s’agit là d’une étude quantitative qui est complétée par une étude des réseaux du trafic d’armes. Leur constitution, leur emprise sur le territoire français et leur capacité à franchir les frontières juridiques et informelles – preuve d’une certaine résilience – sont étudiés dans le cadre de cette recherche.

Pour mettre en œuvre un tel projet de recherche, il est nécessaire de confronter les témoignages aux sources officielles. Largement méconnues et/ou sous-exploitées, celles-ci apportent un regard nouveau sur ce sujet. Elles sont notamment composées des archives des « polices » françaises, de fonds diplomatiques et militaires multilingues ainsi que de sources émanant de groupes politiques concernés par ce phénomène clandestin.

 

Doctorant allocataire (Université de Caen – Universidad Complutense de Madrid)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative

« Le trafic d’armes, en France, à destination de la guerre d’Espagne : les surveillances du trafic, les trafiquants et leurs réseaux sur le territoire français (1936-1939) », sous la direction de François Rouquet & José Luis Ledesma

Mail : pierre.salmon@unicaen.fr