Archives de catégorie : Justice en temps de guerre

Les Français(es) et l’épuration

Les trente dernières années ont apporté d’incontestables avancées dans la connaissance du phénomène de l’épuration. Profitant de l’ouverture des archives, de l’apaisement mémoriel, une nouvelle génération de chercheurs décomplexés a multiplié les points de vue et croisé les regards dans une démarche générale dont il s’agit de montrer les principaux apports. L’émergence des approches d’histoire sociale et culturelle ainsi que l’apport décisif des études liées aux rapports de genre ont renouvelé l’historiographie sur un sujet qui a longtemps été privilégié dans sa dimension politique. L’étude en cours a pour objet de rendre compte de ces avancées.
  À la dimension politique surdéveloppée dans les synthèses existantes, l’épuration « vue d’en haut », elle oppose une problématique neuve privilégiant « une vue d’en bas » : la dimension sociale du phénomène, ses enjeux patriotiques, sa forte symbolique, ses multiples irrationalités, sa dimension mémorielle, l’aspiration populaire au renouveau, l’importance des rapports sociaux de sexe, etc. Autant d’éléments qui permettent de comprendre que l’épuration se mesure moins par la sécheresse des chiffres en valeur absolue que par l’analyse de sources élargies montrant la forte proportion de Françaises et de Français concernés par l’épuration. Mais ce jeu d’échelle ne consiste pas uniquement à revisiter ce qui est connu.
  Ainsi, la dimension économique du phénomène, l’épuration dans l’Empire, l’analyse globale et comparée des épurations européennes, l’étude du jugement des crimes de guerre commis en France, dans l’Empire, ou sur des ressortissants français partout ailleurs constitueront des versants inédits. Les années 1980-1990 avec le procès Barbie et les affaires Touvier, Bousquet, Papon, montrent l’interdépendance des logiques de l’épuration et du jugement des crimes ennemis réunis alors comme crimes contre l’humanité. En réfléchissant à l’actualité de l’épuration depuis la guerre, on se proposera de dépasser le simple questionnement mémoriel pour faire le point sur le phénomène considéré le plus largement et les traces qu’il en reste aujourd’hui.
Ces travaux font l’objet d’un ouvrage en préparation de François Rouquet et Fabrice Virgili, à paraître chez Gallimard (coll Folio inédit) en 2017

 

8-9 mars : les aspects médico-sociaux de la Déportation

Que sait-on du retour des déportés ? Comment s’est-il déroulé et comment a-t-il été organisé ? Comment avait-il été prévu par les autorités ? Comment s’est-il passé dans la réalité ?
De quelles archives disposons-nous pour travailler et éclairer ces questions ? Quels souvenirs les rapatriés gardent-ils de ces formalités ? Comment ces personnes ont-elles pu se construire et vivre après une telle expérience ? Comment ce traumatisme de la déportation a-t-il pu avoir des répercussions sur leurs descendants et comment ces descendants ont-ils été influencés par la déportation de leur parent(s) ?

C’est à ces questions que la journée d’étude pluridisciplinaire sur les aspects médico-sociaux des suites de la déportation, organisée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, en collaboration avec la MRSH de Caen, l’Université de Caen (CRHQ) et le Mémorial de Caen, souhaite répondre à travers des exposés et des tables rondes réunissant chercheurs, témoins et descendants.
De nombreuses archives sur le retour des déportés, conservées par le Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains du Service Historique de la Défense ou par les Archives Nationales sont encore méconnues et inexploitées.

L’équipe de recherche de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation présentera les premiers résultats de l’étude des fiches de rapatriement contenues dans les dossiers statuts tandis que la commission médico-sociale fera le bilan de ses nombreuses années de suivi des déportés rentrés. Elle mettra en lumière les  conséquences, toujours présentes du traumatisme subi.
Cette journée sera également l’occasion d’entendre des descendants de déportés parler de l’influence de la déportation, ainsi que des répercussions, sur leur vie et leurs engagements. Ces effets peuvent aussi être héréditaires, les dernières recherches en épigénétique démontrent que le stress et les privations ont pu modifier les gênes et donc se transmettre de génération en génération.

Par cette journée, nous espérons apporter des éléments de réponses à la question de la résilience, de ses modalités, des conséquences à long terme de la déportation et au-delà, d’événements traumatiques majeurs.

Consulter le programme