Archives de catégorie : Épuration

PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

L’historiographie de l’épuration révèle qu’en France, le sujet a très rapidement retenu l’attention des chercheurs. Après des approches purement politiques examinant une « histoire d’en haut » , les historiens ont progressivement choisi d’orienter leurs travaux différemment, privilégiant une histoire des individus, une « histoire d’en bas » comme le rappelle François ROUQUET. Des études transversales ont ainsi été menées sur ce sujet, débouchant sur des synthèses , comme celle réalisée sous la direction de Marc-Olivier BARUCH, Une poignée de misérables (2003), ou celle rédigée par Bénédicte VERGEZ-CHAIGNON, Histoire de l’épuration (2010) pour ne citer que ces deux-là. Plus précisément, des approches thématiques ont été conduites, à l’image de celle de François ROUQUET, L‘épuration dans l’administration française (1993),  Fabrice VIRGILI, La France « virile » des femmes tondues à la Libération (2000), ou encore de Laurent DUGUET, Incarcérer les collaborateurs (2015). Par ailleurs, des études régionales ont également vu le jour et ont permis de brosser le portrait d’une épuration locale différenciée, tels les travaux de Luc CADEVILA, Les Bretons au lendemains de l’Occupation (1999), de Marc BERGERE, L’épuration vécue et perçue à travers le cas du Maine-et-Loire (2003), de Michel BOIVIN, L’épuration dans la Manche (2013) et plus récemment, de Catherine DUGUEPROUX, L’épuration dans la Manche (2016). Ces études régionales si elles comportent des traits communs, attestent également l’existence de particularismes locaux.

En abordant le sujet de « l’épuration en Corse à l’issue de la Seconde Guerre mondiale » dans le cadre d’un master 2, la Corse est apparue comme un territoire atypique, subissant une épuration moins prononcée qu’ailleurs en métropole, cette observation résultant, notamment, de l’examen des statistiques agrégées au niveau national. Cette épuration limitée pourrait être la conjonction de deux phénomènes, celui d’une occupation italienne qui n’a pas véritablement été relayée par l’occupation allemande (la Corse étant libérée le 5 octobre 1943, dans la foulée de l’annonce de la reddition italienne du 8 septembre) et celui d’un territoire au sein duquel, la collaboration a été moins prégnante qu’ailleurs, sans doute en raison des liens sociaux de proximité comme le suggère Hélène CHAUBIN.

Continuer la lecture de PROJET DE RECHERCHE – L’ÉPURATION EN CORSE A L’ISSUE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE (étude comparée Corse / Alpes-Maritimes)

Les Français(es) et l’épuration

Les trente dernières années ont apporté d’incontestables avancées dans la connaissance du phénomène de l’épuration. Profitant de l’ouverture des archives, de l’apaisement mémoriel, une nouvelle génération de chercheurs décomplexés a multiplié les points de vue et croisé les regards dans une démarche générale dont il s’agit de montrer les principaux apports. L’émergence des approches d’histoire sociale et culturelle ainsi que l’apport décisif des études liées aux rapports de genre ont renouvelé l’historiographie sur un sujet qui a longtemps été privilégié dans sa dimension politique. L’étude en cours a pour objet de rendre compte de ces avancées.
  À la dimension politique surdéveloppée dans les synthèses existantes, l’épuration « vue d’en haut », elle oppose une problématique neuve privilégiant « une vue d’en bas » : la dimension sociale du phénomène, ses enjeux patriotiques, sa forte symbolique, ses multiples irrationalités, sa dimension mémorielle, l’aspiration populaire au renouveau, l’importance des rapports sociaux de sexe, etc. Autant d’éléments qui permettent de comprendre que l’épuration se mesure moins par la sécheresse des chiffres en valeur absolue que par l’analyse de sources élargies montrant la forte proportion de Françaises et de Français concernés par l’épuration. Mais ce jeu d’échelle ne consiste pas uniquement à revisiter ce qui est connu.
  Ainsi, la dimension économique du phénomène, l’épuration dans l’Empire, l’analyse globale et comparée des épurations européennes, l’étude du jugement des crimes de guerre commis en France, dans l’Empire, ou sur des ressortissants français partout ailleurs constitueront des versants inédits. Les années 1980-1990 avec le procès Barbie et les affaires Touvier, Bousquet, Papon, montrent l’interdépendance des logiques de l’épuration et du jugement des crimes ennemis réunis alors comme crimes contre l’humanité. En réfléchissant à l’actualité de l’épuration depuis la guerre, on se proposera de dépasser le simple questionnement mémoriel pour faire le point sur le phénomène considéré le plus largement et les traces qu’il en reste aujourd’hui.
Ces travaux font l’objet d’un ouvrage en préparation de François Rouquet et Fabrice Virgili, à paraître chez Gallimard (coll Folio inédit) en 2017