Archives par mot-clé : 1939-1945

27-28 mars – colloque : l’ARCHÉOLOGIE DES CONFLITS CONTEMPORAINS

Colloque international

27-28 mars 2019 à Caen (Calvados, Normandie)
Auditorium du Mémorial de Caen
Entrée libre

De Verdun à Caen
L’archéologie des conflits contemporains : méthodes, apports, enjeu
x

Colloque international

Télécharger le programme

 

 

 

Retour sur le colloque Autour de Patrice Arnaud

Retrouvez les entretiens des différents intervenants sur RCF Calvados-Manche

Les Mémoriales 2018

Les Français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale,travail forcé, captivité, répression.
Journée d’étude autour de Patrice Arnaud (1972-2017)
Le Mémorial de Caen, 14 novembre 2018

Cette journée coordonnée par Laurent Joly, était dédiée à la mémoire de Patrice Arnaud et au sujet de recherche auquel il a consacré 10 ans de sa vie. S’intéressant aux requis en Allemagne, ou plus exactement aux travailleurs civils français en Allemagne qu’ils soient volontaires, requis ou prisonniers transformés, le travail de Patrice Arnaud, comme l’ont montré, chacune à leur manière, les communications,a été un socle indispensable à notre connaissance  actuelle de cette population dans sa dimension plurielle. 
Faut-il rappeler l’importance de cette population exilée, qui illustre deux données fondamentales dans l’étude de la France durant la Seconde Guerre mondiale ?
-Il s’agit de la plus importante émigration du territoire national dans un délai aussi réduit. En effet, en intégrant les « volontaires » partis pour certains dès 1940, les effectifs de travailleurs requis outre-Rhin représentent plus de 700 000 individus
– Par ailleurs, cette masse humaine incarne la politique de Vichy et le zèle du gouvernement et de l’administration Laval qui rend légale cette ponction humaine et, partant, montre la contradiction fondamentale qui caractérise le régime. L’organisation de ces réquisitions demaind’œuvre,de l’aveu même de l’amiral Auphan (qualifié pourtant dans le cénacle militaire d’« amiral de Vichy »), « polonise la France » au prétexte de ne pas subir le sort de la Pologne.

Dans cette perspective, le travail de Patrice analysait la politique de réquisition allemande pour l’économie du Reich, la politique allemande d’encadrement de cette main-d’œuvre par l’État nazi, mais également par les entreprises allemandes auxquelles elle profitait, ainsi que les diverses logiques répressives permettant à la fois de stimuler la productivité des travailleurs et de maintenir la discipline. 
Dans son approche d’histoire sociale, Patrice avait donc mesuré à partir de sources inédites — Archives Nationales, BAMC de Caen, Bundesarchiv, Staatarchich de  Düsseldorf,München, Würzburg— mais aussi des sources orales auxquelles s’ajoutaient environ 150 témoignages dont Françoise Passera a rappelé la richesse (cf la base Écrits de Guerre et d’Occupation en ligne : http://www.ego.1939-1945.crhq.cnrs.fr/
Bref à partir de ces sources croisées, Patrice Arnaud a décrit et analysé finement la réalité de la vie en Allemagne de ces jeunes gens. À commencer par le processus de départ des jeunes requis au titre du STO  jusqu’à leur arrivée en Allemagne et, corollaire en contre-champ, des conditions dans lesquelles l’alternative majeure s’était posée aux intéressés : partir ou ne pas partir ? 
« Je dois en convenir. Le train de l’héroïsme est passé devant moi sans s’arrêter(…) Je pleurais d’abord sur ma faiblesse : n’est pas héros qui veut ! » écrit une jeune requis cité dans la version publiée de sa thèse (p445).  Ensuite, Patrice Arnaud avait exploré dans tous ses détails ce que représentait le travail en Allemagne, les conditions de vie, les modalités selon lesquelles chacun s’accommodait de la situation, se préservait, nouait des relations dans ce contexte inédit.
Il avait notamment montré que les comportements dans les usines obéissaient à des logiques complexes où se mêlait l’aigreur et la culpabilité d’avoir à travailler et produire au bénéfice d’un pays ennemi. Il analysait les modalités selon lesquelles chacun s’arrangeait des multiples contraintes, tentait de se prémunir personnellement face au système répressif, ou collectivement en scrutant les solidarités ouvrières…

Les travailleurs libres français comme les Allemands se trouvaient touchés par des difficultés communes. Entre les restrictions alimentaires et les bombardements alliés, les uns et les autres étaient pris des mêmes peurs. Dans les camps, leur vie était difficile, du fait de la surpopulation et de la promiscuité qu’elle entraînait,des conditions d’hygiène, du froid,  des rythmes de repos.  Bref Patrice avait su raconter et analyser ce que le séjour en Allemagne avait représenté pour ces jeunes gens : vie quotidienne, logement,loisirs, amours et sexualité, déviances amoureuses transgressant les nationalismes,… sujet encore peu défloré à l’aube des années 2000. Partant ils’était également intéressé dans cette thèse magistrale (5 vols, 1942 pages !) à la délinquance des requis dans le Reich, délinquance motivée tant par les nécessités contingentes, que par ce qu’il pointait comme l’affaiblissement moral liés à leurs conditions d’existence dans le Reich.

Cette journée a donc permis de faire le point et de montrer la continuité avec les différents thèmes abordés il y a près d’une quinzaine d’années par Patrice Arnaud.

1 – Tout d’abord la confirmation ou l’enrichissement de notre connaissance du sujet

– Notre compréhension du phénomène s’enrichit par des études départementales ou régionales. Sébastien Beuchet en donne un bel exemple et confirme, en étudiant le département de l’Orne, les taux de mortalité établis (autour de 4%dans l’Orne conformément à l’évaluation généralement admise). Cette proportion sans commune mesure avec les estimations revendiquées par la  Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé (FNVRCNTF), atteste que celles-ci étaient biaisées par les enjeux d’après-guerre et assujetties à un discours victimaire qui fut d’ailleurs contre-productif. Importance de la maladie,usure des corps, morts violentes liées aux bombardements, répression dont Sébastien Beuchet nous dit, au moins pour l’Orne, qu’il faut sans doute la minorer dans le bilan humain qu’il établit selon une chronologie fine. 
– L’étude de cas individuel, comme celle du commissaire Louit proposée par Laurent Joly, illustre le système de contrôle et de répression tout comme d’originales et savantes tactiques de retournement et de « navigation politique ». 
– Cette journée a mis en valeur également l’importance de la catégorisation pour les Allemands —notamment la différence des statuts entre requis et prisonniers— ainsi que le montre Christophe Woehrle, mais aussi et surtout aux enjeux mémoriaux qui y sont liés. Après-guerre en effet, selon la catégorie dans laquelle chacun se trouve affecté et selon l’intitulé, pour ne pas dire l’étiquette et ce qu’elle sous-entend, ces catégories induisent une place différente dans la morale nationale, et en ordonnent la hiérarchie (cf. infra 3/la mémoire). Signalons également la singularité et la diversité de destin des prisonniers de guerre juifs dans les cas abordés par le même Christophe Woerhle. 
– Autre dimension mise en valeur : l’importance de l’opinion et des comportements. Car la soumission importante qui caractérise les départs au STO, même si les mouvements d’opposition et de désobéissance ne sont pas à négliger, demeure une caractéristique propre du système de réquisition. Raphaël Spina a rappelé et a éclairci,notamment dans sa propre thèse les mécanismes d’acceptation des départs et ce concept de “refusance” consistant à partir contre son gré mais sans savoir (ou se donner) les moyens de ne pas le faire. Il faut en effet se souvenir dans cette perspective, de la faible fraction du réfractariat —de l’ordre de 30 000 à 50 000 réfractaires sur 250 000 résistants— qu’on retrouve au maquis bien que ces mêmes réfractaires aient constitué l’ossature des premiers maquis de 1942-1943.

2/ L’évolution de l’historiographiedes requis comme des prisonniers de guerre.
L’historiographie des travailleurs en Allemagne a été nourrie dans un premier temps par des travaux inédits, mais parcellaires, à partir des années 1970 (J. Evrard, La déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich en 1972 ;Jean-Pierre Harbulot, Le S. T. O. Dans la région de Nancy : une administration régionale face aux exigences allemandes en matière de main-d’œuvre,en 1997 pour la Lorraine), jusqu’au colloque de 2001 établissant une synthèse nationale, colloque organisé par le CRHQ.
Trois thèses pionnières cependant ont marqué notre connaissance du sujet : celle de HelgaBories-Sawala, soutenu en 1996,sur Brême et ses 5700 civils français et publiée en 2010 en langue française aux éditions Septentrion, suivie par deux autres travaux à la fois remarquables et complémentaires, illustrant deux chemins historiographiques différents :la thèse de Patrice Arnaud (Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne 1942-1945, soutenue en 2006 et publiée aux Éditions du CNRS en 2010), centrée sur l’Allemagne ; et celle de Raphaël Spina (soutenue en 2012 et publiée en 2017 chez Perrin sous le titre Histoire du STO), centrée sur la France. Mais si ces travaux sont aujourd’hui mieux connus du public, le moins que l’on puisse dire est que le sujet du travail forcé a été peu médiatisé. Raphaël Spina en a donné un exemple : le STO n’a été l’objet en tout et pour tout que de deux articles dans la revue L’Histoireen 40 ans. 
Alors que les enquêtes du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiales (1973-1982) ne disposaient que de sources parcellaires, elles  s’avèrent aujourd’hui bien plus riches comme l’a rappelé Alain Alexandra de la DAVCC (Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service Historique de la Défense). Exemple de leur ampleur, proportionnée au nombre d’individus touchés par le phénomène  que ces 3 000 dossiers individuels pour le seul département de l’Orne étudiés par Sébastien Beuchet.

–  Par ailleurs, l’historiographie des prisonniers a, selon Fabien Théofilakis, été marqué par ce qu’il appelle le« moment Durand », c’est-à-dire par les travaux d’Yves Durand sur les prisonniers, jusque dans les années 1990, puis par des nouveaux travaux dont la thèse du même F. Théofialkis (2010) marque le renouveau.
Ce renouvellement historiographique s’est opéré dans une perspective élargie, européenne, selon une évolution favorisée par différents facteurs : demande sociale différente liée notamment à la disparition des témoins, effets du rapprochement franco-allemand, décentrement du regard privilégiant la captivité plutôt que les captifs. Ainsi, on observe, parmi les problématiques émergentes, l’importance réévaluée de la sexualité des captifs et la notion de« sortie de guerre », autant de postures scientifiques ré-envisageant cette phase intérimaire entre entropie et retour à la norme. L’apparition des prisonniers comme nouveaux objets d’étude est également due à l’accès à de nouvelles archives, comme par exemple les enregistrements britanniques des prisonniers allemands et l’étude pionnière qu’en ont fait Sönkel Neizel et Harald  Welzer dans Soldats, combattre, tuer,mourir : Procès-verbaux de récits de soldats allemands (Gallimard,2011).

3/ La mémoire collective et individuelle

– La mémoire collective ou institutionnelle
Les exemples de mise en mémoire cités par Helga Bories-Sawala (les fresques murales dans le port de Brême, le Stalag XB de Sandbostel ou encore le mémorial du Bunker Valentin), invitent à réfléchir sur la dimension mémorielle (tardive en Allemagne), mais également à la mémoire du STO telle qu’elle se construit en France. Ce travail mémoriel est à la fois produit d’initiatives citoyennes et de résistances à sa constitution.En France, la polémique suscitée par l’amalgame lié à l’usage du terme« déportation » (raciale, de répression, du travail) en dit long sur la sensibilité mémorielle. Cette sensibilité est traduite en quatre mots-clés par Helga Bories-Sawala : mémoire partielle, tardive, controversée,inachevée. 
C’est ce qu’illustre également, tant du point de vue institutionnel que mémoriel, ce que Camille Fauroux  appelle« L’étiquette infamante de volontaire », à propos de cette catégorie qui ne trouve pas sa place dans le paramètre admissible de la mémoire nationale. L’approche socio-historique réalisée à propos de ces femmes ne manque pas de s’interroger sur le rôle de ces catégories. Les volontaires d’avant le 19 juin 1942 (soit le début de la Relève), ne le sont plus après, ou si les femmes prouvent qu’elles ont cherché à joindre leur mari, avant que la catégorie « volontaire »soit élargie en 1946.

-La mémoire individuelle ou le témoignage
Raphael Spina estime dans son ouvrage que le STO est “l’inconnu célèbre des années noires : la mémoire collective sait ce qu’il est, mais néglige de le commémorer ou de s’y intéresser pour lui-même”.
La richesse et la grande diversité des 120 témoignages étudiés par Françoise Passera s’avère fortement réduite si l’on s’en tient au seul nombre de ceux qui ont écrit à ceux qui n’ont pas écrit : 120 témoignages de requis sur 620 000 rentrants, de même pour les prisonniers : 469 récits pour 950000 prisonniers revenus en 1945. De ces textes publiés on entend la régularité des tons, le « je » individuel ou le « nous »militant ; on remarque la revendication victimaire et le rôle qu’y tient la Fédération, la lutte jamais aboutie pour la reconnaissance. 
En effet, la divergence de ton est flagrante dans la mémoire STO.  D’une part,  la mémoire« officielle » portée par la Fédération , centrée autour du combat pour le titre de « déporté du travail », tend à sur-représenter les phénomènes de déportation et de résistance ; et d’autre part, le témoignage individuel, moins revendicatif, plus intimiste, met en exergue une certaine culpabilité et l’idée de n’avoir été ni martyr ni héros . Il fallait sans doute le talent introspectif et l’objectivation de l’expérience de François Cavanna, incarnée dans ses Russkofs,pour faire de cette littérature un succès de librairie en même temps qu’une porte de sortie pour s’affranchir du passé. À l’évidence, ces témoignages sont un point d’observation indispensable pour faire « une histoire d’en bas », une histoire populaire de la France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Enfin, dans ce même registre mémoriel, il faut citer les réactions des enfants (les fils et les filles de…), réactions souvent encore vives et à travers lesquelles transparaît en eux le fort investissement dans une histoire familiale fragile.

4/ La dimension genrée :les travailleuses volontaires féminines demeuraient méconnues voire inconnues, jusqu’à la thèse de Camille Fauroux (Les travailleuses civiles de France : des femmes dans la production de guerre de l’Allemagne national-socialiste (1940-1945), soutenue en 2016.Leur parole ne l’était pas moins tant était grande la difficulté (l’impossibilité)de témoigner, affublée de l’adjectif infamant de « volontaires ». Face à cette impasse, on reconsidère l’importance des mots et on lui préfère celui« travailleuses civiles » restituant mieux la complexité des comportements. Dans son système complexe et évolutif des catégories d’exilés, l’État laisse cependant aux femmes volontaires la possibilité de se faire oublier dès lorsqu’elles ne sont pas visées par un autre chef d’inculpation (dénonciation,propagande, …). Car leur rôle et leur personne sont toujours dépréciés. On associe la femme volontaire à la prostituée jusque dans les rangs de ses frères d’exil. À travers la volontaire du travail, se construit cette sorte de Grand Autre lacanien associant compromission politique et sexualité débridée. En effet, cette sexualisation de la collaboration féminines’accorde avec la construction masculine d’une mémoire virile des exilés de tout poil (STO, prisonniers), s’arrangeant des souvenirs de Casanova pour mieux digérer leur honte. Qu’il s’agisse des prisonniers, des requis ou des volontaires, cet exil, forcé ou non, concrétise la défaite des hommes et du modèle viril déjà bien écorné par la Première Guerre mondiale et ses séquelles.

Pour conclure
D’autres recherches pourraient étudier les mots et les trajectoires afin de mieux connaître les traumatismes mémoriels liés à cette expérience forcée du travail en exil. Pourrait également être multiplier les travaux de micro-histoire pour mieux évaluer la place des requis dans la société durant et après la guerre. Enfin, il manque toujours un travail d’ensemble sur  les réfractaires. 
L’étude des requis du STO, des travailleurs volontaires, des prisonniers transformés et des exilés en général, nous montre que le phénomène est aussi à envisager comme une opportunité de brassage et de rapprochement entre des peuples qui ne se connaissaient pas. Leurs statuts et leurs destins mettent en lumière les rapports très différents qu’entretiennent les nations, après-guerre,notamment avec leurs « volontaires » qui ne subissent pas le même traitement mémoriel en Italie par exemple, lieu d’un fort héritage d’émigration volontaire, et en France où ils sont bannis de la mémoire nationale.
Rappelons enfin que les différents éléments rapidement évoqués ici, illustrent le paradoxe fondamental de l’Allemagne hitlérienne et de son projet de purification nationalo-ethnique : jamais autant d’éléments exogènes n’ont été présents en Allemagne à rebours de la doxaidéologique du Reich. 
Serait-ce une leçon pour la classe politique d’aujourd’hui ?
Finissons par une représentation positive de la réalité morose renvoyée par le sort de ces populations qui ont subi un exil forcé si long, une lueur d’espoir offerte par cette belle image puisée dans les archives par Helga Bories-Sawala : l’ardent baiser à sa fiancée envoyé au dos d’un billet de transport par un prisonnier pour déjouer la censure.

François Rouquet.
HisTeMé (ex crhq)


 [

Retour sur le colloque “Jeunes chercheurs” : les travaux d’Aliénor Cadot

Aliénor Cadot est doctorante de l’EHESS (CRH) à Paris sous la direction de Nancy Green. Elle nous propose le résumé de son intervention.
Sa thèse porte sur l’immigration nord-africaine en France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Résumé : 

            À la fin des années 1930, la population originaire des trois pays d’Afrique du Nord colonisés par la France(Algérie, Maroc, Tunisie) présente en France est estimée à environ 100 000 individus, principalement des hommes venus en métropole pour travailler et envoyer leur salaire dans leur village d’origine. Entre la fin des années 1920 et le début des années 1940, deux services voient le jour au sein de deux ministères différents afin d’administrer la présence de ces personnes en métropole :le service de la main-d’œuvre nord-africaine (MONA) du ministère du Travail, et le service des affaires indigènes nord-africaines (SAINA), sous tutelle du ministère de l’Intérieur. La MONA a pour mission de veiller au recrutement d’une main-d’œuvre « utile » à l’économie du pays (surtout en période de guerre et d’occupation) et à sa répartition sur le territoire. Le fonctionnement du service est articulé via des mandataires choisis pour recruter dans les pays d’origine des travailleurs bon marché (comme la SGI (société générale d’immigration), avait été créée à la fin des années 1920 pour recruter notamment en Italie et en Pologne), mais également, sous Vichy, via les comités d’organisation (CO), regroupant par branche des entreprises dans les domaines prioritaires de l’économie sous l’occupation. Le débarquement allié en Afrique du Nord et l’invasion de la zone sud en novembre 1942, en modifiant radicalement le territoire à administrer, changent brutalement la mission de la MONA, qui ne peut plus recruter en Afrique du Nord. À partir de l’instauration du STO, son rôle dans la gestion territoriale nationale de la main-d’œuvre se transforme de nouveau.

Carte d’identité de M. A. Mohammed, Algérien établie par les autorités d’occupation en 1942. Source : DAVCC, SHD, Caen

            Le SAINA, quant à lui, est à la fois en charge de l’émission de documents officiels, de l’’aide matérielle et de la surveillance morale et politique. Originairement et théoriquement dédié spécifiquement aux Algériens (de nationalité française), ses missions sont en réalité définies de manière très large pour toute la population « nord-africaine »,catégorie aux contours poreux. Affilié aux préfectures, ce service existe à Paris, Marseille, Lyon, Saint-Étienne et Bordeaux. Les variations de pratiques d’un service local à l’autre donnent à voir un fonctionnement administratif laissant la voie libre à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire au sein de services très petits et souvent soumis à la volonté d’un seul ou de deux individus (même si, malheureusement, peu d’archives subsistent).
            L’articulation des deux organismes évolue au fil des années de guerre. À partir de 1942, et plus encore après novembre, l’un des rôles principaux du SAINA est la récolte d’informations sur les travailleurs nord-africains ayant fui leur travail, alors que les bureaux de la MONA s’occupent de trouver du travail aux chômeurs. Par ailleurs, ils existe,depuis le début du conflit, les soupçons de collaborationnisme qui pèsent sur les militants nationalistes nord-africains s’accentuent,  la surveillance se fait alors plus étroite.

22 novembre : Publication

 

Bonjour,
Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie de l’ouvrage collectif “Les homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort. Histoire et mémoire d’une répression” dirigé par Arnaud Boulligny et préfacé par Serge Wolikow, président du conseil scientifique de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Il est disponible à partir du 22 novembre en librairie et dès à présent auprès des éditions Tirésias (bon de commande en pièce attachée).N’hésitez pas à diffuser l’information autour de vous.
Bien cordialement
Arnaud Boulligny Responsable de l’équipe FMD-Caen

Télécharger le bulletin d’inscription et le résumé de l’ouvrage

 

Le retour des déportées : singularités et nouvelles perspectives

Dans l’état actuel des recherches, on estime que 8900 femmes ont été déportées par mesure de répression. Parmi elles, une sur cinq ne revient pas de déportation. Un taux de mortalité deux fois moins important que pour les hommes.

Ainsi, avec les quelque 2000 juives qui ont survécu à l’extermination, les femmes revenant de déportation au printemps et à l’été 1945 sont moins de 10 000. Autant dire que l’intérêt de cette population ne se trouve pas dans son importance numérique.

Il s’agira ici de donner quelques pistes de réflexions et de poser certains jalons dans l’appréhension du retour spécifique des femmes de déportation notamment grâce à des sources inédites [1].

En quoi le retour des femmes déportées représente-t-il un phénomène singulier ? Que peuvent nous apporter ces nouvelles sources sur la déportation et sur ses conséquences médico-sociales ? Quelles nouvelles problématiques soulèvent-elles ?

 

Le retour des femmes : une population singulière, des enjeux spécifiques

Rappelons d’emblée que les femmes qui reviennent de déportation sont d’abord une infime minorité : moins de 1% de la population déplacée. On compte environ 5 femmes déportées pour 1000 personnes rapatriées.

Une minorité de femmes effacée par le nombre qui l’est de surcroît par le discours officiel qui insiste sur l’union des différentes catégories essentiellement masculines. Les femmes n’apparaissent dans cette propagande que par le biais des femmes de prisonniers de guerre, et comme celles qui doivent se préparer au retour tel que l’illustre cet extrait d’un projet de brochure pour la femme de l’absent :

« S’il vous parle beaucoup de ses camarades de captivité, ne soyez pas jalouse. Laissez-le faire. Ne le « sortez » pas trop, malgré votre fierté de l’avoir retrouvé. […] Surveillez vos enfants. Qu’ils reconnaissent son autorité paternelle et ne l’appellent pas « Monsieur ». Il vous faut rendre à votre époux sa place de chef de famille. Ne brusquez rien, mais allez toujours dans le même sens. C’est l’homme qui doit conduire la barque »[2].

De fait,  le retour des femmes déportées est donc un retour à l’envers, car il transgresse en réalité des codes bien établis du genre. C’est en effet depuis des traditions antiques les hommes qui reviennent du combat et les femmes qui attendent leur retour. La déportation – et le retour de déportation de résistantes notamment – bouscule ces lignes. Rien n’est fait véritablement pour préparer des femmes à revenir dans leur foyer, rien n’est fait véritablement non plus pour préparer les hommes au retour des femmes.

L’administration du rapatriement a d’autant plus de difficultés à cerner cette population et ses besoins que la majorité des femmes qui rentrent alors sont des travailleuses civiles.

En effet, environ 50 000 travailleuses parties volontairement reviennent d’Allemagne au même moment. Les déportées sont assez largement associées à cet autre contingent de femmes qui véhiculent un certain nombre de fantasmes et de représentations négatives qui sont plaquées aussi sur les politiques. Les services du rapatriement envisagent surtout qu’une majorité de ces travailleuses sont des prostituées, ou sont en tout cas susceptibles d’être atteintes de maladies vénériennes. Dans ces conditions, le retour des femmes d’Allemagne représente un enjeu sanitaire primordial et un dépistage quasi-systématique est prévu par les services sanitaires.

Même si plusieurs fois les responsables alertent sur le fait qu’il puisse se trouver « le pire et le meilleur », la plupart des directives insistent sur le caractère obligatoire de ce dépistage. Ainsi en mars 45, en pleine préparation du rapatriement imminent :

« Etant donnée que les risques de contamination ont pu être très grands pendant le séjour en Allemagne et que dans la confusion du retour on risque de ne pouvoir distinguer facilement entre volontaires et victimes de la déportation, il se pose un grave problème au sujet de l’examen gynécologique.

Doit-on le rendre obligatoire ? et doit-on le faire à la frontière ?

Etant donnée la gravité de la question, l’avis du corps médical est formel : l’examen doit être rendu obligatoire.» [3]

Les déportées politiques ne seront pas sans se plaindre de cette situation, et tenteront très souvent de faire elles-mêmes la distinction entre les travailleuses civiles et les groupes de déportées politiques.

En réalité, dans un premier bilan du service sanitaire du rapatriement établi le 27 juillet 1945, le professeur Bourgeois révèle que « les statistiques donnent des chiffres peu élevés : 1,8% de prélèvements positifs chez les femmes. »[4]

 

L’état sanitaire au retour des camps : le miroir des souffrances ?

Rappelons d’emblée que dans le discours qui construit la mémoire de la déportation dès le retour des camps, hommes et femmes sont unis dans une communauté de souffrances. Ce qui rend évidemment inconcevable à cette époque, toute étude sexuée de ces souffrances.

L’étude des fiches médicales de rapatriement remplies par les médecins du service sanitaire dans les différents centres comme ceux d’Annemasse ou du Lutetia permet de présenter un premier bilan sanitaire des femmes au retour des camps.

Il apparaît que les pathologies les plus fréquentes sont d’origine infectieuse, dans une proportion moindre que les hommes cependant, environ 45% contre 60%. On constate également de grandes similitudes pour de nombreuses catégories (cardiologie, dermatologie, entérologie par exemple).

Mais des différences importantes apparaissent. Les séquelles pneumologiques sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes. Surtout, les pathologies en stomatologie sont clairement plus nombreuses parmi les hommes (38,6%, contre 9.4% chez les femmes).

Les pathologies gynécologiques sont évidemment l’autre spécificité de ce tableau. On peut constater que le nombre de femmes souffrant de pathologies gynécologiques au retour est d’environ 29%. Il s’agit dans la très grande majorité des cas de femmes aménorrhées. Un pourcentage étonnamment faible, alors que les études et l’ensemble des témoignages montrent que la quasi-totalité des femmes déportées en étaient atteintes. Plusieurs facteurs viennent l’expliquer : l’âge d’une certaine partie des déportées rapatriées (15% ont plus de 60 ans), la pudeur voire la réticence avec laquelle une partie d’entre elles a pu répondre aux interrogations du médecin, le délai qui sépare la libération de l’examen, la lassitude enfin des médecins qui devant un diagnostic qui apparaît comme peu à peu systématique ne le notent plus.

Grâce aux fiches médicales, nous pouvons également évaluer l’état de santé « général » estimé ainsi que l’amaigrissement global. Les résultats sont assez semblables à ceux des hommes ; avec cependant un nombre de déportées dans un état grave proportionnellement moins important. L’amaigrissement montre aussi des tendances sensiblement équivalentes, même si il semble légèrement moins marqué chez les femmes.

Cependant, ce tableau d’ensemble cache en réalité de grandes disparités. Deux exemples illustrent ces différences, et la diversité des parcours notamment.

Le premier est celui des femmes libérées par la première opération de la Croix-Rouge internationale le 5 avril 1945 et qui permet à 300 femmes d’être libérées de Ravensbrück.

Les 299 Françaises sont prises en charge seulement 5 jours après avoir quitté le camp de Ravensbrück offrant l’avantage d’établir une véritable photographie de l’état sanitaire à la sortie du camp. Sur ces 299 femmes, 11 femmes sont hospitalisées dès leur arrivée en Suisse. Toutes les autres sont accueillies au centre de rapatriement d’Annemasse le 11 avril. On peut établir, d’après l’étude de leur fiche médicale, que par rapport à l’ensemble des femmes déportées une part plus importante (plus du ¼) présente un mauvais état général. (23 femmes d’ailleurs seront hospitalisées à Annemasse) ; sans compter les femmes déjà dirigées vers un hôpital avant cette visite. On peut toutefois s’interroger sur la part importante (18%) de femmes dont l’état général est jugé « bon » seulement 5 jours après avoir quitté le camp de concentration.

Si du point du vue des pathologies on constate dans l’ensemble les mêmes tendances, il est fait mention sur ces fiches de remarques qui demeurent extrêmement rares sur d’autres : les traces de coups par exemple, ou la présence de poux.

L’exemple des femmes libérées par la Croix-Rouge suédoise vient aussi illustrer ces différences de parcours. Entre le 23 et le 26 avril, 800 déportées de France libérées et évacuées par la Croix-Rouge suédoise sont ensuite prises en charge, et soignées. Une assez grande partie des archives du service médical de la mission envoyée en Suède, notamment sur les femmes qui ont du être hospitalisées, nous sont parvenues. Grâce à cette documentation, on peut établir qu’au moins 207 femmes déportées ont été hospitalisées en Suède. Elle atteste d’une prise en charge exemplaire, tant médicale que psychologique, qui contraste souvent avec ce qui est fait en France et qui explique sans aucun doute que seulement 4% des femmes revenant de Suède présentent un état général jugé mauvais (comparé au 27% des libérées du 5 avril).

 

En définitive, ce bref tableau permet d’affirmer plusieurs choses. Une approche par le genre des suites médico-sociales est indispensable à l’appréhension précise et entière de ce phénomène, et plus généralement dans l’étude des populations en situation de crise. Il apporte des éléments de réponse pour expliquer la mortalité deux fois inférieure des femmes en déportation. Il permet enfin de démontrer l’infinie diversité des vécus et des parcours qui influencent manifestement les chances de survie, soulignant de façon évidente le caractère incroyablement multiple de cette déportation.

Mais ces résultats soulèvent plusieurs questions comme l’impact de la prise en charge de ces premières semaines dans les conséquences à long terme des pathologies concentrationnaires, ou le manque de considération et de préparation du retour de femmes déportées politiques dans leur foyer qui a pu, là aussi, avoir son importance dans le processus de résilience et de reconstruction de ces victimes dans leur milieu social et familial.

[1] Nous nous appuyons notamment sur l’analyse des fiches médicales du rapatriement remplies par les médecins et conservées aux Archives des victimes des conflits contemporains du Service Historique de la Défense.

[2] Projet de brochure pour la femme de l’absent, AN F9 3169

[3] Docteur Bourgeois, rapport du service médical du rapatriement, mars 1945. AN, F9 3232. Souligné dans le texte.

[4] Premier bilan du service sanitaire du rapatriement, 27 juillet 1945. AN, F9 3228.

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème “Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy”.

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet “L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui” et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

 

Mon projet de recherche actuel entend réexaminer les politiques judiciaires allemandes à l’encontre des Français pendant la Seconde Guerre mondiale sur la base de fonds d’archives récemment exhumés au SHD à Caen et à Vincennes, ainsi qu’aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Le point de départ de cette réflexion renouvelée sur la complexité des outils et aiguillages répressifs de l’appareil militaire allemand mise au jour dans le cadre de ma thèse (Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010) a initialement été l’exhumation, au PAVCC (Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains, antenne du SHD) à Caen, de plusieurs milliers de dossiers judiciaires établis par les tribunaux militaires allemands à l’encontre de Français pendant la guerre, des dossiers que l’on pensait jusqu’ici détruits à la suite des attaques aériennes des Alliés sur le Heeresarchiv de Potsdam, où les documents étaient déposés après clôture des procédures. Depuis, des fonds de même nature ont été repérés aux Archives nationales, mais aussi et surtout au SHD à Vincennes.

Grâce à une collaboration de recherche entre le CRHQ et l’IHA de Paris (Institut Historique Allemand de Paris), plusieurs bases de données ont pu être élaborées permettant de procéder à une interrogation et à une exploitation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands conservés en France, des fonds qui, faute d’inventorisation et donc de visibilité, étaient jusqu’ici restés largement inexploités. Ces bases de données qui comprennent aujourd’hui plus de 22 000 entrées individuelles intègrent des renseignements liés au traitement des archives à caractère individuel – cote au dossier et état-civil complet – mais également des données sociologiques et juridiques (qualification des actes poursuivis, nature des sanctions, noms des juges et procureurs, parcours carcéral, etc.).

L’exploitation de ces bases de données s’inscrit aujourd’hui dans un projet de recherche à la fois personnel et collectif.

À titre personnel, mon projet de recherche vise à réexaminer, sur la base de ces fonds d’archives inédits, les pratiques de l’appareil judiciaire allemand en France occupée que ma thèse avait seulement permis d’éclairer de façon partielle et embryonnaire sur la base d’archives alors très lacunaires. A travers l’exemple de la répression judiciaire allemande et plus précisément de l’étude des dossiers judiciaires nominatifs, l’objectif est de rendre compte de façon renouvelée du fonctionnement des politiques de répression allemandes par le « bas », à l’échelle des pratiques institutionnelles, des acteurs ordinaires et de leur impact sur les individus ; mais aussi d’examiner plus précisément comment les poursuites judiciaires françaises et allemandes s’entrecroisent en France pendant l’Occupation. En creux, l’exploitation de ces sources judiciaires allemandes permettra également de d’alimenter les questionnements historiographiques concernant certaines réalités sociales de la guerre et de l’Occupation ayant laissé peu de traces dans les archives du fait de leur nature clandestine. Elle permettra notamment d’interroger le concept de « réactivité sociale » (J. Semelin) qui, sans occulter la spécificité de la Résistance, rassemble en un seul terme les comportements marqués par le refus (adaptation contrainte, non consentement, désobéissance, opposition, etc.) en posant la question des passerelles entre ces divers types de comportements caractérisés par leur fluidité.

Ce projet de recherche a ensuite vocation à déboucher à moyen terme, dans le cadre d’une coopération scientifique impliquant des chercheurs allemands de l’université Humboldt de Berlin, sur une étude transnationale des pratiques des tribunaux militaires allemands en France et sur le territoire du Reich du Reich à l’encontre des Français qui s’y trouvaient pendant la guerre, que ce soit comme travailleurs civils ou comme prisonniers de guerre, à Berlin notamment.

Enfin, même si toute diffusion par voie électronique de ces bases de données est à ce jour inenvisageable au regard de la réglementation en vigueur quant à la mise en ligne de données personnelles sensibles, il est quand même prévu de mettre les instruments de recherche simplifiés réalisés dans le cadre de ce projet à disposition des institutions de conservation et de recherche françaises et allemandes intéressées par ces fonds d’archives (PAVCC à Caen, SHD à Vincennes, AN à Pierrefitte-sur-Seine, mais aussi Bundes-Militärarchiv à Freiburg, etc.), de sorte qu’ils puissent y être consultables sur place, ce qui pourrait permettre à terme de procéder à une interrogation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands de la Seconde Guerre mondiale impliquant des Français, qu’ils soient conservés en France ou en Allemagne. Les instruments de recherche portant sur les fonds du BAVCC sont d’ores et déjà mis à la disposition des lecteurs sur place à Caen.

 

 

 

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire “Traces de guerre”, Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ “Europe de l’entre-deux”, coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

“Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3