Archives par mot-clé : 1939-1945

24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

Organisée en collaboration avec le Mémorial de Caen, cette journée d’études se déroule  en deux temps : la matinée sera consacrée au thème « Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy ».

L’après-midi prendra la forme d’une table ronde ayant pour sujet « L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui » et abordera les enjeux pédagogiques de cette question.

Continuer la lecture de 24 mars : L’antisémitisme d’hier à aujourd’hui

 

 

Mon projet de recherche actuel entend réexaminer les politiques judiciaires allemandes à l’encontre des Français pendant la Seconde Guerre mondiale sur la base de fonds d’archives récemment exhumés au SHD à Caen et à Vincennes, ainsi qu’aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Le point de départ de cette réflexion renouvelée sur la complexité des outils et aiguillages répressifs de l’appareil militaire allemand mise au jour dans le cadre de ma thèse (Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010) a initialement été l’exhumation, au PAVCC (Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains, antenne du SHD) à Caen, de plusieurs milliers de dossiers judiciaires établis par les tribunaux militaires allemands à l’encontre de Français pendant la guerre, des dossiers que l’on pensait jusqu’ici détruits à la suite des attaques aériennes des Alliés sur le Heeresarchiv de Potsdam, où les documents étaient déposés après clôture des procédures. Depuis, des fonds de même nature ont été repérés aux Archives nationales, mais aussi et surtout au SHD à Vincennes.

Grâce à une collaboration de recherche entre le CRHQ et l’IHA de Paris (Institut Historique Allemand de Paris), plusieurs bases de données ont pu être élaborées permettant de procéder à une interrogation et à une exploitation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands conservés en France, des fonds qui, faute d’inventorisation et donc de visibilité, étaient jusqu’ici restés largement inexploités. Ces bases de données qui comprennent aujourd’hui plus de 22 000 entrées individuelles intègrent des renseignements liés au traitement des archives à caractère individuel – cote au dossier et état-civil complet – mais également des données sociologiques et juridiques (qualification des actes poursuivis, nature des sanctions, noms des juges et procureurs, parcours carcéral, etc.).

L’exploitation de ces bases de données s’inscrit aujourd’hui dans un projet de recherche à la fois personnel et collectif.

À titre personnel, mon projet de recherche vise à réexaminer, sur la base de ces fonds d’archives inédits, les pratiques de l’appareil judiciaire allemand en France occupée que ma thèse avait seulement permis d’éclairer de façon partielle et embryonnaire sur la base d’archives alors très lacunaires. A travers l’exemple de la répression judiciaire allemande et plus précisément de l’étude des dossiers judiciaires nominatifs, l’objectif est de rendre compte de façon renouvelée du fonctionnement des politiques de répression allemandes par le « bas », à l’échelle des pratiques institutionnelles, des acteurs ordinaires et de leur impact sur les individus ; mais aussi d’examiner plus précisément comment les poursuites judiciaires françaises et allemandes s’entrecroisent en France pendant l’Occupation. En creux, l’exploitation de ces sources judiciaires allemandes permettra également de d’alimenter les questionnements historiographiques concernant certaines réalités sociales de la guerre et de l’Occupation ayant laissé peu de traces dans les archives du fait de leur nature clandestine. Elle permettra notamment d’interroger le concept de « réactivité sociale » (J. Semelin) qui, sans occulter la spécificité de la Résistance, rassemble en un seul terme les comportements marqués par le refus (adaptation contrainte, non consentement, désobéissance, opposition, etc.) en posant la question des passerelles entre ces divers types de comportements caractérisés par leur fluidité.

Ce projet de recherche a ensuite vocation à déboucher à moyen terme, dans le cadre d’une coopération scientifique impliquant des chercheurs allemands de l’université Humboldt de Berlin, sur une étude transnationale des pratiques des tribunaux militaires allemands en France et sur le territoire du Reich du Reich à l’encontre des Français qui s’y trouvaient pendant la guerre, que ce soit comme travailleurs civils ou comme prisonniers de guerre, à Berlin notamment.

Enfin, même si toute diffusion par voie électronique de ces bases de données est à ce jour inenvisageable au regard de la réglementation en vigueur quant à la mise en ligne de données personnelles sensibles, il est quand même prévu de mettre les instruments de recherche simplifiés réalisés dans le cadre de ce projet à disposition des institutions de conservation et de recherche françaises et allemandes intéressées par ces fonds d’archives (PAVCC à Caen, SHD à Vincennes, AN à Pierrefitte-sur-Seine, mais aussi Bundes-Militärarchiv à Freiburg, etc.), de sorte qu’ils puissent y être consultables sur place, ce qui pourrait permettre à terme de procéder à une interrogation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands de la Seconde Guerre mondiale impliquant des Français, qu’ils soient conservés en France ou en Allemagne. Les instruments de recherche portant sur les fonds du BAVCC sont d’ores et déjà mis à la disposition des lecteurs sur place à Caen.

 

 

 

22 février : Peuples de l’Est sur les routes de l’exil, 1939-1949

Merci au Mémorial de Caen pour son accueil et à Juliette Denis pour cette conférence particulièrement stimulante et enrichissante. Compte-rendu à suivre ….

Juliette Denis et les étudiants en master du séminaire Traces de guerre

 

Le CRHQ accueille dans son séminaire « Traces de guerre », Juliette Denis,  professeure agrégée d’histoire-géographie, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et est-européen. Elle nous présente son intervention.

Étudier le conflit mondial au prisme des mouvements de population  constitue une approche novatrice de l’histoire de la guerre. De la veille du conflit à l’interminable sortie de guerre, le continent européen semble jeté sur les routes. Cette situation est encore plus flagrante dans une zone de l’ « Europe de l’entre-deux », coincée entre les assauts impérialistes allemands et soviétiques, allant de la Mer Baltique à la Mer noire. Cette région, qui comprend les pays baltiques, la Pologne orientale et la Moldavie, présente la spécificité d’avoir trois fois changé de souveraineté en à peine cinq ans : les pays indépendants ont été annexés en totalité ou en partie à l’URSS à la suite du pacte Ribbentrop-Molotov en 1939-1940, puis occupés par les Nazis entre 1941 et 1944, puis reconquis par l’Armée rouge à la fin de la guerre. Ces bouleversements, combinés avec les formes d’extrême violence prises par conflit à l’Est, engendrent des déplacements massifs qui ne se stabilisent qu’à la fin des années 1940.

Mon intervention, fondée sur mes recherches doctorales consacrées à la Lettonie et élargies aux autres pays de la zone, propose donc de revenir sur la nature et les effets de ces mouvements de population, qui semblent caractériser cette frange de l’espace européen à la destinée singulière au XXe siècle.

Mémoire de thèse : « La fabrique de la Lettonie soviétique, 1939-1949. Une soviétisation de temps de guerre », sous la direction d’Annette Becker et de Nicolas Werth.
Thèse soutenue à l’Université Paris X-Nanterre, le 27 janvier 2015.

Principales publications.

« Exodes et évacuations », in Guillaume Picketty (dir.), Encyclopédie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Bouquins, 2015, p. 429-435.

« Complices de Hitler ou victimes de Staline? Les déplacés baltes en Allemagne, de la sortie de guerre à la guerre froide”, Le Mouvement social, 2013/3, n°244, p.81-98

« Les images de l’enfance », in Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon, Déportés en URSS, Paris, Autrement, 2012, p.109-131

Co-direction d’ouvrages et de numéros de revue.

avec Corine Defrance et Julia Maspero (dir.) : Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015

avec Masha Cerovic, Beate Fiesler et Nathalie Moine (dir.) : Numéro spécial des Cahiers du Monde Russe : « Sortie de guerre. L’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », avril-septembre 2008, 49 2/3