Archives par mot-clé : 1940-1945

16 octobre : Les villes à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale

Première séance du séminaire Villes 

Déconstructions et reconstructions des villes à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale. Autour de l’exemple de Caen et d’autres villes.

Intervenants : Mickäel Babiaud (Cadomus 3D), Aurélie Bourbonnais (Ville de Caen),  Romain Stepkow (géographe)

Mardi 16 octobre, 14h00, amphithéâtre de la MRSH

21 février 2018 : Les Français.es devant l’épuration

À l’occasion de la parution de  « Les Françaises, les Français et l’épuration » chez Gallimard, collection Folio, François Rouquet et Fabrice Virgili présentent leur travail de recherche au séminaire « Traces de guerre » qui se déroulera au Mémorial de Caen, de 14 à 17h.

Francois Rouquet est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Caen-Normandie et directeur du laboratoire HisTéMé où il anime l’équipe Seconde Guerre mondiale. Il est également membre du conseil scientifique du Mémorial de Caen et du comité de rédaction de la revue Genre & Histoire. Ses travaux portent sur le genre, les guerres mondiales et le cinéma.

 Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS, travaille au sein de l’UMR Sorbonne-Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe. Il est spécialiste du genre et des guerres mondiales. Membre de l’association  Mnémosyne  et du comité de rédaction de la revue Clio, Femmes, Genre &Histoire, il anime également l’équipe Genre & Europe du Laboratoire d’excellence Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE).

Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les
Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillé
de leur présence. Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’épuration ; c’est-à-dire à l’étude d’un sujet trop souvent considéré à la seule aune de sa dimension politique et institutionnelle. L’ouvrage s’attache à la dimension populaire de l’épuration, non comme un épiphénomène, le catalyseur des « excès de la foule » qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire comme un mouvement antérieur au pouvoir politique s’installant à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, entend menacer les traîtres et l’heure venue, les tuer ; l’autre, à Londres, puis
dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et prépare des ordonnances. Ces dynamiques sont disjointes mais se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations. Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes. C’est donc dans un cadre géographique élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire. Tout comme s’élargit le cadre social, de l’intimité du domicile et de la famille au
bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.