Archives par mot-clé : Cinéma

4 juin : Cinéma : Lacombe Lucien de Louis Malle

Ce film de Louis Malle, co-scénarisé avec Patrick Modiano, réalisé en 1974, raconte l’histoire d’un jeune paysan qui bascule, sur un coup de tête, dans la Collaboration.
À sa sortie, le film déclenche une vive controverse par les représentations dérangeantes, dans la lignée de celles du Chagrin et la Pitié de Max Ophüls. Elles mettaient à mal l’idée d’une France résistante telle que le général de Gaulle la voyait.

Le film illustre ainsi un courant historiographique initié par Robert Paxton l’année précédente dans La France de Vichy. L’historien révisait le rôle du gouvernement de Vichy lors de l’Occupation et notamment ses initiatives quant à la répression contre les communistes et la déportation des Juifs.

Un article intéressant, issue de sa thèse, a été publié dans la Bibliothèque de l’École des Chartes en 2009 par Aurélie Feste-Guidon sur la genèse du scénario. Voir ici.

À l’issue de la projection, un débat sera animé par Jean Quellien, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Caen.
La projection aura lieu le 4 juin au cinéma “Le Foyer de Douvres”, à Douvres-la-Délivrande à 20h15.

26-29 MAI : 75e anniversaire à L’UniversitÉ

À l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement, l’Université organise plusieurs soirées cinématographiques, dont le 26 mai, la projection du “Jour le plus long”.
Vous l’avez sans doute vu dix fois à la télévision… Moins souvent au cinéma et jamais avec les commentaires critiques de l’historien Jean Quellien !! Venez nombreux

Retrouvez toutes les informations ici

Censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955)

Dès le début du XXe siècle, le cinéma devient un des médias privilégiés pour diffuser l’information et mettre en scène la fiction. Comme d’autres régimes autoritaires, l’Espagne franquiste (1939-1975) prend conscience de la nécessité de contrôler ce mode de communication. Elle se dote d’un organe de censure efficace afin de prévenir les effets potentiellement néfastes de certaines images, susceptibles de menacer l’imaginaire idéologique du régime. Au-delà de leurs interventions sur le processus même de création (modifications ou coupes de certaines scènes), les censeurs franquistes s’assurent que les spectateurs ont correctement interprété les œuvres qu’ils ont censurées. Tous les mois, les délégués provinciaux – l’équivalent de nos préfets français – leurs fournissent des rapports détaillant l’accueil des films par le public de leur province. A travers l’étude de ces sources originales, mon projet de doctorat ambitionne de renouveler l’approche traditionnelle de la censure franquiste. Il vise à intégrer dans une même analyse deux sphères abordées généralement de façon séparée : celle de la réception cinématographique et celle de la censure, en montrant les liens circulaires qui unissent ces deux notions. Autrement dit, cette étude aborde le processus censorial à travers la mission principale qui incombe aux censeurs : évaluer les effets qu’un film peut produire lorsqu’il touche le public. Il s’agira donc d’étudier la place que les censeurs accordent au public lors de leurs sessions de travail et la façon dont le corps censorial construit son imaginaire réceptif à travers les rapports que leur transmettent les délégués provinciaux.

Doctorante allocataire d’Etat (Université de Caen-Normandie et Universidad de Salamanca)

UFR Humanités et Sciences Sociales, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative (C.R.H.Q.)

“Produire et voir du cinéma en régime autoritaire : censure et spectateurs en Espagne franquiste (1945-1955)” sous la direction de François Rouquet & Fernando González García.