Archives par mot-clé : Justice

Retour sur le colloque “Jeunes chercheurs” : les travaux de Gwendoline Cicottini

Aujourd’hui, Gwendoline Cicottini nous présente le sujet de sa thèse   Relations interdites, enfants oubliés ? Les relations entre femmes allemandes et prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale
Elle travaille sous la direction d’Isabelle Renaudet (Aix-Marseille Université) et de Johannes Großmann (Tübingen Universität)

 

La Seconde Guerre mondiale a entraîné d’énormes déplacements de population menant des femmes et des hommes à se côtoyer dans un contexte exceptionnel. Parmi eux, les prisonniers de guerre français se retrouvent au sein du Reich dans lequel restent principalement des femmes allemandes. Imposées par le travail, et la vie quotidienne les rencontres sont inévitables et des contacts se nouent, contacts interdits, mais pas moindres pour autant. Dans la pratique ces actes sont banals : échange de denrées alimentaires, discussions,partage d’intimité, mais interprétés comme un danger politique, un affront aux idées raciales du Reich, ou portant atteinte aux mœurs allemandes. Cette étude tente d’analyser la place que tiennent les relations humaines pendant la Seconde Guerre mondiale, d’aborder la guerre sous un angle social, intime. Les femmes allemandes travaillent et côtoient des millions d’étrangers tout au long de cette guerre[1]. Les prisonniers de guerre français, et prisonniers transformés à partir de 1943,disposent, par rapport aux prisonniers d’autres nationalités, d’une liberté de mouvement relative et grâce aux colis envoyés depuis la France, de denrées d’échanges,tels que le chocolat qui séduira ces dames. Néanmoins tout contact avec la population locale est strictement interdit, fixé par le décret relatif aux relations avec les prisonniers de guerre dès novembre 1939[2].


Hakenkreuzbanner, NS-Tageszeitung für Mannheim u. Nordbaden,  édition du 22 octobre 1942, p 295, disponible en ligne sur www.digital.blb-karlsruhe.de, consulté le 06/12/2018

 

De nombreuses femmes ont ainsi été condamnées par les tribunaux allemands laissant une masse importante de sources. L’analyse d’environ 2000 dossiers révèle que 50% des « contacts » impliquent au moins un rapport sexuel[3].Ces dossiers judiciaires permettent à la fois de donner des informations sur la justice allemande et les procédures pénales, mais aussi sur le quotidien et l’intimité entre les femmes et les prisonniers pendant la guerre grâce aux dépositions très détaillées. Ainsi on en apprend plus sur les circonstances des premières rencontres, puis sur les lieux de retrouvailles qui vont des toilettes de l’entreprise aux lits conjugaux en passant par les parcs ou forêts. Force est de constater que les femmes allemandes, au-delà d’être condamnées pour un délit, sont avant tout jugées pour leur sexualité hors-norme se soustrayant ainsi à la Volksgemeinschaft. Pourtant malgré l’interdiction et la répression ces relations ne cessent d’augmenter. Il semblerait presque que le contexte soit propice à ces rencontres. En effet, les français bénéficient d’un contrôle beaucoup moins stricts que les prisonniers d’autres nationalités, s’expliquant en partie par un contexte politique mouvant en France, mais aussi par une politique raciale au sein du Reich aux zones grises envers les Français. Néanmoins les autorités n’encouragent en aucun cas ces relations et les directives restent claires : Le prisonnier de guerre français reste l’ennemi du peuple allemand. Il est difficile de reconstruire une histoire de l’intime, des sentiments, mais ces sources sont néanmoins révélateurs de comportements : Des femmes allemandes ont ouvert leur porte à des prisonniers de guerre français en ayant conscience des risques encourus. Ces sources sont une entrée dans l’histoire massive qu’est celle de la justice sous le IIIe Reich et ouvrent des pistes de réflexion plus qu’actuelles sur le traitement des femmes par l’appareil judiciaire, sur la sexualité, la sexualité comme pouvoir, mais aussi sur la notion de consentement dans les années 1940.


[1] 7,6 millions d’étrangers sur le territoire du Reich dans Herbert Ulrich, Fremdarbeiter : Politik und Praxis des « Ausländer-einsatzes »  in der Kriegswirtschaft des Dritten Reiches, Berlin, J.HW. Dietz Nachf., 1985, p. 11.
[2] Verordnung zur Ergänzung der Strafvorschriften zum Schutz der Wehrkraft des Deutschen Volkes vom 25. November 1939 (RGBI). I, p.2319.
[3] Etude de 1785 dossiers concernant des français dont 908 dossiers impliquent au moins un rapport sexuel

 

 

 

 

 

 

1er décembre : Salon du livre judiciaire

Au Ministère de la Justice, place Vendôme, salon des Oiseaux

Entrée gratuite, mais inscription obligatoire à l’adresse : salondulivre-judiciaire@justice.gouv.fr

9 h 45 – Ouverture du 4e salon du livre judiciaire

10 h – 10 h 40. Juger et punir : aux origines de la procédure pénale
Animation : Antoine Meissonnier, conservateur du patrimoine, Ministère de la Justice Olivier Descamps (dir.,
Les sources du droit à l’aune de la pratique judiciaire, Paris, Editions Panthéon-Assas, 2018), Maud Ternon (Juger les fous au Moyen Age. Dans les tribunaux royaux en France XVIe-XVe siècles, Paris, PUF, 2018), Arnaud-Vivien Fossier (Le bureau des âmes. Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique. XIIIe-XIVe siècle, Rome, Ecole française de Rome, 2018) et Claude Gauvard (Condamner à mort au Moyen Age. Pratiques de la peine capitale en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, PUF, 2018).

10 h 40 – 11 h 10 – dédicaces et échanges avec les auteurs

11 h 10 – 11 h 50 – Démocratie et justice, de la montée du nazisme à la Libération Animation : Jean-Baptiste Jacquin, Le Monde
François Gibault (Un journal. 1933-1940, Paris, Gallimard, 2018), Olivier Jouanjan (Justifier l’injustifiable. L’ordre du discours juridique nazi, Paris, PUF, 2017), Jean-Paul Jean (dir., Juger sous Vichy, juger Vichy, revue Histoire de la Justice, 2018), François Rouquet (pour F. Rouquet, F. Virgili, Les Françaises, les Français et l’Épuration. De 1940 à nos jours, Paris, Gallimard, 2018).

11 h 50 – 12 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

14 h – 14 h 40 – Acteurs et lieux de justice
Animation : Sylvie Humbert, SG de l’AFHJ, Professeur à l’université catholique de Lille
Denis Salas (La foule innocente, Paris, Desclée de Brouwer, 2018), Laurence Neuer (L’audience est levée, Paris, Gazette du Palais, 2018), Jean-Pierre Rosenczveig (Rendre justice aux enfants. Un juge témoigne, Paris, Seuil, 2018), Etienne Madranges (Empreintes d’histoire, Paris, Lexisnexis, 2018).

14 h 40 – 15 h 15 – dédicaces et échanges avec les auteurs

15 h 15 – 15 h 45 – La justice au temps des Lumières
Animation : Hervé Leuwers, SG adjoint de l’AFHJ, Professeur à l’université de Lille Jeanne-Marie Jandeaux (Le roi et le déshonneur des familles. Les lettres de cachet pour affaires de famille en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Paris, Ecole nationale des Chartes, 2017), Géraldine Cazals (L’arrestographie flamande. Jurisprudence et littérature juridique à la fin de l’Ancien Régime. 1668- 1789, Genève, Droz, 2018), Michel Porret (pour Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir).

15 h 45 – 16 h 20 – dédicaces et échanges avec les auteurs

16 h 20 – 17 h – Le grand entretien : Henri Leclerc (La parole et l’action. Mémoires d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017)
Animation : Jean Danet, Conseil supérieur de la magistrature organisée par le Ministère de la Justice, l’AFHJ, le CSN (avec le soutien de La Documentation française, Historia, le JSS)

 

 

Mon projet de recherche actuel entend réexaminer les politiques judiciaires allemandes à l’encontre des Français pendant la Seconde Guerre mondiale sur la base de fonds d’archives récemment exhumés au SHD à Caen et à Vincennes, ainsi qu’aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine.

Le point de départ de cette réflexion renouvelée sur la complexité des outils et aiguillages répressifs de l’appareil militaire allemand mise au jour dans le cadre de ma thèse (Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010) a initialement été l’exhumation, au PAVCC (Pôle des Archives des Victimes des Conflits Contemporains, antenne du SHD) à Caen, de plusieurs milliers de dossiers judiciaires établis par les tribunaux militaires allemands à l’encontre de Français pendant la guerre, des dossiers que l’on pensait jusqu’ici détruits à la suite des attaques aériennes des Alliés sur le Heeresarchiv de Potsdam, où les documents étaient déposés après clôture des procédures. Depuis, des fonds de même nature ont été repérés aux Archives nationales, mais aussi et surtout au SHD à Vincennes.

Grâce à une collaboration de recherche entre le CRHQ et l’IHA de Paris (Institut Historique Allemand de Paris), plusieurs bases de données ont pu être élaborées permettant de procéder à une interrogation et à une exploitation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands conservés en France, des fonds qui, faute d’inventorisation et donc de visibilité, étaient jusqu’ici restés largement inexploités. Ces bases de données qui comprennent aujourd’hui plus de 22 000 entrées individuelles intègrent des renseignements liés au traitement des archives à caractère individuel – cote au dossier et état-civil complet – mais également des données sociologiques et juridiques (qualification des actes poursuivis, nature des sanctions, noms des juges et procureurs, parcours carcéral, etc.).

L’exploitation de ces bases de données s’inscrit aujourd’hui dans un projet de recherche à la fois personnel et collectif.

À titre personnel, mon projet de recherche vise à réexaminer, sur la base de ces fonds d’archives inédits, les pratiques de l’appareil judiciaire allemand en France occupée que ma thèse avait seulement permis d’éclairer de façon partielle et embryonnaire sur la base d’archives alors très lacunaires. A travers l’exemple de la répression judiciaire allemande et plus précisément de l’étude des dossiers judiciaires nominatifs, l’objectif est de rendre compte de façon renouvelée du fonctionnement des politiques de répression allemandes par le « bas », à l’échelle des pratiques institutionnelles, des acteurs ordinaires et de leur impact sur les individus ; mais aussi d’examiner plus précisément comment les poursuites judiciaires françaises et allemandes s’entrecroisent en France pendant l’Occupation. En creux, l’exploitation de ces sources judiciaires allemandes permettra également de d’alimenter les questionnements historiographiques concernant certaines réalités sociales de la guerre et de l’Occupation ayant laissé peu de traces dans les archives du fait de leur nature clandestine. Elle permettra notamment d’interroger le concept de « réactivité sociale » (J. Semelin) qui, sans occulter la spécificité de la Résistance, rassemble en un seul terme les comportements marqués par le refus (adaptation contrainte, non consentement, désobéissance, opposition, etc.) en posant la question des passerelles entre ces divers types de comportements caractérisés par leur fluidité.

Ce projet de recherche a ensuite vocation à déboucher à moyen terme, dans le cadre d’une coopération scientifique impliquant des chercheurs allemands de l’université Humboldt de Berlin, sur une étude transnationale des pratiques des tribunaux militaires allemands en France et sur le territoire du Reich du Reich à l’encontre des Français qui s’y trouvaient pendant la guerre, que ce soit comme travailleurs civils ou comme prisonniers de guerre, à Berlin notamment.

Enfin, même si toute diffusion par voie électronique de ces bases de données est à ce jour inenvisageable au regard de la réglementation en vigueur quant à la mise en ligne de données personnelles sensibles, il est quand même prévu de mettre les instruments de recherche simplifiés réalisés dans le cadre de ce projet à disposition des institutions de conservation et de recherche françaises et allemandes intéressées par ces fonds d’archives (PAVCC à Caen, SHD à Vincennes, AN à Pierrefitte-sur-Seine, mais aussi Bundes-Militärarchiv à Freiburg, etc.), de sorte qu’ils puissent y être consultables sur place, ce qui pourrait permettre à terme de procéder à une interrogation croisée de l’ensemble des fonds judiciaires allemands de la Seconde Guerre mondiale impliquant des Français, qu’ils soient conservés en France ou en Allemagne. Les instruments de recherche portant sur les fonds du BAVCC sont d’ores et déjà mis à la disposition des lecteurs sur place à Caen.