Archives par mot-clé : Mur de l’Atlantique

18-06/8-07.2018, appel à communication : L’archéologie des conflits contemporains

APPEL À COMMUNICATION

 L’archéologie des conflits contemporains :
méthodes, apports,  enjeux

Colloque international
Session des 27-29 mars 2019 à Caen (14) – Mémorial de Caen
organisée par DRAC Normandie, Inrap, HisTeMé et MRSH (Université de Caen)

Depuis plus d’une décennie, l’archéologie contemporaine s’est appropriée ce nouvel objet d’étude que sont les conflits de l’ère contemporaine. Ce champ de recherche encore jeune, dont la pertinence est de moins en moins disputée à mesure que se succèdent les découvertes, a vu l’émergence de questions spécifiques auxquelles les archéologues n’avaient que peu ou pas été confrontés jusqu’alors.
Dix ans après le colloque du Mémorial de Caen, à l’occasion duquel avait été  posées les premières pierres d’un dialogue interdisciplinaire réunissant notamment archéologues et historiens, il apparaît aujourd’hui nécessaire de porter plus avant nos questionnements en vue de mieux cerner la nature et les limites des apports de l’archéologie à l’étude des conflits contemporains, en particulier des guerres de masse de l’ère industrielle qui, à deux reprises au cours du XXe siècle, ont affecté le territoire national comme l’international, et aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Cette contribution est néanmoins réelle, ainsi qu’en témoignent les recherches déjà menées, achevées ou en cours dans ce domaine. C’est à la lumière de ces expériences acquises et des développements méthodologiques qu’elles suscitent, qu’il est proposé de mettre l’accent sur les approches les plus fructueuses et novatrices en termes d’apports à la connaissance des conflits.

Un colloque tenu en deux temps et en deux lieux chacun marqués par l’un des deux conflits mondiaux, le premier à Verdun, en 2018, et le second à Caen, en 2019, fournira l’opportunité aux chercheurs investis dans ces recherches d’aborder à travers des communications synthétiques un large panel de problématiques portant aussi bien sur des aspects réglementaires que sur des thématiques scientifiques ou sociétales, en rapport avec l’histoire des grands conflits contemporains.

La première session, qui se tiendra à Verdun à l’automne 2018, abordera les questions spécifiques à l’archéologie, dans ses pratiques d’investigation comme dans les méthodes de conservation des objets dégagés.

La seconde session, organisée à Caen au printemps 2019, sera consacrée au dialogue interdisciplinaire en déterminant les apports possibles de l’archéologie aux autres champs de la recherche, de la Révolution française à nos jours, à l’échelle internationale. Cette dimension très large permettra ainsi d’éclairer les enjeux spécifiques des guerres de masse de l’ère industrielle qui se sont déroulées au XXe siècle, aux vestiges desquelles les services archéologiques sont désormais régulièrement confrontés dans leurs travaux.
Entre l’abondance de documentation administrative ou privée d’un côté, et de l’autre la standardisation croissante des équipements de guerre qui font souvent perdre intrinsèquement à l’objet dégagé des fouilles tout intérêt significatif, la fenêtre est étroite sur les apports de l’archéologie aux sciences humaines pour la période contemporaine. Elle est pourtant réelle, au vu d’études déjà menées et de projets en cours dans ce domaine. C’est précisément à la lumière de ces expériences qu’il est proposé de dégager les approches qui paraissent les plus fructueuses.

Plus que jamais, l’interdisciplinarité s’impose ici. Si l’histoire paraît le champ disciplinaire naturel dans ce dialogue, elle n’est pas seule en lice : la sociologie, l’anthropologie biologique ou sociale et la géographie y ont, entre autres, tout autant leur place. L’archéologue ne peut en effet prétendre faire émerger une documentation se suffisant à elle-même, en particulier sur la période la plus récente, déjà labourée par d’autres disciplines grâce à une multitude de sources écrites, iconographiques ou audiovisuelles. Pour autant, ces archives traditionnelles sur lesquelles se basent la plupart des travaux académiques n’ont rien d’absolu, d’abord parce qu’une infime partie de la documentation produite à l’époque parvient aux chercheurs, ensuite parce que cette documentation n’est pas exempte de biais qu’il est parfois utile de corriger. L’archéologie peut dès lors permettre de faire émerger une documentation alternative complémentaire.

Attendus des communications

À chaque fois, il s’agira d’abord de s’interroger sur la philosophie générale, la fonction et les finalités possibles d’une intervention archéologique pertinente au regard des travaux de recherche liés aux conflits contemporains, généralement bien documentés. À quoi bon en effet faire ressurgir tout ou partie d’un cantonnement militaire ou d’un champ de bataille ? Quel apport significatif la démarche archéologique peut-elle apporter dans la compréhension du passé ? Autrement dit, quelle(s) source(s) complémentaire(s) peut-elle faire émerger, qui ne relève(nt) pas de l’anecdotique ?

Ces apports sont relativement nombreux. Encore faut-il les présenter, non pas à travers une juxtaposition de cas d’étude dont la portée est presque à chaque fois limitée à leur sujet spécifique, mais par de larges synthèses thématiques, à la fois nationales et internationales, qui permettent de décliner dans une démarche comparative les perspectives ouvertes par l’approche archéologique, mais aussi ses limites. Une douzaine de thématiques – sans exclusive – paraissent d’emblée susceptibles de faire l’objet de retours d’expérience.

Les pratiques funéraires comme l’archéologie des corps de militaires décédés s’imposent presque naturellement ici (De quoi meurt-on ? Comment enterre-t-on ?).

Quels éléments de connaissance pertinents peut apporter l’archéologie à l’histoire des opérations militaires, à la fois sur terre et sur mer ?

Quelles contributions peut apporter l’archéologie à la connaissance du quotidien du soldat, tant au combat qu’en marge des opérations, par exemple son alimentation (avec ce que cela implique sur son approvisionnement), ses maladies et son hygiène, ou encore son univers culturel à travers les traces collectives ou individuelles qu’il a laissées (peintures murales, graffitis etc.) ?

Comment l’archéologie peut-elle documenter la vie et la survie des civils en temps de guerre et dans l’immédiat après-guerre, ou encore éclairer la privation de liberté, aussi bien dans les camps de prisonniers, les camps d’internement ou les camps de concentration ?

Comment et dans quelle mesure peut-elle documenter les crimes, que ce soit dans les fosses communes ou  les camps d’extermination ?

Comment l’archéologie, en lien avec la géomorphologie, peut-elle renseigner les méthodes et matériaux de construction des ouvrages militaires, ou encore déterminer le niveau de destructions des villes et les bouleversements induits par les opérations sur les paysages ?

Il s’agit ensuite de déterminer quels éclairages spécifiques l’archéologie peut apporter en s’insérant dans les questionnements liés aux nombreux enjeux sociétaux liés à la mémoire de ces conflits, mais aussi à leur gestion au quotidien. En même temps, il s’agit de réfléchir sur les problématiques que l’archéologue peut soulever à travers son travail sur des périodes récentes, à la fois d’un point de vue patrimonial, mais aussi parce qu’ils représentent autant d’enjeux de mémoire potentiels. Qu’il s’agisse de la mémoire des crimes (camps, massacres), des formes d’appropriation ou de rejet mémoriels, d’enjeux de connaissance appliqués à la gestion de patrimoine (et donc intégrant une politique de tourisme de mémoire), l’archéologue se trouve en effet confronté à des problématiques qui ne lui étaient pas forcément familières en travaillant sur des temps plus reculés. Dans le même temps, son travail lui permet d’apporter des réponses sur des enjeux environnementaux, notamment en lien avec la pollution des sols et la transformation des paysages.

L’archéologue participe à un mouvement structurel qui tend à appréhender de manière de plus en plus extensive le patrimoine, dans sa diversité comme dans son ancienneté. En 1945, les Services des Monuments Historiques concevaient ainsi difficilement d’appliquer la sauvegarde d’un patrimoine de moins d’un siècle, qui plus est militaire. Désormais, la politique de sauvegarde s’est largement étendue au fait guerrier sur des biens mobiliers et immobiliers beaucoup plus proches de nous. Toutefois, les moyens de la puissance publique n’étant pas illimités, cela suppose des choix, et donc des renoncements sur ce qui est digne d’être « mémorialisé » pour la postérité, en l’intégrant dans des politiques d’aménagement du territoire et de valorisation touristique. Quand intervenir ? Avec quels moyens ? Quelles protections émettre ? Dans quels buts ?

Dans ce cadre, il s’agit aussi de s’interroger sur la place de l’objet issu des fouilles. La production massive d’équipements militaires tout comme la conservation de ces équipements dans les espaces muséographiques doivent conduire à s’affranchir de toute fascination pour l’objet de guerre. Pour autant, les objets détournés de leur usage ou les créations artistiques (on pense bien évidemment ici à l’artisanat dans les tranchées pendant la Grande Guerre) sont des sources qu’il est impensable de négliger, tant ils permettent de documenter une réalité difficilement saisissable autrement.

Peut-être davantage que pour d’autres périodes historiques, l’archéologue est confronté, lorsqu’il aborde les vestiges des conflits contemporains, à la fascination que leur portent certains collectionneurs de militaria. La passion pour l’Histoire comme la marchandisation de ces objets parfois « à haute valeur ajoutée » conduisent à des opérations de fouille « sauvages ». Loin d’être toutes clandestines, certaines sont, à défaut d’être autorisées, menées avec des moyens conséquents, tant par des associations culturelles, des collectivités territoriales ou de simples particuliers qui n’hésitent pas à communiquer sur leur action dans la presse ou sur le web. Ces pratiques démontrent que la réglementation en vigueur n’est pas connue, et plus encore révèlent les approches désormais décalées entre, d’un côté, une administration qui a très récemment intégré ces vestiges dans le patrimoine et, de l’autre, une population qui s’affranchit de la réglementation en vigueur, fréquemment par habitude et méconnaissance. Dès lors, il y aurait lieu de réfléchir sur les meilleurs moyens de diffuser ces règles et de canaliser ces pratiques.

Les propositions de communications (2000 signes maximum) doivent être envoyées au plus tard le 8 juillet 2018. Elles doivent être accompagnées d’un CV et d’une liste de publications.

Contact : Vincent Carpentier (vincent.carpentier@inrap.fr)

Inventaire des ouvrages de la Seconde Guerre mondiale en Normandie – Les réalités du terrain

Retour d’expérience : le contact avec les propriétaires sur le terrain

Le fait de reconnaître et de spatialiser les différents sites en amont de la réalisation de la base de données nous amène inévitablement à rencontrer les nombreux propriétaires des terrains concernés. Si, dans la plupart des cas, les choses se passent pour le mieux, il appert que certaines « réticences » peuvent aussi émaner des propriétaires. La raison essentielle tient le plus souvent à leur volonté de préserver leur tranquillité. En effet, il n’est pas rare que des amateurs de « bunkerarchéologie » s’introduisent sur leurs terrains sans y avoir été autorisés au préalable. Une explication des finalités scientifiques et patrimoniales de notre démarche suffit généralement à lever ces inquiétudes. Mais d’autres facteurs plus originaux rentrent parfois en jeu : le premier tient au fait que nombre de ces personnes s’interrogent sur l’origine et le droit de propriété actuel de ces ouvrages allemands. Plus précisément, elles ignorent si elles en sont réellement les propriétaires en titre. Cette méconnaissance les amène à vouloir préserver une sorte d’anonymat, d’autant plus que nombre de ces ouvrages échappent aux plans réalisés par les services du cadastre. L’inventaire de la DRAC est donc parfois perçu comme une menace éventuelle qui, à terme, prendrait la forme d’une prise en compte de ces biens immeubles par l’administration fiscale. Là encore, Il revient aux enquêteurs de rassurer les propriétaires de ces ouvrages sur la finalité de notre travail.

Au final, il faut souligner l’accueil souvent aimable qui est réservé aux enquêteurs de terrain de la DRAC. À de rares exceptions près, la plupart des propriétaires ne demandent qu’à en savoir davantage. Ils s’étonnent souvent que cet inventaire n’ait pas déjà été effectué. Certains pensent même qu’il est trop tard pour ce faire. Un travail de pédagogie est donc nécessaire. Il revient ainsi aux enquêteurs de terrain de leur apporter une meilleure connaissance sur ce patrimoine, et cela au sens large du mot.

Vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Normandie. Un projet de recherche

Initié par des chercheurs de la direction régionale des affaires culturelles de Normandie, du CNRS, de l’Université de Caen et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, et soutenu par les Départements du Calvados et de la Manche, ainsi que par le Conseil Régional de Normandie, le programme collectif de recherche (PCR) vise à inventorier de manière exhaustive les vestiges de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie. Si les ouvrages allemands du Mur de l’Atlantique font prioritairement l’objet d’un travail intensif, ce programme vise aussi à relever les traces des infrastructures laissées par les Alliés lors de la libération de la Normandie, mais aussi celles qui témoignent de la vie des civils lors de cette sombre période.

Buts et enjeux du projet

Plus que toute autre région de France, la Normandie est étroitement associée à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en raison du débarquement du 6 juin 1944 et des opérations militaires qui ont permis la libération de l’Europe occidentale, au prix de lourdes pertes humaines et matérielles. Au-delà des commémorations et des infrastructures de médiation culturelle et pédagogique, le tournant générationnel qui voit disparaître les témoins de ces événements nous conduit à mesurer toute l’importance des vestiges de cette période, dont la valeur patrimoniale s’impose désormais à tous. Le projet d’inscription des Plages au patrimoine de l’Humanité, porté par la Région Normandie, ne le démontre que trop clairement.

La gestion de ce patrimoine suppose sa connaissance précise et fait partie à part entière d’une politique globale permettant, entre autres, sa valorisation culturelle et touristique. Le projet intervient donc à une période charnière qui voit la patrimonialisation pleine et entière de ces vestiges qui sont intégrés progressivement dans les procédures administratives : à la fois par des protections au titre de l’urbanisme et par la mise en œuvre de procédures de suivi scientifique des projets de fouille ou de valorisation des vestiges. Ce travail passe par une importante action de pédagogie auprès des acteurs (collectivités territoriales, musées, associations, bénévoles) dans lequel le PCR est un catalyseur. En témoignent les projets menés localement, à l’exemple de celui mené à la fin de 2016 à l’échelle de la communauté de communes de Saint-Pierre-Église (Manche).

Le programme collectif de recherche pluriannuel vise à inventorier de manière exhaustive les vestiges de la Seconde Guerre mondiale dans les trois départements bas-normands. Ces vestiges peuvent tout aussi bien témoigner de l’occupation allemande, des infrastructures alliées mises en place lors des combats de la Libération, ou encore du sort des populations civiles pendant la guerre.

Le « Mur de l’Atlantique »

Mur antichar d'Arromanches (Calvados). L'ancienne cale des pêcheurs du petit village d'Arromanches offrait une véritable brèche dans le système défensif allemand. Pour bloquer l'accès au village depuis la plage, un large mur antichar fut construit. Haute de plus de 3 mètres, cette muraille était surmontée d'une rangée de barbelés. De nos jours, ce mur existe toujours et fait office de digue, mais passe presque inaperçu. (B. Labbey/CRHQ)
Mur antichar d’Arromanches (Calvados). L’ancienne cale des pêcheurs du petit village d’Arromanches offrait une véritable brèche dans le système défensif allemand. Pour bloquer l’accès au village depuis la plage, un large mur antichar fut construit. Haute de plus de 3 mètres, cette muraille était surmontée d’une rangée de barbelés. De nos jours, ce mur existe toujours et fait office de digue, mais passe presque inaperçu. (B. Labbey/CRHQ)

En 1942, une grande partie de l’Europe est occupée par les Allemands engagés dans une guerre d’anéantissement contre l’URSS. Après la déclaration de guerre aux États-Unis en décembre 1941, Hitler fait édifier une ligne de défense, bientôt promue par la propagande nazie sous le terme de « Mur de l’Atlantique ». Son but est d’empêcher un débarquement anglo-américain sur le continent, et donc la création d’un « second front » à l’Ouest. Cet ensemble défensif est édifié jusqu’en juillet 1944, les travaux étant inachevés au moment du Débarquement mais se poursuivant dans d’autres secteurs. La construction des ouvrages a mobilisé une main-d’œuvre aussi nombreuse qu’hétéroclite, constituée aussi bien de travailleurs volontaires ou requis, de prisonniers de guerre, mais aussi des personnels d’entreprises françaises du bâtiment. Elle a entraîné la mise en œuvre de moyens colossaux en termes de matériaux et a eu un fort impact sur le quotidien des populations locales (réquisition de terres agricoles ou d’habitations, destruction de villas de bord de mer, réquisition des habitants et de charrois hippomobiles, etc.). La particularité de ces ouvrages réside dans leur forte standardisation, mais aussi dans la mise en œuvre d’innovations technologiques (radars, fusées V1, V2, béton). Le projet permet néanmoins de déterminer les différentes phases de construction ainsi que les adaptations effectuées localement  en fonction des besoins et surtout des moyens disponibles.

Loin de se borner aux franges littorales, les vestiges s’étendent sur l’ensemble du territoire bas-normands, la logistique allemande ayant établi de nombreux dépôts dans les massifs boisés situés très en arrière de la côte. C’est ainsi que les forêts de la Manche et de l’Orne présentent des traces étonnamment  bien préservées de cette implantation logistique.

À l’issue du conflit qui les avait parfois endommagés, l’intégrité de ces ouvrages militaires du Mur de l’Atlantique commençaient déjà à être atteinte : récupération précoce des matériaux (ferraillage qui a permis de financer le musée d’Arromanches ou qui est à l’origine de la collection exposée dans le Musée des épaves du Débarquement à Port-en-Bessin), réaffectation des ouvrages, destructions ou enfouissement d’ouvrages posant des problèmes de sécurité ou nuisant à l’image des stations balnéaires de la Côte de Nacre.

À terme, le PCR permettra de mieux appréhender les phénomènes de patrimonialisation et d’appropriation mémorielle des vestiges allemands au fil des décennies. Les phénomènes illustrant cette évolution ont pris diverses formes au fil du temps, qu’il s’agisse de la  démarche guerrière d’en faire les symboles de la défaite ennemie en les utilisant comme socles aux monuments à la gloire des forces alliées, la volonté d’effacer ou de masquer ces « verrues » dans les secteurs balnéaires dans l’immédiat après-guerre, leur valorisation dans le cadre du tourisme mémoriel, enfin le recyclage de certains bâtiments pour des activités économiques ou à des fins privées (résidences secondaires, activités de loisir, etc.).

Les vestiges des armées alliées

Bitte d’amarrage sur le port de Barfleur (Manche). Dans le ciment frais, les soldats américains ont signé de leur nom. Pour assurer leur progression, les armées alliées ont mis en place à leur tour de nombreuses infrastructures logistiques. Le port de Barfleur constitue un élément majeur de ce dispositif. (Photo : S. Lamache/CRHQ)
Bitte d’amarrage sur le port de Barfleur (Manche).
Dans le ciment frais, les soldats américains ont signé de leur nom. Pour assurer leur progression, les armées alliées ont mis en place à leur tour de nombreuses infrastructures logistiques. Le port de Barfleur constitue un élément majeur de ce dispositif. (Photo : S. Lamache/CRHQ)

En comparaison des vestiges allemands, les vestiges des armées alliées sont bien moins nombreux. Rien d’étonnant à cela, et pour deux raisons. D’abord le temps de présence des Alliés dans la région au moment de la Libération  s’est étendue essentiellement à quelques mois, à comparer aux quatre années de l’Occupation. Par ailleurs, les nombreuses infrastructures alliées étaient celles d’une armée en campagne (aérodromes provisoires, camps et dépôts démontables etc.) à l’inverse des constructions fortifiées édifiées sur le littoral par l’armée allemande.

Les vestiges sont donc moins nombreux, et surtout plus discrets dans le paysage (indications routières peintes sur les murs, routes nouvelles, bittes d’amarrage comme ici à Barfleur, etc.). À cet égard, le port artificiel d’Arromanches, tout comme les épaves de blindés alliés transformés en monuments, font figure d’exceptions.

Les vestiges civils

Carrières Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados). Les combats de la Libération en Normandie provoquent l’exode des populations qui cherchent à fuir les bombardements aériens et les tirs d’artillerie. Certains trouveront refuge dans les carrières de la région caennaise. (Yvette Lethimonnier/INRAP)
Carrières Saingt à Fleury-sur-Orne (Calvados). Les combats de la Libération en Normandie provoquent l’exode des populations qui cherchent à fuir les bombardements aériens et les tirs d’artillerie. Certains trouveront refuge dans les carrières de la région caennaise. (Yvette Lethimonnier/INRAP)

Les destructions immobilières causées par les bombardements alliés et les combats de l’été 1944 ont ravagé la région et ont fatalement conduit à détruire les traces précédentes de la guerre (par exemple les installations de la Défense passive).

La période qui correspond au Débarquement et lors de la Bataille de Normandie a par contre engendré le déplacement de populations, notamment des réfugiés qui ont occupé certains lieux abrités. Rares sont cependant les vestiges qui témoignent encore de nos jours de leur vécu. Parmi ceux-ci figurent les carrières-refuge de Fleury-sur-Orne. Celles des brasseries Saingt ont ainsi la particularité d’avoir été fermées dans l’immédiat après-guerre et d’avoir ainsi été « cristallisées », ce qui a permis des investigations précises de l’Inrap.

L’enquête

Les enquêtes s’appuient à la fois sur des études documentaires, des recherches de terrain ainsi que sur une base de données couplée à un logiciel de cartographie (SIG) permettant une localisation très fine sur une base cadastrale. Ce projet répond en effet à un besoin impérieux de gestion de ce patrimoine rencontré quotidiennement par les archéologues de l’Inrap. Il accompagne également la démarche portée par la Région Normandie visant à obtenir l’inscription des Plages du Débarquement au Patrimoine mondial, dans la mesure où il permet de constituer un outil inégalé de connaissance et de gestion de ce patrimoine.

Relevé topographique d’un ouvrage allemand à Audouville-la-Hubert (Manche). (S. Lamache/CRHQ)
Relevé topographique d’un ouvrage allemand à Audouville-la-Hubert (Manche). (S. Lamache/CRHQ)

Le travail se décompose en plusieurs tâches :

  • un dépouillement bibliographique et archivistique, notamment des rapports de Pinczon du Sel, officier de la Marine nationale en charge après la guerre de l’inventaire des ouvrages militaires côtiers et den l’inventaire des sources cartographiques,
  • des missions de terrain (relevés topographiques, constat sur l’état de conservation des ouvrages, prises de vue photographiques…),
  • alimentation de la base de données,
  • géo-référencement des vestiges et ouvrages inventoriés et élaboration de la cartographie (SIG)

Le projet est sous la responsabilité scientifique de Cyrille Billard (DRAC-Service régional d’archéologie), Jean-Luc Leleu (CNRS/Maison de la Recherche en Sciences Humaine de Caen) et de Marie-Laure Loizeau (DRAC-Commission Régionale des Monuments Historiques). Le travail d’enquête est mis en œuvre par Stéphane Lamache et Benoît Labbey (Université de Caen – Centre de Recherche en Histoire Quantitative).