Archives par mot-clé : Persécution raciale

10 octobre : « L’État contre les juifs »

À l’occasion de la parution de son livre, L’État contre les juifs, Vichy, les nazis et la persécution antisémite, aux éditions Grasset, Laurent Joly, spécialiste de l’histoire des juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, inaugure la première séance de notre séminaire Traces de guerre.

Vous trouverez ici quelques extraits de l’introduction et du premier chapitre. Les étudiants inscrits au séminaire devront les avoir lus afin de susciter en fin de conférence réflexions et débats autour du livre.

Quatrième de couverture :

Sur Vichy et la Shoah, on pensait tout savoir. Ce livre démontre qu’il reste encore beaucoup à découvrir. Répondant à une série de questions clés, Laurent Joly renouvelle profondément l’histoire de la persécution des juifs sous l’Occupation et balaie bien des idées reçues.
Pourquoi, dès l’été 1940, le régime du maréchal Pétain a-t-il impulsé une politique antisémite  ? Pourquoi a-t-il accepté de contribuer aux déportations massives décidées par les nazis en 1942 et d’assumer pleinement ces opérations, à Paris comme en zone libre  ? Dans quelle mesure l’administration a-t-elle collaboré à la politique génocidaire  ?
S’appuyant sur de nombreuses sources inédites, restituant les marges de manœuvre des agents (du dirigeant étatique jusqu’au simple gardien de la paix) et les effets concrets de leurs décisions, Laurent Joly écrit une histoire incarnée, au plus près des exécuteurs, des victimes et des témoins.
Le lecteur apprendra ainsi que le statut d’octobre 1940 n’est pas une simple transposition de la tradition antisémite française  : Vichy cherche surtout à suivre le modèle nazi. Sur le Vel d’Hiv, il découvrira une histoire qu’on ne lui a jamais racontée  : l’opération du point de vue policier. Enfin, il réalisera que l’idée selon laquelle la persécution des juifs a été occultée par la justice de l’épuration mérite d’être fortement nuancée.
Au bout du compte, Laurent Joly montre que si toute la puissance de l’État a été mobilisée pour persécuter puis rafler les juifs, les logiques propres à l’appareil étatique, ses objectifs contradictoires, ses pesanteurs et finalement les résistances ont contribué à ce que la majorité des juifs de France, frappés de plein fouet par la persécution, échappent malgré tout à la mort.
 

1er février 2018 : Les guichets du Louvre

Le film s’inspire d’un des premiers témoignages publiés en 1960,  au titre éponyme, évoquant  la rafle du Vél d’Hiv . Son auteur, Roger Boussinot, est alors jeune étudiant de philosophie à Paris durant l’été 1942. Toute la journée du  16 (ou 17 ?) juillet, il tente désespérément de venir au secours des Juifs raflés dans le Marais et de les faire passer au-delà du musée du Louvre, au-delà des « Guichets », pour rejoindre la rive droite de la Seine.

Presque trente ans après les événements, le réalisateur, Michel Mitrani, adapte  le témoignage à l’écran. Il  est, lui aussi, en 1974, l’un des premiers à  évoquer la persécution des Juifs au cinéma. S’il n’a pas rencontré, à l’époque, l’intérêt de la critique ni celle du public, ce film méconnu n’en reste pas moins l’un des documents cinématographiques les plus intéressants d’un point de vue historique.

Le département Histoire de l’UFR HSS de l’Université de Caen-Normandie a le plaisir d’accueillir pour nous en parler, Laurent Joly, historien, directeur de recherches à l’EHESS, spécialiste de l’histoire des Juifs en France sous l’Occupation. Il nous offrira ainsi une lecture critique, tant du point de vue historique que mémoriel,  qui ne manquera pas de susciter votre intérêt. Venez nombreux !!

Au nouvel amphi de la MRSH (bâtiment F) , à 20h,   le 1er février 2018

Cette manifestation a été organisée par les étudiants du master « Histoire et Patrimoine » , avec le soutien de nos fidèles partenaires  :  Le Café des images et le Mémorial de Caen.

Les tickets de cinéma sont en pré-vente au tarif préférentiel de 3,50€ au bureau de l’association d’histoire (au département de l’UFR HSS), sinon au tarif de 4,50 € au Café des images et aussi avant la projection.