Archives par mot-clé : Résistance

22 mars : Le CRHQ a accueilli Olivier Wieviorka

Une trentaine d’étudiants ont répondu présents pour la conférence d’Olivier Wieviorka à propos de son dernier ouvrage « Une histoire de la Résistance en Europe Occidentale ».

Olivier Wieviorka et les étudiants du séminaire « Traces de guerre », 22 mars 2017 au Mémorial de Caen 

Il s’est attaché plus particulièrement à analyser les relations entre les alliés britanniques et américains vis-à-vis des résistances intérieures de six pays de l’Europe de l’Ouest : Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France et Italie.

Un grand merci à Olivier Wieviorka

 

22 mars : La résistance en Europe occidentale

À l’occasion de la parution de Une histoire de la résistance en Europe occidentale, Perrin, 2017, le séminaire « Traces de guerre » accueille Olivier Wieviorka, professeur à l’ENS de Cachan, chercheur à l’institut des sciences sociales du politique, spécialiste de l’histoire de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale.
La conférence aura lieu au Mémorial de Caen de 14h à 17h.

Les étudiants sont invités à lire l’ouvrage avant la conférence, il est disponible à la bibliothèque du CRHQ de l’université de Caen et à la médiathèque du Mémorial de Caen.

 

 

Quatrième de couverture :
La résistance en Europe de l’Ouest a longtemps été considérée comme un phénomène national. Et elle a, de longues années durant, été analysée comme telle, les historiens privilégiant, pour l’étudier, le cadre de leur pays. Pourtant, si les facteurs internes jouèrent un rôle central dans sa naissance, la part des Anglo-Américains dans sa croissance fut éminente : en Norvège comme au Danemark, aux Pays-Bas comme en Belgique, en France et en Italie, l’armée des ombres n’aurait pu croître sans le soutien de Londres d’abord, de Washington ensuite. Il convenait dès lors de décloisonner les frontières et d’élargir les horizons pour offrir la première histoire transnationale de la résistance en Europe occidentale. Pour ce faire, Olivier Wieviorka a étudié l’organisation puis l’action des forces clandestines et des gouvernements en exil de six pays occupés entre 1940 et 1945. En scrutant le rôle de la propagande, du sabotage et de la guérilla dans cet espace ouest-européen, il invite à reconsidérer sans tabou l’action de la résistance, ainsi que ses relations, tantôt cordiales, tantôt conflictuelles, avec les Alliés et les pouvoirs installés à Londres. Tout en mesurant la singularité de chaque pays, ce prisme original lui permet de pointer la communauté de destin qui unit cet ensemble appelé à être libéré par les troupes anglo-américaines. L’auteur lève également le voile sur l’importance des finances, de la logistique et de la planification des grands Alliés dans le développement des forces clandestines, une donnée largement occultée lors des libérations. Il interroge, in fine, l’efficacité de l’armée des ombres, donc de la guerre subversive, dans la chute du IIIe Reich. »

 

 

La Résistance au Havre

Si l’histoire de la Résistance dans le département de la Seine-Inférieure semble méconnue, il n’en reste pas moins que l’action résistante y fut prolifique à l’instar du réseau fondé au Havre (Seine-Maritime) par Jean Morpain (dit Gérard Morpain).

Genèse du réseau

Professeur  d’histoire au lycée François 1er  du Havre, Gérard Morpain réunit autour de lui, dès l’été 1940, un petit noyau d’opposants et organise dès le mois de septembre l’un des tous premiers réseaux de résistance en France. Les spécificités du groupement sont sa précocité, son emprunte franc-maçonne et le    caractère juvénile d’une partie de ses membres.  In fine, le groupe Morpain rassemble près d’une centaine de personnes aux horizons et fonctions divers répartie en une vingtaine de « sous-groupes » chargés du renseignement, de la récupération et de la cache d’armes et de munitions et du sauvetage d’aviateurs alliés tombés dans la région. Démantelé l’été suivant, au mois de juin 1941, le bilan est lourd : un-tiers des membres est arrêté, quatorze résistants sont jugés et parmi eux, quatre sont condamnés à mort et fusillés (dont Gérard Morpain) et six déportés. Néanmoins, le professeur a jeté les bases d’un réseau qui lui survivra, devenant tour à tour « L’Heure H » en 1942 puis « Hamlet-Salesman-Buckmaster » en 1943.

Tour d’horizon méthodologique

Le travail de recherche sur le groupe Morpain s’appuie sur les dossiers-statut et d’état-civil de la Division des archives des victimes des conflits contemporains du Service historique de la Défense (DAVCC-SHD) conservés à Caen, les dossiers du Bureau Résistance conservés à Vincennes, les dossiers de demande de carte de Combattant volontaire de la Résistance de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime ou encore les rapports préfectoraux et les dossiers d’arrestation. D’autres fonds d’archives ont également été consultés comme les Archives municipales du Havre, les Archives de la Grande Loge de France, les Archives nationales britanniques de Kew et enfin les quelques rares déclarations orales des témoins de l’époque. Toutes les informations issues du dépouillement des archives ont enrichi une base de données.

Bilan et premières conclusions

Désormais en mesure d’apporter des éléments statistiques et chiffrés de réponses concernant l’histoire de ce groupement, nous avons donc pu réaliser une étude sociologique des membres du groupe Morpain. « Que nous apprend cette étude sur l’identité du réseau et ses fondements ? Quels réseaux d’affinités sont activés ? La sociologie du groupement est-elle représentative de la sociologie des résistants au niveau national, départemental ou au sein des réseaux ? ». Les premières conclusions de l’article à venir l’affirment : le groupe Morpain reste « assez représentatif des réseaux de la Résistance normande et nationale des premières années d’Occupation » tout en gardant, toutefois, quelques spécificités…   

L’article à paraître prochainement détaille la sociologie de ces résistants de la première heure : « Le groupe Morpain : approche sociologique d’une proto-résistance en Normandie » cosigné par Delphine Leneveu (AI CNRS , MRSH-USR 3486) et Thomas Piéplu (IE CNRS, MRSH-USR 3486). Il s’inscrit dans le cadre de la journée d’étude organisée par le GRHis de l’université du Havre à Mont-Saint-Aignan le 9 décembre 2015 :  « Histoire et mémoire de la Résistance en Seine-Inférieure pendant la Seconde Guerre mondiale ».
La publication des actes de cette journée aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre (PURH) réunira « les contributions des dernières recherches récentes ou en cours, en France comme en Grande-Bretagne ».

Delphine Leneveu